Festival de Bruxelles (BIFFF)

Présentations du festival




Plus grand festival de genre en Europe, le BIFFF régale chaque année les amoureux du cinéma fantastique et horrifique en proposant des avant-première inédites et en couronnant nombre de petites surprises qui passent inaperçues ailleurs...




Présentation du festival



Où ? En Belgique, à Bruxelles

Quand ? Aux alentours des mois de mars et d’avril

Quoi ? Plusieurs films se livrent une bataille acharnée pour conquérir le jury professionnel et le public dans une ambiance démentielle...

Quelles récompenses ?

Le Corbeau d’Or (Golden Raven) compétition internationale

Le Corbeau d’Argent (Silver Raven) compétition internationale

Le Méliès d’Argent (Silver Méliès) compétition européenne

Le prix Pegase du public (Audience Award)

Le prix du 7ème parallèle

Le prix du Thriller




Les primés du BIFFF


2013

Corbeau d’Or : GHOST GRADUATION (Javier Ruiz Caldera)

Corbeau d’Argent (ex-aequo) : ABDUCTEE (Yudai Yamaguchi) et AMERICAN MARY (Jen Soska et Sylvia Soska)

Méliès d’Argent : MAY I KILL YOU ? (Stuart Urban)

Mention spéciale : EARTHBOUND (Alan Brennan)

Prix Pegase : GHOST GRADUATION (Javier Ruiz Caldera)

7ème Parallèle : BLANCANIEVES (Pablo Berger)

Mention spéciale : VANISHING WAVES (Kristina Buozy)

Compétition Thriller : CONFESSION OF MURDER (Byung-Gil Jung)


2012

Corbeau d’Or : LA MAISON DES OMBRES (Nick Murphy)

Corbeau d’Argent (ex-aequo) : JUAN OF THE DEAD (Alejandro Bruguès) et TORMENTED 3D (Takashi Shimizu)

Méliès d’Argent : IRON SKY (Timo Vuorensola)

Mention spéciale : THE SANDMAN (Peter Luisi)

Prix Pegase : IRON SKY (Timo Vuorensola)

7ème Parallèle : HIMIZU (Sono Sionu)

Mention spéciale : SHUFFLE (Kurt Kuenne)

Compétition Thriller : THE WHISTLEBLOWER (Larysa Kondracki)

Mention spéciale : ELIMINATE : ARCHIE COOKSON (Rob Holder)


2011

Corbeau d’Or : J’AI RENCONTRÉ LE DIABLE (Kim Jee-woon)

Corbeau d’Argent (ex-aequo) : MIDNIGHT SON (Scott Leberecht) et DETECTIVE DEE AND THE MYSTERY OF THE PHANTOM FLAME (Tsui Hark)

Méliès d’Argent : TRANSFER (Damir Lukacevic)

Mention spéciale : TROLL HUNTER (André Ovredal)

Prix Pegase : RARE EXPORTS : A CHRISTMAS TALE (Jalmari Helander)

7ème Parallèle : THE TEMPTATION OF ST. TONY (Veiko Ounpuu)

Mention spéciale : MIRAGES (Talal Selhami)

Compétition Thriller : TERRITORIES (Olivier Abbou)

Mention spéciale : KIDNAPPED (Miguel Ángel Vivas)


2010

Corbeau d’Or : ESTHER (Jaume Collet-Serra)

Corbeau d’Argent (ex-aequo) : THIRST (Park Chan-Wook) et SYMBOL (Hitoshi Matsumoto)

Méliès d’Argent : THE DOOR (Anno Saul)

Mention spéciale : CARGO (Ivan Engler et Ralph Etter)

Prix Pegase : VAMPIRES (Vincent Lannoo)

7ème Parallèle : SYMBOL (Hitoshi Matsumoto)

Compétition Thriller : CELL 211 (Daniel Monzon)

Mention spéciale : RAMPAGE (Uwe Boll)


2009

Corbeau d’Or : MORSE (Tomas Alfredson)

Corbeau d’Argent (ex-aequo) : SAUNA (Antti-Jussi Annila) et LA DERNIÈRE MAISON SUR LA GAUCHE (Dennis Iliadis)

Méliès d’Argent : SAUNA (Antti-Jussi Annila)

Prix Pegase : SEXYKILLER (Miguel Marti)

7ème Parallèle : DREAM (Kim Ki-duk)

Mention spéciale : 8TH WONDERLAND (Jean Mach et Nicolas Alberny)

Compétition Thriller : THE CHASER (Na Hong-Ji)

Mention spéciale : RED (Lucky McKee, Trygve Allister Diesen)


2008

Corbeau d’Or : 13 BELOVED (Chukiat Sakveerakul)

Corbeau d’Argent (ex-aequo) : REC (Jaume Balaguero et Paco Plaza) et STUCK (Stuart Gordon)

Mention spéciale : THE SUBSTITUTE (Ole Bornedal)

Méliès d’Argent : FRONTIERE(S) (Xavier Gens)

Prix Pegase : REC (Paco Plaza et Jaume Balaguero)

7ème Parallèle : THE AERIAL (Esteban Sappir)


2007

Corbeau d’Or : THE HOST (Bong Joon-Ho)

Corbeau d’Argent (ex-aequo) : BLACK SHEEP (Jonathan King) et THE RESTLESS (Cho Dong-Ho)

Méliès d’Argent : DEAD IN 3 DAYS (Andreas Prochaska)

Prix Pegase : DEATH NOTE (Shusuke Kaneko)

7ème Parallèle : BRAND UPON THE BRAIN (Guy Maddin)


2006

Corbeau d’Or : ADAM’S APPLES (Anders Thomas Jensen)

Corbeau d’Argent : STORM (Måns Mårlind & Björn Stein)

Méliès d’Argent : ADAM’S APPLES (Anders Thomas Jensen)

Prix Pegase : ADAM’S APPLES (Anders Thomas Jensen)

7ème Parallèle : THE ECHO (Yam Laranas)


2005

Corbeau d’Or : MAREBITO (Takashi Shimizu)

Corbeau d’Argent : NIGHT WATCH (Timur Bekmambetov) et VITAL (Shinya Tsukamoto)

Méliès d’Argent : HYPNOS (David Carreras)

Prix Pegase : SAW (James Wan)

7ème Parallèle : THE TASTE OF TEA (Katsuhito Ishi)


2004

Corbeau d’Or : SAVE THE GREEN PLANET (Jang Jun-Hwan)

Corbeau d’Argent : A TALE OF TWO SISTERS (Kim Jee-Woon) et GOZU (Takashi Miike)

Méliès d’Argent : LES BOUCHERS VERTS (Anders Thomas Jensen)

Prix Pegase : L’EFFET PAPILLON (Eric Bress & J. Mackye Gruber)


2003

Corbeau d’Or : CYPHER (Vincenzo Natali)

Corbeau d’Argent : MAY (Lucky McKee) et ARAGAMI (Ryuhei Kitamura)

Méliès d’Argent : DEAD END (Jean-Baptiste Andrea & Fabrice Canepa)

Prix Pegase : DEAD END (Jean-Baptiste Andrea & Fabrice Canepa)


2002

Corbeau d’Or : DOG SOLDIERS (Neil Marshall)

Corbeau d’Argent : FAUSTO 5.0 (Alex Ollé & Isidro Ortiz & Carlos Padrisa) et DARK WATER (Hideo Nakata)

Méliès d’Argent : THOMAS EST AMOUREUX (Pierre-Paul Renders)

Prix Pegase : DOG SOLDIERS (Neil Marshall)


2001

Corbeau d’Or : THE ISLE (Kim Ki-Duk)

Corbeau d’Argent : INTUITIONS (Sam Raimi) et VAMPIRE HUNTER D (Yoshiaki Kawajiri)

Méliès d’Argent : EL ARTE DE MORIR (Álvaro Fernández Armero)

Prix Pegase : TERROR TRACT (Lance W. Dreesen & Clint Hutchinson)


2000

Corbeau d’Or : LA SECTE SANS NOM (Jaume Balaguero)

Corbeau d’Argent : GALAXY QUEST (Dean Parisot) et EYE OF THE BEHOLDER (Stephan Elliott)

Méliès d’Argent : POSSESSED (Anders Ronnow-Klarlund)

Prix Pegase : GALAXY QUEST (Dean Parisot)


1999

Corbeau d’Or : RING (Hideo Nakata)

Corbeau d’Argent : CUBE (Vincenzo Natali) et IN DREAMS (Neil Jordan)

Méliès d’Argent : THE WISDOM OF CROCODILES (Leong Po-Chih)

Prix Pegase : DARK CITY (Alex Proyas)


1998

Corbeau d’Or : LAWN DOGS (John Duigan)

Corbeau d’Argent : THE ARCANE SORCERER (Pupi Avati) et 8 HEADS IN A DUFFEL BAG (Tom Schulman)

Méliès d’Argent : LAWN DOGS (John Duigan)

Prix Pegase : EVENT HORIZON (Paul Anderson)


1997

Corbeau d’Or : LUNA E L’ALTRA (Maurizio Nichetti)

Corbeau d’Argent : KARMINA (Gabriel Pelletier) et RETROACTIVE (Louis Morneau)

Méliès d’Argent : TESIS (Alejandro Amenabar)

Prix Pegase : KARMINA (Gabriel Pelletier)


1996

Corbeau d’Or : LE JOUR DE LA BETE (Alex de la Iglesia)

Corbeau d’Argent : HAUNTED (Lewis Gilbert) et ANGELA (Rebecca Miller)

Méliès d’Argent : LE JOUR DE LA BETE (Alex de la Iglesia)

Prix Pegase : OVER MY DEAD BODY (Rainer Matsutani)


1995

Corbeau d’Or : AKUMULATOR 1 (Jan Sverak)

Corbeau d’Argent : SECOND SIGHT (Ola Solom) et LA VOIX DE L’ARAIGNÉE (Henri Barges)

Prix Pegase : NIGHTWATCH (Ole Bornedal)


1994

Corbeau d’Or : FRAUDS (Stephan Elliott)

Corbeau d’Argent : CRONOS (Guillermo del Toro) et YOUNGER & YOUNGER (Percy Adlon)

Prix Pegase : 12:01 (Jack Sholder)


1993

Corbeau d’Or : EVIL DEAD 3 : L’ARMEE DES TENEBRES (Sam Raimi)

Corbeau d’Argent : MATINEE (Joe Dante) et SIMÉON (Euzhan Palcy)

Prix Pegase : EVIL DEAD 3 : L’ARMEE DES TENEBRES (Sam Raimi)


1992

Corbeau d’Or : TIMESCAPE (David Twohy)

Corbeau d’Argent : HIGHWAY 61 (Bruce McDonald) et TETSUO : THE IRON MAN (Shinya Tsukamoto)

Prix Pegase : LE SOUS-SOL DE LA PEUR (Wes Craven)


1991

Corbeau d’Or : A PAUCITY OF FLYING DREAMS (Eizo Sugawa)

Corbeau d’Argent : HARDWARE (Richard Stanley) et HENRY PORTRAIT D’UN SERIAL KILLER (John McNaughton)

Prix Pegase : WARLOCK (Steve Miner)


1990

Corbeau d’Or : LA BANYERA (Jesus Garay)

Corbeau d’Argent : THE DISCARNATES (Nobuhiko Obayashi)

Prix Special : SOCIETY (Brian Yuzna)


1989

Corbeau d’Or : PAPERHOUSE (Bernard Rose)

Corbeau d’Argent : DESTROYER (Robert Kirk) et WAXWORK (Anthony Hickox)


1988

Corbeau d’Or : ANGOISSE (Bigas Luna)

Corbeau d’Argent : THE MONSTER SQUAD (Fred Dekker) et NEAR DARK (Kathryn Bigelow)


1987

Corbeau d’Or : RADIOACTIVE DREAMS (Albert Pyun)

Corbeau d’Argent : STREET TRASH (J. Michael Muro) et L’AIGUILLEUR (Jos Stelling)


1986

Corbeau d’Or : PICCOLI FUOCHI (Peter Del Monte)

Corbeau d’Argent : MAXIE (Paul Aaron)


1985

Corbeau d’Or : DREAMSCAPE (Joseph Ruben)

Meilleur film fantastique : CHUD (Douglas Cheek)

Meilleur film de science-fiction : LOOKER (Michael Crichton)


1984

Corbeau d’Or : NIGHTMARES (Joseph Sargent)

Meilleur film fantastique : LES ENFANTS DU MAIS (Fritz Kiersch)

Meilleur film de science-fiction : VIDEODROME (David Cronenberg) et BLOODBATH AT THE HOUSE OF DEATH (Ray Cameron)


1983

Corbeau d’Or : SAVAGE HUNT OF KING STAKH (Valeri Rubinchik)

Prix du public : GALAXINA (William Sachs)

Prix de la critique : LE DERNIER COMBAT (Luc Besson)

BIFFF ON STREAM - The Brass Teapot

Damien Taymans

La petite clôture avait tout d’une grande grâce à cette petite comédie légère mais corrosive qui fait le tour complet de son argument de départ en livrant son lot de violences physiques et psychologiques. Un bijou !

BIFFF ON STREAM - The Grand Heist

Damien Taymans

Un Ocean’s Eleven asiat avec plein de bastons sensas’ et des tonnes de gags (surtout sonores) qui ont eu raison de l’assistance.

BIFFF ON STREAM - Thale

Quentin Meignant

Une première scène pleine de promesses et puis... le néant ! Absence totale de climax, scénario brouillon au possible et mise en scène d’une platitude extrême, tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce Thale un moment d’ennui des plus atroces. Heureusement, cela ne dure pas deux heures !

Damien Taymans

Malgré une photographie correcte et une réalisation parfois inspirée (la plongée sur le bain laiteux lors de la renaissance de la créature et les traversées en pleine forêt), Thale reste une production indépendante peu inspirée et peu inspirante.

Alan Deprez

Excessivement lent, mou et poussif, "Thale" ne capitalise jamais sur son postulat initial (deux nigauds découvrent une mystérieuse femme aux airs surnaturels, enfermée en tenue d’Eve dans une cave insalubre), s’enlisant dans une intrigue peu captivante. C’est ballot...

BIFFF ON STREAM - The Thompsons

Quentin Meignant

Si l’effet de surprise de The Hamiltons s’est bien entendu estompé, sa suite est une pleine réussite. Les Butchers Brothers oscillent ici entre les scènes chocs dont ils ont l’habitude et une narration plus posée qui permet à The Thompsons de se démarquer du reste de leur filmographie. Hormis un final cousu de fil blanc, il n’y a pas grand chose à reprocher à cette séquelle...

Damien Taymans

Toujours aussi peu inspirés dans l’art de la mise en scène, Altieri et Florès réchappent leur cinéma en modernisant par touches discrètes un schéma des plus classique, n’hésitant pas au passage à afficher clairement leurs références quitte à citer stricto sensu les œuvres fondatrices de leur conception du septième art (Les Frontières de l’aube notamment). Hamiltons et Thompsons, comme Altieri et Florès, ne font qu’un et revigorent un tant soit peu une production horrifique en pleine ankylose.

Alan Deprez

Les Butcher Brothers sont très forts. Sans véritablement renouveler le genre vampirique, "The Thompsons" - sorte de suite à "The Hamiltons" - le revivifie en livrant une œuvre énergique, peu avare en effets graphiques (gentiment gore) et en nudité. C’est moins rock dans l’esprit que "The Violent Kind" et on dénote quelques tâtonnements, mais pas de quoi émousser notre enthousiasme !

BIFFF ON STREAM - Don’t Click

Damien Taymans

Pauvre adhérent des réseaux sociaux et de la cyber-technologie, le virus coule déjà dans vos veines. Cette nouvelle livraison peu inspirée de la K-Horror vous en convaincra mieux que moi. Au fait, c’est pas pour vous rendre parano, mais votre webcam a l’air de vous mater, non ?

Seb Lecocq

De l’horreur coréenne dans ce qu’elle a de plus bassement classique. Un film basique qui va rejoindre les Cello, Red Shoes et autre The Wig

BIFFF ON STREAM - Confession of murder

Damien Taymans

A travers l’iconisation du meurtrier devenu une légende grâce à la publication de ses confessions, le malaise d’une société entièrement soumise au prêt-à-penser télévisuel surgit et, avec elle, l’absence totale du moindre sens moral. Mais le miroir déformant appliqué au monde coréen se noie dans un autre miroir, celui aux alouettes qu’on a de moins en moins d’envie de plumer...

Alan Deprez

Le thriller coréen présente de plus en plus tous les symptômes d’un genre en bout de course et "Confession of Murder" en est le parfait exemple. Beaucoup trop long - voire interminable - et bavard, le film se repose néanmoins sur un scénario brillant (le jeu de dupes marche à plein régime), mais pousse les scènes d’action au-delà du point de rupture et de toute vraisemblance. Il y a des limites à la suspension d’incrédulité...

Seb Brunclair

Un thriller coréen qui peine à se trouver une réelle identité, coincé entre un thriller de facture classique et un grand spectacle hollywoodien parsemé de courses-poursuites invraisemblables. Pourtant, le film fait preuve d’une telle énergie, renforcée par une interprétation impeccable, qu’il se révèle au final assez attachant. Sans compter la vision acerbe de la célébrité et de l’omniprésence des médias en toile de fond plutôt bien vue.

BIFFF ON STREAM - Excision

Quentin Meignant

Une AnnaLynne McCord impeccable, au service d’un metteur en scène intelligent qui signe quelques séquences oniriques inoubliables : tout est réuni au niveau qualité et cet Excision est un must.

Damien Taymans

La suite officieuse du sublime May de McKee ? Pas loin...

Samuël Tubez

Excision c’est un peu comme si Diablo Cody, Lucky McKee et Jack Ketchum avaient fricoté ensemble pour accoucher d’un enfant bâtard. Une interprétation bouleversante, une ambiguïté de tous les instants, des séquences oniriques trasho-gore aussi belles qu’écœurantes,... Coup de cœur de cette édition !

BIFFF ON STREAM - Dracula 3D

Quentin Meignant

On pensait qu’Argento avait touché le fond depuis longtemps mais il creuse encore. Sa nouvelle excursion spéléo met à mal le mythe de Dracula en ne le respectant pas et en abondant en images d’un amateurisme à faire peur. Bluffant !

Alan Deprez

C’est comme si Argento avait perdu tout sens élémentaire du bon goût, de la mise en scène, de la direction d’acteurs, du cadre, ... Même la direction photo de Luciano Tovoli ("Suspiria") fait pâle figure... c’est dire... 2 étoiles pour la profusion de nibards et de petits culs (l’appétissante Miriam Giovanelli en tête). Et papa Dario a encore généreusement désapé Asia !

Seb Lecocq

Bon c’est naze mais moins que ce qu’il a fait ces quinze dernières années. Ici au moins il y a un semblant de vie et d’esprit à l’écran. Ça ne vole pas haut du tout mais ce sera une note d’encouragement.

Damien Taymans

Un (petit) cran au-dessus de Giallo. Mais Dario a décidément au niveau de la plastique et des idées trois bonnes décennies de retard...

Samuël Tubez

Argento repompe à gauche et à droite pour ne jamais s’approprier le récit de Stocker si ce n’est en y apposant sa touche ringarde propre à ses derniers films. On le dit depuis des années, mais là il est vraiment temps qu’il arrête !

Seb Brunclair

Argento ou pas, rien ne peut excuser une telle abomination. Une étoile pour quelques jolies poitrines et une transformation nanarde en mante religieuse, et c’est cher payé. La retraite, c’est pour quand ?

BIFFF ON STREAM - Au nom du fils

Damien Taymans

Quand La vie est un long fleuve tranquille tourne au vigilante corrosif. Plus jusqu’au-boutiste que le navrant Vampires...

BIFFF ON STREAM - Abracadabra

Damien Taymans

Emporté dans nos rêveries, on se prend à imaginer une production cinématographique belge plus palpitante, plus corrosive, plus folle aussi. A l’image des films de Fabrice du Welz, du tandem Cattet-Forzani ou de Vincent Lannoo, si loin du surréalisme pèpère et abstrus et du drame social désincarné. Une production en marge de laquelle le cinéma primitif et maladroit de JJR et de Roland Lethem ont leur place quand celui de Desamory cherche encore la sienne...

Quentin Meignant

Histoire incompréhensible, bande-son atroce, acteurs catastrophiques. Le marasme le plus complet...

BIFFF ON STREAM - Pieta

Damien Taymans

Pieta se vit davantage qu’il ne se regarde. La commotion qui en résulte n’en est que plus accablante. La meilleure livraison de Kim Ki-Duk depuis une bonne dizaine d’années, ni plus ni moins.

Alan Deprez

Eprouvant, implacable, "Pieta" sonde avec brio les tréfonds de l’âme humaine et la misère sociale frappant un bled coréen. A la clé, une chronique familiale virtuose, perverse et boiteuse. Par contre, pas dit que le film avait sa place au BIFFF, et encore moins programmé l’avant-dernier jour du festival, quand la fatigue s’est accumulée...

Seb Lecocq

Kim Ki Duk balance un nouveau film sans concessions. Dur, âpre, violent mais aussi plein d’amour. Mais de l’amour à la Kim. Pieta possède le goût du sang, le goût de ses premières œuvres.

Samuël Tubez

Kim Ki-Duk revient en forme avec une chronique familiale et sociale troublante. Pas vraiment le type de film que l’on peut apprécier pleinement au BIFFF (mais vous allez la fermer vos gueules oui ou non ?!)

Seb Brunclair

Troublant, intense mais pas vraiment à sa place au BIFFF, Pieta est une œuvre marquante qui prend son temps pour dévoiler totalement ses innombrables qualités, à réserver aux plus patients. Le jeu en vaut clairement la chandelle.

BIFFF ON STREAM - Hansel & Gretel get baked

Damien Taymans

Candidat honorable pour une future sortie DTV, Hansel et Gretel get baked est tout ce que le film de Wirkola n’était pas, c’est-à-dire une version originale et amusante du conte originel avec ce qu’il faut de gore, de punchlines et autres réjouissances (un baiser langoureux entre filles, check !).

Seb Brunclair

Un pur produit de vidéoclub, peu avare en gore, en répliques cinglantes et en fun qui mérite amplement sa place dans une soirée pizzas/films/bières entre potes, contrairement au Hansel et Gretel sorti en salles dernièrement.

BIFFF ON STREAM - The Human Race

Alan Deprez

Hargneux et cruel, "The Human Race" est une des bonnes surprises de ce BIFFF 2013. Malgré deux-trois scories (rythme hésitant et autres maladresses inhérentes à une petite prod. au budget modeste), la péloche de Paul Hough (fils du grand John, bien connu des bisseurs invétérés) ne déçoit pas, jusqu’à un final des plus original, qui n’aurait pas dépareillé dans les pages de "Métal Hurlant". Et Eddie McGee, à la présence magnétique, est une vraie découverte.

Damien Taymans

Malgré quelques effets de mise en scène lourdingues (split screens, usage de flashs propices à provoquer l’épilepsie), The Human Race est une production unique en son genre. Tout explose (bébé compris) dans ce feu d’artifice jubilatoire hyper-rythmé.

Quentin Meignant

Une œuvre pas toujours très abordable qui dépeint de manière intelligente les rapports humaines malgré son aspect "course à la mort". Le final peine à convaincre mais la malice de l’ensemble sauve tout ce qui peut l’être.

Samuël Tubez

Un étalage souvent maladroit et tape à l’œil de cruauté et de violences. On a connu plus subtil pour dépeindre une humanité égoïste et pourrie. Pas convaincu !

Seb Brunclair

Assumant son concept jouissif jusqu’au bout, morts politiquement incorrectes y compris, The Human Race fait preuve d’une cruauté et d’une efficacité redoutables, seulement terni par quelques longueurs, dont un face-à-face interminable entre deux sourds-muets. Une très bonne surprise !

BIFFF ON STREAM - The Weight

Damien Taymans

The Weight alourdit encore un peu plus le fardeau en bout de course en permettant à deux "insectes", pour paraphraser l’un des personnages du film, de commenter l’existence des autres, qu’ils considèrent comme déprimante. La frontière entre les mondes des morts et des vivants se dissipe, la disparition des monstres est elle-même anecdotique. Autant que celle des simples mortels. La boucle est bouclée. Le film de Jeon Kyu-haw est une nouvelle illustration, avec le Pieta de Kim Ki-Duk, du brio de la création cinématographique sud-coréenne marginale.

Quentin Meignant

Des personnages singuliers et torturés en quête de normalité et d’humanité font de cette oeuvre une pièce unique. Glauquissime, dérangeant au possible, The Weight est une expérience en soi, un poème dépressif authentique.

BIFFF ON STREAM - Upside Down

Quentin Meignant

Une sorte d’Amour et Amnésie avec un vrai sujet et une véritable structure. Émouvante, cette fable science-fictionnelle aurait pu constituer un véritable chef-d’oeuvre si Juan Solanas avait été plus loin que la simple histoire d’amour. Un brin de révolte et de critique sociétale n’aurait pas fait de mal. N’en demeurent pas moins de fort belles images et un duo de comédiens hors du commun...

Alan Deprez

"Upside Down" peut se vanter d’un superbe concept (rejouant les inégalités de classes sociales à la sauce S-F) et d’un romantisme légèrement suranné, à même de faire fondre les cœurs les plus endurcis. A quelques fautes de goût près (lumière publicitaire, abus de CGI, ...), c’est irrésistible. Futur carton en salles ? Précisons aussi qu’encore une fois, Kirsten Dunst est belle à mourir...

Damien Taymans

Cette version hype de La Belle et le Clochard est certes remplie d’incohérences et bourrée de guimauve, elle n’en reste pas moins sublime !

Samuël Tubez

Un postulat de départ intéressant et visuellement des plus prometteurs qui se vautre graduellement dans un romantisme mièvre à mourir. Hormis quelques jolis plans, tout cela est bien trop vain et prévisible.

Seb Brunclair

Upside Down, ou comment donner naissance à un univers intéressant pour le sous-exploiter et ne le réduire qu’au théâtre d’une énième variation de Roméo et Juliette bien interprétée mais dénuée de toute subtilité. Rien de renversant, donc.

BIFFF ON STREAM - Forgotten

Damien Taymans

Cette petite œuvre minimaliste et ultra-classique prend le temps de poser son intrigue et ne se dévoile que progressivement. Ca a beau être cousu de fil blanc, ça reste une proposition salvatrice au sein d’une programmation des plus originales

Quentin Meignant

Une compilation de tout ce que je n’aime pas dans le domaine. Un twist prévisible et donc énervant. Reste donc de très belles images et un certain sens de la mise en scène.

Seb Lecocq

Une intrigue de dtv, une mise en scène de dtv. Que du classique de chez classique mais ça se laisse voir malgré une succession de révélations un peu artificielles

BIFFF ON STREAM - Paura 3D

Quentin Meignant

Un survival tout sauf intelligent qui se borne à reprendre à la grosse louche les ingrédients du genre. On ne s’ennuie néanmoins pas, ce qui est déjà bien pour un film des frères Manetti !

Damien Taymans

A peine plus intéressant qu’un Women in Cage lambda, Paura 3D se vautre en coursant deux lièvres simultanément : les Manetti utilisent maladroitement les codes de l’épouvante (le couloir dont la profondeur est appuyée par la 3D, un survival classique) qu’ils intègrent à une histoire banale filmée de manière trop "réalistico-réaliste" (les plans se resserrent invariablement sur les détails anatomiques mais se montrent moins engagés lorsqu’il s’agit de montrer la captive dans l’antre de l’ogre). Ca sonne à nouveau creux chez les Manetti...

Seb Brunclair

Un film d’horreur tellement convenu et ennuyeux que même l’apparition d’une donzelle entièrement nue n’aura pas suffi à faire réagir le public du BIFFF, pourtant pas le dernier à se manifester face à ce genre de visions charnelles. Et ça, ça en dit long.

BIFFF ON STREAM - Belenggu

Damien Taymans

Belenggu perd donc toute crédibilité principalement à cause de sa durée. Trop long d’une bonne demi-heure, le film révèle que sa photographie et le soin de sa mise en scène ne jouent qu’un rôle de cache-misère pour un scénario convenu qui se déroule avec un train de sénateur voire d’académicien avant de tomber dans l’écueil de la sur-explication en fin de course. Navrant !

Alan Deprez

"Belenggu" se rêve en David Lynch indonésien, mais est aussi palpitant qu’un épisode de "Tatort". Un remède imparable contre l’insomnie !

Seb Lecocq

C’est très joliment mis en scène mais bon sang qu’est ce que ça peut paraître long 1h40.

BIFFF ON STREAM - Robo G

Alan Deprez

Sensible et plein d’humour, "Robo-G" apporte sa pierre à l’édifice de la comédie humaniste made in Japan. Hélas, une fois de plus, c’est très long... Le film aurait facilement dû être dégraissé d’une petite demi-heure.

Damien Taymans

Le quiproquo délirant alimente le film sur une bonne partie de sa durée hélas un peu trop longue !

Seb Lecocq

Yaguchi démontre une fois de plus qu’il est l’un des maitres de la comédie nippone. Un petit temps mort en fin de parcours mais pour le reste c’est du tout bon.

BIFFF ON STREAM - May I Kill you

Damien Taymans

Un petit polar sans prétentions qui rappelle s’il était encore besoin qu’en matière de décalage et d’absurde, les Anglais demeurent les rois.

Quentin Meignant

Un film qui aurait gagné à être soit plus choquant soit plus drôle. La bonne humeur est néanmoins de mise et quelques séquences s’avèrent excellentes.

Samuël Tubez

Un vigilante à l’humour noir "so british so delightful" énergique et très bien interprété.

Seb Brunclair

Un Dexter à bicyclette carburant à l’humour noir, magnifiquement interprété et réservant son lot de séquences mémorables. Dommage qu’il pédale légèrement dans la semoule sur la fin, trop longuette.

BIFFF ON STREAM - Dust up

Damien Taymans

Un film marginal sur des marginaux avec son lot de de perversités et de politiquement incorrect. En l’occurrence, l’entrée en matière de Dust up dépote grave avant que l’œuvre ne morde littéralement la poussière à force de cultiver à tout prix son humour bas du front.

Seb Brunclair

Cohérent avec son environnement, Dust Up met en scène un désert scénaristique d’où n’émergent que quelques oasis de violence gratuite plutôt fun. A part ça, place au rendez-vous avec le marchand de sable.

BIFFF ON STREAM - After

Damien Taymans

Tout effet de surprise s’évapore dès la première bobine avant que ne se succèdent de très longues réflexions existentielles et des séquences de flash-backs répétitives. Mais l’exercice demeure intéressant et plutôt bien torché.

Samuël Tubez
After se prend très au sérieux avec son récit dramatico-horrifique mièvre à crever. Les intentions sont peut-être bonnes, mais le résultat est juste ridicule.

Seb Brunclair

Niais, mou et terriblement ennuyeux, After est la recette miracle pour les crises d’insomnie. Pas étonnant pour un film qui prend le coma pour sujet.

BIFFF ON STREAM - The second death

Damien Taymans

Avant d’atteindre la seconde mort, il faudra déjà éviter la première, celle, qui guette l’assistance au découvrir de cette œuvre morti et somnifère..

BIFFF ON STREAM - Texas Chainsaw 3D

Alan Deprez

Quand arrêteront-ils de massacrer la saga horrifique initiée par Tobe Hooper ? Dernier né de la franchise, "Texas Chainsaw 3D" est ce qu’on appelle une belle purge, basée sur un scénario de film Z ultra prévisible et des personnages stéréotypés. La 3D est inexistante et inutile, symptomatique de ces films 2D convertis à la hâte, en espérant empocher encore plus de pognon. 1 étoile pour la craquante Tania Raymonde - aux faux airs de Jenna Haze (n’est-ce pas Monsieur Ben Bette ?) - et son petit cul.

Damien Taymans

Une septième exploration de l’histoire de Leatherface bien régressive et lourdingue, telle qu’on l’attendait. Néanmoins, la péloche manque cruellement d’érotisme et de folie.

Quentin Meignant

On n’en attendait pas moins d’un film qui s’appelle Massacre à la Tronçonneuse 3D : le tout est délicieusement mauvais, manque de gore et de sexe mais s’avère être une série B des plus réjouissantes malgré tout. Que demande le peuple ?

Samuël Tubez

Massacre à la tronçonneuse avec Jigsaw durant la nuit d’Halloween. Côté gros bonnets et gore, le film fait le boulot. Par contre pour le scénar’ et le mythe, on repassera.

BIFFF ON STREAM - Earthbound

Quentin Meignant

La belle surprise du festival. Nullement attendue, cette petite péloche irlandaise est un brillant hommage à la science-fiction qui tire sa force d’un duo de comédiens impeccables et d’un scénario très intelligent.

Damien Taymans

Un Galaxy Quest irlandais. Touchant et drôle, orienté pour les geeks invétérés et calibré pour le spectateur lambda, Earthbound est une pure merveille à réserver à tous les yeux

BIFFF ON STREAM - The Peach Tree

Damien Taymans

The Peach Tree est une fable naïve, sans puissance, atone. Qui entretient un jeu de dupe en forçant l’ambiguïté pour du vent. Et c’est là le moindre de ses pêchers...

Quentin Meignant NC

D’un ennui mortel. Je suis parti au bout d’une heure...

BIFFF ON STREAM - I declare war

Fred Pizzoferrato

Plutôt sympa dans son pitch mais on ne sait pas toujours où le réalisateur veut en venir et ça tourne un peu en rond, entre Stand by Me et Battle Royale. C’est surtout un film pour ados (d’ailleurs uniquement joué par des ados) mais ça se regarde plaisamment.

Alan Deprez

Cette version cruelle de "Stand by Me" - où des enfants se font la guerre dans les bois - aurait mieux fait d’aller au bout de son sujet. En l’état, ça reste un peu trop dans les clous...

Damien Taymans

Ces jeux d’enfants n’explosent jamais la vision naïve et innocente des marmots qui s’amusent à la guerre pour défendre quelque château de sable ou rêver d’une potentielle prise de pouvoir. Néanmoins, la gué-guerre est plutôt bien menée et la plupart des moutards convaincants

Quentin Meignant

Un film étonnant dont l’efficacité s’avère redoutable dans sa première partie. Malheureusement, la répétitivité des scènes d’action et de l’intrigue en elle-même vient saper les beaux efforts du réalisateur.

BIFFF ON STREAM - Abductee

Alan Deprez

Malgré un postulat intrigant (un homme qui, kidnappé, se réveille dans un container en mouvement et cherche à en savoir plus), "Abductee" - 2ème réalisation de Yudai Yamaguchi présente dans la programmation du BIFFF cette année, après l’OFNI "Snot Rockets" - est une sacrée déception. Ennuyeuse et empesée, l’œuvre ne démarre jamais réellement, s’enlisant dans son concept de huis clos, avant de sombrer dans un twist final grandiloquent et absurde.

Damien Taymans

L’enquête occupe l’essentiel du récit et comporte assez de révélations différentes pour soutenir l’intérêt du spectateur quand la forme ne s’autorise quant à elle aucun sursaut, coincée dans ce cercueil d’acier. Si Abductee surprend dans un premier temps par le sérieux affiché par son auteur et l’ingéniosité toute relative de son intrigue, on pointera un sacré ventre mou dans l’œuvre qui aurait pu aisément se passer d’un bon quart d’heure. Et ce détour par Incassables rend le film définitivement inclassable...

Samuël Tubez

Yamaguchi change de registre mais ne parvient pas à nous tenir en haleine dans ce huis-clos ronflant à la conclusion ridicule.

Seb Brunclair

Quand un ex Sushi Typhoon s’attaque au huis-clos à la Buried, cela donne Abductee. Si le film fait illusion durant un certain temps et que le scénario intrigue, on désenchante vite devant une progression trop lente et un final ridicule qui nous rappelle la tendance porte nawak de Yudai Yamaguchi.

BIFFF ON STREAM - Snot rockets

Alan Deprez

D’ores et déjà un des must-see de ce BIFFF 2013 ! "Snot Rockets" est un portnawak jubilatoire/régressif, aux allures de grand défouloir et porté par un Tak Sakaguchi survolté. Le public de la séance de 24h59 (facétie des organisateurs) ne s’y est pas trompé ! Seb Lecocq vous en reparlera encore dans 10 ans !

Seb Lecocq

Parfois les mots ne suffisent pas. Parfois, les mots ne suffisent pas.

Samuël Tubez

Le collage fou, fou, fou de Yamaguchi enchaîne les scènes nonsensiques et nawak dans un rythme sous speed que ne renierait pas le premier emphitaminé venu. Avec Snot Rockets, même pas besoin de fumer la moquette ! A consommer avec modération tout de même !

Damien Taymans

S’il n’était pas d’une aussi courte durée, cet OFNI provoquerait sans doute l’overdose. Ce monument de n’importe quoi s’avère diablement excitant de bout en bout...

Seb Brunclair

Totalement dingue et indescriptible, Snot Rockets est une preuve de plus que les cinéastes japonais sont décidément des êtres à part. On déplorera juste une petite tendance à l’auto-recyclage, vite pardonnée face à une telle avalanche de n’importe quoi parfaitement assumé. Bref, le film parfait pour une séance d’1H du matin.

BIFFF ON STREAM - Hellbenders 3D

Alan Deprez

Une des grosses déceptions de cette édition. "Hellbenders 3D" souffre d’un rythme anémique et d’un manque d’ampleur narrative. On s’ennuie ferme et la 3D est plus qu’inutile. Sans Clancy Brown, monstre de charisme, c’aurait été un naufrage complet.

Seb Lecocq

Un excellent concept, une première demi-heure d’une grande coolitude puis le film ne rebondit jamais et se repose trop sur son idée de base. Un Clancy Brown au sommet.

Damien Taymans

Une alternative fun et assez fendarde à la vague d’exorcismes pelliculés qui inondent le genre. Mais il reste un ventre mou très encombrant et une 3D anecdotique

Quentin Meignant

Une gaudriole sans âme qui, aussitôt vue est déjà oubliée. Quelques gags sont néanmoins à sauver...

Samuël Tubez

D’énormes passages à vide et un manque cruel de véritable enjeu gâchent cette pourtant bonne idée de départ où des prêtres exorcistes se défoncent et blasphèment sans cesse pour mieux affronter le Mal. Reste quelques dialogues amusants et un Clancy Brown comme toujours excellent.

Seb Brunclair

Proposant une idée de départ démentielle bien exploitée durant une vingtaine de minutes, le film s’embourbe ensuite en changeant brutalement d’orientation pour n’offrir qu’une énième chasse au démon. On en retiendra tout de même quelques bonnes idées, mais pas suffisamment pour atténuer ce sentiment de gâchis.

BIFFF ON STREAM - Inhuman Ressources

Damien Taymans

L’attirail entier du monde de l’entreprise est exploité de bout en bout de ce script parfois vain (le whodunit) souvent malin (l’appartement truffé d’ustensiles destinés à se défendre),soutenu par une mise en scène habile qui crée la tension à partir d’angles de prises de vue obliques alternant avec des close-ups enferrant les personnages dans leur prison improvisée et des effets spéciaux prosthétiques signés par le maestro Tom Savini. Sous l’œil avisé du délirant Nicholas Hope dans le costard cintré du boss déjanté...

BIFFF ON STREAM - Oblivion

Alan Deprez

Extrêmement prévisible et reposant sur du vide, "Oblivion" accumule tous les poncifs de la S-F américaine la moins inspirée. Les SFX sont bien foutus, on en prend plein la gueule, mais à quoi bon... La péloche sci-fi de Kosinski est bling-bling comme un Russe nouveau riche roulant dans une berline flambant neuve. Et ce n’est pas le jeu de Tom Cruise - fort de ses tics habituels - qui changera la donne...

Damien Taymans

Une nouvelle berline de luxe pour Tom Cruise. Et une nouvelle illustration que cet homme et la SF sont impossibles à concilier. Dommage car visuellement, on prend une sacrée claque !

Seb Brunclair

Piochant par-ci par-là chez la concurrence, Oblivion ne trouve à aucun moment son identité propre. Cela ne l’empêche pas de se laisser suivre sans déplaisir, la partie visuelle étant évidemment au-dessus de tout reproche, mais le tout sera rapidement oublié une fois le pop-corn digéré. Rarement un film n’aura aussi bien porté son nom.

BIFFF ON STREAM - Remington and the curse of the zombadings

Alan Deprez

Délirant et hilarant... mais ça ne dure que 45 minutes... Ensuite, "Zombadings" s’enlise, laissant la place à un comique répétitif des plus pataud. A réserver tout de même aux hétéros curieux - ils sont nombreux - et aux fans de travestis philippins.

Seb Lecocq

Dans la tradition philippine, un film bien déglinguo, plein de folie, de couleur et d’humour ras des pâquerettes. Le concept s’essouffle passé la première heure mais ça reste très fun.

Damien Taymans

Peu importe que la caricature soit ici sacrifiée sur l’autel d’une comédie potache par essence et lourdingue par conviction. La preuve avec ce dernier acte permettant aux cadavres des travelos exécutés jusque-là de revenir dans le monde des vivants pour se venger du dézingueur en série. Intéressant sans être totalement délirant ni convaincant, Zombadings est une fausse zombédie plutôt mignonne.

Seb Brunclair

Rigolote et globalement bien rythmée, cette gentillette comédie philippine peine pourtant à maintenir l’intérêt sur la durée. On regrettera également le traitement banal réservé aux zombies, visiblement intégrés au métrage en dernière minute, probablement pour des raisons de marketing. Néanmoins, le tout reste tout à fait recommandable pour les fantasticophiles à la recherche d’un peu de légèreté dans ce monde de brutes.

BIFFF ON STREAM - Trap for Cinderella

Quentin Meignant

Le genre de thriller qui vous explique cinq fois l’histoire pour être sûr que vous avez bien compris. Outre cela, le côté arty et romance du film a de quoi courir sur le haricot.

BIFFF ON STREAM - Community

Damien Taymans

Le bad trip de la journée : un mélange sans âme de rednecks et de caï-ras shootées jusqu’à l’os. Aussi caricatural qu’une comédie de Michael Youn, Community enquille les clichés et n’offre rien de bien intéressant à se mettre sous la dent.

Quentin Meignant

Un pitch intéressant bien mis en place dans la première demi-heure. Le reste se résume en un jeu du chat et de la souris prévisible. Le final, lui, est totalement imbuvable.

Seb Brunclair

Partant sur de bonnes bases, Community se vautre largement durant sa deuxième partie. Reste une chouette galerie de gueules improbables, dont un travesti mémorable.

BIFFF ON STREAM - Rurouni Kenshin

Damien Taymans

Vu le rythme imprimé par le réalisateur à son œuvre et les moments de bravoure qui la parsèment, impossible d’avoir le vague à lame. Kenshin le vagabond reste une adaptation très réussie qu’il convient de compléter en parcourant dans son intégralité le manga original.

Seb Lecocq

Une première heure d’une longueur infernale, bavarde et ennuyeuse mais heureusement la suite est d’un bien meilleur acabit : 45 minutes de trop qui gâche un film pas dégueulasse sans ça.

Quentin Meignant

Un film très long mais des plus efficace malgré un acteur principal peu charismatique.

BIFFF ON STREAM - Pastorela

Damien Taymans

Si Alex de la Iglesia avait un enfant bâtard au Mexique, il doit s’appeler Emilio Portes !

Seb Brunclair

Une comédie qui se veut enjouée mais qui se révèle plate et sans véritable punch, malgré un casting très motivé. A en croire les rires dans la salle, le tout est sans doute une question de sensibilité humoristique.

Quentin Meignant

Une comédie plutôt bien foutue avec des comédiens attachants qui, dans sa dernière demi-heure, vire carrément à la régalade avec un combat réjouissant entre le Bien et le Mal.

BIFFF ON STREAM - American Mary

Alan Deprez

Doté d’une thémathique passionnante (la chirurgie plastique underground et ses accros aux modifications corporelles), sexy, stylisé et porté par une Katharine Isabelle fantasmatique (j’ai du mal à m’en remettre...), "American Mary" enivre de par son ambiguïté, mais déçoit un tantinet par manque de rythme et de rebondissements.

Quentin Meignant

Une grosse déception. Se basant sur une première heure excellente et sur une actrice principale des plus convaincante, le film ne tient pas la route, les soeurs Soska ne parvenant pas à offrir un final digne de ce nom. Dommage car tout était réuni pour donner lieu à un petit chef-d’oeuvre.

Samuël Tubez

American Mary va parfois là où Nip/Tuck n’osait pas s’aventurer. Très prometteur dans sa première partie, le film des Soska sisters peine à captiver tout du long à cause de son manque d’enjeu, de rebondissement et de puissance. A cela s’ajoute de gros problèmes de continuité dans le montage et un final complètement loupé. Même si ce n’est pas pour nous déplaire, le film se repose un peu trop sur les épaules (les épaules, vraiment ?) de la bandulatoire Katharine Isabelle. Deux étoiles pour le film, trois pour l’actrice.

Seb Brunclair

Véritable ode aux charmes de Katharine Isabelle, American Mary part sur de très bonnes bases mais peine à maintenir l’intérêt sur la longueur. La fin désastreuse n’arrange rien.

BIFFF ON STREAM - Fairytale

Damien Taymans

Des nuées de moustiques, des répliques de Samson, des dents qui tombent : l’horreur a décidément bien changé en Italie.

BIFFF ON STREAM - The Forest

Damien Taymans

L’Espagne est à feu et à sang. Pendant ce temps, dans un bosquet, une grosse boule apparaît tous les six mois et un illuminé s’en sert comme vaisseau. Un mystère semestriel, ça a beau être intrigant, on a vraiment le temps de l’oublier

BIFFF ON STREAM - Chained

Damien Taymans

Si l’on adopte un point de vue meta-analytique, Chained constitue la rupture définitive de la filiation que certains voyaient avec le cinéma de son paternel. La violence brute (le film a écopé d’un classement R17 aux États-Unis), la force de chaque image, la puissance évocatrice de chaque plan attestent que la "fille de" possède désormais (si certains en doutaient encore) son cinéma : intense, bouleversant, écœurant même.

Quentin Meignant

Une oeuvre qui aurait pu être glauquissimement psychologique mais qui ne l’est pas. Un thriller suffoquant mais arythmique. Un climax impressionnant gâché par un twist final décevant. Bref, une énorme déception pour ma part...

Alan Deprez

Une atmosphère poisseuse et malaisante, au sein de laquelle trône un Vincent D’Onofrio d’anthologie ; massif et idéalement abject dans la peau du taximan serial killer Bob. C’est bête que "Chained" manque d’enjeux narratifs et tourne un peu à vide dans son dernier tiers...

Samuël Tubez

Petit lapin deviendra grand méchant loup ? Jen Lynch nous offre une vision de l’éducation par le meurtre et la séquestration qui fait parfois froid dans le dos. La plongée dans les traumas des personnages est marquante et Vincent D’Onofrio impressionnant. On regrette toutefois que la mise en scène soit un poil trop classique et que la tension manque trop souvent à l’appel.

BIFFF ON STREAM - Rat King

Damien Taymans

Après avoir fait main basse sur les Jussi Awards (Oscars finnois) en 2008 avec Black Ice, Petri Kotwica se vautre lamentablement avec ce thriller mal emballé et peu emballant.

Quentin Meignant

Un court métrage étiré sur une longue, très longue durée et dont le dénouement est prévisible après le quart d’heure. A la base très rare, l’action est heureusement au rendez-vous en seconde partie de film, mais en mode mineur...

Seb Brunclair

Bourré de clichés, affreusement mou et plombé par une bande-son assommante, Rat King parvient très étonnamment à intriguer suffisamment pour nous pousser à en connaître le dénouement, pourtant pas plus fameux que le reste. Saloperie de curiosité malsaine.

BIFFF ON STREAM - Night Train to Lisbon

Damien Taymans

Un voyage initiatique pour un pré-retraité dans la magnificence de Lisbonne. Le festival du film d’amour, c’est pas à Mons ?

Samuël Tubez
On s’ennuie (trop ?) poliment devant ce pseudo mystérieux drame initiatique porté par la prestation de papy Irons. Night train to Lisbon est l’erreur de casting de ce BIFFF 2013.

BIFFF ON STREAM - Tai Chi Hero

Alan Deprez

Moins convaincant que l’opus 1 ("Tai Chi Zero"), mais ça reste très plaisant et enjoué. Le charme du couple principal Angelababy/Yuan Xiaochao n’y est sans doute pas étranger. Un "kung fu flick" d’une telle qualité, c’est appréciable au milieu de la progra du BIFFF.

BIFFF ON STREAM - Tai Chi Zero

Alan Deprez

Stephen Fung nous offre un superbe divertissement, énergique et enlevé, avec des clins d’œil aux jeux vidéo. Les kicks s’enchaînent, les romances sont tragiques et le grand spectacle est au rendez-vous, sans délaisser pour autant les personnages ou l’émotion. On dénote juste quelques longueurs, mais sans que cela porte préjudice à l’ensemble.

Damien Taymans

Pas mal de blabla en première partie (très fun dans ses délires cartoonesques) puis du boumboum en seconde. Un film bien dosé en somme

BIFFF ON STREAM - Sawney : Flesh of Man

Damien Taymans

Des dégénérés consanguins qui bouffent du badaud, juste pour assurer la pérennité de leur lignée mongoloïde. Un air de déjà-vu, non ?

Seb Lecocq

De belles images de la campagne écossaise mais un intérêt et une originalité proches du néant.

BIFFF ON STREAM - Stitches

Alan Deprez

Un "irish slasher" efficace, sans plus, sauvé par quelques bonnes idées (comme ces œufs renfermant l’âme des clowns) et mises à mort inventives (cf. le coup du parapluie ou la tête qui gonfle façon "Theme Hospital"). "Stitches" est loin d’être mémorable, mais pour une séance au BIFFF, ça fait le boulot. Pas sûr que ce soit aussi plaisant lors d’une vision domestique.

Damien Taymans

Stitches, privé de nez rouge, n’a décidément rien dans le bide. Et ne se montre intéressant que lorsque son boogeyman s’amuse à visiter celui des autres. Dans le dernier tiers, la machine s’emballe (enfin !) : les viscères se déploient, les têtes explosent, les yeux sont énucléés. Cette péloche irlandaise précédée d’une bonne réputation s’assimile à un tour de grand roue : jouissif quand elle prend de la hauteur, assommante quand elle devient plus terre-à-terre...

Seb Lecocq

Une très longue mise en place pour une dernière demi heure rigolote et fun et pas mal gore. Sympa mais pas de quoi se relever la nuit.

BIFFF ON STREAM - Ghost Graduation

Quentin Meignant

Un film fait pour être projeté au BIFFF : drôle, léger et plein de bons sentiments (dans le bons sens du terme), Ghost Graduation s’appuie de surcroît sur un casting très convaincant et une bande originale qui ne peut que plaire aux nostalgiques des 80’s. L’un des tout grands moments de ce festival !

Damien Taymans

Ghost Graduation constitue la petite pause légère et aérienne nécessaire dans une programmation riche en détraqués et en monstres de tous poils (ceux aux guiboles des araignées géantes ou sur la caboche des fantômes asiats). Un divertissement familial de haute volée qui, à l’image de Hello Ghost, a d’ores et déjà cédé ses droits pour un remake américain. Dura pecuniae lex sed lex...

Seb Lecocq

Quand les espagnols cessent de ressasser encore et toujours leur passé franquises, ils sont capables de balancer de super film. Très drôle, intelligent, finement écrit et très bien jouer. Un grand favori pour le Prix du Public.

BIFFF ON STREAM - The Host

Quentin Meignant

La niaiserie des récits de Stephenie Meyer en plein ! The Host est l’illustration même d’un cinéma tout public nauséabond qui, à force de tirer sur le corde de la sensibilité finit par la rompre. Voir Andrew Niccol se commettre dans ce style est carrément criminel

Damien Taymans

La peinture d’un monde futuriste colonisé par les extraterrestres fonctionne plutôt bien. S’il n’y avait la touche Stephenie Meyer et ses intrigues amoureuses à deux balles...

Fred Pizzoferrato

Un peu mieux qu’on ne le craignait, le film saborde ses quelques bonnes (mais peu originales) idées par un déluge de guimauve qui atteint son point culminant dans une suite de fausses fins lacrymales absolument imbuvables. Dommage, sans tout ça, The Host aurait pu prétendre à une honnête moyenne...Là ça reste seulement sirupeux et souvent emmerdant (on sent passer les 2 bonnes heures)

BIFFF ON STREAM - The Liability

Quentin Meignant

Un thriller sans AUCUN rythme qui, curieusement, tient le pari d’être extrêmement sympathique. Film oubliable dans la minute, The Liability brille par une certaine auto-dérision et une caractérisation efficace de son excellent duo d’acteurs principaux.

Fred Pizzoferrato

Le polar so british malin avec son scénario retors, ses personnages attachants, son humour cyniquement noir et son rythme en dent de scie. Du déjà vu efficace malgré de grosses facilités scénaristiques, bien servi par des acteurs talentueux. Plaisant mais mineur.

Damien Taymans

Beneath the darkness (retitré Nuits noires chez nous) peut se targuer d’avoir une suite officielle avec ce nouveau simili-thriller aussi creux qu’une chanson de Faudel.

Alan Deprez

Nouveau polar so british à l’humour à froid caractéristique, "The Liability" est dans la bonne moyenne du genre. La prestation de l’excellent Tim Roth - dans la peau d’un tueur à gages blasé/fatigué - et l’abattage comique de Jack O’Connell - parfait en lad pur jus - n’y sont pas pour rien.

BIFFF ON STREAM - Jurassic park 3D

Quentin Meignant

Une conversion 3D des plus réussies. Un véritable plaisir de revoir ce chef-d’oeuvre en très bonne compagnie, c’est-à-dire celle d’un public enthousiaste.

Alan Deprez

Revoir la pépite de Spielberg, joliment convertie en 3D et dans une telle ambiance, ça n’a pas de prix ! Malgré le poids des années, le pouvoir d’émerveillement de "Jurassic Park" est resté intact. Nous voilà tous replongés en enfance...

Fred Pizzoferrato

Malgré quelques longueurs dans sa première partie parfois inutilement didactique, le plaisir de retrouver les dinos sur grand écran est bien là, tout comme l’ambiance dans la salle. La 3D se prêtant particulièrement bien à ce genre de film, elle transforme ici encore un peu plus le résultat en une attraction de fête foraine alternativement marrante, divertissante, spectaculaire et (un peu) effrayante.

Seb Lecocq

Pas revu depuis au moins dix ans et le film passe encore comme une Trolls dans le gosier d’un bifffeur assoiffé. Dans le top 3 de Spielberg.

BIFFF ON STREAM - The Life of Gusukou Budori

Damien Taymans

Plongé trop longtemps dans ce monde chamarré à la morale rose bonbon, le spectateur risque une sérieuse indigestion chromatique. The Life of Gusukou Budori recycle sans l’actualiser une fable bien obsolète devenue, a fortiori, bien inoffensive...

BIFFF ON STREAM - Grabbers

Quentin Meignant

Captivant de bout en bout, Grabbers est non seulement une réussite mais brille aussi par ses références particulièrement 80’s. Drôle, rythmé et spectaculaire, le film de Jon Wright est un must qui n’est pas sans rappeler l’esprit d’un certain Edgar du même nom et de sa fameuse trilogie ’Blood and Ice Cream’.

Samuël Tubez

Les pochtrons d’une ville côtière affrontent des gloumoutes de l’espace. Interprétation irrésistible, créatures superbement mises en valeur et bonne ambiance lorgnant vers nos précieuses 80’s...du tout bon malgré quelques passages à vide.

Damien Taymans

La conclusion nécessaire pour une nuit de folie en compagnie de festivaliers avinés. Et le design des créatures est à tomber !

BIFFF ON STREAM - Fresh Meat

Samuël Tubez

Un détournement de home invasion qui parvient à trouver sa propre voie malgré une ambiance fol-dingue parfois pesante.

Damien Taymans

Le récit, après une première partie ultra-bigarrée et doucement déjantée, explose littéralement à l’entame de l’heure de jeu, recouvrant tous les recoins de la maison de banlieue de raisiné bien corsé et offrant à chacun des protagonistes la possibilité de dévoiler ce qu’ils ont dans le calbut. Les pétoires libèrent à peine leur fumée que les carcasses se mettent à pendre au plafond en vue d’une cène plus dantesque que celle qui réunissait le barbu et ses douze poteaux. Fresh Meat est une fresque décapante, un diptyque éblouissant qui rappelle que sur le radeau de Géricault aussi, y avait des cannibales...

BIFFF ON STREAM - John dies at the end

Quentin Meignant

Don Coscarelli pouvait-il imaginer meilleur retour aux affaires ? Son John dies at the End constitue un grand moment de porte-nawak, un sommet d’absurdité réjouissant et intelligent.

Samuël Tubez

L’équivalent horrifico-comique de Southland Tales. Pas sûr d’avoir tout compris mais qu’est-ce que c’était fun !

Damien Taymans

Coscarelli, je t’aime depuis le premier jour et ce n’est pas près de changer...

Alan Deprez

Le retour en grande forme de Don Coscarelli. "John Dies at the End" est profondément original, déjanté et généreux envers le public (les SFX de Robert Kurtzman - le "K" de KNB - sont au top), mais un tantinet trop bavard. Du coup, le film aurait mieux convenu à une séance de 20h00 ou 22h00, qu’en plein milieu de la Fantastic Night...

BIFFF ON STREAM - Mama

Quentin Meignant

Guillermo Del Toro prouve une nouvelle fois qu’il ne se plante jamais, même en tant que producteur ! Mama est une nouvelle preuve du génie ibère en matière de fantastique et le nom d’Andy Muschietti devrait apparaître à de nombreuses reprises dans les années à venir. Tendre, poignante et parfois angoissante, Mama est une réussite indiscutable.

Damien Taymans

Un bon petit film de flippe poignant et émouvant. On en redemande !

Samuël Tubez

Mama s’épanouit en territoire connu avec une certaine élégance et du savoir-faire. La photo et les premières apparitions du spectre en titre assurent.

Alan Deprez

Pas mal de coups de flippe subtilement balancés et une tension bien gérée, alimentée par le hors champ. Le contrat est rempli. Par contre, "Mama" ne propose rien de novateur et se base un peu trop sur les CGI.

BIFFF ON STREAM - Red Sword

Damien Taymans

A force de rallonger chacun de ses tableaux et d’entretenir l’inertie de l’action par des dialogues par trop répétitifs, Red Sword se transforme en une version pataude et inoffensive du conte originel. Néanmoins, la péloche contient assez de nibards et de gore pour assurer le quota réclamé par les hordes venues dévorer les midnight screenings du BIFFF. Et en ces temps de politiquement correct, un peu de zoophilie assumée ne peut pas être complètement vaine...

Quentin Meignant

Voir Asami copuler avec un loup-garou pendant une grosse demi-heure n’a rien de dérangeant. Mais quand cela sape les rares efforts consentis à la construction d’une pseudo histoire, c’est tout de suite plus dommageable

BIFFF ON STREAM - Afterparty

Damien Taymans

Un slasher hispanique comme on en a déjà vu des centaines. Où est la zappette ?

Quentin Meignant

Typiquement le genre de film dont l’utilité et l’essence même sont constamment remises en question. Afterparty ne propose rien de nouveau et est d’un redoutable ennui...

BIFFF ON STREAM - The Haunting in Georgia

Quentin Meignant

Une première partie presque convaincante avec tous les ingrédients qui peuvent faire frémir le grand public mais... une dernière heure tout simplement imbuvable et tirée en longueur. Le final en devient carrément irregardable !

Damien Taymans

Plus louable que son prédécesseur au niveau des intentions (le film de flippe cède sa place à une ambiance très Ghost Whisperer avec communication entre médiums et fantômes pour libérer ces derniers du purgatoire), cette suite se montre aussi inoffensive que l’affligeante hantise du Connecticut. Suite au prochain épisode, pour un nouvel Etat ricain. Au hasard : The Haunting in Connecticut and Georgia 3 : Ghosts of Texas...

BIFFF ON STREAM - Zombie fever

Samuël Tubez

Ultra généreuse mais vraiment mal branlée, cette comédie zombiesque bouffe à tous les râteliers (cinéma, jeux vidéo, télé, animation,...) et perd (le peu) de sa personnalité.

Fred Pizzoferrato

A-t-on encore besoin d’une énième comédie gore avec des zombies ? Sans doute pas mais cette série B (ou Z ?) russe compense son côté archi-éculé par une vraie générosité (ça charcle non stop), des bombasses mini jupées, de l’action foireuse, des CGI pourris, une musique assourdissante et pas mal de gags efficaces. Un film qui semble penser pour le public des festivals et qui fut donc triomphalement accueilli.

Quentin Meignant

Une oeuvre complètement barrée menée de main de maître par un cinéaste visiblement fou. Une foule incroyable de séquences d’anthologie.

BIFFF ON STREAM - The Between

Damien Taymans

Nouveau trip en pleine forêt, moins lourdingue que celui proposé il y a peu par Bousman (The Forest) mais tout aussi ennuyeux

Alan Deprez

Entre le film de balade dans les bois (encore un... décidément !) et une pub pour assurance-vie (la Matmut, en force !), via de nombreux flashes-back "en famille". Sinon, Joel Courtney ("Super 8") est touchant et Isabelle Fuhrman ("Esther") a bien grandi. Elle est délicieuse. C’est peu...

BIFFF ON STREAM - Here comes the devil

Seb Lecocq

Dans ce film, chaque début de bonne intention ou de bonne idée est ruiné par une exécution lamentable. C’est vraiment dommage car les intentions de départ étaient bonnes, sans toutefois être révolutionnaires et auraient pu donner une petite série B à la Ti West. Rarement le Malin aura semblé si peu... malin.

Fred Pizzoferrato

Un film étrange, efficace, parfois flippant, qui prend son temps pour poser son intrigue, ses personnages et ses quelques retournements implacables jusqu’à son final sans concession. Pas parfait mais sacrément recommandable

Quentin Meignant

Comme tout Bogliano, cela se veut extrêmement choquant. Et cela atteint ses objectifs. Mais c’est malheureusement toujours filmé avec les pieds.

BIFFF ON STREAM - In the name of Sherlock Holmes

Damien Taymans

Une version hongroise du Secret de la pyramide, pourquoi pas ? En tout cas, le film tient ses promesses pendant une demi-heure avant de se transformer en une comédie ringarde et trop élémentaire, mon cher Watson...

Fred Pizzoferrato

Une adaptation moderne et cheap de Sherlock à la Hongroise, ça vous dit ? Pas trop einh...vous avez raison, le résultat ressemble à une mauvaise version du Secret de la pyramide. Mou du genou, sans aucun sens du merveilleux et longuet...Bof

Quentin Meignant

Une relecture enfantine intéressante qui n’échappe pas à de nombreuses longueurs durant sa seconde partie.

BIFFF ON STREAM - War of the Worlds Goliath 3D

Damien Taymans

Une entame jubilatoire et puis... BAM ! BOUM ! BADABOUM ! Du Michael Bay en mauvaises images animées, ça fait mal

BIFFF ON STREAM - 100 Bloody Acres

Damien Taymans

Quand l’esprit de Tucket & Dale vs Evil s’invite dans un survival aussie du type de Wolf Creek, il en résulte 100 Bloody Acres : un ozploitation de haute volée, un cocktail d’horreur et d’humour à consommer sans la moindre modération...

Samuël Tubez

Peut-être pas des plus original et sous influence, ce survival comique allie humour et gore avec une jolie habilité.

BIFFF ON STREAM - Ghost Sweepers

Damien Taymans

Ghost Sweepers est un succès relatif qui parvient à donner assez d’ampleur à ses personnages pour susciter la sympathie avant de se défaire totalement lors de son acte final, étiré sur une demi-heure pour des queues de cerise... Pourquoi les Coréens sont-ils à ce point obsédés par la durée de leurs films ? Un besoin de compensation peut-être...

Quentin Meignant

Un gros délire qui tache avec des scènes d’incantation interminables et des acteurs cabotins au possible. Ai quitté après une demi-heure

BIFFF ON STREAM - Vanishing Waves

Quentin Meignant

L’étonnant dernier Méliès d’Or est aussi déstabilisant qu’il peut se montrer ennuyeux. Amateurs d’action, passez votre chemin !

Damien Taymans

En se limitant à la dichotomie et en ne créant aucune arborescence entre les deux dimensions, psychiques et physiques, Vanishing waves crée une constante opposition tant au niveau du fond que de la forme (le cinéaste se regarde filmer lors des explorations contemplatives de l’esprit humain) qui contraint l’œuvre à demeurer agréable à contempler mais foutrement inoffensive, à l’inverse du Transfer de Lukacevic (hélas toujours inédit chez nous).

Alan Deprez

Le Méliès d’Or 2012 n’a pas volé son prix. Malgré sa direction photo inconstante et de grosses longueurs, "Vanishing Waves" est précieux. On a rarement la chance d’admirer un film-trip autant rempli d’âme, habité et charnel. Curieux objet...

BIFFF ON STREAM - Antiviral

Quentin Meignant

De belle dispositions visuelles, une critique sociétale de qualité, un sujet très intéressant, un Caleb Landry Jones impressionnant d’aisance... Le tout gâché par des longueurs insoutenables, des bavardages incessants et un final décevant. Pétard mouillé en puissance !

Seb Lecocq

Le petit est doué, maintenant va falloir couper le cordon et dire à Papa d’arrêter de regarder par-dessus l’épaule de Brandon quand il est au travail.

Damien Taymans

Un concept ahurissant qui s’émousse à mesure que la logorrhée se déverse.

Alan Deprez

Fiston Cronenberg a bien retenu les leçons de papa, mais accouche d’une œuvre à l’exécution impersonnelle et - paradoxalement, au vu du pitch - désincarnée. Pourtant, le concept était passionnant (les fans s’inoculant les maladies de leurs stars préférées, pour ne faire qu’un avec elles). En l’état, l’univers dépeint est totalement hermétique.

BIFFF ON STREAM - A Fantastic Fear of Everything

Quentin Meignant

Une plongée des plus intenses dans la psyché d’un personnage totalement barré. Alliant humour, émotion et finesse, A Fantastic Fear of Everything est un must du genre et une nouvelle preuve de l’incomparable présence scénique de Simon Pegg.

Damien Taymans

On retrouve dans A Fantastic Fear of Everything un fumet d’Edgar Wright et une palette tellement diversifiée (un montage soutenant un rythme enlevé, une mise en scène inspirée et inventive, des instants absurdes en alternance avec des gags plus douteux) qu’on peut déjà gager que ce tandem-là va bientôt rejoindre le panthéon des cinéastes british incontournables.

Samuël Tubez

Simon Pegg en poule mouillée paranoïaque c’est déjà irrésistible mais en plus, il y a une histoire et de l’inventivité.

BIFFF ON STREAM - Modus Anomali

Seb Lecocq

Une première moitié exceptionnelle, une tension à provoquer des arrêts cardiaques et de grosse séquences de flippe. Le pourquoi du comment final s’avère décevant et bien trop artificiel.

Damien Taymans

Intrigant de bout en bout, Modus Anomali révèle son tour de force lors du dernier acte. Heureusement car jusqu’alors la péloche se révélait de bien piètre qualité

Fred Pizzoferrato

Une bonne idée de court métrage atrocement étirée sur 86 très longues minutes.

Samuël Tubez

Joko Anwar invente le film de rochers à twist. 1h20 de survival ennuyantes à mourir pour 10 minutes de justification qui tombent à plat.

Quentin Meignant

Difficile à cerner, la nouvelle pépite de Joko Anwar prend tout son sens dans les dix dernières minutes. Mais quel sens !

Alan Deprez

Soporifique comme un survival qui serait réalisé par un émule des frères Dardenne. Scénario inexistant et twist final absurde en prime...

BIFFF ON STREAM - Berserk : The Golden Age Arc 2

Damien Taymans

Contrairement à la guerre fantasmée des marmots d’I Declare War, les affrontements de Berserk renouent avec les carnages d’antan : du sang, des tripes et un zeste de misogynie. WELCCCCOOOOMMME

BIFFF ON STREAM - The Man from the Future

Damien Taymans

L’objet, pas aussi affûté qu’un Timecrimes, demeure une distrayante comédie remplie de personnages drolatiques (l’irrésistible Wagner Moura excelle dans son tiercé gagnant) et de renversements en tous genres (les fonctions et les postes deviennent interchangeables d’une strate à l’autre). On regrettera juste un traitement trop américanisé qui efface toute trace d’exotisme... et ce en dépit de la muy caliente Alinne Moraes...

Fred Pizzoferrato

Une comédie sur les paradoxes temporels entre Timecrimes et Retour vers le futur. En moins bien. Ce qui ne veut pas dire que l’on ne s’y amuse pas franchement.

Seb Brunclair

Un retour vers le futur à la sauce Brazil attachant et doté d’un formidable casting. On en redemande !

Quentin Meignant

Une oeuvre bon enfant qui n’est pas sans rappeler Timecrimes. Amusant, émouvant, The Man from the Future est une pleine réussite et l’une des belles surprises du festival. Et l’actrice principale est la demoiselle la plus outrageusement belle qu’il m’ait été donné d’admirer

BIFFF ON STREAM - The end

Alan Deprez

Un des premiers pétards mouillés du festival. Comme dans tout film de genre ibère, l’exposition dure des plombes, mais ici, la suite ne décolle jamais. En l’état, ce curieux "film de fin du monde" ressemble à une version étirée d’un épisode de "La Quatrième Dimension". Très déceptif...

Damien Taymans

The end est une première conversion réussie pour Torregrossa qui réussit à susciter l’angoisse à partir du néant (zéro effet spécial au compteur) et à renouer avec l’inquiétante étrangeté chère à Poe. Une carte de visite dépaysante pas dénuée de défauts (tout, jusque la caractérisation, fonctionne a minima) mais au scénario habile et à la photographie soignée.

Quentin Meignant

Une alternative intelligente en matière d’apocalypse. Torregrossa compose, avec un petit budget, un ensemble atmosphérique qui se tient du début à la fin.

Fred Pizzoferrato

Un film de fin du monde atmosphérique qui ose la fin ouverte et l’absence d’explication (et donc de twist foireux).

Seb Brunclair

The end, ou l’art de faire beaucoup avec pas grand-chose : pas d’effets spéciaux, mais une vraie atmosphère inquiétante renforcée par un très bon jeu d’acteurs. Sans oublier certaines séquences à couper le souffle, telle cette course poursuite canine intense, qui résultent en une exploitation intéressante d’un sujet maintes fois exploité.

BIFFF ON STREAM - Found

Damien Taymans

Un midnight screening ultra-burné et méga-fun. Il reste de sacrées longueurs, la bande originale n’est pas des plus emballantes, la direction photo et du cast est à l’emporte-pièces. Mais, ça reste une bonne péloche horrifique généreuse en gore et en idées bien glauques.

Alan Deprez

Perverse et d’une immoralité rafraîchissante, cette chronique familiale est un choc similaire à la projection au BIFFF du décrié "A Serbian Film". "Found" instaure le malaise chez le spectateur et le questionne sur son propre rapport aux images violentes. Ça va très loin dans la glauquitude et le gore craspec. Personnellement, j’applaudis des deux mains !

Seb Brunclair

Peut-être un poil trop mou pour une séance d’1H du matin, Found affiche une atmosphère glauque et prenante qui prend aux tripes jusqu’à un final d’une force incroyable, qui renforce l’impression d’assister à une version intelligente et maîtrisée d’A Serbian Film.

BIFFF ON STREAM - Spiders 3D

Damien Taymans

Sans jamais quitter un premier degré pourtant handicapant, le script transforme ses sympathiques allusions à l’âge d’or de la science-fiction paranoïaque via une imagerie immuable (les hélicos traquent le monstre, l’armée et la science se font des crocs-en-jambe) en anachronismes et contraint, par extension, l’ensemble à flirter davantage avec le nanar oubliable qu’avec le B décomplexé et ultra-fun.

Quentin Meignant

On m’avait certes dit que le résultat n’était pas terrible mais l’appel des araignées de Tibor Takacs a été plus fort que tout. Résultat des courses : des yeux gonflés à cause de la 3D, un ennui permanent, la désertion de presque tous mes camarades de jeu et, surtout, la mauvaise digestion de mes pâtes au thon. En un mot : une nullité !

Seb Brunclair

Elles sont velues, elles ont vu, elles ont été vaincues, tout comme la patience du spectateur face à une telle abomination, même pas assez drôle pour être considérée comme nanarde.

BIFFF ON STREAM - Horror stories

Seb Lecocq

Une anthologie efficace qui démontre tout le savoir faire coréen en matière d’horreur. Efficace et varié, la relève est assurée. Mention spéciale aux segments d’ouverture et de clôture.

Damien Taymans

Inégal comme tous les films à sketches mais le premier sketch diablement effrayant et le pénultième perturbant à souhait sauvent l’ensemble.

Quentin Meignant

L’efficacité du cinéma d’horreur coréen fait encore mouche malgré le caractère assez répétitif de certains éléments du scénario et, surtout, un dernier segment totalement inutile. La troisième partie du film est, quant à elle, un petit chef-d’oeuvre.

Alan Deprez

Inégal, mais dans la moyenne des films à sketches horrifiques made in Asia. Reste quelques jolis coups de flippe et effets gore de bon aloi.

Fred Pizzoferrato

Du film à sketch asiat’ pas déplaisant mais des intrigues vues et revues...Moyen, trop moyen

Seb Brunclair

Film à sketches inégal mais efficace, Horror Stories aurait gagné à offrir une gamme de sujets plus originale, le tout autant tout de même un sacré goût de réchauffé, si on excepte une excellente troisième séquence sortant des sentiers battus.

BIFFF ON STREAM - Blancanieves

Quentin Meignant

Pablo Berger a su mener son troupeau dans des terres où l’herbe est verdoyante et délicieuse. Blancanieves est un mets d’exception que l’on aurait pu croire plus difficilement abordable mais qui s’offre avec simplicité au spectateur. C’est de que l’on appelle de la tauro-magie !

Damien Taymans

Retour aux sources cinématographiques réussi pour cette énième variation du conte de Blanche-Neige avec, comme toile de fond, une Espagne aussi sombre qu’enchanteresse

BIFFF ON STREAM - Cult

Damien Taymans

Sans convaincre, Cult offre du spectacle et des rebondissements assez chiadés que pour susciter l’intérêt, à la différence du miasme engendré par Paranormal Activity et ses multiples suites et décalques.

Alan Deprez

Ce "machin" - truffé de CGI indignes de la PSONE - fait passer "Paranormal Activity" pour "La maison du diable". Mais qu’est-ce que l’on a ri durant cette séance des plus folklo (fou chantant et problèmes techniques en pagaille - ne me demandez pas de vous expliquer) !

Quentin Meignant NC

D’ores et déjà une séance Cult...

BIFFF ON STREAM - Key of Life

Damien Taymans

A la fois absurde et néo-réaliste, drôle et touchant, Key of Life jongle tellement avec les émotions, les genres, les personnages, qu’il accuse quelques baisses de rythme dommageables et se laisse de temps à autre enferrer dans une mécanique aux engrenages mal calibrés. Le théâtre, c’est donc bel et bien la vie, mais ses moments d’ennui ne disparaissent pas forcément de la représentation...

Quentin Meignant

Une comédie qui tarde quelque peu à démarrer malgré un quiproquo de base des plus alléchants.

BIFFF ON STREAM - Mars et Avril

Quentin Meignant

D’une excellente facture visuelle, cette fable romantico-science-fictionnelle sombre malheureusement rapidement dans une arythmie particulièrement dommageable. Son réalisateur, le jeune Martin Villeneuve, oublie que ce qui fait le charme du cinéma est l’alliance du fond et de la forme. Ne s’appuyant que sur la seconde, Mars et Avril est une terrible déception.

Damien Taymans

Une nouvelle contribution de François Schuiten à la polyphonie du Cosmos. Pas aussi vertigineux que Mr Nobody, Mars et Avril est une fable audacieuse et ambitieuse à la plastique époustouflante...

Seb Brunclair

Une patte artistique incroyable et un trio d’acteurs convaincants font de Mars et Avril un premier long-métrage convaincant témoignant d’un réel talent de la part de Martin Villeneuve.. Dommage que le métrage peine à maintenir l’intérêt sur le long terme, les 20 dernières minutes étant à ce titre particulièrement assoupissantes.

Alan Deprez

Superbe exercice de rétro-S-F, "Mars et Avril" est fragile comme une boîte à musique chinée dans un marché aux puces. Dommage que son intrigue manque de mordant... Mais il reste les fabuleux visuels créés par le belge François Schuiten (un des grands monsieurs de la BD franco-belge).

BIFFF ON STREAM - Crawlspace

Damien Taymans

Sorte de Resident Evil un poil plus fun ou de Doom un poil moins con, Crawlspace est un petit divertissement bien inoffensif qui utilise, souvent à mauvais escient, des effets scénaristiques retors pour conserver l’intérêt d’une assistance incapable de quitter son indifférence polie. Le soutien de Greg McLean (Wolf Creek) n’y change rien : Crawlspace est un produit pas "aussie" rafraichissant que prévu. C’est con, à quelques crocos près...

Quentin Meignant

Des flingues, de la télépathie et encore des flingues, "tout ça" au service d’un film de tunnels. Une fausse bonne idée qui s’étire péniblement sur près d’une heure trente et qui n’évite même pas l’écueil du mélo...

Seb Brunclair

Pas dénué de défauts, Crawlspace fait tout de même office de jolie surprise. Le scénario prend tout son temps pour se dévoiler et le film gagne en intérêt tout au long de sa progression pour se révéler au final comme une bonne série B d’action science-fictionnelle.

BIFFF ON STREAM - Maniac

Seb Lecocq

Un film inutile et finalement bien gentillet, handicapé par une astuce de mise en scène bazardée à la moindre occasion.

Quentin Meignant

Si l’on met de côté l’inoubliable et inclassable oeuvre originale de William Lustig, le Maniac de Franck Khalfoun est un film des plus respectables. L’emploi de la caméra subjective y est intelligente, les quelques séquences sanguinolentes bien foutues et on aurait presque envie de croire en ce Frodon serial-killer. Une belle surprise !

Damien Taymans

Un remake bien inutile qui propose au moins une alternative intéressante à la version originelle. Et les scènes de scalp sont bien torchées même si elles sont exécutées par Frodon...

Samuël Tubez

Un remake une fois de plus dispensable. Néanmoins, le parti pris esthétique et la brutalité des images réservent de vrais bons moments.

Seb Brunclair

Légitimité de ce remake mise à part, Maniac est un film diablement efficace aux images marquantes, renforcé par une bande-son électro du plus bel effet.

BIFFF ON STREAM - Citadel

Damien Taymans

Une péloche atmosphérique et poétique rappelant Heartless ou Candyman. Un must !

Quentin Meignant

Une oeuvre qui, dans la veine d’Heartless, fait mieux qu’exceller. Le film de Ciaran Foy fait partie des créations les plus marquantes de ces dernières années.

Alan Deprez

Hargneux et brutal, sans compromis, "Citadel" ne fait pas de cadeaux.
On aime ou on déteste. Classez-moi parmi les premiers. Un chef-d’œuvre anxiogène, qui envisage la crise sociale des banlieues british - et ses cailleras qui flambent les bagnoles - sous un jour inédit. En un mot : virtuose !

BIFFF ON STREAM - Complex

Damien Taymans

La gestion du temps cinématographique n’est décidément pas la même en terre nippone : plus lancinant que Kotoko, Complex se complaît en outre à emprunter une kyrielle de détours pour parvenir in fine à une conclusion prédite depuis une bonne heure par le spectateur

Quentin Meignant

Le fond du panier en matière de ghost story nippone ! Le temps où le Maître Nakata nous régalait est désormais bien loin et ce The Complex est une véritable insulte qu’il s’adresse à lui-même. Souffrant de longueurs des plus pénibles, prévisible comme c’est pas permis (l’affaire était pliée en 10 minutes !), The Complex fait même travailler les zygomatiques à son insu, ce qui est plutôt moche pour un film "d’ambiance".

Samuël Tubez

Nakata troque l’effroi pour le ridicule.
- L’héroïne à l’écran : "Qu’est-ce qui se passe ?"
- Le public dans la salle : ’Rien !"

Seb Brunclair

Indigne de figurer dans la filmographie d’Hideo Nakata, The Complex est une aberration interminable et ennuyeuse de bout en bout dont les « rebondissements » peuvent être devinés en 5 minutes montre en main. Hideo, la cata !

Fred Bau

On savait ce qu’est un bon nanar. Et bien Nakata innove. Il invente le nanar porn torture. Les personnages
peinent à avoir l’air torturés par le vide fantomatique qui les entoure. Le spectateur, lui, l’est carrément.
Sinon, ça cause de culpabilité, de deuil, et c’est pessimiste.

BIFFF ON STREAM - Legend of the T-Dog

Damien Taymans

Legend of the T-Dog, archétype même du concept mortifère (La Belle et le cloporte avec un cabot de trop), est aussi empoté qu’un chien dans un jeu de quilles. Finalement, on en viendrait à sympathiser avec Boule et Bill ou Scoubidou et à regretter que Cubitus n’ait pas encore eu droit aux honneurs du grand écran...

Seb Brunclair

Une gentille comédie taïwanaise enjouée et teintée de romantisme qui ne propose rien d’exceptionnel, mais qui contient suffisamment de bonne humeur pour constituer une pause mignonnette entre deux vilains films d’horreur qui montrent les crocs.

BIFFF ON STREAM - Kiss of the Damned

Damien Taymans

Un long clip avec des vampires qui se roulent des patins. Sans surprise, sans innovation, ... malgré une forme à couper le souffle !

Fred Bau

Un exercice de style formel rétro sur l’Eros et le Thanatos, dont les influences fondamentales sont plus à
chercher du côté de Cassavetes père, et du Scorsese des débuts, que du côté du cinéma de genre. Le film,
malgré une direction et un jeu d’acteurs qui méritent d’être soulignée, est plombé par un naturalisme
sombre peu convaincant, et un scénario indigent. En clair, n’est pas Abel Ferrara qui veut.

Quentin Meignant

Souffrant forcément de la comparaison avec le Byzantium de la veille, Kiss of the Damned n’est pourtant en rien honteux. Sensuel à l’extrême, s’appuyant sur un solide casting, le métrage, certes un peu arty à certains moments, relève le niveau du panorama vampirique récent. A ce titre, la bande originale à elle seule vaut le détour.

Fred Pizzoferrato

Une oeuvre lente mais aussi esthétique et visuellement réussie. Référentiel et porté sur l’érotisme, ce trip seventies est plutôt convaincant.

Samuël Tubez

Romantisme à deux balles, érotisme de pacotille, vampires bourges insupportables, esthétique arty prétentieuse,.... La fille Cassavetes fait un flop dans l’univers des suceurs de sang.

Alan Deprez

Hormis quelques visions érotiques saisissantes (Roxane Mesquida est un irrésistible appel à la bandaison), "Kiss of the Damned" est aussi palpitant qu’une coloscopie (et encore, chacun ses goûts). Les film de vampires pour bobos dans toute sa splendeur !

BIFFF ON STREAM - Hellgate

Damien Taymans

Hellgate accumule tous les écueils du genre fantomatique (du jump scare à tire-larigot, des dialogues délicats avec les spectres, des "Tu me vois, tu me vois presque plus") et se voit miné par choc des cultures (acteurs confirmés face à des Thaïs récitant à grand peine leurs dialogues, esthétique asiat empli d’effets américains). La porte peut définitivement se refermer...

Quentin Meignant

Dans la famille déjà-vu, on vous demande le fils honteux. Le voilà ! Hellgate est un ersatz de tout ce qui se fait de pire en matière d’esprits. Problèmes de mise en scène à foison, découverte tronquée de la culture asiatique et acteurs principaux imbuvables, le film n’existe que par quelques paysages... massacrés par une photo atroce !

Seb Brunclair

Mou, bourré de clichés et mené sans conviction par un Cary Elwes en sosie capillaire de Dave, Hellgate aura au moins le mérite de battre le record du compte à rebours le plus invraisemblable jamais vu au cinéma (« la porte se referme dans 7 minutes, faites vite », tu parles…).

BIFFF ON STREAM - 25th Reich

Seb Brunclair

Ennuyeux de bout en bout, excepté un dernier quart d’heure tellement crétin qu’il en devient presque jouissif, The 25th Reich est une nouvelle preuve que la passion pour un genre et la volonté de lui rendre hommage ne sont pas suffisantes pour accoucher d’une œuvre efficace et bien menée.

Damien Taymans

Un hommage réussi au cinéma Sci-Fi bisseux des années 40-50 qui tend à ressembler à une production Asylum lambda sur la fin. Reste quelques longueurs et autres incohérences scénaristiques. Ce voyage temporel en seconde classe se déroule sans trop de heurts et dans un certain confort zygomatique (les clins d’oeil au cinoche d’avant-guerre, les caractérisations à la louche, ...)...

Quentin Meignant

Oeuvre qui oscielle entre un premier degré parfois étonnant et un 25ème... degré des plus amusant, 25th Reich peut faire office de nanar d’exception. Clairement sauvé par ses dix dernières minutes, le film peut en tout cas être considéré comme une franche partie de rigolade.

Fred Pizzoferrato

Un film qui part un peu dans tous les sens mais qui n’hésite pas à proposer quelques idées bien déjantées. Entre sérieux et parodie, on finit par prendre un certain à ce bricolage foutraque mais attachant

BIFFF ON STREAM - Byzantium

Samuël Tubez

Hâtivement comparé à un mix entre Twilight et Entretien avec un vampire, Byzantium propose une intéressante relecture du mythe vampirique aux résonances modernes plus que bienvenues. Sans toutefois atteindre la puissance baroque de son précédent essai consacré aux suceurs de sang, Neil Jordan tire néanmoins de très belle façon son épingle du jeu en parvenant sans mal à faire mieux que les autres tentatives récentes du genre, tout en prolongeant intelligemment certaines idées de son film de 1994.

Damien Taymans

Dans la lignée d’Entretien avec un Vampire, Byzantium est un retour aux sources vampiriques tout autant qu’une relecture moderne du mythe. Il subsiste hélas quelques petites longueurs mais les actrices inspirées et inspirantes (Gemmaaaaaaa....) et la photographie maintiennent le spectateur dans l’admiration de bout en bout...

Quentin Meignant

La meilleure tentative dans le domaine vampirique depuis des années. Byzantium excelle visuellement et développe un récit qui, durant tout son déroulement, laisse circonspect avant de s’offrir un final de premier ordre. Gemma Aterton et Saoirse Ronan sont exquises, ce qui ne gâche rien...

Seb Brunclair

Neil Jordan offre une vision originale du mythe vampirique entachée par un rythme souffreteux et desservie par une overdose de voix off et de flashbacks (qui parfois contiennent d’autres flashbacks, au secours). Malgré l’excellente prestation de Saoirse Ronan et les atouts de Gemma Arterton, Byzantium peine à maintenir l’intérêt sur le long terme et se révèle au final plus soporifique qu’horrifique.

Fred Bau

Byzantium souffre du paradoxe de présenter quelques longueurs et de ne pas creuser suffisamment certains enjeux narratifs. Mais ce métrage a le mérite de sortir les vampires du potage au glucose où une certaine idée du cinéma fantastique, qui n’est pas celle de ce site, les a fait patauger, jusqu’à plus soif.

BIFFF ON STREAM - The Imposter

Damien Taymans

Brillamment orchestré et mis en scène, The Imposter fait coexister dans une osmose si pas formelle (les séquences fictionnelles frôlent parfois l’amateurisme) au moins atmosphérique deux matériaux a priori antinomiques. Le film de Bart Layton permet ainsi d’oublier la première tentative de décryptage du phénomène Bourdin réalisée par Jean-Paul Salomé (Le Caméléon, 2010) dans lequel Marc-André Grondin incarnait le voleur d’identités.

BIFFF ON STREAM - Le BIFFF au Bozar : mode d’emploi

Histoire d’une transition...

Changer de lieu pour un festivalier n’a rien d’évident : nouvelles marques à trouver, repères incertains, c’était le grand chambardement hier pour les centaines de biffeurs qui ont investi les Beaux-Arts de Bruxelles où la 31ème édition de leur festival chéri ouvrait ses portes.

Mais les anciens du Passage 44 vous le diront : où qu’il soit, le BIFFF est roi. Et si, forcément, l’annonce du changement de lieu et le départ de Tour & Taxis en avait laissé certains perplexes, les organisateurs de l’événement bruxellois ont mis les petits plats dans les grands pour faire de cette première édition au Bozar un véritable must.

Jugez plutôt : deux bars ouverts au public et un espace VIP toujours maintenu, un village BIFFF recréé malgré une certaine exigüité, une boutique DVD, le fameux Comics Land à proximité de la salle 1, un énorme espace réservé au Maitrank tout près des toilettes (ce qui peut être pratique en cas d’abus), des stands infos et, surtout, une omniprésence des bénévoles et organisateurs afin de driver tout le beau monde.

Certes, les Beaux-Arts ressemblent à un dédale et les premiers pas y sont souvent compliqués mais tout a été fait pour faciliter la tâche aux festivaliers qui, pour la plupart, le verre de l’amitié aidant, s’y sentent déjà comme chez eux. Les deux salles de projection, qui ont d’ailleurs affiché complet hier, ce qui prouve l’importance de l’événement et de ce déménagement, ont longuement résonné au son des cris de l’assistance.

Les bonnes habitudes ne se perdent pas : le BIFFF reste le BIFFF et son public l’un des meilleurs au Monde. Cette âme ne peut se perdre et, peu importe le lieu, c’est après tout pour cela qu’on l’aime.

BIFFF ON STREAM - Masterclass de Neil Jordan

Un événement à ne pas manquer...

Le BIFFF, c’est avant tout des films. Mais quand le festival cède aux sirènes désormais à la mode de la Masterclass, il le fait avec brio et convie à sa table ce qui se fait de mieux en matière de réalisateurs.

A ce titre, pour de nombreux fans, la rencontre avec Neil Jordan, adoubé Chevalier de l’Ordre du Corbeau hier soir, fera office de grand moment du festival. Cette Masterclass se déroulera en salle 3 sur le coup de 14 heures. Le cinéaste sera alors au plus près des spectateurs et répondra aux nombreuses questions de ceux-ci par rapport à sa carrière hors norme.

Pour rappel, Neil Jordan, c’est cet homme de talent dont la filmographie n’excède pas 17 films mais qui a tout de même été nominé 13 fois aux Oscars. Il a d’ailleurs obtenu une statuette pour The Crying Game et en aurait certainement mérité quelques unes supplémentaires avec les incontournables La Compagnie des Loups ou Entretien avec un Vampire. Son Byzantium est du même acabit et les personnes ayant découvert le film hier et ne comptant pas se rendre à cette Masterclass ont sans doute déjà toutes changé d’avis.

BIFFF ON STREAM - Maniac, la séance qui met le feu...

La Salle 1 s’est réveillée... pour de bon !

Sorte de suite à notre "BIFFF au Bozar : mode d’emploi" d’hier, les spectateurs du BIFFF 2013 commencent réellement à prendre leurs marques dans ce nouveau lieu et cela passait bien entendu par la projection d’un film où la fesse et le sang se côtoyaient sans vergogne.

Si la salle 2, plus intime, a rapidement été bombardée des bons mots des biffeurs, il aura fallu quelques temps pour que la grande salle chauffe et que les acclamations fusent. A vrai dire, après une ouverture magnifique mais qui n’attire pas spécialement le même public, et les projections du plutôt contemplatif Kiss of the Damned et du ratage monumental The Complex, il aura fallu attendre la séance de 22 heures pour que le public s’approprie réellement les lieux.

Tout le mérite en revient à Franck Khalfoun et à son Maniac, un remake pourtant fort critiqué au moment de sa genèse mais qui a pris tout son sens hier devant un vrai public de festival. Émoustillés par les regards coquins et les courbes souvent gracieuses des victimes, électrisés par les séquences sanguinolentes et les arrachages de scalp à répétition, les aficionados du BIFFF ne se sont pas trompés et ont rapidement mis l’ambiance. Entre applaudissements, cris d’enthousiasme et vannes en tout genre, le public s’est définitivement approprié la salle Henry Le Boeuf, nouvel et splendide écrin qui, gageons-le, donnera encore lieu à bon nombre de moments d’anthologie dans les jours à venir.

Voici donc ce BIFFF 2013 réellement lancé par un remake que l’on n’attendait pas vraiment mais qui a su trouver son public. Dans le même temps, la Salle 2 était éblouie par l’immanquable Citadel, preuve que, cette année, la programmation vaut plus que jamais le détour.

N.B. 1 : Charles Six, le photographe le plus sexy de la Création, a mangé un oignon entier hier soir et il est donc vivement déconseillé de l’approcher en ce jour du 4 avril.

N.B. 2 : Les personnes qui éternuent de manière étrange sont priées de le faire en silence sous peine de perturber gravement notre rédacteur en chef et donc la bonne tenue de ces pages. Un grand merci pour votre compréhension.

BIFFF ON STREAM - Les photos

Entre les premiers efforts de body painting, la conférence de presse et une rencontre avec François Schuiten et Martin Villeneuve, notre ami Raymond Widawski est sur le pont !

BIFFF ON STREAM - Le BIFFF à l’heure ibérique

Entre tauromachie et fin du Monde, il fallait choisir...

Définitivement adoptées par les spectateurs du BIFFF, les travées du Bozar résonnaient hier au son du flamenco sur le coup de 20 heures à l’entame de Blancanieves, véritable pépite du cinéma muet, hommage à tout un pan de la culture ibérique.

Le film de Pablo Berger, nominé 19 fois aux Goya Awards, constituait le moment d’enchantement idéal, fondateur d’une soirée de qualité qui voyait, presque dans le même temps, émerger une autre oeuvre espagnole en salle 2, le très convaincant The End.

Premier long-métrage de Jorge Torregrossa, The End est un film de science-fiction garanti 100% sans effet spéciaux et, à l’inverse des lasagnes Findus garanties 100% pur boeuf, ce petit OFNI sans prétention a tenu toutes ses promesses. Intimiste et atmosphérique, le métrage parvient à faire fi de son manque de budget et offre quelques réels instants d’angoisse, le tout dans de fabuleux décors naturels offerts par les Pyrénées.

Les spectateurs présents hier à la projection de Blancanieves n’ont bien entendu pas encore pu découvrir l’autre preuve du génie ibérique en matière de cinéma de genre, mais ce n’est que partie remise puisque l’oeuvre de Torregrossa bénéficie d’une seconde présentation, aujourd’hui à 14 heures.

BIFFF ON STREAM - Frankenstein’s Army

Damien Taymans

Gore et fun, Frankenstein’s Army vaut surtout le coup d’œil pour son deuxième acte quand le premier (pur found footage avec tout ce que cela implique en termes de mise en scène) ressemble à un train fantôme enrayé...

Quentin Meignant

Je m’attendais à un gros pétard mouillé mais avec ses créatures démentielles, Frankenstein’s Army parvient à ses fins. A savoir, divertir et développer son propre culte.

Alan Deprez

Malgré son bestiaire des plus réussi et vaguement steampunk (qui lui vaut son étoile), engendré par un Dr. Frankenstein à la solde des nazis, "Frankenstein’s Army" n’est qu’un found footage de plus ; shooté avec les pieds et pas très prenant.

BIFFF ON STREAM - Photos du 4 avril

Du body painting et des animations en tout genre...

Notre ami Raymond Widawski a fait de belles découvertes au Bozar.

BIFFF ON STREAM - Photos du 6 avril

Zombies en vue !

Événement toujours très attendu par une foule de passionnés, le ZOMBIFFF DAY & NIGHT a eu lieu ce samedi 6 avril, déversant son lot de morts-vivants dans les rues de Bruxelles.

Comme à l’habitude, costumes de qualité et maquillages sanguinolents du plus bel effet était de la partie. Tout comme notre ami Raymond Widawski, d’ailleurs...

BIFFF ON STREAM - La jeunesse de Jurassic Park

Le chef-d’oeuvre de Spielberg a émerveillé l’assistance...

Le BIFFF version 2013, c’est avant tout, avec ses deux salles, une profusion de films jamais vue à Bruxelles jusqu’alors. Mais c’est aussi une histoire de rétrospectives avec, notamment, un partenariat avec la Cinematek, qui, durant tout le festival, diffuse les plus grands classiques du fantastique ainsi que toutes les oeuvres de Neil Jordan, fait Chevalier de l’Ordre du Corbeau lors de l’ouverture.

Dans le style rétro, les organisateurs se sont par ailleurs payé le luxe d’offrir à leurs spectateurs un tout grand moment de cinéma, à savoir la projection de la conversion 3D de Jurassic Park en Salle 1.

Moment attendu par de nombreux fans nostalgiques, la séance n’a guère déçu, les dinos de Steven Spielberg n’ayant pas pris une ride. Mieux (et fait assez rare que pour être souligné) : la conversion orchestrée par Universal Pictures, qui a prévu de sortir le film le premier mai prochain dans les salles belges, est de très bonne qualité, évitant les pièges tendus par une technologie souvent incertaine.

Les formidables paysages en relief sont donc un enchantement pour les yeux et les scènes d’action avec le T-rex et les Raptors s’avèrent être de parfaites réussites, certaines séquences paraissant même avoir été conçues pour... une exploitation 3D. C’est là que l’on constate donc tout le génie et l’intemporalité de ce chef-d’oeuvre qui a bercé des générations entières de cinéphiles.

Vous l’aurez compris, cette avant-première était à ne pas manquer et nous vous encourageons donc vivement à aller découvrir la chose en salle dès le premier mai prochain.

BIFFF ON STREAM - Séance culte : Ghost Graduation

La Promocion Fantasma a conquis le public du BIFFF...

Comme c’est le cas chaque année, l’une ou l’autre séance du BIFFF s’avère totalement culte, dans le bon ou le mauvais sens du terme. Si tout le monde se souvient encore des chants lancinants du Kotoko de l’année dernière (OHIIIIIIIICHOGAAAAAAAAA - NDLR), des oeuvres comme Kick-Ass, Super, La Cabane dans les Bois, Zombie Ass ou Machine Girl ont largement acquis leurs lettres de noblesse auprès des festivaliers.

Cette cuvée 2013, qui s’appuie sur pas mal d’excellentes péloches, ne fait guère défaut à la réputation du festival et peut désormais compter sur sa séance culte, celle de Ghost Graduation, aka Promocion Fantasma, film de l’espagnol Javier Ruiz Caldera projeté hier sur le coup de 20h30.

Le réalisateur, auteur de l’excellent Spanish Movie, accompagné de son scénariste, a commencé par mettre le feu à la salle en complimentant le public du BIFFF avec humour et en entonnant une chanson de la fabuleuse bande originale de son film.

C’est d’ailleurs dans ce domaine que Ghost Graduation commence par exceller : très ancré dans la culture 80’s, ce qui a forcément parlé à beaucoup de nostalgiques, le métrage est doté d’un score d’excellente qualité. Mais la grande force de Promocion Fantasma réside bien entendu dans son humour et dans la caractérisation de ses personnages, tous plus attachants les uns que les autres. Entre un fantôme bourré depuis des décennies rêvant d’aller une dernière fois en boîte de nuit, une chaudasse enceinte pour l’éternité et une première de classe timorée sauf quand elle est sur scène, le protagoniste principal, un professeur raté du fait de ses visions spectrales, campé par l’excellent Raúl Arévalo, a fort à faire pour sauver l’école de la ravissante Alexandra Jiménez.

Délirant au possible, jouant sur tous les tableaux comiques imaginables, Ghost Graduation a déchaîné le public qui a acclamé ce qui pourrait être LE film du festival. Avec, pourquoi pas, un Prix Pégase à la clé ?

BIFFF ON STREAM - SEANCE CULTE BIS : SNOT ROCKETS

Totally on drugs

Ce mercredi 10 avril, 1h du mat’, les plus irréductibles bifffeurs étaient restés dans la salle 2 pour attendre le nouveau Yudai Yamaguchi qui, tout juste sorti des Sushi Typhoon Yakuza Weapon et Dead ball (au fait, les Sushi c’est fini pour de bon, versons une chaude larme !) est venu en personne nous balancer son Snot Rockets bien collant en pleine face. Accompagné de la star de Versus Tak Sakaguchi, le réalisateur a tenté de nous prévenir que l’objet cinématographique que nous allions voir est sacrément non identifié avant de faire l’human beatbox pour Tak qui a entonné la sempiternelle chanson réclamée par le public, peu nombreux, mais chaud comme la braise.

Dès le premier quart de seconde du métrage, l’audience était hilare ! Suite de sketches proprement hallucinants et sans queue ni tête, Snot Rockets enchaîne frénétiquement (et encore, le mot est faible !) les gags et les outrances les plus folles (sans presque une goutte de sang, toutefois). Un détective « privé » qui met des torgnoles aux "sluts" suicidaires qu’il croise sur son chemin, son acolyte bigleux qui répète tout deux fois, trois fois, un million de fois,… un combat contre les forces du mal, flash info : des bébés yétis viennent de naître au Zoo, voyage dans le futur, interlude animé, pause pub, où est notre ami le facteur ?

Z’avez rien compris ? C’est normal, on était dans la salle et nous non plus ! Mais on s’est tellement pissé dessus qu’il a fallu changer de slip deux fois. Même pas besoin de fumer la moquette avant de visionner Snot Rockets, le film fait le boulot à la place de n’importe quel psychotrope. Surexcité par cette séance qui rentrera dans les annales (Deprez ?!), votre serviteur s’est dirigé vers le Q&A, beaucoup plus calme mais néanmoins très sympathique afin d’écouter le réal’ et son acteur principal (le producteur était également présent) nous causer de ce film improbable.
Putain quelle nuit, merci le BIFFF ! Putain quelle nuit, merci le BIFFF !!


BIFFF ON STREAM - Les photos de Raymond

BIFFF ON STREAM : Earthbound : la bonne surprise

Un favori pour l’obtention du Méliès ?

L’Irlande est, cette année, au centre de toutes les attentions au BIFFF. Cette patrie, pourtant considérée un temps comme l’un des parents pauvres du cinéma de genre, a prouvé, en quelques jours de festival, qu’elle en était l’une des valeurs sûres. Si le Byzantium de Neil Jordan, présenté en ouverture, était forcément attendu, et que Grabbers et Citadel avaient déjà acquis une renommée mondiale au gré des événements fantastiques, quelques belles surprises sont venues semer le trouble en terres bruxelloises.

Alors que Moon Man, co-production irlando-franco-allemande, avait déjà enchanté petits et grands il y a quelques jours, la véritable sensation du festival est elle aussi irlandaise et s’intitule Earthbound. Le film d’Alan Brennan avait pourtant tout pour passer inaperçu, projeté qu’il était hier sur le coup de 18 heures en salle 2.

Présenté dans la Compétition Méliès, au sein de laquelle il fait désormais office de redoutable candidat, le métrage a littéralement enchanté le public, tout acquis à la cause de ce film de science-fiction ultra-respectueux des standards du genre mais surtout inventif et intelligent. S’appuyant sur un duo d’acteurs principaux de premier ordre, composé de l’impeccable Rafe Spall, fils du célèbre Timothy, et de la magnifique Jenn Murray, qui n’est pas la fille de Bill, Earthbound oscille avec brio entre romance et SF tout en contournant habilement les limites visuelles imposées par son budget.

L’oeuvre, qui rappelle instantanément les plus belles productions Amblin, s’offre le luxe d’être spectaculaire sans trop en montrer, de se montrer romantique en diable sans virer au mélo et même de virer parfois à la comédie sans lorgner vers le potache. Impeccable de bout en bout, Earthbound sera, on l’espère primé ou, à tout le moins, récompensé par une mention spéciale, sésame qui pourrait bien lui ouvrir les portes d’une exploitation DVD totalement méritée sous nos latitudes.

Pour découvrir la bande-annonce d’Earthbound, cliquez ICI.

BIFFF ON STREAM - Les photos

Notre ami Raymond Widawski, il aime quand les gens se maquillent (non, Madame la Marquise, range ton rouge à lèvres ! - NDLR) et comme il adore prendre des photos, cela donne souvent de superbes clichés comme ceux présentés ci-dessous...

BIFFF ON STREAM - Stoker

Quentin Meignant

Une oeuvre visuellement magnifique qui aurait sans doute gagné à développer son scénario avec plus de finesse. Si le final nous laisse sur notre faim, il est néanmoins indéniable que Park Chan-wook reste un maître en matière de mise en scène malgré son changement de continent...

Seb Brunclair

D’une beauté visuelle renversante, Stoker souffre d’un scénario inconsistant, prévisible et terriblement plat. Heureusement que la réalisation sans fautes et la prestation de l’ultra charismatique Mia Wasikowska sont là pour sauver les meubles. A voir pour la forme, mais certainement pas pour le fond.

BIFFF ON STREAM - Le top des chroniqueurs

Top de la rédac

1. Snot rockets

2. Citadel

3. Pieta

4. John dies at the End

5. Man from the Future

Quentin Meignant

1. Earthbound

2. The Man From the Future

3. Ghost Graduation

4. Blancanieves

5. Zombie Fever

Damien Taymans

1. Pieta

2. John dies at the End

3. Citadel

4. A Fantastic Fear of Everything

5. The Weight

Seb Lecocq

1. Snot Rockets

2. Citadel

3. Ghost Graduation

4. Pieta

5. Robo G.

Alan Deprez (qui nous a presque fait un top 10 - NDLR)

1. Jurassic Park 3D, Snot Rockets

2. Found

3. Citadel

4. Pieta

5. John Dies at the End, Vanishing Waves, American Mary

Seb Brunclair

1. The Man From the Future

2. John Dies at the End

3. The Human Race

4. Confession of Murder

5. Snot Rockets

N.B. Mention Spéciale à Pieta.

Samuël Tubez

1. Excision

2. Pieta

3. A fantastic fear of everything

4. John dies at the end

5. Grabbers

BIFFF ON STREAM - Les photos de Raymond

BIFFF PAS ON STREAM - On fait le bilan

De belles rencontres en terres fantastiques...

Terminée depuis hier aux petites heures du matin, la 31ème édition du BIFFF a tenu toutes ses promesses et laisse désormais quelque 64.400 spectateurs en dépression post-festival, le genre de moment insupportable qui vous prend aux tripes et qui vous fait relativiser le sens d’une vie loin des terres bruxelloises et de son fantastique événement.

Les douze jours de folie qui viennent de se dérouler au Bozar sont sans doute parmi les plus intenses de l’Histoire du festival et cette première en plein centre de Bruxelles restera sans doute gravée à jamais dans de nombreux esprits. Car, ne nous y trompons pas, malgré certains commentaires de personnes pas toujours bien intentionnées, cette 31ème édition est une pleine réussite et les quelques couacs (qui n’en étaient pas vraiment) ont en grande partie été digérés par les véritables aficionados du BIFFF.

L’organisation a en tout cas veillé au grain pour satisfaire les besoins de tous les spectateurs, invités, membres de la presse et jurés, Roland Joffé décernant d’ailleurs , au nom du jury international, une mention spéciale au BIFFF et à ses fidèles après être littéralement tombé amoureux du festival. Il a rappelé l’importance d’un tel public mais aussi remercié les dirigeants de ce qu’il considère désormais comme l’événement mondial majeur en matière de fantastique, ce qui n’est pas peu dire.

Bien au-delà de ces considérations qui nous feraient presque hurler "COCORICOOO" à tue-tête, le BIFFF a prouvé une fois encore son caractère particulièrement familial et bon enfant. Il n’y a pas à tortiller, quoi que certains esprits chagrins (ils sont rares !) en disent : en déménageant au Bozar, le BIFFF n’a pas perdu son âme et, de l’avis de certains fidèles de la première heure (qui n’ont pas forcément d’accréditation), le regain de force de l’événement est même visible, plaçant plus haut encore la barre de la convivialité et de la bonne humeur.

Il nous reste bien entendu à remercier les organisateurs au grand complet et plus particulièrement l’équipe presse qui nous a permis d’exercer au mieux notre travail (pas un film manqué cette année et des reviews à la pelle !). Un merci tout particulier à Charles Six, éternel trublion qui a sauvé mon Festival grâce à sa générosité (Je t’aime mec), à toute l’équipe de CinemaFantastique pour son bon travail et sa disponibilité, aux habituels de la bande (Sacha, Ben, Richard, Vincent,...), toujours au top, à la Cuvée des Trolls, qui m’a fait passer de forts bons moments, et à la fille du BIFFF, qui a été simplement énorme jusqu’au bout !

En un mot, le BIFFF est une famille et il ne tient qu’à vous de la rejoindre dès l’année prochaine...

Quentin Meignant.

RÉTRO BIFFF - Récapitulatif photos

Notre ami Raymond Widawski, à l’image des soldats de 25th Reich, a mitraillé sec durant ce BIFFF 2013. Rendons donc à César ce qui lui appartient en lui consacrant un récapitulatif photos, histoire de revivre quelques beaux moments du Festival.

RETRO BIFFF - L’intégrale vidéo

Quand la Zone Geek explore les Bozar

Douze jours de festoche, douze vidéos de la Zone Geek. Les trublions scrotosomiques hantent le site des Bozar, se fendent de quelques critiques à chaud de films, tendent leur engin au badaud à la sortie de la salle et traitent de tous les à-côté du fetsival (dont le Cinemagfantastique n°3)...

Pour revivre ce BIFFF, amis nostalgiques, c’est par ici...

http://www.youtube.com/playlist?list=PLvR1RNBiHYv0PVF2wtxPMM0D5Fk5H-ao-&feature=mh_lolz

BIFFF ON STREAM - Enemy

Samuël Tubez

En adaptant une oeuvre complexe et déroutante du prix Nobel de littérature José Saramago, Denis Villeneuve livre un film nébuleux qui torturera l’esprit de plus d’un spectateur. Entre Lynch et Hitchcock, son film s’avère, malgré une certaine virtuosité, tout de même moins définitif et passionnant que ses illustres modèles et finit davantage par nous faire somnoler plutôt que nous troubler à jamais. Puis merde, c’est quoi cette araignée, wtf ?!

Damien Taymans

Sur un rythme de sénateur, Villeneuve instille une atmosphère malsaine à cette variation très lynchienne sur le thème des doppelgangers. Gyllenhaal sen sort brillamment mais l’ensemble peine malgré tout à convaincre

BIFFF ON STREAM - Police Story 2013

Sébastien Brunclair

Sans pouvoir être qualité de sombre daube, Police Story 2013 est un thriller qui souffre d’un manque d’imagination flagrant et, pour ne rien arranger, d’une réalisation nerveuse abusant de certains effets de style et n’insufflant aucun réel dynamisme. On a finalement un peu de mal à comprendre à qui s’adresse le film de Sheng Ding : les amateurs du genre risquent de bailler aux corneilles tandis que les fans de Jackie Chan peineront à y retrouver ce qui faisait son charme et sa singularité. Décidément, c’est moche de vieillir.

BIFFF ON STREAM - Moebius

Damien Taymans

Cynique mais pas inique, Moebius privilégie au dénouement tragique un sauf-conduit par la prise de conscience de cette perversion sexuelle. Malgré son statut bestiaire (aucune ligne de dialogue dans le film, tout en râles et grognements), l’humain se voit offrir un chemin pour sa propre rédemption et son élévation spirituelle. Après avoir fortement tailladé la chair, Kim Ki-Duk permet aux plaies de se cautériser. Dès lors, Moebius dépasse certains de ses travaux antérieurs et se montre moins "primitif" qu’il n’y paraît...

Samuël Tubez

Visuellement pas folichon et exerçant une certaine répétitivité, Moebius s’avère néanmoins aussi radical de par son propos mêlant émasculation, inceste, sado-masochisme et religion qu’expérimental de par sa forme dénuée de tout dialogue. Kim ki-duk démontre une fois de plus qu’il est passé maître dans la façon d’ébranler les esprits (et pas que).

Quentin Meignant

Le choc de l’année ! Kim Ki-Duk prouve une nouvelle fois son aptitude à dérouter et à pousser le spectateur dans ses derniers retranchements. Sur base d’une histoire WTF de phallus, le metteur en scène donne vie à un ensemble SM d’une incroyable froideur. Le tout met mal à l’aise, tant au niveau du fond que de la forme.

Alan Deprez

Kim Ki-duk franchit un nouveau palier dans la glauquitude et la peinture d’un quotidien malaisant. Moebius travaille au corps les thématiques de l’inceste et des liens du sang, illustrées de manière très frontale et sans aucun dialogue. Certains trouveront cela stérile et prétentieux, tandis que d’autres salueront la radicalité de la démarche de l’auteur de The Isle, qui ne laisse personne indifférent. C’est juste dommage que l’ensemble soit moins maîtrisé que son dernier chef-d’œuvre en date, l’éprouvant Pieta...

BIFFF ON STREAM - Asmodexia

Damien Taymans

Une péloche mexicaine qui entrevoit l’Apocalypse et les exorcismes avec la même folie qu’un certain Alex de la Iglesia. Mais le résultat fait plutôt peine à voir : le montage est chaotique, les personnages trop caricaturaux, le scénar bordélique...

BIFFF ON STREAM - Real

Seb Lecocq

Real reflète bien le cinéma de son auteur. Des histoires ennuyeuses portées par une mise en scène élégante et fine. L’homme sait filmer, ça ne fait aucun doute mais il a aussi le chic pour rendre inintéressantes et ennuyeuses des histoires qui sur le papier ne le sont pas forcément.

Damien Taymans

Quitte à explorer les rêveries d’une comatique sur un rythme lancinant, envoyez-vous plutôt Vanishing Waves qui, au niveau de l’érotisme et de la plastique, étaient un peu plus excitants. Reste une belle folie en fin d’œuvre avec un petit clin d’oeil vers les kaijus.

Samuël Tubez

Plastiquement irréprochable, le dernier Kurosawa fascine autant qu’il ennuie. Mais le voyage en vaut la peine.

BIFFF ON STREAM - Time Lapse

Damien Taymans

Une variation sur les paradoxes temporels qui manque un peu d’allant et de souffle mais qui se montre plutôt réussi et cohérent pour un premier film

Seb Brunclair

Bradley King sert un premier essai imparfait s’essoufflant sur la longueur mais néanmoins bourré d’indéniables qualités, augurant du meilleur pour la suite de sa carrière.

BIFFF ON STREAM - Eega

Seb Lecocq

Eega est un cran en-dessous d’Endhiran dans le WTF mais il possède un gros potentiel de fun, de sympathie et de folie. Sur 2h25, le postulat de base montre ses limites, tout n’est pas parfait et ça tourne un poil en rond en milieu de métrage mais les scènes d’action sont tellement réussies, la touche d’humour présente et le rythme débridé que ça passe vraiment tout seul.

Seb Brunclair

Durant ses 2H25 filant comme l’éclair, Eega ne bat jamais de l’aile et fait mouche à tous les étages. Drôle, rythmé, généreux, on est face à un divertissement de haute volée, qui colle instantanément un sourire idiot au spectateur réceptif à ce genre de délires sauce curry. Une suite, vite !

Quentin Meignant

Une oeuvre attachante, intelligente et rythmée en diable. Les deux heures d’aventures proposées paraissent bien courtes au vu de la qualité de cet incroyable divertissement.

Damien Taymans

Une oeuvre bollywoodienne qui suit les tribulations d’une mouche désireuse de se venger sur son assassin et qui dure plus de deux heures, c’est forcément rébarbatif. Eh bien non ! Eega ne connaît aucune baisse de rythme et se montre extrêmement généreux, tant et si bien que le format passe tout seul.

BIFFF ON STREAM - April Apocalypse

Quentin Meignant

Un sous-sous-sous-Zombieland qui reprend le même procédé que son exemple mais sans être drôle. Le narrateur souffre d’un évident manque de charisme, les séquences d’action sont en général mal shootées tandis que celles de dialogues abondent. La bande originale, elle aussi, est atroce. Mais comparé aux récents Osombie ou Zombie Apocalypse, April Apocalypse est tout de même un cran au-dessus, ce qui lui vaut une petite étoile...

Seb Brunclair

Singeant les comédies indé à la Juno en y repiquant et en enlaidissant tous les tics (héros cynique qui fait office de narrateur, rock indépendant fadasse pour illustrer chaque scène,...), April Apocalypse n’est rien de plus qu’une "comédie" zombiesque in-débandante.

Damien Taymans

Creux, vide, plat... Aidez-moi, suis en manque de synonymes.

BIFFF ON STREAM - Chimères

Quentin Meignant

Tranchant carrément avec les vampires contemporains, Chimères brille par son originalité, notamment durant les quelques séquences oniriques où excellent les maquillages de David Scherer. Hormis quelques longueurs dans le final, Olivier Beguin réalise là un très bel exercice.

BIFFF ON STREAM - Hide and Seek

Damien Taymans

La lutte des classes version Huh Jung bénéficie d’une réalisation classe et bien troussée qui manque hélas de réalisme et de mordant. Deviendrait-on trop exigeant envers le cinoche coréen ?

BIFFF ON STREAM - Les Sorcières de Zugarramurdi

Quentin Meignant

Voir un de la Iglesia au BIFFF est toujours une fête. Mais, cette fois, celle-ci tourne un peu au vinaigre pour ma part : malgré un public une nouvelle fois très chaud et vingt premières minutes hilarantes, il est très compliqué d’entrer dans un univers diamétralement opposé à celui développé d’habitude par le cinéaste. Bien plus grand public, bien moins irrévérencieux, Zugarramurdi ne joue même pas dans la cour de l’humour noir mais lorgne plutôt vers le blockbuster à petit budget. Ajoutons à cela quelques incrustations kitschissimes et une très longue séquence d’incantations et le vase finit par déborder...

Damien Taymans

La nouvelle folie d’Alex de la Iglesia s’invite dans vos platines et propose, entre autres joyeusetés, un hold-up foireux perpétré par Jesus Christ et Bob l’éponge, un banquet de sorcières à tendance cannibales, une paire de flics branquignoles, une Macarena Gomez en femme fatale un tantinet dérangée et un final en phase avec la démesure de son géniteur. Vous trouviez que les sorcières d’Eastwick avaient un grain ? Attendez de découvrir celles de Zugarramurdi…

Samuël Tubez

Alex de la Iglesia est fou...et génial à la fois !

BIFFF ON STREAM - Ablations

Quentin Meignant

Sur base d’une idée intéressante, Arnold de Parscau donne vie à une oeuvre étrange sans vraiment réussir à imposer sa griffe. Sa réalisation se veut léchée et certains plans se réclame clairement de Lynch, mais les références maladroites à ce dernier et l’inaction totale pèsent. Voir un Philippe Nahon sous-exploité malgré son rôle crucial dans l’intrigue (qui est par ailleurs dotée d’un final décevant) est assez insupportable, d’autant que Denis Ménochet est totalement inexpressif dans le rôle principal...

Damien Taymans

Ablations, malgré des intentions souvent nobles et une résolution qui prend le contrepied de ce qui se fait d’habitude, se pose comme un demi-échec ou, pour être plus optimiste, une demi-réussite. Plus intéressant et mieux réalisé que la plupart des péloches françaises osant la sortie du mainstream ces dernières années, le film d’Arnold de Parscau se montre à la fois trop et pas assez riche et égare le spectateur à force de démultiplier ses intrigues et d’étoffer sa galerie de personnages. Un film transgenre (en pleine théorie du genre, décidément, c’est une œuvre de son temps) qui ne parvient pas à cautériser les plaies du cinoche de genre tricolore ...

BIFFF ON STREAM - Ugly

Seb Brunclair

Attention, chef-d’œuvre. Peignant un portrait grinçant à l’extrême de l’Inde et de ses habitants, Ugly étale une galerie de personnages pourris jusqu’à la moelle où la soif d’argent et de pouvoir prévaut sur tout le reste. Cette profusion de personnages nuit d’ailleurs un tant soit peu à la fluidité du récit, mais la révélation finale est là pour remettre les pendules à l’heure : on est face à du grand, du très grand cinéma.

Damien Taymans

Un concentré de misanthropie made in India qui rappelle les polars noirs sud-coréens de ces dernières années. Ugly est avant tout un film de personnages, tous plus véreux et dégueulasses les uns que les autres, une œuvre sans concession, aussi déprimante que magnifique.

Samuël Tubez

Le genre de claque qui vous laisse des traces plusieurs jours après impact.

BIFFF ON STREAM - Let us prey

Quentin Meignant

Encore une belle surprise en cette fin de festival ! Réalisé pour une moindre somme, Let Us Prey s’avère être particulièrement malin. Quasi unité de lieu, peu de personnages, mais surtout un excellent traitement graphique et scénaristique. Le jeu d’acteur de Liam Cunningham fait le reste et permet à l’oeuvre de s’inscrire tout d’abord dans le mystère avant d’opérer un gros virage lors d’un final spectaculaire et étonnant.

Seb Brunclair

Un huis-clos intense, brutal, original et bien interprété. Je serais plus loquace si Morphée ne m’avait pas kidnappé pendant une bonne demi-heure...

Damien Taymans

Mon coup de coeur de la compétition européenne. Un huis clos prenant et ultra-efficace qui ne livre pas ses enjeux dès le premier acte et prend le temps d’instaurer un certain malaise avant de se déchaîner dans sa dernière partie.

BIFFF ON STREAM - Shield of Straw

Quentin Meignant

Du Miike malheureusement devenu habituel : une première heure potable suivie d’une seconde vite et mal expédiée. Et pour ne rien gâcher, un flic plus lourdingue que jamais.

Damien Taymans

L’heure du bilan a sonné. Takashi Miike n’est et ne sera jamais un auteur. Shield of Straw en atteste : cette oeuvre académique, qui mouline à vide dans l’unique but d’appuyer des enjeux dramatiques exposés lors des cinq premières minutes, s’avère incapable de tenir en haleine l’assistance sur sa trop longue durée.

BIFFF ON STREAM - Dark Tourist

Seb Brunclair

Gonflant là où il devrait se montrer prenant, Dark Tourist souffre d’un premier degré étouffant tant le réalisateur semble décidé à nous mettre mal à l’aise, quitte à se vautrer dans le ridicule. Le film joue donc avec nos nerfs, mais malheureusement pas comme il l’aurait souhaité.

BIFFF ON STREAM - The Protector 2

Quentin Meignant

Avis à tous : on a encore volé l’éléphant de Tony Jaa et cette fois il est vraiment énervé ! Cela nous vaut notamment une scène de poursuite en moto du plus bel effet, totalement dingue et d’une longueur indescriptible, qui réjouira les amateurs du genre. Quelques bastons de très haut vol, des chorégraphies parfaites, un sosie du rappeur Shurik’n, une très jolie fille malheureusement méchante et un RZA plus cabotin que jamais : autant dire que le film est une réussite ! On a presque envie de dire que la bouclette est bouclée... mais on espère un troisième opus.

Alan Deprez

Avec un peu d’indulgence, TYG2 se pose en petit plaisir coupable. Du moins, si vous n’êtes pas allergique au surjeu de Tony Jaa (nettement moins doué - par exemple - qu’un Iko Uwais), ainsi qu’aux affrontements ou poursuites improbables, étirés au-delà du raisonnable et relevés de CGI foireux façon EuropaCorp. On vous aura prévenus ! Sinon, RZA est toujours aussi cabotin et la bombissime Yayaying Rhatha Phongam (aperçue dans Only God Forgives) est une vraie découverte.

Damien Taymans

The Protector 2 se pose comme un film de tatanes bourrin et décomplexé qui accumule les séquences what-the-fuck chorégraphiées et shootées à l’emporte-pièces et interprétées avec moult mimiques.

Seb Brunclair

Un très bon actioner bas de plafond où ça cogne, ça hurle et ça cabotine à l’excès. Certaines scènes, notamment une poursuite à moto incroyable, valent franchement le coup d’œil, malgré l’utilisation incessante d’effets numériques de très mauvais goût.

BIFFF ON STREAM - Oculus

Samuël Tubez

Évitant la surabondance de jump scares foireux propice à ce genre de production, Oculus prend son temps pour installer son atmosphère et parvient, grâce à un montage habile et une structure originale, à dérouter le spectateur et lui foutre (un peu) les pétoches comme il se doit. Une petite réussite.

Quentin Meignant

On peut cette fois dire que Blumhouse Productions envoie du lourd ! Si Insidious voyait sa seconde partie sombrer, que The Conjuring s’avérait parfois inégal, Oculus a retenu les leçons du passé. Une réalisation impeccable, un montage étonnant qui déroute au niveau de la narration, une atmosphère pesante qui s’installe petit à petit : tous les ingrédients sont réunis pour un futur gros succès en salle...

Alan Deprez

Quelques chouettes moments de flippe, mais Oculus est loin d’être le grand frisson espéré. L’œuvre de Mike Flanagan est très classique dans son déroulement et rappelle une palanquée d’œuvres du même acabit. Reste la beauté insolente de la craquante rouquine Karen Gillan, que l’on retrouvera bientôt dans Les Gardiens de la Galaxie. Croyez-moi, admirer son joli minois suffira au bonheur de nombreux fanboys !

Damien Taymans

Un film old school qui prend raisonnablement le temps d’installer une certaine atmosphère avant de virer dans l’horreur totale. Oculus ne se borne pas à compiler les jump "squares" (hommage à Richard) mais crée le malaise et joue avec les phobies les plus profondes de l’assistance.

Seb Brunclair

Faisant fi des jump scares foireux qui polluent habituellement le genre et gérant intelligemment l’espace-temps en mêlant passé et présent, Oculus ne cherche pas à réinventer la roue mais offre une petite séance de flippe à l’ancienne tout à fait recommandable. Par contre, on tremble en pensant aux multiples suites d’ores et déjà annoncées...

BIFFF ON STREAM - The Last Incubus

Quentin Meignant

Sous le Soleil en roumain, ça fait très mal aux yeux...

Damien Taymans

- Si vou plé, regardez mon film, si vou plé...

- Euh, je veux bien moi, mais c’est le cinéma que j’aime, pas les sitcoms

Seb Brunclair

Si AB Productions s’était mis en tête de réaliser un film atmosphérique revisitant le folklore roumain, il y a fort à parier que le résultat aurait été quasi identique à ce The Last Incubus.

BIFFF ON STREAM - Cruel & Unusual

Quentin Meignant

Une idée de base plutôt originale malheureusement desservie par une mise en scène anémique en tout point. On s’ennuie parfois ferme alors que le sujet en lui-même pouvait s’avérer passionnant.

Fred Pizzoferrato

Un film assez classique qui dépeint une vision très chrétienne du Purgatoire et traite de la culpabilité et des responsabilités de manière fort conventionnelle mais toutefois maintient suffisamment l’intérêt pour se laisser regarder sans déplaisir. Pas de quoi se relever la nuit mais un ensemble correct à tous les niveaux (acteurs, réalisation, écriture) et c’est déjà pas mal.

Damien Taymans

Plus insidieux et percutant que le Haunter de Natali mais un poil convenu et, forcément, répétitif, Cruel and Unusual définit à son tour avec brio les tourments du purgatoire...

Seb Brunclair

Une preuve de plus qu’une excellente idée ne débouche pas forcément sur un excellent film, Cruel and Unusual abat trop vite toutes ses cartes pour verser dans une répétitivité légitimée par le sujet, mais pas moins pesante, et un rythme très mal géré. À découvrir tout de même pour les plus curieux, le sujet et la manière dont il est abordé méritant un coup d’œil.

BIFFF ON STREAM - The Profane Exhibit

Quentin Meignant

Pas envie de parler d’un film pas fini...

Alan Deprez

Difficile de juger une œuvre que le distributeur a osé envoyer non finalisée, incomplète (il manquait les sketches de José Mojica Marins, Richard Stanley, Anthony DiBlasi, ...) et exportée dans une qualité indigne de YouTube. Un 0 pointé pour la copie, donc ! Pour le reste, le sketch de Deodato est indigne d’un film d’étudiant (encore un qui s’est "Dario Argentoisé" !) et Nacho Vigalondo s’illustre encore derrière la proposition la plus intriguante, avec son "Sins of the Father" lourd de secrets de famille innommables. Ryan Nicholson et Uwe Boll installent quant à eux leurs films dans une ambiance crapoteuse d’horreur quotidienne, entre méfaits d’un mari serial killer (on pense aux écrits de Jack Ketchum) et trame librement inspirée de l’affaire Josef Fritzl, qui avait ébranlé l’Autriche en 2008. Le thème de l’inceste inspire décidément plus d’un cinéaste...

Damien Taymans

Le crétin de producteur en proposant au festival ce produit ni fini ni étalonné n’a réussi à faire qu’une chose : tuer dans l’oeuf son film. Reste le segment de Nacho Vigalondo qui est plutôt sympathique...

Seb Brunclair

Pourquoi nous infliger une copie incomplète et aussi minable visuellement ? Mais même cela mis à part, l’ensemble des sketches proposés est d’une nullité effarante (mention spéciale au segment de Deodato), se contentant pour la plupart d’une surenchère malsaine n’entraînant que des bâillements incessants. Nacho Vigalondo vient tout de même sauver quelque peu les meubles, mais à quoi bon ?

Fred Pizzoferrato

Bon d’accord c’est une mauvaise copie de travail et tous les sketches ne sont pas présents mais difficile de croire que les ajouts puissent réellement faire remonter la pente à cette désastreuse anthologie où seul Nacho Vilalongo semble se soucier d’un minimum de scénarisation et de mise en scène quand tous ses petits camarades se vautrent dans la provoc minable, le gore débile et abdiquent toutes ambitions pour accoucher de courts-métrages qui feraient honte pour des amateurs. Que des "grands noms" du genre livre ce genre de nullité consternante tient du foutage de gueule.

BIFFF ON STREAM - Control

Quentin Meignant

Une catastrophe industrielle dès ses prémices : images de synthèse dignes d’un Tron Legacy foireux, voix off d’une monotonie extrême et un méchant insupportable. Le ton est donné pour un film bien peu inspiré qui se traîne encore et encore...

Alan Deprez

Certes, Control est hongkongais, mais il ressemble au tout-venant des thrillers sud-coréens - de plus en plus essoufflés - de ces dernières années. Et pourtant, l’œuvre de Kenneth Bi s’ancre dans un univers futuriste plaisant et s’appuie sur un scénario intelligent, riche en twists (grande révélation finale incluse), tout autant que sur une réalisation efficace, sans fioritures. Ça ne m’empêche pas de le trouver convenu et archi-balisé...

Damien Taymans

Kenneth Bi nous embarque dans une immense machination fomentée par une sorte de Big Brother avant de flanquer le concept et de le piétiner avec rage par l’entremise d’une série de twists complètement inopportuns.

BIFFF ON STREAM - Once Upon a Time in Vietnam

Quentin Meignant

Un film en costumes d’époque à l’ère du GSM ? Pourquoi pas, mais il aurait été de bon ton d’éviter les CGI de basse qualité, les fonds d’image ridicules et la traditionnelle histoire à l’eau de rose...

Fred Pizzoferrato

Film de bastons tendance gnan gnan tout simplement interminable entre références au western spagh et au post nuke italien...Le tout est bien laborieux malgré quelques scènes d’action potables si on n’est pas allergiques aux effets visuels bien moisis.

Damien Taymans

La chevelure au vent, la cicatrice finement ciselée, l’amure lustrée, l’acteur incarne un héros plus télégénique qu’iconique qui tente de se creuser une place au soleil dans ce "eastern" de carte postale. Pourtant, malgré ses intentions louables de ressusciter un pan du cinéma en lui offrant un peu d’exotisme, à la manière du déjanté Le Bon, la Brute et le Cinglé de Kim Jee-won, Dustin Nguyen peine à raviver le brasier de ses inventivité et, dans la deuxième moitié, se borne à recycler les trouvailles du début et étire certaines séquences (le combat final du saloon) pour parvenir à une durée raisonnable. Son personnage, cheveux longs mais idées courtes, peut rengainer son sabre et repartir dans son monastère, la grand messe du western est hélas déjà terminée...

BIFFF ON STREAM - Rigor Mortis

Quentin Meignant

Long tableau très ennuyeux fait de personnages étranges. C’est beau, bien filmé mais particulièrement inutile et compliqué...

Alan Deprez

Très esthétisant et intimiste, Rigor Mortis actualise avec brio le mythe vampirique à la sauce hongkongaise. Pour peu que l’on se laisse envahir par le rythme doucereux de l’œuvre de Juno Mak, l’expérience est terriblement envoûtante et de celles que l’on n’est pas prêt d’oublier. En un mot comme en cinq : chef-d’œuvre !

Damien Taymans

Une petite pépite qui a déjà fait ses preuves dans une kyrielle de festivals : esthétiquement, thématiquement, narrativement, Rigor Mortis met à l’amende la plupart des autres films de la sélection.

BIFFF ON STREAM - The Pool

Quentin Meignant

Un schéma narratif tout ce qu’il y a de plus classique, une histoire qui ne réinvente rien, mais qui a le mérite d’être très courte. Les qualités de The Pool à l’écran sont indéniables mais souffrent de quelques approximations et d’un manque certain de climax. Heureusement, le final surprend...

Damien Taymans

Dans ce film prônant les vertus du camping en pleine nature, la tente est insoutenable : rien ne se donne à voir durant une bonne heure avant que les péripéties ne s’enfilent incompréhensiblement pour éliminer l’un après l’autre tous les personnages encombrants présentés jusqu’alors...

Seb Brunclair

À croire que le camping est synonyme de navets cinématographiques : De Poel ne raconte rien durant sa majeure partie et s’embourbe dans le ridicule le plus complet dans sa conclusion. On aura du mal à lui trouver d’autre qualité que celle d’être très court, et ça, ça en dit long...

BIFFF ON STREAM - Mindscape

Seb Brunclair

Si la forme est inattaquable, le fond sombre dans les clichés et dans des ressorts scénaristiques prévisibles dès la première demi-heure. Rien de bien déshonorant en somme, juste un film dénué d’inspiration et de personnalité, les quelques bonnes idées évoquant souvent des œuvres bien plus marquantes.

BIFFF ON STREAM - Heavenly Shift

Quentin Meignant

Une comédie WTF d’une incroyable intensité avec une galerie de personnages vraiment très riche et un humour merveilleusement ciselé. Heavenly Shift est l’une des plus belles surprises du festival !

Alan Deprez

Alors que l’on n’en attendait pas grand chose, Heavenly Shift est une indéniable réussite, s’inscrivant dans la mouvance de ces œuvres de l’Est ouvertement décalées et iconoclastes (tel "Taxidermie", qui dans le genre, est plus gratiné). Le film du Hongrois Márk Bodzsár épate par sa galerie de personnages hauts en couleur et par sa manière d’insuffler de l’absurde et de la poésie dans le quotidien le plus trivial. Et de fait, on songe aussi à des pépites nordiques comme Les bouchers verts. Dommage qu’il soit un peu longuet, sans cela, Heavenly Shift aurait pu décrocher 5 étoiles...

Damien Taymans

Hongrois que ça va pas être terrible sur le papier mais à l’écran cette comédie loufoque fonctionne à plein régime. Un rejeton d’Emir Kusturica est né...

Seb Brunclair

Surprise très réjouissante, Heavenly Shift est une comédie noire attachante et maline qui ne pâtit que de quelques longueurs d’autant plus flagrantes au vu de la qualité de l’ensemble. On en redemande.

BIFFF ON STREAM - Altergeist

Quentin Meignant

Un final pas évident à cerner et des CGI pas toujours très bien réalisés...

Seb Brunclair

Pas de tension, pas de frisson, rien que du roupillon.

BIFFF ON STREAM - Omnivores

Seb Brunclair

L’entame met en appétit, mais le reste est terriblement fade, à l’image de son héros transparent au possible. On n’en sortira pas le ventre rempli.

BIFFF ON STREAM - The 7th floor

Damien Taymans

Een bout de course, l’œuvre perd de son souffle et laisse le spectateur hors d’haleine reprendre une respiration normale, sans lui asséner le dernier uppercut tant attendu. En lieu et place, The 7th floor laisse un goût amer en choisissant l’option la plus prévisible et en empruntant quelques raccourcis scénaristiques quand il s’agit de pénétrer le cœur du sujet. Ce thriller hispanique aux accents argentins très prononcés se montre à certains égards plutôt frileux et reste cloisonné dans son cadre originel sans oser adopter l’ampleur espérée et sans exploiter totalement le potentiel labyrinthique du lieu.

BIFFF ON STREAM - Wrong Cops

Quentin Meignant

Un retour plus ou moins en forme pour Quentin Dupieux avec le foireux Wrong. Sa galerie de personnages s’étoffe réellement et Eric Judor y brille particulièrement. Le comique de situation est à nouveau compréhensible malgré d’indéniables longueurs.

Damien Taymans

Dans la lignée de Rubber et de Steak, un OFNI en perpétuel décalage qui compte des brouettes entières d’idées folles.

Seb Brunclair

Dupieux a encore frappé. Qu’on adhère ou non à sa folie, personne ne pourra nier le vrai sens créatif qui parcourt son dernier né, bourré de scènes vouées à devenir cultes et d’une formidable galerie de personnages.

BIFFF ON STREAM - Open Grave

Quentin Meignant

Gonzalo Lopez-Gallego est enfin quelqu’un qui compte aux States ! Après l’indigent Apollo 18, le cinéaste ibère prouve qu’il est un orfèvre en matière d’horreur. Au menu, une oeuvre qui mêle mystère et angoisse pour dépeindre de manière originale un thème pourtant surexploité ces dernières années. Un petit must !

Alan Deprez

D’ores et déjà une des bonnes surprises du BIFFF cuvée 2014 ! Open Grave traite intelligemment son sujet et multiplie les twists pertinents (du genre de ceux où l’on ne nous prend pas pour des imbéciles), sans tomber dans les travers habituels des films d’infectés (hystérie collective, créatures sous speed, ...). Gonzalo López-Gallego prend le temps de déployer son intrigue et de caractériser des personnages solides, en quête de vérité(s). Sharlto Copley (District 9) est monstrueux de charisme et on retrouve avec plaisir la Josie Ho de Dream Home, dans un rôle crucial. Je n’en dis pas plus...

Damien Taymans

Après Apollo 18, Gonzalo Lopez-Gallego revient à ses premières amours et à un cinéma plus percutant via cet Open Grave qui parvient à intriguer d’entrée de jeu pour tenir le spectateur en haleine jusqu’à son dénouement.

BIFFF ON STREAM - All Cheerleaders die

Samuël Tubez

Entre Charmed et The Lost, McKee et Sivertson enfantent d’un film certes imparfait mais plutôt fun et sexy.

Quentin Meignant

Un film parfait dans l’ambiance du BIFFF : les pom-pom de McKee et Siverston ont mis le feu à la salle. Outre quelques scènes plutôt torrides, les deux cinéastes offrent exactement ce qu’ils avaient promis. Une bande originale magnifique et une caractérisation poussée à l’excès font de l’ensemble une très belle réussite.

Alan Deprez

On passe un moment agréable devant "All Cheerleaders Die", bien que loin d’être inoubliable... L’ensemble est séduisant et rythmé, mais s’avère très inoffensif. En somme, c’est une œuvre qui ressemble beaucoup plus à Sivertson qu’à McKee. ACD s’apparente à un (bon) épisode de la série Charmed, entre délire de sorcellerie new age, nanas sexy et pierres magiques... Il n’empêche que le film est riche en petites pépées, toutes plus aguicheuses les unes que les autres (Brooke Butler, Amanda Grace Cooper et Reanin Johannink sont délicieuses). On déplorera juste des scènes chiches en nudité (quelques p’tits culs moulés dans des shorties, des fesses joliment rebondies bardées d’un string et une seule poitrine topless), alors que l’on aurait escompté plus de générosité charnelle. Le pervers juif a parlé !

Damien Taymans

On a connu un Lucky McKee plus inspiré. En l’état, All Cheerleaders die demeure cependant un bon petit rollercoaster foutraque à même de mettre en émoi l’assistance du BIFFF...

Seb Brunclair

Accueilli triomphalement par le public du BIFFF, All Cheerleaders Die n’est certes pas le film le plus marquant de son réalisateur mais tient toutes ses promesses de sex appeal et de gore, le tout à un rythme d’enfer et en compagnie de personnages qu’on adore détester.

BIFFF ON STREAM - The Hour of the Lynx

Samuël Tubez

Erreur de casting de ce 32e BIFFF, ce drame psychologique plutôt bien interprété oppose science et foi dans un ensemble austère sacrément déprimant.

Damien Taymans

Cette petite péloche tirée d’une pièce de Per Olov Enquist prend les atours d’un drame intimiste sondant la psyché d’un malade mental meurtrier. Le récit parvient à instiller doute et malaise et à créer l’empathie pour chacun de ces personnages. Mais Soren Kragh-Jacobsen montre une trop fort penchant pour les plans expositifs et les dialogues redondants.

BIFFF ON STREAM - Halley

Quentin Meignant

Pas vraiment approprié si tard dans le festival, Halley a le mérite de proposer une relecture intéressante d’un mythe bien connu par les fantasticophiles. Hormis cela, l’ambiance générale du film frôle le silence absolu sans pour autant qu’une quelconque péripétie n’émaille les événements... Dommage.

Damien Taymans

Reste une sorte de non accomplissement, d’"halley" sans retour pour Sebastian Hoffmann qui, à force de ne vouloir dépeindre que de l’extérieur l’enfermement que connaît son héros, prisonnier d’une enveloppe en putréfaction, compose un essai encore à l’état d’esquisse dont la forme (la photographie est à tomber) n’égalerait que rarement le fond.

BIFFF ON STREAM - Return to Nuke ’Em High Volume 1

Damien Taymans

Lloyd a mis le feu aux BOZAR avec ce faux remake-reboot-prequel de l’un de ses classiques. L’écurie Troma n’a pas changé, quarante ans après sa naissance : du slapstick foutraque, des bruitages scato, des acteurs cabotins et une incroyable générosité. Personnellement, ça me laisse froid

Samuël Tubez

Troma recycle ses fonds de tiroir avec un joli enthousiasme communicatif. Les tromettes sont bonnasses, les fluides s’écoulent, les mutations improbables s’enchaînent et les canards se la jouent gorge profonde... Du gros portnawak qui n’oublie pas au passage de tirer sur tout ce qui bouge. Du Troma bien con et subversif comme on l’aime (ou le déteste). Plaisir coupable !

BIFFF ON STREAM - Viral

Quentin Meignant

A l’image d’un autre espagnol, Afterparty, diffusé l’année dernière, Viral n’est pas le film le plus raté du festival mais n’en demeure pas moins l’un des plus inutile. Zéro tension, zéro charisme, zéro enjeu mais une réa qui te fait dire pas zéro tout court...

Damien Taymans

Quelques idées scénaristiques intéressantes mais une vraie carence en terme de tension et une réa à la ramasse. Et il manque le twist final annonçant que l’histoire se déroulait en fait chez MediaMarkt...

BIFFF ON STREAM - Intruders

Damien Taymans

Un thriller coréen plutôt bien mené qui prend le contre-pied de ses frères d’armes en faisant du héros le principal instigateur involontaire de la tension. Malin !

Seb Brunclair

Un thriller coréen pas dénué d’intelligence et de tension mais souvent maladroit dans son exécution.

BIFFF ON STREAM - Willow Creek

Quentin Meignant

On s’ennuie ferme durant un moment et le final tombe à plat, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais peut-on blâmer un réalisateur dont le seul but était de faire un véritable found footage sans artifices ? La réponse est sans doute non, surtout à une époque où l’on mange des productions autrement plus détestables !

Alan Deprez

Qui dit found footage, dit souvent arnaque ou vaste fumisterie. Willow Creek ne déroge pas à la règle et on n’y voit pas le moindre bout de "poiluche" d’un bigfoot (si, une touffe de poils accrochée à un arbre !).

Damien Taymans

La forme est excessivement cohérente mais le fond peine à se montrer attractif. Point positif : Bobcat Goldthwait peut rajouter un plan séquence de 18 minutes sur son CV.

Seb Brunclair

La démarche est honnête et le résultat cohérent, à contre-pied total de la plupart des représentants du found footage. Dommage que le tout tombe dramatiquement (et volontairement ?) à plat.

Samuël Tubez

Bobcat Goldthwait tente un retour aux sources du found footage en gardant Le projet Blair Witch en tête. Si la démarche est louable et le résultat d’une belle authenticité, le tout s’avère toutefois sacrément ennuyant et frustrera les amateurs de gros monstres poilus.

BIFFF ON STREAM - I’ll follow you down

Damien Taymans

Nouvelle variation bavarde et lourdingue des voyages spatio-temporels qui prend les atours d’un mauvais et trop long épisode de La Quatrième dimension. Il reste tout de même Gillian Anderson...

BIFFF ON STREAM - Lord of Tears

Alan Deprez

De mieux en mieux, les fins d’études de l’INRACI... Et ils font des films d’horreur, maintenant ?

Damien Taymans

Le producteur nous avait prévenu en introduction du film : il n’y a que 17 DVD à vendre à la sortie de la salle. D’après les rumeurs, il est reparti avec 18 galettes...

Seb Brunclair

Jamais plus.

BIFFF ON STREAM - The Outing

Quentin Meignant

Une excursion qui tourne au vinaigre mais seulement pour le spectateur.

Fred Pizzoferrato

Une idée de court-métrage étirée sur 90 minutes pour une réappropriation de l’univers des contes de fées qui aurait mérité un traitement moins pantouflard. Quelques touches vaguement malsaines ne suffisent pas à sauver un ensemble globalement désastreux.

Damien Taymans

L’idée de la contamination uro-lycanthropique est drôle, le détournement du conte de fées plutôt malin ... mais ces louve-garoutes traînent la patte et mettent beaucoup trop de temps à voir le loup !

Seb Brunclair

Pique-nique nique nique s’endormait tout simplement...Une des séances les plus drôles de ce BIFFF, mais pas pour les bonnes raisons.

BIFFF ON STREAM - Cold Eyes

Quentin Meignant

Le thriller coréen se porte décidément très bien car, même quand il accouche d’une oeuvre un peu plus convenue comme Cold Eyes, il n’en demeure pas moins incontournable. Doté d’une intrigue puissante et d’un beau rythme, Cold Eyes fait parfois penser à la série ’Les Experts’ (Mon Dieu !) mais en mille fois mieux...

Fred Pizzoferrato

Un bon thriller à la coréenne avec une belle ambiance parano et quelques scènes d’action musclées un peu gâchée par une shaky cam pénible. De rares baisses de rythme n’atténuent pas trop le plaisir ressenti devant cette traque efficacement haletante. Du bon boulot

Damien Taymans

Heureusement, il y avait deux très bons thrillers coréens pour rattraper la programmation de ce jour noir. Intruders et ce Cold Eyes, polar tendu comme un string et bourré d’action.

BIFFF ON STREAM - Torment

Damien Taymans

Un bon petit slasher bien énergique qui semble une nouvelle fois hyper convenu mais parvient à s’insérer brillamment dans le registre du mind invasion. A déconseiller aux familles recomposées

Quentin Meignant

Un home invasion en bonne et due forme qui, certes, ne réinvente pas le genre mais lorgne parfois vers le mind invasion. Avec un peu plus d’inspiration dans les 20 dernières minutes, Jordan Barker aurait pu livrer une oeuvre d’excellence. Il n’en demeure pas moins que ce Torment est une belle réussite.

BIFFF ON STREAM - Killers

Quentin Meignant

La claque tant attendue a enfin été projetée et ne déçoit pas... totalement ! Victime d’une réputation trop grande, Killers risque de laisser plus d’un spectateur sur le carreau. Dommage car les Mo Brothers prouvent enfin l’étendue de leurs qualités en excellant dans tous les domaines, d’une bande son impressionnante au développement d’un climax froid et glauque. Les coups de boutoir du score à eux seuls valent d’ailleurs les 4 étoiles !

Alan Deprez

Certains le clamaient haut et fort : Killers serait le meilleur film du festival. Ce n’est malheureusement pas le cas : le film de Kimo Stamboel et Timo Tjahjanto est plutôt une semi-déception. Killers aurait mérité d’être raccourci d’une bonne demi-heure, car, même si les rapports ambigus entre les deux serial killers (l’expert/le novice) ne manquent pas de piment, les enjeux narratifs sont trop dilués et l’on frôle parfois le remplissage. Pourtant, l’œuvre partait sur les chapeaux de roues et soulève des dilemmes moraux assez intéressants. Si ce n’est que l’on est loin du caractère définitif d’un I Saw The Devil, où rien n’est superflu...

Damien Taymans

La claque du festoche. Ni plus ni moins...

Seb Brunclair

Petit pétard mouillé, Killers sait se montrer intense à l’occasion mais peine à convaincre sur la durée, inutilement longue. Un thriller honnête, sans aucun doute, mais finalement très oubliable.

Samuël Tubez
Ça, une claque ? Une pincette, plutôt ! Photo mal contrastée, interprétation semi convaincante, montage parfois confus,.... Loin d’être maîtrisé et paraissant interminable, Killers fait en plus preuve d’une violence gratuite qui ne sert pas toujours forcément le propos. Reste quelques bonnes idées malsaines (l’éducation par la violence du gamin), les rapports ambigus des deux tueurs et quelques séquences efficaces, dont une chaotique fusillade dans une bagnole.

BIFFF ON STREAM - Arcana

Quentin Meignant

Sans doute l’un des films les plus bordéliques du festival. Pas foncièrement mauvais, Arcana repose même sur de très belles idées et aurait pu s’avérer être très intéressant. L’absence totale de direction d’acteur et une mise en scène qui souffre du manque de budget viennent quelque peu ternir le tout. Yoshitaka Yamaguchi, ancien assistant de Miike, prouve néanmoins qu’il a des idées et de la folie à revendre. Tel maître, tel élève...

BIFFF ON STREAM - Cheap Thrills

Quentin Meignant

Une oeuvre étonnante et fraîche qui met de côté l’aspect malsain qu’il aurait pu développer pour laisser toute latitude à une sorte d’étude comportement. C’est fin, très fin et d’ailleurs les héros en mangent sans faim...

Alan Deprez

Cheap Thrills n’a pas usurpé sa réputation de bombinette de festivals. La péloche d’E.L. Katz est une satire sociale cruelle, gore, à l’esprit punk et nimbée d’un noir profond ; celui de l’âme humaine, corrompue par l’argent. L’expérience peut s’avérer éprouvante, si j’en crois un de mes voisins de salle, pris d’un malaise à la vision de la séquence du "petit doigt coupé"...

Damien Taymans

E.L. Katz, scénariste attitré d’Adam Wingard, mesure à l’aide de sa caméra la démesure de ces cobayes et transmet une photographie de cette triste réalité sociale. L’homme, pour assurer ses arrières, doit paradoxalement remuer du croupion et saisir toutes les opportunités, sans peur d’y perdre ses valeurs. La force du script réside dans le réalisme des personnalités et situations qu’il propose et dans le refus de céder aux sirènes de l’outrance (une fiente de chien dans le jardin, pas question de la manger...). Sans excès, Cheap Thrills donne une certaine idée du nihilisme et de l’individualisme ambiant et dépeint un portrait au vitriol de l’amoralité capitaliste. Un essai malin, haletant et brillant...

Samuël Tubez
Sur un postulat de court métrage, E.L. Katz livre un parfait condensé d’humour noir et de satire sociale, nous baladant du rire au malaise avec une facilité déconcertante. Ni trop long ni trop court, parfaitement fluide, impeccablement interprété, Cheap Thrills est une petite bombe. Et le plan final est juste parfait !

BIFFF ON STREAM - Deadly Virtues : Love.Honour.Obey.

Quentin Meignant

Et si elle était là, la claque surprise du festival ? Après des débuts laborieux et laissant entrevoir un home invasion en bonne et due forme, Deadly Virtues dévoile son vrai visage et fait montre d’une intelligence rare dans le domaine. Le traitement des personnages et la direction d’acteurs sont parfaits pour un sujet réellement éprouvant... même pour le spectateur !

Damien Taymans

Après une petite demi-heure d’indifférence polie, on tombe dans le piège tendu par Deadly Virtues et on ne peut plus se défaire de l’empathie ressenti à l’égard de l’héroïne, martyr moderne d’une société qui ne peut se défaire totalement de son modèle patriarcal voire misogyne. Ce "mind invasion" pénètre durablement les esprits et captive autant qu’il dérange.

Seb Brunclair

Et une grosse claque dans la tronche, une ! Passé les premières minutes qui n’augurent rien de particulièrement captivant, le film, porté par trois fabuleux comédiens, nous prend dans ses filets pour ne plus jamais nous relâcher. Le final, d’une intensité rare, risque de rester longtemps dans les mémoires.

BIFFF ON STREAM - Young Detective Dee : Rise of the Sea Dragon

Fred Pizzoferrato

Généreux jusqu’au gavage mais comment ne pas s’éclater devant cette suite ininterrompue de combats martiaux, de monstres géants et de gags lourdingues avec une utilisation très fun de la 3D.

Alan Deprez

A l’image des dernières œuvres de Tsui Hark, Young Detective se mérite : il faut outrepasser son incessant verbiage et ses longueurs pour en découvrir toute la quintessence. Hark n’a pas perdu la main quand il s’agit d’emballer des instants de bravoure dopés aux CGI et magnifiés par une 3D convaincante, de shooter des combats de haute voltige ou de nous offrir de purs moments d’action épique. Certes, la réalisation est parfois tape-à-l’œil et qualitativement, ce n’est pas du niveau de Detective Dee, mais ceux qui ont quitté la projo avant la fin ont eu tort !

Samuël Tubez

En dépit de longueurs et une propension aux scènes d’action portnawak (non mais c’est quoi ce cheval amphibie ?!), Young Detective Dee est une aventure plus que plaisante regorgeant de moments de bravoure, d’enquêtes surréalistes et de chorégraphies fantaisistes. En plus, la 3D est sympa et le dragon de mer a de la gueule !

BIFFF ON STREAM - John Doe : Vigilante

Quentin Meignant

Excessivement bavard et parfois moralisateur, John Doe : Vigilante ne parvient pas à quitter le carcan du prêt-à-penser servi sans artifices. Dommage car le sujet en lui-même méritait meilleur traitement...

Fred Pizzoferrato

Un film solide qui va jusqu’au bout de son message radical et réactionnaire. Une bonne surprise dans le domaine balisé du film d’auto justice.

Damien Taymans

Un vigilante bobo qui se contente de resservir le traditionnel refrain sans le traduire véritablement à l’image. John Doe et ses sbires passent pour de fadasses hors-la-loi vaguement anars désireux de remettre un peu d’ordre dans le chaos de la justice, justifiant toutes leurs exactions au nom de la déficience systémique. Le plaidoyer tombe à plat, peu aidé par une narration déstructurée fastidieuse...

BIFFF ON STREAM - Dementamania

Quentin Meignant

Une oeuvre très pompeuse qui n’apporte strictement rien au genre si ce n’est un twist que l’on voit s’esquisser une heure avant. D’un rare ennui...

Fred Pizzoferrato

Scénario balisé et twist tout moisi pour la rencontre d’American Psycho et Fight club le talent en moins. Interminable.

Damien Taymans

L’ombre de Patrick Bateman plane juste derrière celle de ce col blanc en plein burn out virant à la psychose schizo... Merde, j’ai révélé le twist !!!

Seb Brunclair

Film à twist (minable) d’une nullité à toute épreuve. Quelle mouche a piqué le réalisateur ?

BIFFF ON STREAM - The Adventurer : The Curse of the Midas box

Sébastien Brunclair

Le film pourrait être susceptible de se laisser apprécier par de grands enfants et de jeunes ados lors d’un après-midi pluvieux passé devant la télé, mais on imagine mal un spectateur averti choisir cette pâle resucée de classiques de l’aventure en lieu et place desdits classiques indémodables et pouvant se trouver tout aussi facilement que cet Adventurer, pas assez mauvais pour se faire tailler un costard complet et pas assez bon pour être recommandé. Pourquoi se contenter d’une contrefaçon quand on pourrait se procurer d’un produit de premier choix au même prix ?

BIFFF ON STREAM - Zombie TV

Damien Taymans

Après inspection, rien ne peut distinguer cette compilation de mauvais goût d’une grossière création made in Sushi Typhoon. Les cinq premières minutes ont beau paraître exotiques et décalées, le produit a l’encéphalogramme aussi plat que celui des candidats d’une télé-réalité lambda et verse en vain dans l’outrance pour arracher quelques rires gras.

Seb Brunclair

Rigolo dix minutes, avant que la routine et l’ennui ne viennent s’installer pour ne plus jamais nous quitter. On commence à avoir l’habitude avec Nishimura et ses comparses.

BIFFF ON STREAM - Hatchet 3

Quentin Meignant

Premier film de la franchise pas réalisé par Adam Green, dont on sent néanmoins l’ombre, Hatchet 3 est une bonne petite série B avec du gros gore qui tache et un Victor Crowley de plus en plus impressionnant et meurtrier...

Damien Taymans

A mesure que les épisodes se succèdent, la lame de Crowley s’émousse. Et l’intérêt de l’ensemble de la franchise avec elle. Quand le second volet sonnait déjà le glas de la saga, difficile de relancer la machine...

Seb Brunclair

Un vrai produit de vidéoclub destiné à égayer les soirées pizzas-potes-bières, honnête et jamais avare en bonnes vannes et en hémoglobine.

BIFFF ON STREAM - Pinup Dolls on Ice

Alan Deprez

Le slasher des duettistes Geoff Klein et Melissa Mira ne vole pas très haut, peu aidé par des péripéties très prévisibles et des acteurs en roue libre. Par contre, l’œuvre n’est pas chiche sur les croupes rebondies et les nibards de ses héroïnes, crapuleusement dévoilés tout au long du film. C’est déjà ça de pris ! Attention : PDOI ne plaira sans doute pas à la gent féminine... hormis à celles fantasmant sur un fils spirituel d’Hulk Hogan (Clay, campé par ce nigaud de Matt Popoff, dont c’est la seule apparition à l’écran) !

Damien Taymans

Le film qui cristallise tous les fantasmes d’Alan : de jolies pépées, des costumes évoquant les tenues affriolantes des Rémy Legrand et quelques pénétrations post-mortem. Pourtant, Pinup Dolls on Ice est un navet sans la moindre imagination qui est même parvenu à laisser froid le public de la nuit, c’est dire !

Seb Brunclair

Ne trouvant jamais l’équilibre entre comédie gore et slasher malsain, Pinup Dolls on Ice est un film misogyne sans aucune imagination, à la mise en scène paresseuse et dépourvu de la moindre idée originale. Les nénés, les magnifiques paires de fesses et une magnifique moustache n’y changeront rien.

BIFFF ON STREAM - Goal of the Dead

Quentin Meignant

Enfin un film de genre français qui traite de sport avec brio ! Rocher et Poiraud parviennent à s’emparer du monde du football dans un ensemble qui parlera tant aux footeux du dimanche qu’aux personnes détestant le sport roi. Une première mi-temps exceptionnelle qui pose les balises et les personnages avec une grande intelligence, le tout parsemé de scènes d’action efficaces, et une seconde période propice aux attaques zombiesques et à l’amusement. Le contrat est rempli !

Alan Deprez

Goal of the Dead est le parfait exemple d’une comédie horrifique livrant au public ce pour quoi il s’est déplacé : une bonne dose de fun, d’humour et d’effets gore, livrés par le magicien ès SFX Olivier Afonso. Dans la 1ère partie, Benjamin Rocher installe l’intrigue, esquissant les personnages avec brio, tandis que dans la 2ème, Thierry Poiraud lâche les chevaux, entre action, poilade et jets de substances douteuses. Alban Lenoir est touchant en footeux proche de la retraite et Bruno Salomone, irrésistible en agent véreux.

Damien Taymans

The perfect movie pour entamer la nuit : c’est con et bas du front mais c’est assumé. On pointera seulement quelques menues longueurs qui n’amenuisent en rien le plaisir pris devant cette comédie autrement plus drôle et mieux filmée que la plupart des "blockbusters" rigolards hexagonaux...

Damien Taymans

Pas besoin d’être mordu de football pour être contaminé par l’enthousiasme et le plaisir dégagé par ces deux mi-temps. Les acteurs, le touchant Alban Lenoir en tête, sont formidables, le rythme est maîtrisé à la perfection et la réalisation impressionne franchement. Après ça, espérons que les mauvaises langues y réfléchiront à deux fois avant de vomir systématiquement sur le cinéma de genre hexagonal.

BIFFF ON STREAM - LFO : The Movie

Damien Taymans

Le film d’Antonio Tublen nous convie à un périple en Absurdie en optant pour un cadre des plus minimalistes. Comment ne pas se laisser embarquer dans cette folle odyssée à même de bouleverser l’ordre mondial à l’aide d’une simple télécommande et de quelques sonorités dissonantes. LFO est un OFNI magistral, reprenant l’ABC du cinéma, un peu de système D et des ID foutraques méticuleusement travaillées. Un film qu’on M de tout son coeur...

BIFFF ON STREAM - Biodegradable

Damien Taymans

Un thriller post-apo venant de République Dominicaine caricatural et grossier abordant la lutte des classes et la fatalité avec une grâce toute pachydermique, tout en trifouillant dans les plus célèbres histoires d’amour pour combler sa toile de fond. Sincèrement, Juliette Capulet avec de la moustache, ça me branche moyen

BIFFF ON STREAM - The Zero Theorem

Samuël Tubez

Terry Gilliam revient à ses premiers amours en livrant ici une belle itération de son cultissime Brazil. Quel plaisir de retrouver son univers singulier dans cette dystopie pas comme les autres, même si la farce burlesque prend un peu trop le pas sur la critique sociale et l’émotion. C’est qu’à force d’idées saugrenues, le réalisateur perd quelque peu le fil de son histoire...mais c’est aussi pour toute cette folie qu’on l’aime !

Alan Deprez

Malgré quelques belles images, fruits d’un imaginaire débridé, The Zero Theorem marque nettement l’essoufflement créatif de Terry Gilliam - qui ferait mieux de se pencher sur la relance de son Don Quichotte - et provoque (souvent) un ennui poli. L’ex-Monty Python se complait dans l’autocitation et les visions glanées au gré de sa filmo, qu’il recycle à qui mieux mieux. Et comme beaucoup de cinéastes vieillissants, il se mue de plus en plus en "pervers pépère". Comme il désape généreusement la divine Mélanie Thierry, on ne se plaindra pas !

Damien Taymans

En trois films, Terry Gilliam a prouvé qu’il était maître en matière de dystopie. Mais The Zero Theorem, s’il livre une foulée d’excellentes idées visuelles et thématiques, nous ressert une antienne plus que connue et ne se cantonne qu’à recycler à sa sauce des principes science-fictionnels plus que largement abordés...

BIFFF ON STREAM - Miss Christina

Damien Taymans

Une admirable carte postale, dépourvue d’âme et de profondeur, une œuvre à la plastique irréprochable mais anémique en enjeux scénaristiques et aux intentions plus que nébuleuses. Christina mérite amplement son titre de "miss" vu son époustouflante beauté et son manque de fonds, elle fait l’effet d’une pépée en vison luttant contre l’extermination des bestioles à fourrure...

Samuël Tubez

D’une ringardise absolue. On aurait mieux fait d’aller voir un bon vieux Hammer à la place !

Seb Brunclair

Visuellement léché, Miss Christina n’échappe tout de même pas au titre de film somnifère de la journée.

BIFFF ON STREAM - Dark Blood

Quentin Meignant

Un hommage de très belle qualité que ce dernier film avec le regretté River Phoenix. Le producteur ne s’est néanmoins pas foulé en remplaçant les scènes manquantes par des plans fixes et de la voix off à l’heure où les CGI auraient été une alternative coûteuse mais convaincante. Quoi qu’il en soit, on ne s’ennuie pas une minute avec ce thriller de bonne facture. Et River Phoenix y est d’ailleurs excellent.

Alan Deprez

Porté par un scénario sans relief et une voix off atroce, remplissant les blancs laissés par les rushes non tournés, le Dark Blood de George Sluizer n’aurait jamais été exhumé, s’il n’avait pu surfer sur l’apparition posthume de l’excellent River Phoenix, dont le charisme juvénile et la fragilité en faisaient un des plus grands espoirs hollywoodiens. Chienne de vie...

Damien Taymans

"L’enfer c’est les autres" version western qui a pour principal attrait celui de nous permettre de revoir River Phoenix, parti bien trop tôt

BIFFF ON STREAM - Aura

Damien Taymans

Après In the Name of Sherlock Holmes, Zsolt Bernath nous replonge dans une nouvelle comédie familiale avec le même casting que celui de son précédent film. Pour l’heure, Aura navigue dans la SF la plus épurée et opte pour un huis clos total avec son lot d’énigmes et de créatures mirifiques. Mais le récit tourne hélas très vite à vide et ces caricatures d’ados n’en ressortent que plus insignifiantes...

Quentin Meignant

Son In the Name of Sherlock Holmes était très mignon... à l’inverse d’Aura. Le métrage vire à la discussion entre quatre mômes qui se la jouent Under the Dome et se termine par... ah, non, on doit vous laisser la surprise... qui sera d’ailleurs expliquée trois fois juste au cas où on serait bête à manger du foin... ou de la daube.

Seb Brunclair

Huis clos dépourvu de tension, Aura s’enfonce de plus en plus dans la médiocrité au fil des révélations pour sombrer totalement dans un final d’une grande ringardise. Pas sûr que les ados, public cible du machin, y trouveront leur compte.

BIFFF ON STREAM - The Borderlands

Damien Taymans

Dans sa première heure, The Borderlands navigue à contre-courant (des personnages attachants, un second degré salvateur) puis s’abîme à reproduire les uns après les autres tous les tics et gimmicks du plus impersonnel des found footages.

BIFFF ON STREAM - Espectro

Quentin Meignant

Interminable malgré son heure et demi, Espectro souffre surtout d’une bande son effroyable, stridente et continuelle qui vient saper les rares effets de mise en scène... Pénible !

Damien Taymans

Espectro, à force de louvoiements et d’actionnements des traditionnelles grosses cordes (il ne s’agit plus ici de ficelles), voit sa flamme s’éteindre progressivement. Un film en demi-teinte alors qu’il possédait d’indéniables atouts comme l’aura d’une Paz Vega (The Spirit) littéralement habitée et quelques très belles séquences cauchemardesques (celle de la baignoire remplie de sang).

Seb Brunclair

Remake ou pompage ? Toujours est-il que cet Espectro reprend à la lettre la plupart des éléments vus dans le colombien Al final del espectro, présenté au BIFFF en 2007 (voilà qui ne nous rajeunit pas), déjà pas fameux à la base. Ces considérations mises à part, le film ne capte jamais vraiment l’attention, la faute à des scènes de vidéosurveillance qui ne dépareilleraient pas dans un Paranormal Activity et une utilisation maladroite d’éléments fantastiques jamais nécessaires. Heureusement que Paz Vega sauve quelque peu la mise.

BIFFF ON STREAM - The Raid 2 : Berandal

Quentin Meignant

Vendre The Raid 2 comme la suite attendue du premier opus serait une énorme erreur. Cette séquelle a son identité propre et tranche carrément avec le premier opus, ce qui a pris une partie de la salle à contre-pied. Quelques scènes de baston d’une incroyable qualité viennent émailler un propos beaucoup plus bavard...

Alan Deprez

Si ce n’était une fâcheuse tendance au bavassage et d’énormes longueurs (tunnels dialogués), The Raid 2 serait le "2001" du film de castagne. En l’état, c’est une démonstration technique virtuose, qui met à l’amende toute la production du genre. Les chorégraphies des combats sont au top et le talent de tous ces artistes martiaux n’est plus à prouver. C’est bien simple, le savoir-faire et la nature intrépide des fighters s’éclatant dans la péloche de Gareth Evans nous ramènent à une triste réalité : aucune équipe européenne de cascadeurs ne serait capable d’en faire de même...

Damien Taymans

Toujours aussi jusqu’au-boutiste et virtuose, cette séquelle pâtit d’une exposition beaucoup trop longue et alambiquée. En l’état, ça reste quand même un sacré uppercut magnifiquement chorégraphié

BIFFF ON STREAM - Soulmate

Damien Taymans

Le premier long d’Axelle Carolyn est une œuvre poétique prenante, superbement mise en scène, qui sonde les âmes avec justesse. Une belle petite pépite d’inspiration gothique en plein cœur des Pays de Galles sous forme de city trip qui vous prend aux tripes...

BIFFF ON STREAM - Let me survive

Damien Taymans

Un thriller très peu inspiré et ultra-bavard qu’on a déjà l’impression d’avoir vu mille fois. Y a-t-il un scénariste dans la salle ?

BIFFF ON STREAM - Tombville

Quentin Meignant NC

Peut-être pas ce qu’il me fallait après l’après-midi de courts métrages... Totalement passé à côté...

Damien Taymans

Ce premier essai de Nikolas List est un métrage expérimental audacieux, une sorte de trip halluciné dans le monde de l’absurde et des ténèbres qui évoque Lynch et Kafka, sans en atteindre - loin s’en faut - la puissance symbolique et métaphorique. On pointera encore une direction d’acteurs assez approximative, un montage trop cut et une bande-son qui, si elle paraît appropriée au sujet, n’en demeure pas moins irritante.

BIFFF ON STREAM - The Gambler who wouldn’t die

Alan Deprez

Thriller désuet et mollasson, The Gambler Who Wouldn’t Die évite la cote-sanction grâce au charisme de ce vieux briscard de Giancarlo Giannini (en dépit de son jeu parfois outré), au(x) charme(s) de Silvia De Santis et à une poignée de scènes complètement autres (tel ce final en CGI bien cheap, où un renard poursuit des lapins !).

BIFFF ON STREAM - Go Goa Gone

Damien Taymans

Go Goa Gone, rouleau compresseur du potache, n’a rien d’une insipide zom com de plus et parvient à conserver son identité quand d’autres productions moins inspirées se cantonnent au simple recyclage (Zombibi, Zombies of Mass Destruction). Ce desi-zombie s’affranchit vaillamment de l’esprit bollywoodien et en remontre même à certaines créations occidentales, tout aussi fauchées mais avares en idées. Ce dont le tandem de réalisateurs-scénaristes ne manque pas...

Seb Brunclair

Première incursion bollywoodienne sur le terrain très fertile de la comédie zombiesque, Go Goa Gone n’a pas à rougir face à une concurrence de moins en moins inspirée. Les idées folles fusent et le casting s’en donne à cœur joie dans un joyeux bordel globalement bien maîtrisé. "Vivement le deux", comme dirait l’autre.

Samuël Tubez

Passé la fraîcheur de voir débarquer des zombies dans le cinéma indien (rappelons que c’est une première !) et la candeur, toujours revigorante, habituelle des productions bollywoodiennes, Go Goa Gone retombe assez rapidement dans la zom com la plus lourdingue et convenue qui soit. La seule bonne idée du film est sa contamination par la drogue, véritable fléau à Goa, mais elle n’est jamais exploitée. Une première incursion indienne dans le genre complètement loupée, pour ma part.

BIFFF ON STREAM - OXV : The Manual

Damien Taymans

Une œuvre touchante, aussi délicieusement poétique que grassement rationnelle, aussi alambiquée que simple, aussi scénaristiquement ébouriffante qu’esthétiquement élémentaire. Nul conteste que le film de Darren Paul Fisher mérite une place de choix dans le panorama des films d’anticipation, bien au-dessus de certaines production plus argentées mais nettement moins inspirées...

BIFFF ON STREAM - The Incredible Truth

Quentin Meignant

La seule chose qui soit incredible dans tout cela est que la prod ait laissé faire une chose pareille. Indigent à tous les niveaux, The Incredible Truth nous bassine même avec un twist final aussi inattendu que ridicule...

Damien Taymans

Une nouvelle péloche asiat sans inspiration qui se contente de balancer un ramassis de clichés et de ponctuer par un retournement imbuvable

Fred Pizzoferrato

La nullité à l’état pur : une accumulation de clichés, de conventions vues et revues, de twists moisis, de jump scares foireux balancés sans discernement toutes les 20 secondes avec des effets sonores assourdissants et ridicules qui transforment la fermeture d’une porte en l’arrivée du T-Rex de Jurassic Park. Tellement risibles qu’on s’est tous bien marré. Les Hong Kongais ont réalisé leur Scary Movie, même de manière involontaire !

BIFFF ON STREAM - Wolf Creek 2

Quentin Meignant

Quel plaisir de retrouver ce psychopathe de Mick Taylor ! Il a pourtant bien changé notre tueur de l’Outback : désirant visiblement un tueur résolument plus fun, Greg Mclean a le cul entre deux chaises et livre un ensemble plutôt bancal, parfois un peu dingo dans ses excès, parfois simplement insipide. Qu’à cela ne tienne : il est bon ce Mick !

Alan Deprez

Un one-man-show de John Jarratt - plus cabot que jamais -, ça ne se refuse pas !

Damien Taymans

Le retour aux affaires de Mick Taylor est à l’exact opposé de ses premières exactions : McLean opte pour une surenchère de gore souvent mal foutue (les kangourous dégommés, WTF !) et des punchlines lourdaudes. Reste une séquence bras-de-fer entre le chasseur et sa proie désopilante.

Seb Brunclair

Slasher extrêmement généreux, en gore comme en humour, Wolf Creek 2 n’évite pas quelques maladresses (la scène de massacre de kangourous, mal torchée) tout en nous tenant en haleine tout du long, grâce à la prestation irrésistible de John Jarratt, extraordinaire en psychopathe raciste fan de cricket. C’est quand tu veux pour un troisième round, Mick.

BIFFF ON STREAM - The Fives

Quentin Meignant

Un thriller plutôt honnête qui n’arrive malheureusement pas à la cheville des récentes productions nationales : à la fois lent et répétitif, surtout dans son final, The Fives ressemble à un brouillon... néanmoins servi par des acteurs de qualité.

Damien Taymans

The Fives, polar moyen à l’encéphalogramme presque plat, dévoie constamment dans la mauvaise direction et ne caresse que timidement les thématiques sociétales qu’il aborde. Mi-figue mi-raisin, il ne possède pas autant de pêche que ses homologues Intruders, Hide & Seek et Cold Eyes, en dépit d’un score honorable au box-office national.

BIFFF ON STREAM - Discopathe

Quentin Meignant

Si, au moment d’aborder une oeuvre comme Discopathe, on s’attend avant tout à un franc moment de rigolade, il faut mettre ses préjugés de côté et admirer : l’oeuvre de Renaud Gauthier est une véritable plongée dans le temps avec toutes les références que cela inclut...

Damien Taymans

La lecture du pitch annonçait une péloche ultra-kitsch et méga-fun. Il y a de ça mais quelques choix de montage demeurent étranges et, sur la durée, Discopathe slashe un peu à l’aveugle

Seb Brunclair

Vite fatiguant, Discopathe ne dépasse que rarement le stade de pastiche rigolo qu’on aurait davantage su apprécier dans un format court.

BIFFF ON STREAM - Charlie Countryman

Quentin Meignant

Charlie Countryman peut se targuer d’être un exercice de style réussi à la croisée de plusieurs genres. Si le fantastique n’est qu’un prétexte à la mise en place du synopsis, l’ensemble est de qualité et bénéficie surtout de l’apport non négligeable d’un casting cinq étoiles. Sorte de Pusher un peu (trop) sage, le premier long métrage de Fredrik Bond donne l’occasion à Shia LaBeouf de prouver qu’il n’est pas juste un membre pipolisé du star system hollywoodien.

Damien Taymans

Une œuvre initiatique brillante et déroutante, au confluent de plusieurs genres, en perpétuel décalage (et pas qu’horaire). Hautement recommandable...

Seb Brunclair

La belle surprise que voilà ! Le casting est impeccable et l’humour se mêle avec brio au romantisme et à des accès de violence sèche pour former un tout perfectible mais extrêmement attachant.

BIFFF ON STREAM - The Apostles

Alan Deprez

Chez Joe Chien, les visions sidérantes et pleines d’audace alternent avec le grand n’importe quoi. Le scénario est d’une indigence rare et question univers, on songe parfois au trublion belge Jean Jacques Rousseau, aux délires clippesques de Darren Lynn Bousman ou à du mauvais Jean Rollin... Par contre, qu’est-ce qu’on se marre !

Damien Taymans

Cette deuxième œuvre de Joe Chien se révèle bien plus riche et intéressante que sa précédente. Outre l’une ou l’autre bonne mise en images étonnante, le récit s’appuie enfin sur des protagonistes dotés d’un zeste de psychologie et développe en vain un semblant d’atmosphère lovecraftienne, avec son lot de créatures immondes émergeant du trou du cul du monde ou d’une quelconque planète lointaine. Les nobles intentions se voient d’emblée étouffées par un flagrant manque de rythme et une ligne narrative par trop prévisible.

Seb Brunclair

Le grand moment WTF de la journée. Mauvais de bout en bout, le film de Joe Chien finit pourtant par exercer une espèce de fascination sur le spectateur qui se demande s’il a affaire au travail d’un génie ou d’un fou tant la dernière partie contient son lot de révélations hallucinantes sorties d’un cerveau visiblement pas tout net.

BIFFF ON STREAM - Puti

Quentin Meignant

De très belles images qui prouvent que le metteur en scène a avant tout officié dans la pub... et qu’il aurait sans doute dû rester sur un format plus court tant tout paraît long, souvent fade et que chaque explication (inutile) est soulignée avec insistance. Un final à la limite du supportable...

Damien Taymans

Une plongée en plein chaos cauchemardesque qui perd tout intérêt dès lors que l’auteur décide d’en décortiquer toutes les composantes avec un pragmatisme navrant.

Seb Brunclair

Trop long et inutilement explicatif, Puti n’a à faire valoir qu’une très belle réalisation qui ne parvient pourtant jamais à compenser l’ennui dégagé tout au long de ces deux heures interminables.

BIFFF ON STREAM - Ragnarok

Alan Deprez

Mikkel Braenne Sandemose nous expose son petit Spielberg illustré, avec son quotas d’envolées lyriques sur de superbes paysages nordiques et de séquences flirtant avec le plagiat (la scène de traque des enfants par la créature rappelle beaucoup Jurassic Park et l’irruption des raptors dans la cuisine). Le monstre a de la gueule, mais l’ensemble s’avère trop bavard. On a le droit de trouver cela ennuyeux...

Damien Taymans

Impossible de bouder son plaisir devant ce divertissement plutôt recommandable. Ragnarok, sans arriver à la cheville des créations spielbergo-lucasiennes, fait montre d’un vrai sens du spectacle et, passé une mise en route assez longuette, tient en haleine le spectateur au gré de quelques séquences d’action bien menées.

BIFFF ON STREAM - Space Pirate : Captain Harlock

Damien Taymans

Le contrat de Shinji Aramaki (Appleseed Ex-Machina) s’avère majoritairement rempli. le ténébreux Albator conquiert derechef grâce à la qualité de la performance capture et le soin apporté à son personnage torturé, les batailles intergalactiques en envoient plein les mirettes et l’ensemble répond aux attentes des plus jeunes comme des nostalgiques de la génération Albator. Le corsaire est sans doute reparti pour l’infini et au-delà...

Quentin Meignant

Visuellement très abouti, Albator, le Corsaire de l’Espace remplit globalement le cahier des charges mais perturbera sans nul doute les nostalgiques du dessin animé d’époque. Ce qui a été mon cas...

Samuël Tubez

Le scénario inutilement alambiqué et l’absence de mélancolie qui faisait tout le sel de l’œuvre originale manque cruellement à cette équipage "nouvelle génération" de l’Arcadia . N’empêche, le charisme du célèbre pirate de l’espace est intact et son vaisseau, plus reluisant que jamais, peut encore voguer indéfiniment vers de nouvelles aventures.

BIFFF ON STREAM - The Quiet Ones

Damien Taymans

La résurrection de la Hammer a déjà eu lieu avec La Dame en Noir, petit bijou d’horreur gothique. The Quiet Ones s’illustre dans un tout autre registre : celui de l’exorcisme à tendance found footagesque avec une bonne vingtaine de jump scares disséminés çà et là au sein du récit. En clair, une vieille dame de 80 piges essaie de jouer la minette de 20 et passe simplement pour une conne...

Quentin Meignant

Confier à John Pogue le scénar’ et la réa’ d’un found footage est sans doute la plus grosse boulette de l’histoire de la Hammer. A vrai dire, The Quiet Ones n’est pas totalement un found footage mais juste un ensemble mal filmé, inintéressant et exempt de tout climax.

Alan Deprez

Dans le genre "film de possession", on a déjà vu cela 10.000 fois et en mieux... The Quiet Ones se cache derrière un apparent classicisme, pour se contenter de multiplier les jump scares maladroits et au niveau sonore exagérément élevé (merci pour le 2ème acouphène !). Et les passages emballés façon found footage ne sont rien moins qu’inutiles... Reste le talent de la jeune Olivia Cooke, découverte dans la série Bates Motel. C’est peu et pas assez pour effacer nos envies d’Hammeurtres (sic) !

Seb Brunclair

Ne se décidant vraiment jamais à rentrer de plein pied dans le genre du found footage, John Pogue livre un film bancal, répétitif et qui se vautre dans l’auto-parodie à force de multiplier les jump scares pathétiques.

BIFFF ON STREAM - Haunter

Damien Taymans

Le concept est un peu rebattu mais Natali emballe le tout avec brio pour tenir le spectateur en haleine. Comme ses précédents travaux, Haunter est une pochette-surprise pas toujours très aboutie...

Quentin Meignant

Natali signe une ghost story plutôt originale mais oublie en chemin les codes de l’angoisse et ponctue son oeuvre par un final décevant.

Alan Deprez

Version horrifique (soft) d’Un jour sans fin, Haunter est une série B modeste mais efficace, avec un joli twist de derrière les fagots. Et Vincenzo Natali a l’élégance de croquer un beau portrait de jeune fille, confié à la mignonne Abigail Breslin.

Seb Brunclair

Quand Vincenzo Natali mixe Un jour sans fin et Les Autres, ça donne un gentil film d’horreur inoffensif mais trop long d’une quinzaine de minutes, porté par une Abigail Breslin très impliquée et un Stephen McHattie comme toujours excellent.

BIFFF ON STREAM - The Machine

Quentin Meignant

Enfin de la SF intelligente ! Avec très peu de budget, Caradow James parvient à donner à son oeuvre un certain lustre et n’est pas loin de flirter avec l’esprit Amblin. Proche du Cobaye et, d’une certaine manière de Blade Runner, le métrage brille aussi par l’impeccable interprétation de ses acteurs...

Damien Taymans

Outre son univers restreint mais riche et son traitement singulier, The Machine réussit aussi et surtout à susciter l’étonnement grâce à l’interprétation époustouflante de Caity Lotz (The Pact), troublante en humaine mécanisée évoquant la prestation de Brigitte Helm dans Metropolis.

BIFFF ON STREAM - Yellow

Quentin Meignant

Quand Nick Cassavetes pète les plombs, cela donne Yellow : une oeuvre d’exception ! Outre un casting magnifique, le métrage brille par son traitement étrange et ses moments de folie. De la comédie musicale en passant par une scène de repas comme vous n’en avez jamais vu jusqu’à un final énormissime, Yellow fait d’ores et déjà partie des favoris pour la compétition Septième Parallèle. Un must dont la rediffusion le 18 avril à 22h mériterait une salle comble !

Damien Taymans

Une séance de psychanalyse psychédélique d’une incroyable beauté. Et quel casting, mes aïeux, quel casting !

Fred Pizzoferrato

Un délire des plus plaisants qui malgré un petit ventre mou en milieu de film assure un spectacle tonique, enlevé et rythmé. Le cinéaste passe de la chronique sociale dépressive à la comédie burlesque en s’autorisant des écarts bien barrés vers le musical et le fantastique onirique mais tient son récit jusqu’au bout servi par des comédiens impeccables et complètement azimutés. Du culte en devenir !

BIFFF ON STREAM - Aux Yeux des Vivants

Alan Deprez

De la chronique adolescente façon Stand by me au survival, avec un détour par le home invasion, Aux yeux des vivants n’a pas la prétention de réinterpréter les codes du genre, mais est emballé avec classe et intensité (si ce n’est quelques longueurs et problèmes de rythme). Les enfants qui portent le film sur leurs épaules sont fantastiques, tout comme le décor de Blackwoods (très cinégénique... et pour cause, ce sont des studios de tournage en Bulgarie !) et la belle photographie "façonnée" par Antoine Sanier. Mentions spéciales au boogeyman (des plus singuliers) et à son père, incarné par un Francis Renaud des grands jours. Alors oui, le film est imparfait, mais pourquoi faire la fine bouche devant une œuvre si sincère et rare dans le paysage audiovisuel français ?

Damien Taymans

Un assemblage de scènes pas toujours très cohérent mais ça transpire encore une fois l’amour du genre. Et le boogeyman en jette !

Seb Brunclair

D’un ennui mortel et construit de manière maladroite, Aux yeux des vivants ne peut compter que sur le jeu crédible de ses jeunes acteurs (à l’inverse de la plupart des seconds rôles, visiblement mal dirigés) et sur la passion évidente qui habite les deux réalisateurs.

Fred Pizzoferrato

Imparfait et impacté par quelques facilités d’écritures gênantes (mais finalement guère plus invraisemblables que celles existant dans moult « classiques » encensés des seventies), AUX YEUX DES VIVANTS, parfois engoncés dans ses références (lesquels constitueront, au choix, autant d’hommages cinéphiliques érudits ou de recyclages de clichés éculés) n’en demeure pas moins une plaisante réussite qui fonctionne globalement de manière satisfaisante. Réalisé par et pour les fans, l’œuvre, très estimable, mérite de rencontrer son public et, dans la triste morosité du paysage horrifique hexagonale, tire suffisamment son épingle du jeu pour justifier sa vision, si possible en salles.

Samuël Tubez

Le tandem Bustillo/Maury serait-il quelque peu en panne d’inspiration ? Aux yeux des vivants souffre d’un véritable trouble de la personnalité ne trouvant jamais l’équilibre entre son identité française et ses multiples références anglo-saxonnes (Spielberg, Stephen King, Carpenter, Hooper, Rob Zombie). L’objet est toutefois si singulier dans le paysage francophone qu’il est à saluer, certes, mais l’on aurait tout simplement voulu vibrer pour ces trois gamins confrontés au boogeyman. Au lieu de ça, on s’ennuie et c’est parfois si ridicule que ça en devient gênant.

Quentin Meignant

Une oeuvre plus difficile à appréhender que les deux premiers longs des réalisateurs. Lorsque l’on connaît leurs intentions, tout s’éclaire, mais l’ensemble ressemble tout de même à un grand fourre-tout référentiel.

BIFFF ON STREAM - Patch Town

Seb Brunclair

Un joli conte musical un peu bancal et un poil longuet, mais visiblement concocté avec amour par le réalisateur Craig Goodwill, dont le dévouement et la sincérité transpirent à chaque plan.

Damien Taymans

Un conte attachant qui voyage entre deux univers, explore de nombreux genres et, au final, s’égare un peu lui-même.

BIFFF ON STREAM - Monsoon Shootout

Quentin Meignant

Un ensemble plutôt passionnant qui souffre malheureusement de longueurs malgré une très belle mise en forme. Le destin du personnage principal, qui se joue en plusieurs tableaux, s’avère parfois un peu trop répétitif.

Damien Taymans

Un polar attestant que le cinéma indien est paré pour se défaire des oripeaux bollywoodiens. L’ombre de Scorsese plane derrière cette première œuvre aussi percutante que détonante...

BIFFF ON STREAM - Dead Snow 2 : Red VS Dead

Quentin Meignant

Tommy Wirkola prouve qu’il n’a pas perdu la main avec les zombies nazis ! La première demi-heure de l’oeuvre relève d’ailleurs de la plus grande folie et s’avère être particulièrement réjouissante. Le reste est un peu moins à l’avenant, le cinéaste tentant à chaque scène de pousser le bouchon (un peu trop) loin (comme Maurice, quoi !)

Damien Taymans

Une mise en bouche désopilante et puis, une fois la mécanique enclenchée, le film se traîne, tape dans le portnawak pour obtenir quelques rires gras et s’offre toutes les folies. Ca ressemble à du Wirkola et ça se montre parfois aussi peu inspiré qu’une prod Asylum.

Seb Brunclair

C’est certain, Wirkola respecte son public et s’est mis en tête de lui offrir ce qu’il est venu chercher, voire même un peu plus (j’vous le mets quand même ?). La somme d’idées totalement barrées ne suffit cependant pas à captiver sur la durée, le film traînant parfois la patte comme un zombie défraîchi, mais nul doute que les fans du premier opus y trouveront leur compte.

Samuël Tubez

Après le flop (la frustration ?) Hansel & Gretel, Wirkola se lâche et offre une suite "crazier and bloodiest" à son Dead Snow. L’histoire, poussive, ne sert que de prétexte à une accumulation de gags cartoonesques tous plus gore et débile les uns que les autres. Amusant mais un peu gavant à la longue.

BIFFF ON STREAM - Ghost in the Shell Arise

Quentin Meignant

Une histoire très complexe pour les impies et une animation pas toujours emballante. Beaucoup de plans très statiques et des bavardages incessants rendent la projection très pénible...

Fred Pizzoferrato

Premier épisode : Visuellement joli et une belle ambiance cyberpunk mais un scénario inutilement cryptique qui rend l’ensemble ardu et un rythme pas toujours haletant qui provoque quelques décrochages

Second épisode : Plus rythmé et énergique, ce 2ème épisode a cependant les mêmes qualités et défauts que son prédécesseur mais se regarde avec un poil plus de plaisir.

BIFFF ON STREAM - Once Upon a Time in Vietnam

Quentin Meignant

Un film en costumes d’époque à l’ère du GSM ? Pourquoi pas, mais il aurait été de bon ton d’éviter les CGI de basse qualité, les fonds d’image ridicules et la traditionnelle histoire à l’eau de rose...

Fred Pizzoferrato

Film de bastons tendance gnan gnan tout simplement interminable entre références au western spagh et au post nuke italien...Le tout est bien laborieux malgré quelques scènes d’action potables si on n’est pas allergiques aux effets visuels bien moisis.

Damien Taymans

La chevelure au vent, la cicatrice finement ciselée, l’amure lustrée, l’acteur incarne un héros plus télégénique qu’iconique qui tente de se creuser une place au soleil dans ce "eastern" de carte postale. Pourtant, malgré ses intentions louables de ressusciter un pan du cinéma en lui offrant un peu d’exotisme, à la manière du déjanté Le Bon, la Brute et le Cinglé de Kim Jee-won, Dustin Nguyen peine à raviver le brasier de ses inventivité et, dans la deuxième moitié, se borne à recycler les trouvailles du début et étire certaines séquences (le combat final du saloon) pour parvenir à une durée raisonnable. Son personnage, cheveux longs mais idées courtes, peut rengainer son sabre et repartir dans son monastère, la grand messe du western est hélas déjà terminée...

BIFFF ON STREAM - Horror Stories 2

Quentin Meignant

Horror Stories 2 remplit facilement sa part de contrat en proposant trois histoires très originales. Si le second segment est à oublier et que le fil conducteur n’est pas le plus convaincant qui soit, le tout tient la forme et fait office de nouvelle réussite de la franchise.

Damien Taymans

Ce condensé de démence relève d’un fameux cran cette nouvelle anthologie que rien, jusque-là, ne distinguait du tout venant. Horror stories 2 se révèle donc au final une très bonne surprise capable de mettre à l’amende les florilèges caméscopés de ces dernières années.

BIFFF ON STREAM - The Philosophers

Quentin Meignant

Si l’on omet le fait que le réalisateur fait évoluer ses protagonistes dans le jeu très enfantin "et si on disait que", ce qui est forcément très dommageable surtout vu la répétition de situations similaires, les images sont belles. C’est déjà bien pour tromper l’ennui..

Damien Taymans

Après une demi-heure, The Philosophers a livré tous ses enjeux qu’il se contente de recycler par la suite. Dommage, l’idée de base était honorable...

Samuel Tubez

Quand une épreuve de philo tourne au jeu de rôle, le résultat est plus proche des bavassages d’une télé-réalité type Nice People que de la tuerie Battle Royale ! Grosse branlette pseudo-intellectuelle en vue !

BIFFF 2014 - PHOTOS - Animations en tout genre...

Notre Raymond Widawski a décidément l’œil aiguisé et a pu déceler dans la foule quelques unes des animations prévues dans le cadre de ce BIFFF 2014.

BIFFF ON STREAM - Out of Inferno 3D

Alan Deprez

Énième film catastrophe - avec pompiers héroïques à la Backdraft -, Out of Inferno se laisse regarder d’un œil distrait, mais n’est que trop balisé et bourré de poncifs. Les situations les plus "clichéesques" se multiplient et les personnages sont des archétypes sur pattes, dont les états d’âme n’intéressent personne. Mais devait-on s’attendre à mieux de la part des frères Pang ? NB : La 3D est pour le moins inutile et certainement issue d’une conversion opérée à la va-vite.

Fred Pizzoferrato

Après les Coréens avec THE TOWER les Hongkongais nous font eux aussi leur remake inavoué mais très inspiré de la TOUR INFERNALE. Scènes larmoyantes dégoulinantes d’émotions faciles, musique au diapason, comédiens pas très crédibles et personnages stéréotypés sont donc au programme. Reste qu’en limitant la mise en place et en embrayant direct pour une bonne heure et quart d’action, les frères Pang livrent un produit un minimum divertissant servi par une jolie 3D. C’est clairement pas génial mais ça se regarde sans déplaisir. Une fois.

Damien Taymans

Ca commence comme Backdraft et ça finit par ressembler à La tour Montparnasse infernale...

Seb Brunclair

On aura beau vouloir ménager les frères Pang par respect pour certaines de leurs œuvres, The Eye en tête, même la meilleure volonté du monde ne pourra rien faire face à un film catastrophe aussi lambda, inintéressant et mal écrit (les incohérences fusent dans tous les sens), n’ayant à offrir que quelques plans qui sauront sans doute ravir les pyromanes dans l’âme.

BIFFF ON STREAM - Le palmarès

Palmarès de cette 32ème édition du BIFFF

Courts-métrages :

Prix du Jury Jeunesse : Figures de Miklos Keleti

Prix Fedex : Babysitting Story de Vincent Smitz

Prix La Trois : Interférence de John Danvoye

Prix Sabam : Figures de Miklos Keleti

Prix Be TV : Figures de Miklos Keleti

Prix UPCB : Babysitting Story de Vincent Smitz

Et une Mention Spéciale à Boules of Dead de Manuel Janssens

Le Méliès d’Argent : Lilith de Maxim Stollenwerk

Le Grand Prix : Lilith de Maxim Stollenwerk

Longs métrages

Prix du public : Witching and Bitching de Alex de la Iglesia

Prix 7e Parallèle : LFO de Antonio Tublen

Une mention spéciale pour Wrong Cops de Quentin Dupieux

Prix Thriller : Monsoon Shootout de Amit Kumar

Méliès d’Argent : Let us Prey de Brian O’Malley

Corbeau d’Argent : Rigor Mortis de Juno Mak

Corbeau d’Argent : Horror Stories 2 de Min Kyu-dong, Kim Sung-ho, Kim Hui & Jung Bum-shik

Corbeau d’Or : Witching and Bitching de Alex de la Iglesia

Une Mention Spéciale pour Control de Kenneth Bi

BIFFF 2015 - L’affiche

Quelques senteurs de Cuvée de Trolls émanent déjà des Bozar, le chahut s’installe doucement, pas de doute, le BIFFF 2015 approche et s’apprête à investir les lieux du 7 au 19 avril 2015. Et en guise de teasing, nous vous dévoilons aujourd’hui l’affiche de cette 33ème prestigieuse cuvée, dessinée par Jean-Claude Servais...

Mieux qu’une invasion ricaine du Koweït, Jean-Claude Servais (dit Jicé pour les bédéphiles) a vraiment réussi à capter l’essence du BIFFF avec cette superbe affiche ! Scénariste et dessinateur talentueux, il fourgue ses premières planches au journal Spirou, fait un coucou au Journal de Tintin, avant de sceller ses dons de conteur autour de deux thématiques récurrentes : la magie et la Belgique. On lui doit, entre autres, Iriacynthe, La Tchalette, Isabelle, La Mémoire des Arbres, Tendre Violette et, en fidèle gaumais, Orval, gravant ainsi dans sa collection de phylactères notre belle abbaye brassicole. Ça donne soif, tout à coup…

BIFFF 2015 - Place aux ZomBIFFF’lympics !

Ami zombie, te sens-tu l’âme d’un compétiteur ?

Dans la foulée du mémorable match de l’an passé qui avait permis aux journalistes d’affronter une équipe de zombies et ses hordes de supporters, les organisateurs du BIFFF mise plus que jamais la carte du sport.

En cette période où la mal-bouffe est une véritable cause de mortalité, vouloir faire maigrir les morts est totalement louable et sera sans doute fortement apprécié par les zomblards, même ceux accros au fast food.

Le BIFFF lance donc la première édition des ZomBIFFF’lympics, qui auront lieu 11 avril prochain à 11h dans le magnifique cadre du Parc Royal de Bruxelles.

Lancers en tout genre, 100m ou encore chasse à l’humain, ami zombie, ta place est sans aucun doute ici.

Pour plus d’infos, cliquez ICI.

BIFFF 2015 - Trentième Bal des Vampires

Un anniversaire à ne pas manquer !

Si le BIFFF a déjà fêté ses trente ans voici quelques années lors de la dernière édition à Tour & Taxis, le Festival cher au coeur de nombreux fantasticophiles va y retourner le temps d’une autre célébration.

Le Bal des Vampires, rendez-vous des adeptes de grimages et des fêtards invétérés, verra en effet sa trentième édition se dérouler dans le cadre magnifique de l’Hotel de la Poste.

Dès 22h, personnages déguisés et animations en tout genre seront présents tandis que la Cuvée des Trolls coulera à flots. Un événement à ne pas manquer pour fêter cet événement désormais trentenaire.

REJOINDRE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉVÉNEMENT

ALLER SUR LE SITE OFFICIEL

BIFFF 2015 - ZomBIFFF’lympics : place aux inscriptions !

Ami zombie, tu es le bienvenu...

Événement unique en son genre et qui risque de marquer l’histoire du sport à jamais, la journée dédiée aux ZomBIFFF’lympics avait été annoncée voici peu par les dirigeants du festival bruxellois.

Voici donc que le BIFFF lance officiellement les hostilités puisque nos amis zombies peuvent désormais s’inscrire aux différentes épreuves et seront récompensés en chair fraîche en cas de victoire finale.

Pour ce faire, rien de plus simple : il suffit de cliquer ICI. Attention, la deadline, si l’on peut dire et même si ces bons morts-vivants ont l’éternité devant eux, se situe au 15 mars prochain.

S’INSCRIRE AUX ZOMBIFFF’LYMPICS

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ouija: les origines
2016
affiche du film
Synchronicity
2015
affiche du film
Les animaux fantastiques
2016
affiche du film
Mademoiselle
2016
affiche du film
Second Origin
2015
affiche du film
Independence Day: Resurgence
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage