Events

Concert Goblin : Profondo Rosso

7 juin 2012 | Par : Samuel Tubez

Les Goblin ne sont pas morts, vive les New Goblin !

Ce mardi 05/06, tous les bofophiles marqués du sceau « BIFFF » s’étaient donnés rendez-vous dans l’antre de l’Ancienne Belgique à Bruxelles pour entendre le son mythique des Goblin, enfin reformés. Rejoint par Bruno Previtali à la basse et Titta Tani à la batterie (les « deux nouveaux membres », cependant déjà actifs aux côtés de Simonetti au sein du groupe Daemonia, fondé en 1999), les illustres Claudio Simonetti (fidèle à ses claviers), Maurizio Guarini (également aux claviers) et Massimo Morante (à la guitare) ont offert leur tout premier concert belge à un public composé pour la plupart de connaisseurs, presque tous déjà conquis d’avance.

La première partie du show nous a doucement mais surement mis dans l’ambiance avec de récentes compositions se basant sur leur célèbre recette mélangeant symphonie et guitare électrique (Magic Thriller de l’album Back to the Goblin), plusieurs morceaux de l’album Roller (1976), ainsi que des remix et interprétations souvent envoutantes de titres reconnaissables (Mad Puppet et Non Ho sonno, notamment), accompagnées de projections d’images un poil kitsch du groupe himself en représentation. On regrettera d’ailleurs un trop peu d’extraits de films, heureusement bien plus présents dans une seconde partie nettement plus démente. Les poils ont véritablement commencés à se dresser sur les avant-bras à l’écoute des premières mesures entamées de la fameuse Alba dei morti viventi, suivie du cultissime Zombi qui a définitivement électrisé la salle entière jusqu’à la fin du concert. Et pour cause, les hits se sont alors enchaînés avec le fameux Suspiria où Simonetti s’est brièvement amusé à jouer des vocalises (pour ceux qui l’ignoraient encore, c’est de sa propre voix qu’émane le célèbre « witch witch witch… »), suivi d’un Tenebrae entonné sur des images de Suspiria (mélange particulièrement savoureux) avant de contempler la frimousse de Jennifer Connelly sur le son de Phenomena. Les réjouissances se terminèrent à nouveau sur des thèmes issus de Profondo Rosso, avec School at night et le thème principal du métrage. Chaude comme la braise, l’assemblée a provoqué l’inévitable rappel, où le groupe nous a interprété le dynamique Zaratozom en provenance de Dawn of the dead.

Au sortir de la salle, l’envie de se précipiter au mini-shop de circonstance pour compléter sa collection était plus que prégnante : on y trouvait une poignée de t-shirts et cd’s (dont les B.O. d’Opéra et de Démons, uniquement composée par Simonetti cette fois) mais aussi et surtout le live enregistré à Rome en 2011. Cerise sur le gâteau, les artistes se mêlèrent à la foule en toute humilité pour échanger quelques mots avec les fans et signer tout ce qui leur passait sous la main. Tout simplement inoubliable ! Grazie infinite !


Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage