Back to the feature

BACK TO THE FEATURE

8 janvier 2010 | Par : Quentin Meignant

Wikus van de Merwe (District 9)

Protagoniste d’une œuvre grandiose

Alors que Neil Blomkamp n’avait à son actif que quelques clips et pubs, dont la splendide réclame Citroën s’inspirant de Transformers, il fut un temps nommé à la réalisation du méga-projet d’adaptation du jeu vidéo Halo. Suite à de sombres raisons budgétaires, l’idée fut abandonné, mais Peter Jackson ne laissa pas tomber le réalisateur sud-africain et lui demanda de porter à l’écran un film de SF, District 9.

Basée sur une idée de Blomkamp lui-même et budgétisée à hauteur de 30 millions de dollars, l’œuvre ne laissa personne indifférent lors de sa sortie, allant même jusqu’à titiller les sommets du box-office américain. Il faut dire que les critiques élogieuses envers ce véritable OVNI cinématographique rivalisaient avec l’originalité d’un pitch laissant entrevoir une SF toute neuve. Il y a trente ans, des extraterrestres entrèrent en contact avec la Terre... Les humains avaient tout imaginé, sauf ce qui se produisit. Les extraterrestres n’étaient venus ni nous attaquer, ni nous offrir un savoir supérieur. Ces visiteurs d’au-delà des étoiles étaient des réfugiés, les derniers survivants de leur monde. Ils furent temporairement installés dans le District 9, en Afrique du Sud, pendant que les nations du monde se querellaient pour savoir quoi en faire... Depuis, la gestion de la situation a été transférée à la MNU (Multi-National United), une société privée qui n’a pas grand-chose à faire du sort de ces créatures, mais qui fera d’énormes bénéfices si elle arrive à faire fonctionner leur extraordinaire armement. Jusqu’à présent, toutes les tentatives ont échoué : pour que les armes marchent, il faut de l’ADN extraterrestre. La tension entre extraterrestres et humains atteint son maximum lorsqu’un agent de terrain du MNU, Wikus van de Merwe, contracte un mystérieux virus qui se met à modifier son ADN. Wikus est à présent l’homme le plus recherché de la planète, celui qui vaut plus qu’une fortune : il est la clé qui permettra de percer le secret de la technologie alien. Repoussé, isolé, sans aide ni amis, il ne lui reste qu’un seul endroit où se cacher : le District 9...

Le métrage retrace donc l’histoire de Wikus van de Merwe qui, de l’envié poste de responsable des manœuvres d’expropriation des extraterrestres, passa au statut de l’homme le plus recherché de la planète. Pourquoi et comment en est-il arrivé là ?

Pistonné par beau-papa

Petit gratte papier à l’humour grinçant et au physique insignifiant, Wikus van de Merwe est l’exemple parfait du beauf type. Excessivement maladroit, l’homme paraît incapable de se battre ou encore d’entretenir un quelconque rapport de force avec qui que ce soit. Maniant néanmoins le verbe avec une certaine facilité, il évoque sans aucun doute les « premiers de la classe », la bêtise en plus bien entendu.

Malgré ce physique ingrat et cette idiotie verbale omniprésente, Wikus est nommé au poste de responsable de l’expropriation des extraterrestres et du déménagement du District 9 vers d’autres contrées. La raison officielle ? « Il est le plus doué des agents de la MNU (Multi-National United) et ce n’est donc pas parce qu’il est mon beau-fils qu’on lui a attribué le poste. »

Voilà donc comment le directeur du plus grand service sécuritaire de Johannesburg, en Afrique du Sud (lieu de l’action), nomme le mari de sa femme à la tête d’une des plus grosses et dangereuses entreprises jamais tentées par l’homme.

Psy à deux balles

C’est donc tout naturellement que Wikus van de Merwe exécute les ordres de son beau-papa abhorré (les relations entre les deux hommes ne sont pas au beau fixe) et se rend dans les bidonvilles dévolus aux extraterrestres dans le but des les en expulser, suite à des problèmes de violence de plus en plus importants.

Les habitants du District 9 doivent être « déménagés » vers une nouvelle région « tout aussi acceptable » qui n’est en fait qu’un camp de concentration fait de tentes, construit pour se débarrasser des extraterrestres loin des regards indiscrets.

Le héros se rend donc avec l’une des équipes dans le bidonville appelé District 9 et use de stratagèmes parfois à la limite du raisonnable pour que les aliens signent le contrat expropriation qu’il leur présente. Accro à la nourriture pour chats, ces derniers craquent dans la seconde lorsque Wikus leur promet un festin de roi en leur tendant une boite contenant le met en question.

Pire encore, l’homme interprète les dires des extraterrestres de manière erronée dans le simple but de parvenir à ses fins. Jouant sur son humour assez caustique et sur diverses facéties dans le but de distraire ses « proies », il aurait sans aucun doute fait un malheur en tant que huissier.

Néanmoins, cette traque à l’alien n’est pas toujours rose et Wikus l’apprend vite à ses dépens et, après avoir été balancé avec force et s’être cassé un bras, le pauvre homme fini par se faire contaminer par un mystérieux liquide noir qui causera sa perte.

Mutation dérangeante

Aspergé par un liquide noir créé dans le laboratoire secret d’un extraterrestres, Wikus van de Merwe ne tarde pas à se sentir très mal. Alors qu’il savoure un haburger suite à un malaise, l’homme voit son nez délivrer un liquide noir.

C’est le début de la débandade pour le héros qui, par la suite, gâche sa fête d’anniversaire par une crise aiguë de saignement sur son gâteau d’anniversaire avant de s’évanouir. Il se réveille dans un centre d’expérimentation où les savants torturent les extraterrestres dans le but de percer les secrets de leur armement

Traque sans merci

Effaré par ce qu’il découvre derrière les murs des laboratoires humains et, surtout, par le triste sort qui l’attend (un dépeçage en bonne et due forme), Wikus parvient à s’échapper, grâce au bras d’extraterrestre qui a fait son apparition en lieu et place de son bras humain.

Une traque sans merci s’organise alors pour le retrouver car il représente des milliards de dollars pour la recherche. MNU, qui organise une véritable cabale médiatique à son encontre (il aurait couché avec des extraterrestres et serait donc victime de mutations), et le peuple tout entier se lancent à sa poursuite et, suite aux rumeurs lancées par la firme, il perd même la confiance de sa femme.

Le clan des Nigérians, qui possède beaucoup d’armes extraterrestres, se lance lui aussi à sa poursuite dans le but de faire fonctionner ces dernières. Wikus vit donc un véritable enfer et trouve refuge dans le District 9, chez ses nouveaux semblables, où un père et un fils extraterrestres vont tenter de l’aider.

Armé jusqu’aux dents

C’est alors que se révèle le véritable caractère du nouveau Wikus. Autant l’être humain qu’il était s’avérait pitoyable, faible et lourduinge, autant la créature hybride qu’il est devenue s’affirme comme étant d’une combativité et d’une intelligence à toutes épreuves.

Toujours mis à, mal par les troupes d’élite de la MNU, le héros combat avec dignité et cherche les moyens d’inverser le déroulement de sa mutation. Il trouve peut-être la solution grâce à un extraterrestre et son fils qui lui proposent un plan presque infaillible.

La force indéniable de Wikus pour mettre ses desseins à exécution est qu’il est la seule créature plus ou moins humaine à pouvoir se servir des armes extraterrestres, objets géniaux et dévastateurs par excellence. L’homme se lance donc corps et âme dans la bataille et tient tête, grâce au génie alien, aux troupes de MNU. D’explosions en lasers éblouissants, Wikus détruit à tour de bras les forces humaines.

En route pour District 10

Malgré ce courage, cette hargne et les inépuisables armes extraterrestres, Wikus ne peut rien face au nombre de soldats de la MNU. Dès lors, tout ne se passe pas exactement comme prévu et la transformation du héros s’accélère, à tel point qu’il est devenu totalement extraterrestre.

Son allié alien étant reparti vers sa planète pour chercher des troupes pour une durée de… 3 ans, Neil Blomkamp livrera la suite des aventures du héros dans un District 10 qui promet d’être féroce.

Interprète néophyte

Un seul court-métrage, voilà ce que comptait Sharlto Copley, l’interprète de Wikus van de Merwe, avant de tenir le premier rôle de District 9. Sa participation à l’univers du cinéma en tant qu’acteur (il est aussi réalisateur, scénariste et producteur de Spoon) se limitait en effet jusque là à Alive in Joburg de Neil Blomkamp en 2005, un charmant prémice science-fictionnel de District 9.

Doté d’un physique assez banal, l’homme possède néanmoins un visu assez attrayant pour les amateurs d’humour et multiplie, dans District 9, des mimiques rappelant le jeu de scène d’un certain Simon Pegg.

Caractéristique assez attrayante pour son avenir, elle a en tout cas convaincu les producteurs de 20th Century Fox qui, pour l’adaptation cinématographique des aventures de L’Agence Tout Risque, lui ont confié le rôle de l’hilarant Looping.

Grâce à Blomkamp, un grand comique, doublé d’un excellent comédien, est sans doute né.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage