Critique de film

pub

3 psychopathes

"3 psychopathes"
affiche du film

Trois hommes cannibales torturent et tuent leurs victimes pour la gloire du mal.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de 3 psychopathes - Amatueurs...
Par : Damien Taymans

Ils sont lâchés et ne connaissent qu’une religion : celle de Satan. Ils ne connaissent qu’un seul plaisir : celui d’éviscérer des victimes de leur vivant et de se servir de leurs tripes encore chaudes comme victuailles. Trois psychopathes qui écument les forêts à la recherche de nouvelles proies à sacrifier à la gloire du Malin, autant de bonnes raisons d’éviter les pique-nique en pleine nature...

Quelque peu à la traîne en matière de genre, la production cinématographique helvétique préfère se cantonner à un septième art plus classique, davantage auteurisant. Pourtant, alors que la Suisse entière est sous la coupe de cette homogénéisation artistique, un citoyen résiste encore et toujours à l’envahisseur. Son nom : Jean-Clément Gunter, alias JCG qui sévit, caméra à l’épaule, depuis les forêts genevoises et filme depuis son adolescence corps mutilés et appendices tranchés tandis que ses homologues pubertaires effectuent d’interminables tours en moto pour séduire les minettes acnéiques.

Une entreprise qui le mène à retravailler son scénario et à pondre quelques années plus tard (longue maturation s’il en est) son second long métrage intitulé Décadence qui reprend et amplifie des idées analogues à celles développées dans 3 psychopathes, alors encore au stade du balbutiement. Car, en matière de cinéma, n’est pas Mozart qui veut et l’embarcation avait beau être chapeautée par un capitaine précoce, elle n’en prend pas moins l’eau de toutes parts. Mise en scène mollassonne rendue souvent illisible par excès de close-ups, intrigue simpliste, acteurs manchots (au point que même le chien n’en devient plus si crédible que ça), le métrage accumule les fautes de goûts et les approximations sans nul doute imputables à un réalisateur juvénile en plein apprentissage. Dès lors, le seul intérêt (relatif) de 3 psychopathes réside dans ses idées irrévérencieuses malheureusement trop clairsemées que pour exhausser totalement la qualité de l’œuvre. Les adorateurs satanistes cannibales s’amusent à quelque violence gratuite avec leurs cobayes, allant jusqu’à crucifier avec la grâce d’un employé de Castorama un jeune garçon sur le tronc d’un arbre, acte désintéressé qui démontre la bestialité sauvage du trio maléfique. Une séquence dont l’impact sera d’emblée désamorcé par les dialogues nauséabonds que les trois personnages entretiennent ensemble, louant la magnificence d’une créature démoniaque dont ils ne sont que de très lointains et obscurs héritiers. Les adorateurs encensent et lèchent le fessier d’un père spirituel qui les renie au point de n’être plus que des … suppos de Satan.

Amateur de l’entame à son dénouement, 3 psychopathes est une œuvre de jeunesse foirée qui tente de récupérer une intrigue chiantissime à l’aide d’une louchée d’effets gore pas toujours crédibles. Une œuvre de récupération elle-même récupérée et éditée par son auteur qui a appris à ne pas rougir de ses échecs passés. Tout à son honneur et à notre horreur…

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 34966 photo 34965
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage