Critique de film

pub

Aenigma

"Aenigma"
affiche du film

Dans un collège privé américain de Boston en 1987 : Kathy est odieusement moquée par ses camarades. Clouée sur un lit d’hopital par leur faute, cliniquement quasi-morte, elle semble éprouver une émotion chaque fois qu’un des responsables trouve la mort dans d’étranges circonstances. Eva, une nouvelle élève, arrive dans l’institution qui fut le théâtre du drame. Elle est belle, dynamique, riche mais

pub


Extrait - Aenigma (1987)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique d’Aenigma - La mise en scène reste une énigme...
Par : Damien Taymans

Aenigma est l’avant-dernier film fantastique du maestro Lucio Fulci à avoir bénéficié d’une sortie en France, peu avant http://cinemafantastique.net/film1342,Miel-du-diable-Le.html. Substantiellement, le film coïncide avec l’émergence de la moins bonne partie de la carrière de Fulci. Si le réalisateur a marqué des générations entières de fantasticophiles par le biais de ses œuvres zombiesques à la fin des seventies (L’enfer des zombies, Frayeurs, L’au-delà), les décennies suivantes (mis à part le début des années 80 sur lesquelles mordent ses réussites) furent un terrain de délabrement pour le talent du réalisateur dont l’esthétique colle mal avec le nouveau style adopté.

Aenigma tient une place particulière dans la filmographie du cinéaste puisqu’elle annonce prématurément la fin de la carrière de l’auteur et constitue un véritable chant du cygne pour Fulci. Le métrage entretient en ce sens un rôle de charnière puisqu’il emprunte autant au style des œuvres précédentes qu’il ne s’en éloigne, sonnant définitivement le glas de la carrière du réalisateur. Basé sur un postulat convenu mais sympathique, Aenigma sombre dès l’entrée dans une sorte de léthargie dont il ne sortira qu’à de trop rares moments. Tel son héroïne plongée dans le coma, l’œuvre aura bien du mal à soutenir son pitch, basé sur un scénario complexe et rendu par des acteurs semblant tout droit sortis d’un épisode du Miel et des abeilles

Malgré quelques emprunts à des œuvres comme Carrie (1976) ou Patrick (1978), le film de Fulci n’atteindra jamais la qualité du premier ni la force du scénario du second et ne se bornera qu’à livrer une histoire d’une platitude effroyable, tournée sans réelle originalité (d’autant que les effets fulciens sont connus d’avance et ne semblent pas évoluer) et entâchée de scènes d’un ridicule sans nom. Ainsi, l’attaque des escargots (qui fera plaisir aux Bourguignons) et la course effrénée de l’une des pensionnaires découvrant une dizaine de corps décapités plaident en la défaveur du récit d’Aenigma et illustrent à merveille les carences du scénario et les limites des effets entretenus.

On se consolera timidement avec une très jolie séquence qui se déroule dans un musée de nuit, scène qui permet à l’admirateur du cinéaste que je suis d’arguer à voix haute que Fulci est peut-être moribond mais pas encore mort !

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 13288 photo 13289 photo 13290 photo 13291 photo 13292 photo 13293
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage