Critique de film

pub

The Clinic

"The Clinic"
affiche du film

Alors qu’elle passe la nuit dans un motel avec son fiancé, Beth, une jeune femme enceinte, se réveille quelques heures plus tard dans une baignoire de glace et constate qu’on lui a enlevé son enfant. C’est le début d’un long cauchemar…

pub


Trailer - The clinic (2010)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de The clinic - La main sur le berceau
Par : Damien Taymans
Tags : Etrange festival 2011

Les paysages australiens défilent en arrière-plan tandis que Cameron et Beth tentent de rejoindre le domicile de la belle-doche pour le réveillon de Noël. Occasion rêvée de passer quelques jours en famille tout en fourrant la dinde (l’animal, pas Beth, ma pudeur naturelle m’impose de ne pas me moquer des femmes enceintes). Première idée à la con : faire traverser le pays à une future mère à deux doigts de perdre les eaux (quoi que, en cas de panne, sous le soleil de plomb). Heureusement, en mari prévenant, Cameron suggère de passer la nuit dans un motel afin que sa dulcinée ait tout le loisir de se reposer. Deuxième idée à la con : incapable de trouver le sommeil, ledit mari entreprend d’explorer la région en pleine nuit à la quête de bouffe. A son retour au motel quelle n’est pas sa surprise : la couche, même pas refaite, est vide. Pendant ce temps, à quelques kilomètres de là, Beth se réveille bien sagement dans une baignoire remplie de glace... sans son bébé...

"Inspirée de faits réels". La mention pourrait presque faire sourire tant l’incohérence ambiante qui nappe l’ensemble de cette fiction documentée enterre promptement la crédulité du spectateur. Défiant toute logique, l’intrigue enferre notre héroïne dans un lieu supposément désert mais rempli de bétail, la faute à un mari qui délaisse sa nana dans une région minée par de nombreuses disparitions. Dès lors, lorsque le scénario de James Rabbits prend des allures de Martyrs lors de son final teinté d’ingénuité (et d’eugénisme, thématique trop rarement abordée), il devient difficile de garder son sérieux.

Pourtant, les arguments de The clinic ne manquent pas : son style rétro rappelle les heures glorieuses de l’ozploitation, sa compétition de jeunes mères pourrait alimenter les rêveries sadiques des scripteurs de la franchise Saw et la belle Tabrett Bethell engendre une certaine nostalgie à l’idée de n’être plus un poupon et de pouvoir ainsi goûter, en toute impunité, à sa poitrine si délicatement calfeutrée par une tenue peu appétissante. De trop maigres arguments que pour rassasier le spectateur jusqu’à satiété.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 25275 photo 25276 photo 25277 photo 25278 photo 25279
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Horns
2013
affiche du film
[REC] 4 : Apocalypse
2014
affiche du film
Alléluia
2014
affiche du film
Interstellar
2014
affiche du film
Patéma et le monde inversé
2013
affiche du film
Annabelle
2014
affiche du film
Les Boxtrolls
2014
affiche du film
Gone Girl
2014
affiche du film
Maps to the Stars
2014
affiche du film
Edge of Tomorrow
2014

Concours

Sondage