Critique de film

Independence Day

"Independence Day"
affiche du film
  • Genre : Science-Fiction
  • Année de production : 1996
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Roland Emmerich
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 2h20
  • Budget : 75 millions de Dollars
  • Scénariste : Dean Devlin, Roland Emmerich
  • Musique : David Arnold
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Bill Pullman, Jeff Goldblum, Will Smith, Mary McDonnell, Mae Whitman, Judd Hirsch, Vivica A. Fox, Ross Bagley, Margaret Colin, Robert Loggia, James Rebhorn, ...
  • Récompenses : Oscar 1997 des meilleurs effets visuels
    Meilleur Réalisateur, Meilleur film de science-fiction et Meilleurs effets spéciaux aux Saturn Awards 1997
    Meilleur Film Etranger aux Amanda Awards 1997 (Norvège)
    Meilleure musique aux BMI Film & TV Awards 1997
    Meilleur Acteur de Science-Fiction (Will Smith) aux Blockbuster Entertainment Awards 1997
    Box Office Award aux Czech Lions 1997
    Golden Screen, Golden Screen avec une star, Golden Screen avec 2 stars aux Golden Screen 1997 (Allemagne)
    Meilleure composition instrumentale écrite pour un film (David Arnold) aux Grammy Awards 1997
    Meilleure présentation dramatique aux Hugo Awards 1997
    Meilleurs effets visuels pour une sortie au cinéma aux International Monitor Awards 1997
    Plus Beau baiser (Will Smith et Vivica A. Fox) aux MTV Movie Awards 1997
    Meilleur Film étranger au Mainichi Film Concours 1997
    Film favori aux People's Choice Awards 1997
    Meilleur Montage et Meilleurs Effets Visuels aux Satellite Awards 1997

2 juillet. Nous ne sommes pas seuls dans l'univers. C'est ce que comprennent les autorités américaines lorsqu'un monumental vaisseau extraterrestre se stabilise dans l'espace non loin de notre planète. Quelques heures plus tard, des soucoupes de moindre envergure (25 km de diamètre tout de même !) se détachent des flancs du colosse pour aller obscurcir le ciel de plusieurs grandes villes du globe, dont New York, Los Angeles et Washington, où la panique est à son comble. A la Maison-Blanche, le président Whitmore et son entourage s'interrogent sur les intentions des mystérieux visiteurs...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Independence Day - Blockbuster Day
Par : Quentin Meignant


Roland Emmerich est un faiseur de grosses productions hollywoodiennes bien connu des amateurs du genre. Habitué aux blockbusters science-fictionnels, l’Allemand natif de Stuttgart avait pourtant commencé sa carrière sur un mode mineur avec Frog ou encore Joey. C’est avec Moon 44 que le cinéaste perce véritablement dans le milieu et se voit confier la réalisation d’Universal Soldier en 1992, film qui défraiera la chronique et qui compte aujourd’hui encore de nombreux aficionados. Après ce premier coup d’éclat, les financiers hollywoodiens firent entrer Emmerich au panthéon des blockbusters et il put ainsi proposer des œuvres telles que Godzilla, Stargate, Le jour d’après, 10,000 BC et le Independence Day qui nous occupe ici. Le 2 juillet, l’humanité découvre qu’elle n’est pas seule dans l’univers. D’immenses vaisseaux spatiaux envahissent l’espace aérien des grandes villes. Les extraterrestres passent très vite à l’attaque décimant l’humanité tout entière et détruisant les grandes villes et les bases militaires. Les humains décident alors de contre-attaquer…

Sorti le 3 juillet 1996 aux Etats-Unis, le film jouit d’un merchandising rarement vu jusqu’alors, allant même jusqu’à englober le spectateur dans l’action par la similitude entre la date de sortie du film et celle de l’invasion ennemie. Hormis ces considérations temporelles, le métrage d’Emmerich commence sur les chapeaux de roues puisqu’en moins de dix minutes les premiers vaisseaux apparaissent déjà à l’horizon, mettant en valeur des effets spéciaux d’un gigantisme hors norme. A grands coups d’impressionnantes explosions et de majestueux visuels, le réalisateur parvient à conférer au début de son film un air de révolution technologique assez imposant.

Combats aériens rapides (mais mal mis en scènes et mal montés), destruction massive au spectacle ahurissant, Emmerich transcende véritablement la pellicule pour offrir une action sans concession. Malheureusement, les inepties scénaristiques se font rapidement sentir et mettent en lumière toutes les faiblesses du métrage. La survie de certains protagonistes relevant purement et simplement d’une sorte de grâce divine et le patriotisme suant de chaque image demeurant de bout en bout exécrable, le film s’enlise peu à peu dans un pro-américanisme et un nationalisme de bien mauvais aloi. A ce titre, l’œuvre emprunte bien des éléments aux œuvres SF passées, dont la tendance à la fierté nationale n’est plus à prouver. En outre, le film consiste en un clin d’oeil appuyé à Rencontres du troisième type (jeux de lumières pour communiquer avec le visiteur de l’autre monde et vannes foireuses du héros citant le titre du film de Spielberg). Doté d’un casting assez cabotin malgré la bonne prestation des acteurs secondaires, Independence Day s’érige comme un modèle pour les blockbusters estivaux.

Malgré une action omniprésente et un caractère assez familial très sympathique, l’œuvre d’Emmerich n’arrive, à aucun moment, à égaler ses modèles. A force d’inepties et de dialogues pas toujours bien sentis, le film démontre par A+B son simple rôle de divertisseur de foules. A ce titre néanmoins, Emmerich signe un film de SF à grand spectacle empli d’action et d’explosions. N’est-ce pas là le rôle premier d’un blockbuster version Bay ?

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage