Bêtes de somme - Tome 1

28 juillet 2012 | Par : Alan Deprez (Vivadavidlynch) | Des bulles

Titre Bêtes de somme - Tome 1 : Mal de chiens

Titre original Beasts of Burden : Animal Rites

Auteurs Evan Dorkin (scénariste) et Jill Thompson (dessinatrice/coloriste)

Éditeur Delcourt

Année 2009 (Dark Horse Comics)

Genre BD

Année d’édition 2012 (traduction française parue en juin chez Delcourt)

Note 9/10

Résumé

La vie s’écoule paisiblement à Sommers Hill, dont les allées verdoyantes et les pavillons figurent un idéal d’american way of life. Du moins en apparence, parce que la réalité s’avère toute autre… L’endroit semble tourmenté par les forces démoniaques et le point de tension d’événements surnaturels. Des faits qui échappent aux êtres humains, mais heureusement, leurs compagnons à quatre pattes veillent. C’est dans ce cadre qu’un groupe de canidés, complétés d’un chat, défendent leur patelin et se dressent en enquêteurs ès paranormal d’un genre nouveau !

Entre Demain les chiens, La Ferme des animaux et Hellboy (!), ce tome 1 de Bêtes de somme, issu d’un mélange (d)étonnant, renvoie autant aux récits policiers de notre enfance (style Le Club des Cinq) qu’aux séries TV Kolchak : The Night Stalker ou The X-Files. Sauf qu’ici, les agents spéciaux sont des animaux parlants ! A la source de mini-récits innervés de surnaturel, ces bêtes font face à un bestiaire pour le moins varié : fantômes/revenants, morts-vivants, loup-garou, golems and co (j’en passe, et des meilleurs !).

Profondément originale, l’œuvre - adoubée par Mike Mignola (Hellboy), excusez du peu ! - dévoile des trésors d’inventivité au service d’un univers à part, où la supposée naïveté des illustrations, rappelant les livres pour enfants (superbe travail de Jill Thompson, déjà en poste sur le Sandman de Neil Gaiman et sur son propre comic Scary Godmother), est contrebalancée par la violence graphique et un ton volontairement adulte.

Originellement paru en quatre tomes chez Dark Horse Comics (2009), ce premier tome de Bêtes de somme (aka Beasts of Burden) embarque le lecteur dans des récits tortueux, à la lisière de l’étrange et de la chronique empreinte d’americana, que l’on doit à l’imagination d’Evan Dorkin (la série “proto-geek” Milk & Cheese, The Goon, en collaboration avec Eric Powell). C’est un régal pour les yeux et sa lecture se révèle une expérience marquante, qui prend par les sentiments et cogne aux tripes. Jonglant entre émotion pure, horreur, mystère et aventure, ce Beasts of Burden est irrésistible. Un vrai bijou, ultra-inspiré, cruel et triste à la fois. Des ingrédients qui sont relevés d’un soupçon de spleen et de mélancolie (réminiscences de nos jeunes années). Gageons que l’ouvrage fera partie de votre top de l’année !

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage