Critique de film

pub

Shadow

"Shadow"
affiche du film

De retour d'Irak, un jeune soldat part dans une randonnée VTT en Europe. Dans les montagnes il va être confronté à bien pire que la guerre qu'il a connu. En effet, une présence énigmatique semble tapie dernière les troncs et les feuillages...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Shadow
Par : Geoffrey Marmonier

Second film du jeune réalisateur italien Federico Zampaglione, Shadow ne manque pas d’ambition. Débutant comme un classique survival forestier mettant un jeune cycliste aux prises avec deux bouseux agressifs, le film de Zampaglione ne tarde pas à bifurquer dans une direction beaucoup plus fantastique et atmosphérique.

Heureusement d’ailleurs, car le début du film est loin d’être convaincant, principalement à cause d’une interprétation à la ramasse des quatre acteurs principaux, venant plomber un récit déjà pas franchement original ni passionnant.
Shadow ne décolle réellement que lors de son second acte, avec l’entrée en scène d’un étrange tueur filiforme et muet, prenant un malin plaisir à torturer ses victimes pour une raison inconnue. Incarné par l’acteur Nuot Arquint, ce personnage fascine de toute évidence Zampaglione, qui filme son acteur au physique si particulier avec un amour évident. En résultent des scènes étranges, à la limite de l’onirisme et du trip sous acide (la scène du léchage de grenouille), mettant plutôt mal à l’aise.

D’autant que Zampaglione s’aventure dans cette seconde partie aux abords du torture porn, sans pour autant sombrer dans la surenchère gore, préférant intelligemment la suggestion aux débordements sanglants d’un Saw ou d’un Hostel.
Impossible néanmoins pour tout spectateur sensé de ne pas relever les nombreuses incohérences du film, qui en agaceront surement plus d’un. Seulement, ces incohérences trouveront leur explication dans un twist final certes pas spécialement original (repris d’un des chefs d’œuvre horrifiques des années 90) mais plutôt efficace. Il reste cependant paradoxalement assez difficile d’apprécier Shadow à sa juste valeur sans connaitre ledit twist, ce qui risque de décourager certains spectateurs.

Au final, malgré de gros défauts (principalement des acteurs globalement assez mauvais), Shadow mérite que l’on s’y attarde pour le soin apporté par Zampaglione à l’ambiance de son film. Visiblement passionné et prometteur, le jeune réalisateur risque fortement de transformer ce premier essai horrifique honnête avec le très attendu Tulpa, dont les premières images font furieusement envie…


Commentaires sur le film

une excuse trop facile

1 etoiles

Que sauvez de ce film ? L’acteur-monstre peut-être ? Même s’il n’est qu’un physique, il attire tous les regards. pour le reste, l’histoire est digne d’une nouvelle fantastique du 19ème siècle écrite sur un coin de table par un auteur pressé de manger à sa faim. Les attentes modernes sont un peu plus exigeantes. A postériori, et sachant la fin, tout ce qui précède apparaît extrêmement peu imaginatif et comme une excuse trop facile pour les aspects brouillons du film. Pour le reste, le temps d’une scène, le film tombe bien dans l’obscénité imbécile du torture porn, ce qui est une faute de goût supplémentaire.

13 novembre 2016 à 07:11 | Par Aguirre

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



News liées

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage