Critique de film

pub

Baise-moi

"Baise-moi"
affiche du film

Nadine et Manu sont deux filles dingues, appliquées au possible, voire perfectionnistes. Elles ont plusieurs points communs : le sexe extrême, la drogue, la bière et la gachette. Elles arrangent les problèmes à coups de flingue et gare à ceux qui se mettent sur leur passage !

pub


Trailer - Baise-moi (2000)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Baise-moi - La femme détruite
Par : Fred Bau

Nadine (Karen Bach), prostituée, et Manu (Raffaëla Anderson), jeune femme qui a grandi dans la rue, s’efforcent de survivre au coeur
de la jungle urbaine. Contraintes de s’enfuir après s’être chacune rendue coupable d’un homicide, elles se rencontrent par hasard
près d’une gare, et décident de prendre la route ensemble. Commence alors une cavale désespérée, tout aussi hédoniste que sanglante.

Réalisé en six semaines par les auto-proclamées "féministe" Virginie Despentes et "antisexiste" Coralie Trinh Thi, à partir du roman éponyme
de Despentes, Baise-moi est un film d’auteur qui relève à la fois du road movie et de la série noire, et qui explore, en intégrant de nombreuses
scènes de type pornographique, le thème de la violence avec une crudité réaliste extrêmement appuyée tant au niveau de l’image que des
dialogues. A première vue, s’il semble que les deux réalisatrices dénoncent d’abord, sans compromis, à la manière d’un documentaire criant
de vérité (la péloche a été fixée en vidéo numérique sans éclairage artificiel), ce que subissent aujourd’hui encore, dans notre bonne vieille
démocratie, bien des femmes, ce n’est que pour affirmer aussitôt le refus de se fonder en victimes.

Nerf de guerre de Baise-moi, le refus de faire un film sur ce statut de victime, élevé au nez et à la barbe de la critique à la manière d’un doigt
d’honneur vindicatif, est probablement le mobile explicatif de cette cavale ultra-violente et suicidaire, où par un renversement immoraliste du statut
de victimes en celui de bourreaux, les deux personnages s’adonnent sans retenue à leurs pulsions de vie et de mort. Toutefois, ce renversement
ne paraît pas se réduire à la seule traduction d’un phénomène de vengeance. En effet, les deux héroïnes assassinent arbitrairement aussi bien
des hommes que des femmes. Et tandis que ces dernières se lient d’une amitié fatale et inconditionnelle, les deux réalisatrices ne se contentent
pas de s’en prendre uniquement au machisme et à la bestialité masculine. Elles s’amusent aussi beaucoup avec des jouets cinématographiques
(flingues, dialogues vulgaires, violence graphique, scènes de cul, sadisme "gratuit"...), qui ont fait les "beaux jours" d’un cinéma souvent dominé
par les hommes. Autant d’éléments qui conduisent à penser que la ligne de tension essentielle de ce refus vindicatif consiste à transgresser par
l’image l’Etat de droits et la question de l’égalité civile entre les sexes. Baise-moi constituerait donc, au delà de sa dénonciation sommaire et de
son refus de subir une quelconque domination masculine, une revendication féminine directe au droit, et même au devoir de transgresser toutes
frontières morales au moyen de l’expression artistique, aussi crue, sauvage, et creuse qu’elle puisse être.

A ce titre, Baise-moi représente bel et bien un espace de transgression audiovisuelle en soi, dont la liberté d’expression dépasse le simple niveau
de provocation trash et nihiliste. Tirant abusivement sur une corde déjà raide, c’est la question de notre rapport à l’image et à notre corps que ce film
(ainsi que la controverse qu’il a suscité autour de son caractère pornographique ou non) soulève de façon extrême. Car les scènes de sexe et de
violence n’y sont pas seulement alternées ou amalgamées, mais lancées par salves au fil d’une fuite en avant qui a la forme d’un chassé croisé entre
hédonisme et cruauté. La violence apparaît donc avec et sans sexe, et le sexe avec et sans violence. La scène de la partouze et du massacre dans
le club échangiste, au demeurant plutôt gratuite, est en définitive assez représentative de tout ce récit qui se situe au carrefour du X, et d’une version
trash de Thelma et Louise guère plus choquante ou dérangeante visuellement qu’un Dobermann ou un Reservoir Dogs. Baise-moi, parce qu’elle la
confronte à une violence qui est la sienne et qu’elle préfère occulter, est en conséquence une production assez symptomatique des contradictions
visuelles d’une société moderne qui polarise inexorablement les deux sexes, et censure durement des films où des gens ne font que baiser, alors
qu’elle est plus permissive avec des films où ils s’entretuent. Un film coup de poing, qui nous expose à une interrogation pour le moins troublante :
comment se fait-il que le tabou visuel du contenu sexuel explicite soit si prépondérant dans une société mercantile qui a banalisé sa violence, et qui
use et abuse de la suggestion libidinale à des fins commerciales ?

Si au delà de la question du statut des femmes, Baise-moi réanime de façon radicale la question du statut de l’image et du corps, oscillant entre le
réalisme cru du documentaire, et la volonté de tendre un miroir désenchanté et ulcéré, ce film souffre néanmoins d’une énorme lacune. On ne
sait plus en effet, à travers ce regard de femmes endurcies, et qui ne parviennent à équilibrer les deux sexes que dans le déséquilibre de la
transgression et dans la mort, où se situe la femme à proprement parler, et quelle image en avoir. C’est comme si cherchant trop à déjouer le
regard des hommes, quoi qu’en désirant encore jouer avec, Virginie Despentes et Coralie Trinh Thi avaient perdu au fil du film tout regard féminin.
Comme si, à force de trop vouloir bouleverser tous les repères de la dichotomie masculin-féminin, ainsi que les conventions sociales, elles s’étaient
échouées dans les yeux vides et inanimés d’une femme détruite, sans avenir. Une femme détruite dont on discerne la part d’ombre, dont on croit
entendre le cri, mais qui a perdu jusqu’à l’image d’elle-même en tant que femme, et dont l’éventuel discours de fond féministe ou antisexiste s’est
perdu en cours de route de ce sombre et trop stérile road movie.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 29474 photo 29475 photo 29476 photo 29477 photo 29478 photo 29479
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage