Critique de film

pub

Abbott et Costello contre le Dr Jekyll et Mr Hyde

"Abbott and Costello Meet Dr. Jekyll and Mr. Hyde"
affiche du film

Slim et Tubby, deux policiers américains plutôt gauches débarquent à Londres pour y apprendre les méthodes de la très illustre police de sa Majesté. Lors d’une mission, les deux nigauds font connaissance avec une charmante demoiselle Vicky Edwards dont le tuteur n’est autre que le Dr Jekyll, un scientifique qui a mis au point un sérum lui permettant de se métamorphoser en Mr Hyde, son double sanguinaire qui terrorise la ville.

pub


Trailer - Abbott et Costello contre Dr jekyll et Mr Hyde (1953)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Abbott et Costello contre le Dr Jekyll et Mr Hyde - Même pas drôle !
Par : Fred Pizzoferrato

Peu connu en Europe, le tandem comique formé par Bud Abbott et Lou Costello bénéficia pourtant d’une grande popularité aux Etats-Unis. Formé en 1931, le duo écuma les scènes théâtrales tout au long des années ’30 avant de se faire connaître au niveau national via un show radio diffusé en 1938. Signé par Universal, les deux Nigauds (leur surnom en France) firent ensuite leurs débuts au cinéma avec Une nuit sous les tropiques en 1940. Durant une demi-douzaine d’années, Abbott et Costello enchainèrent les succès et eurent même leurs propres shows, radiophonique puis télévisé. En perte de vitesse après une vingtaine de long-métrages en 8 ans, les Nigauds trouvèrent un bref salut commercial en affrontant les grands monstres du catalogue Universal. Après la réussite de Deux nigauds contre Frankenstein, on vit Abbott et Costello affronter successivement l’Homme Invisible, la Momie, le tueur Boris Karloff (sic !) ou, ici, Mr Hyde.

Réalisé en 1953, Abbott et Costello contre le Dr Jekyll et Mr Hyde est un des derniers longs-métrages du duo, dissout peu après. Malheureusement, il ne s’agit guère d’une sortie de scène mémorable. L’intrigue envoie les Nigauds, ici nommés Slim et Tubby, en Angleterre et les intègre à Scotland Yard alors que les Suffragettes manifestent bruyamment pour l’égalité des sexes et l’obtention du droit de vote. Pris dans une bagarre, nos deux compères croisent la route de la jolie militante Vicky et du journaliste Bruce, davantage intéressé par la demoiselle que par le combat féministe. Mais, dans le même temps, Londres vit également dans la terreur d’un monstre sanguinaire assassinant des innocents. Nos deux nigauds, virés de la police pour incompétence, finissent par passer la nuit dans la demeure de l’éminent scientifique Henry Jekyll…qui ne serait autre que le redoutable Mr Hyde, autrement dit le monstre meurtrier traqué par Scotland Yard. Abbott et Costello se proposent alors de le capturer afin de pouvoir réintégrer les forces de l’ordre…

Abbott et Costello contre le Dr Jekyll et Mr Hyde tente de mélanger l’humour burlesque de nos deux héros avec le climat de fantastique et d’épouvante des classiques de la Universal réalisé une vingtaine d’années plus tôt. Malheureusement, la recette ne prend jamais et s’apparente à une longue série de quiproquos et autres portes qui claquent typiques d’un Vaudeville de bas étage. L’essentiel de l’humour réside dans la découverte par un personnage de « quelque chose » de mystérieux (monstre, laboratoire dissimulé, passage secret,..) que les autres ne verront pas car ce « quelque chose » a ensuite disparu. Bref, le métrage s’apparente à une sorte d’anticipation des futurs Scoobi-Doo ponctué de quelques séquences en apparence plus élaborées (Lou Costello se transforme ainsi en une souris géante après avoir avalé une potion mais Bud Abbott, pourtant à ses côtés, ne s’en rend pas compte) mais franchement pas drôles. Car le gros problème de Abbott et Costello contre le Dr Jekyll et Mr Hyde ne réside pas dans la bêtise de l’intrigue ou la grosseur des ficelles utilisées mais bien dans le manque absolu de drôlerie du résultat. Bien sûr, ponctuellement, l’une ou l’autre idée parvient à arracher un sourire aux plus indulgents mais, dans l’ensemble, le film se montre épuisant et sans imagination, pour ne pas dire affligeant. Les deux Nigauds se font poursuivre par le monstre la moitié du temps de projection et courent après ce même monstre durant l’autre moitié dans des tentatives très improvisées de le capturer. Les gags n’iront jamais beaucoup plus loin que ce jeu de cache-cache poussif et longuet, un comble en sachant que le film dure à peine une heure et quinze minutes.

Boris Karloff, pour sa part, se montre visiblement peu concerné et se contente du service minimum en offrant une interprétation purement routinière. Manifestement conscient de n’être là que comme garantie commerciale, Karloff laisse exploiter son nom et sa notoriété mais ne se fatigue guère, d’autant qu’il doit supporter le maquillage assez bancal imaginé par un Bud Westmore également peu inspiré. Néanmoins, Karloff était un grand professionnel et son jeu reste suffisamment intéressant pour motiver les amateurs de fantastique rétro et de ce grand acteur s’étant, hélas, compromis dans des titres indigne de son talent.

En dépit d’une idée de base permettant de nombreux chassés-croisés comico-horrifiques, Abbott et Costello contre le Dr Jekyll et Mr Hyde se révèle finalement terriblement décevant et d’un intérêt franchement limité. L’humour ne fonctionne pas, le côté fantastique est trop peu exploité et les frissons sont absents…ne reste qu’une impression de gâchis devant les talents réunis en pure perte au sein d’une entreprise réalisée à la va vite dans une optique de pure rentabilité. Un échec !

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 13231 photo 13232 photo 13233 photo 13234 photo 13235
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage