Critique de film

pub

Insaisissables

"Now You See Me"
affiche du film

« Les Quatre Cavaliers », un groupe de brillants magiciens et illusionnistes, viennent de donner deux spectacles de magie époustouflants : le premier en braquant une banque sur un autre continent, le deuxième en transférant la fortune d’un banquier véreux sur les comptes en banque du public. Deux agents spéciaux du FBI et d’Interpol sont déterminés à les arrêter avant qu’ils ne mettent à exécution leur promesse de réaliser des braquages encore plus audacieux. Ils font appel à Thaddeus, spécialiste reconnu pour expliquer les tours de magie les plus sophistiqués. Alors que la pression s’intensifie, et que le monde entier attend le spectaculaire tour final des Cavaliers, la course contre la montre commence.

pub


Trailer - Insaisissables (2013)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique d’Insaisissables - Sacrés Robins des Bois
Par : Damien Taymans

Quel chemin parcouru pour Louis Leterrier depuis ses interventions en tant que réalisateur de seconde équipe sur Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre ou que directeur artistique pour Le Transporteur. Peu avant de rependre le flambeau sous l’impulsion de Luc Besson avec Le Transporteur 2, Leterrier met en scène une première œuvre coup de poing avec Danny the Dog et ravive l’aura de l’incroyable Hulk dans le film homonyme avant de se frotter aux Titans pour un Choc spectaculaire. A la tête d’Insaisissables, Leterrier se garde bien de taper dans l’esbroufe et place au contraire sa caméra au service des démonstrations de prestidigitation, suffisamment spectaculaires et virtuoses pour ne pas engourdir la mécanique par le biais de mouvements sophistiqués. Si les 4 cavaliers se suffisent lors des séquences de show à la Copperfield (une référence pour toute l’équipe du film), ils constituent la pierre angulaire du récit sitôt que la caméra glisse dans les coulisses. Au même titre que les fédéraux lancés à leurs trousses (un flic du FBI et une agente d’Interpol) ou le démystificateur Thaddeus Bradley (Morgan Freeman) qui fait fortune en révélant au grand jour les trucs cachés derrière les grandes illusions.

Insaisissables est donc, avant d’être une œuvre centrée sur la magie, un film de personnages, comme l’étaient avant lui L’illusionniste de Neil Burger ou Le Prestige de Chris Nolan. La mécanique des deux œuvres sert de modèle pour concevoir les rouages de ce script-ci puisque se succèdent les illusions immédiatement suivies par de vaines tentatives de la part de tiers de confondre les artistes et de révéler leurs impostures. Dans ce duel d’ego (les Cavaliers contre Bradley), il importe d’avoir plusieurs pas d’avance sur son adversaire ou de connaître à l’avance le terrain sur lequel le combat aura lieu. Le réel prend donc le pas sur l’irréel, la déduction sur l’illusion ; une fois les fumées dissipées ne restent que technique et duperie. Ce que se garde bien de faire de son cheval de bataille le film de Leterrier plus enclin à divertir le spectateur qu’à lui jeter de la poudre aux yeux.

C’est qu’en guise de poudre, Insaisissables compose déjà avec un casting quatre étoiles constitué de Morgan Freeman, Mark Ruffalo, Mélanie Laurent, Woody Harrelson, Jesse Eisenberg et Michael Caine. Un argument de poids conjugué à l’exceptionnelle mécanique huilée à l’écrou près du scénario et aux prodigieux effets visuels distillés avec minutie au fil de l’œuvre (voir la scène de lutte dans l’appartement à base de menottes et de cartes à jouer). Cette version revisitée de Robin(s) des Bois qui ont troqué la coiffe et la lame pour le haut-de-forme et la baguette magique est l’une des plus brillantes illustrations de ce que la prestidigitation a encore à offrir au monde du septième art.


Critique d’Insaisissables
Par : Geoffrey Marmonier

Disparu des écrans depuis la sortie du plutôt moyen Choc des Titans, le réalisateur Français Louis Leterrier fait son grand retour cette année avec un film de braquage pas comme les autres, prenant comme cadre le monde de la prestidigitation. L’occasion pour ce bon artisan de toucher à un nouveau genre et surtout de diriger un casting assez démentiel. International qui plus est, puisqu’aux côtés de Jesse Eisenberg, Isla Fischer, Woody Harrelson, Dave Franco, Michael Caine, Mark Ruffalo et Morgan Freeman, on retrouve la jolie Mélanie Laurent, et (plus surprenant) José Garcia dans un petit rôle.

Insaisissables suit à la lettre les règles du genre « caper movie » (ou film de braquage) avec son équipe de braqueurs au plan parfait, ses policiers opiniâtres mais légèrement dépassés par les événements, la coolitude ambiante, les flashbacks explicatifs, etc. A vrai dire, si le métrage ne se déroulait pas dans le milieu de la magie, il ne serait finalement qu’une pâle copie de la trilogie Ocean’s. Reste que lorsqu’il ne rappelle pas la trilogie de Soderbergh (notamment lors du premier « casse »), Insaisissables évoque beaucoup l’excellent Le Prestige de Christopher Nolan, en beaucoup plus léger cependant (la présence au casting de Michael Caine n’étant pas étrangère à ce sentiment). Pas très original donc, mais en solide « entertainer », Louis Leterrier propose un long métrage bondissant et rythmé dans lequel le spectateur se laisse emporter avec plaisir. Malgré des personnages finalement assez peu développés, tous les acteurs semblent énormément s’amuser, donnant lieu à des joutes verbales jouissives (entre Mark Ruffalo et Jesse Eisenberg notamment, ou encore entre le dernier nommé et Woody Harrelson). Au milieu de tous ces Américains, Mélanie Laurent s’en sort mieux qu’à son habitude, jouant avec un peu plus de naturel.

Bref, à condition de ne pas trop se poser de questions sur les ficelles du scenario, et d’oublier un final un peu décevant, Insaisissables se laisse suivre avec énormément de plaisir et se place dans le haut du panier des blockbusters estivaux.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage