Back to the feature

BACK TO THE FEATURE - Gore save the scream

10 juin 2009 | Par : Chroniqueurs

Rigor mortis

Par Nicore

L’œuvre

Avec ce Rigor mortis, nous retrouvons une bonne partie de la fine fleur de la scène gore allemande, puisque que c’est le réalisateur Timo Rose (auteur entre autres de la série des "Mutation" et du sympathique survival "Barricade") qui se charge de la mise en scène, alors qu’Andreas Pape (à qui l’on doit par exemple un sévère "Hunting creatures") vient ici faire l’acteur et que c’est Olaf Ittenbach, bien connu des amateurs pour son plus que saignant "Premutos" et autres "The burning moon" qui se charge des effets spéciaux, pour une histoire mélangeant de manière probante les genres, entre drame, critique sociale (certes basique) et surtout une bonne dose de gore ultra-violent.

Pitch à gore

Le script met en scène deux frères qui se retrouvent malencontreusement en possession d’un CD contenant un virus informatique convoité par une bande de truands qui ne vont pas hésiter à faire couler le sang pour récupérer leur bien.

Gore à gore

Parmi les exactions gore du métrage, deux scènes se démarquent. La première servira de présentation d’un des tortionnaires qui va allègrement mutiler plusieurs personnes à grands coups de hache défonçant les crânes, attaquant les membres ou encore se plantant en pleine figure dans la bouche de ses victimes, le tout à grand renfort de gros plans terriblement saignants.

La seconde, douloureuse et insoutenable de réalisme, verra la petite amie du personnage principal se faire carrément massacrer le visage à coups de scalpel fouillant les chairs, arrachant les lèvres avant que son bourreau n’achève sa victime en lui explosant le crâne toujours à coups de hache.

Sang pour sang

Après une séquence d’introduction explicative suivant cet homme à l’allure patibulaire informer un mystérieux commanditaire que le terrible virus informatique commandé est prêt à être diffusé sur internet, et un générique bien saignant, le métrage nous présente deux de ses personnages principaux, une jeune femme promenant Norman, un handicapé moteur en fauteuil roulant apparemment également simple d’esprit au bord d’une route et, tandis que la demoiselle va s’éloigner pour téléphoner à son petit ami ( le frère de notre handicapé ), un homme couvert de sang va surgir et déposer quelque chose dans la veste de Norman, sous les yeux d’un inconnu qui va s’empresser d’informer ce cet événement l’homme de l’introduction, suscitant son énervement et l’injonction de récupérer l’objet tôt ou tard.
L’intrigue va alors mettre en scène son personnage principal, le frère de Norman, Ritchie, que l’on va suivre en pleine dispute aigre-douce avec sa petite amie, avant qu’il ne doive consoler son frère terrorisé par des cauchemars et pleurant sa mère récemment décédée pour une séquence assez émouvante.

Après cette courte mise en situation cherchant bien évidemment à susciter la sympathie du spectateur pour ces deux frères "abandonnés" par leur mère, obligeant Ritchie, malgré son apparence proche du voyou, à s’occuper de ce Norman débonnaire et simplet, l’intrigue va rentrer dans le vif du sujet en organisant un rapt de la petite amie ( lors d’une scène parvenant à surprendre par sa violence soudaine et très sèche ) qui va retrouver cloîtrée dans une pièce aux murs couverts de plastique transparent recelant les vestiges d’actes sanglants précédemment commis dans ces lieux, en compagnie de l’home patibulairee t de ses sbires qui vont font appel au "docteur" pour la faire parler. Ce dernier nous sera présenter grâce à un flash-back ultra-sanglant au cours duquel nous le verrons s’acharner à la hache sur deux de ses victimes (avec de nombreux gros plans sauvages).

Ensuite l’intrigue va multiplier les rebondissements autour de cette intrigue simpliste mais prétexte à de nombreux délires maniant un certain humour noir (lorsque deux autres tortionnaires caricaturaux vont titiller Norman enlevé à son tour) et un goût prononcé pour le sadisme gore (le docteur s’attaquera méchamment au scalpel au visage de la petite amie), tout en permettant au réalisateur de fustiger gentiment l’inertie de la police peu encline à aider Ritchie, tandis que celui-ci aura l’occasion de s’épancher sur l’utilité de la vie tout en mettant en avant une amitié entre frères assez touchante à la vue du handicap de Norman, pour nous emmener sur un rythme vif en laissant pas de place aux temps morts jusqu’au final nihiliste en diable qui se montrera d’une tristesse implacable dans la fatalité des événements.

Alors, même si le métrage ne sera guère aidé par son script peu fouillé (jusque dans l’agencement des personnages secondaires) et basique, ainsi que par un manque de moyens parfois visibles (notamment au niveau des décors), cela ne l’empêchera pas d’être efficace sur tous ses tableaux, parvenant à déclencher des émotions chez le spectateur, même au milieu d’une furie sanglante qui restera bien entendu l’atout majeur du film, par son caractère volontaire et direct, mais également par son outrance violente qui restera malgré tout réaliste.

L’interprétation est plutôt cohérente, même si Andreas Pape fait quand même pâle figure face au faciès incroyable de Dan Van Husen qui inspire naturellement l’appréhension, alors que la mise en scène de Timo Rose est vive, alerte, tout en arrivant à gagner en esthétisme lors de la séquence mettant en parallèle la torture de la petite amie avec une séance de body-painting à l’érotisme discret.
Les effets spéciaux d’Olaf ittenbach, aidé également par le réalisateur, sont incroyablement réussis, entre ces coups de hache assénés en plein visage sans que la caméra ne s’esquisse, les nombreux coups de feu sanglants et bien sûr les tortures gores subies par les victimes, sans oublier une décapitation étonnante.

Donc, ce "Rigor mortis" saura avancer suffisamment d’arguments pour se faire apprécier des amateurs de gore franc tout en parvenant malgré ses petits défauts à toucher son spectateur !

Trashothèque

Le film est pour l’instant uniquement disponible en DVD de zone 2 allemand édité par "Neo Cinema"

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage