Critique de film

Afro Samurai : Resurrection

"Afro Samurai : Resurrection"
affiche du film
  • Genre : Animation
  • Année de production : 2009
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Fuminori Kizaki
  • Pays d'origine : Japon, USA
  • Durée : 1h30
  • Scénariste : Eric S. Calderon, Leo Chu, Eric Garcia, Yasuyuki Muto, Takashi Okazaki
  • Musique : RZA
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Samuel L. Jackson, Lucy Liu, Mark Hamill, Dave Wittenberg, Liam O'Brien, Grey DeLisle, Zachary Gordon, Yuri Lowenthal, Jeff Bennett, Steve Blum
  • Récompenses : Meilleure direction artistique (Shigemi Ikeda) aux Emmy Awards 2009

Après avoir obtenu sa vengeance contre Justice, Afro devient, comme son père avant lui, le gardien du bandeau du numéro 1. Telle une malédiction, cette longue et étroite étoffe confère à son porteur le terrible devoir de se battre contre tous les prétendants au titre de numéro 1. Alors qu’il tente de vivre en priant reclus dans un monastère bouddhiste, notre héros va être sorti de sa brève retraite par une vielle connaissance. En effet Jinno traine de force Afro devant une superbe créature du nom de Sio. Cette dernière qui a récupéré le bandeau abandonné par Afro, promet au samurai noir de faire revenir son père d’entre les morts et de lui infliger les pires tourments si Afro ne consent pas à lui accorder sa vengeance. Notre héros se voit donc obligé de repartir en croisade afin d’empêcher la diablesse de mettre son plan à exécution.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Afro samurai : Resurrection - Chambara funky
Par : Samuel Tubez


Suite au succès de la série animée (comprenant 5 OAV), le studio Gonzo nous replonge dans l’univers anachronique et délirant d’Afro Samurai avec un long métrage développant un scénario un peu plus ambitieux que celui de la série. Avec toujours le réalisateur Fuminori Kazaki aux manettes et Samuel L. Jackson comme doublure voix.

Après avoir obtenu sa vengeance contre Justice, Afro devient, comme son père avant lui, le gardien du bandeau du numéro 1. Ayant cassé le cycle mortel des combats entre « numéros », Afro retourne dans son dojo pour méditer. Sauf que des restes maléfiques de son ennemi Jinno l’attaque par surprise avec sa sœur Sio, une sorcière redoutable qui désire lever une armée des morts-vivants habités par les fantômes des plus grands combattants. Obligé d’endosser à nouveau les habits du numéro 2, Afro devra affronter ces monstruosités, ainsi que son propre père, ressuscité sous une forme maléfique…

Toujours rythmé par l’excellente bande son composée par RZA (Ghost dog, Kill Bill vol.1), Afro samurai : Resurrection arbore une animation « à l’ancienne » principalement composée de dessins en 2D. L’atmosphère est toujours funky et sanguinolente, avec toutefois cette fois une nette propension à l’obscurantisme. Davantage sombre que les épisodes courts, le long métrage affiche une violence renforcée et un langage très cru qui nous rappelle ces bons vieux mangas animés dont on raffolait dans les années 90’ (vous savez, ces K7 de Ninja scroll et autres Megalopolis que l’on se refilait en douce). Si tout ce côté old school séduit au premier abord, il trouve néanmoins assez rapidement ses limites, l’animation étant des plus correctes mais un brin trop figée par rapport aux canons contemporains. Le design demeure cependant excellent, pour peu qu’on ait apprécié le style des épisodes précédents. Quant au scénario, la trame n’est certes pas des plus originales mais elle permet à notre black samurai de revenir plus vif et tranchant que jamais, en le confrontant à une série de créatures mêlant démons ancestraux et technologies cyber. Un mélange de genre aussi riche que surprenant, où l’acteur Samuel L. Jackson rempile en donnant de la voix, auprès de nouveaux venus de prestige en les personnes de Mark Hamill et Lucy Liu. Cette dernière apporte d’ailleurs une bonne dose supplémentaire de sensualité au personnage de Sio alors que Jackson double, en plus du rôle-titre, le particulièrement irritant Ninja Ninja, le personnage de trop qui joue le sidekick de service et qui pourrait presque vous gâcher la vision du film. Heureusement, Afro samurai : Resurrection ayant d’autres qualités, il n’en est rien.

Entre le chambara classique et l’oeuvre horrifique, cette version longue d’Afro samurai développe davantage sa trame scénaristique tout en arborant une atmosphère bien plus sombre et violente que sur le format court. Néanmoins, le film reste fidèle à son style hétérogène tout en demeurant toujours aussi funky. Les fans devraient donc logiquement apprécier.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage