Critique de film

pub

Cheap Thrills

"Cheap Thrills"
affiche du film

Pour noyer ses ennuis financiers, Craig va s'alcooliser dans un bar. Il y rencontre Vince, un vieil ami qui lutte aussi pour joindre les deux bouts. Ensemble, ils rencontrent un couple qui leur propose un marché : contre de grosses sommes d’argent, Craig et Vince doivent participer à des jeux. Ce qui semblait anodin glisse dangereusement vers le vicieux...

pub


Trailer - Cheap Thrills (2013)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Cheap Thrills - Le fric, c’est chic
Par : Damien Taymans
Tags : NIFFF 2013

Craig connaît de sérieux déboires et a une certaine idée de la chute libre vécue par Michael Douglas dans le film de Schumacher. Quittant à peine son mioche en pleurs, il tombe sur un avis d’expulsion et se fait licencier quelques heures plus tard. Au bord du gouffre, il décide de prendre un petit remontant dans un bar voisin et retrouve un ami d’enfance. Quelques verres plus tard, les deux acolytes légèrement alcooliques sont conviés à la table d’un client qui leur donne du pognon sitôt qu’ils réussissent les défis qu’il leur a lancés. Un jeu cruel s’amorce : la compétition entre les deux invités commence et la somme à rafler s’élève à 250 000 dollars. Rien que ça...

Des frissons bon marché, Cheap Thrills en procure une pleine pelletée. Ce film de "petit malin" use son concept jusqu’à la corde et, profitant de la consolidation assurée par un script minimaliste mais percutant signé par Trent Haaga, exilé de Troma qui possède comme fait d’armes le script de Deadgirl, et David Chirchirillo, laisse ses acteurs faire le show (Pat Healy et Sara Paxtonqui se partageaient l’affiche de The Innkeepers, Ethan Embry (Motel) et David Koechner vu dans Piranha 3DD) . A mesure que le jeu se complique, les deux challengers se livrent une féroce concurrence pour remporter cet argent facile. S’il s’agit dans un premier temps de se faire gifler par la cliente d’un bar pour remporter des biftons, les sommes croisent à un rythme fou et l’investissement de chacun devient maximal. Successivement, l’amitié des deux hommes, leur éthique, leur endurance, leur estomac même sont remis en question car, au-delà du magot, les deux hommes décident de mettre leur orgueil en jeu et de battre l’autre sur terrain neutre. Quitte à connaître l’humiliation, le déshonneur.

E.L. Katz, scénariste attitré d’Adam Wingard, mesure à l’aide de sa caméra la démesure de ces cobayes et transmet une photographie de cette triste réalité sociale. L’homme, pour assurer ses arrières, doit paradoxalement remuer du croupion et saisir toutes les opportunités, sans peur d’y perdre ses valeurs. La force du script réside dans le réalisme des personnalités et situations qu’il propose et dans le refus de céder aux sirènes de l’outrance (une fiente de chien dans le jardin, pas question de la manger...). Sans excès, Cheap Thrills donne une certaine idée du nihilisme et de l’individualisme ambiant et dépeint un portrait au vitriol de l’amoralité capitaliste. Un essai malin, haletant et brillant...


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 40821 photo 40822 photo 40823
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage