BIFFF 2017

BIFFF 2017 - Headshot, en plein dans le mille !

C’était un peu tôt pour découvrir le film de l’année....

Tout auréolé d’un très beau parcours dans les festivals du monde entier initié en septembre dernier lors de L’étrange Festival de Paris, c’est tout naturellement que Headshot, le nouveau film de Timo Tjahjanto et Kimo Stamboel, a posé ses bobines au BIFFF 2017 le temps d’une projection qu’il ne fallait bien entendu pas manquer. Le duo de cinéastes sont en effet des bons clients du festival bruxellois puisqu’ils y ont déjà proposé le délicieux Macabre et le bluffant Killers. C’est donc l’esprit marqué par ces bons souvenirs que les aficionados du Plat Pays se sont rendus en masse dans la salle 2 pour découvrir cette nouvelle oeuvre qui suit un amnésique dont le mystérieux passé de machine à tuer revient à la charge alors qu’il doit combattre un baron de la drogue.

La promesse de cette course contre la montre et le passé du héros prend forme dès les premiers instants de l’oeuvre avec une mise en place bien exécutée faite de mystère mais aussi d’initiations. Les rares souvenirs du personnage principal sont en effet faits de violence et les premières scènes permettent à ce dernier de se remémorer des gestes oubliés faisant presque passer sa rééducation pour un rite initiatique à la Merantau. Il n’en faut pas plus à Timo Tjahjanto et Kimo Stamboel pour lancer leur grand ensemble sur les chapeaux de roues avec des scènes d’une violence aussi extrême que réjouissante et deux camps bien marqués, du moins dans un premier temps.

Cette caractérisation extrême voire quasi manichéenne des personnage sert rapidement de prétexte à une course folle et à un déferlement de meurtres et de séquences de bastions presque jamais vues jusqu’alors si ce n’est peut-être dans le jouissif The Raid de Gareth Evans. Les Mo Brothers se servent d’ailleurs librement de chorégraphies aperçues çà et là dans d’autres oeuvres mais parviennent à y conjuguer une inventivité de tous les instants. La quête du héros prend une autre tournure dans la seconde partie du film où, transformé en machine à tuer, il est confronté à ses souvenirs et aux fantômes du passé. En cela, Rika, le personnage campé par la délicieuse Julie Estelle (voir le focus sur l’actrice ICI), confère une toute autre dimension à une oeuvre qui aurait simplement pu constituer un excellent film d’action.

Headshot est bien plus que cela, à mi-chemin entre le thriller/actioner burné à mort et le drame humain le plus effroyable qui soit. Recelant nombre de scènes à peine soutenable, ne baissant pas la garde une seule seconde en matière de rythme, apportant le soupçon d’émotion qu’il faut, cette véritable petite bombe postule d’ores et déjà au statut de film de l’année. Les quelques mois qui nous restent après le BIFFF vont être particulièrement longs...

(Article rédigé par Quentin Meignant)

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage