Critique de film

pub

Battlestar Rebellion

"Obitaemyy ostrov"
affiche du film

Nous sommes en 2157. L'âge d'or de la civilisation humaine. Les pilotes du Free Search Group sillonnent l'espace à la recherche d'un vaisseau spatial russe piloté par Maxim Kamerrer, 22 ans, qui s'est écrasé sur Saraksh, une lointaine planète habitée. Après de longues années d'une guerre nucléaire, une crise environnementale règne sur la planète et la société en place doit faire face à de graves problèmes sociaux et à une paix fragile. Le vaillant cosmonaute va découvrir une mystérieuse terre régie par les Pères Inconnus, cinq gouverneurs anonymes manipulant la conscience des habitants par le biais d'émetteurs spéciaux. Ici, Maxim fera la connaissance de nouveaux amis, aura des ennemis, trouvera l'amour et, après avoir traversé de nombreuses épreuves, il prendra finalement la tête d'un mouvement rebelle visant à défier les cinq avides gouverneurs…

pub


Trailer - Battlestar Rebellion (2008)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Battlestar Rebellion - Tiens, voilà du bourrin !
Par : Wizzdumb

Mis un temps à l’index par tonton Brejnev, les frères Strugatsky n’ont cessé de dénoncer le régime communiste à travers leurs bouquins de SF : Tarkovsky leur avait déjà pompé Roadside Picnic pour son fameux Stalker et Peter Fleischmann, aidé du scénariste zen Jean-Claude Carrière, remet le couvert en 1989 avec Un dieu rebelle. Cette fois-ci, c’est Fedor Bondarchuk qui se colle à l’adaptation de Prisoners of Power (également intitulé The Inhabited Island et rebaptisé Battlestar Rebellion pour le marché français. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué…).

Bondarchuk, acteur/producteur/réalisateur, est un véritable stakhanoviste de la péloche (The 9th Company, c’était lui) passé maître dans l’art de réaliser de grandes fresques épiques. Par contre, au niveau du scénario, le bonhomme est charrette : un terrien paumé qui se mange les dunes de la planète Saraksh avec sa Lada intergalactique en 2157, des enflures à la mèche hitlérienne qui terrorisent le peuple en brandissant la menace d’une guerre permanente avec les dégénérés, rebelles qui préfèrent la sulfateuse aux migraines lobotomisantes des émetteurs étatiques, du space opera en pleine tempête du désert, des mutants décharnés qui aimeraient bien accrocher des cols-blancs à leur pare buffle, de la baston à tire-larigot faisant péter vaisseaux sanguins et spatiaux en même temps…

Bref de la castagne en scope, et toutes ces joyeusetés sans aucun souci de cohérence ! On pourrait regarder le film en version originale que ça reviendrait du pareil au même.
Là où le patrimoine des frères Strugatsky suintait la haine du totalitarisme avec un discours politique marqué, Bondarchuk ne garde que les spectres habituels du communisme (propagande, coercition, esclavage dans les néo-goulags) comme faire-valoir fades de sa dystopie convenue, et ses personnages – au même titre que l’histoire – servent de passe-plats pour se tirer la nouille sur les différents décors à la sauce steampunk (mais vraiment somptueux, il faut l’admettre).
Notons d’ailleurs que le réalisateur a déclaré avoir été tellement abasourdi par le mauvais jeu de son acteur principal, Vasiliy Stepanov, qu’il est tombé en dépression nerveuse pendant plus d’un an. Et c’est vrai que Stepanov, avec son éternel sourire de bienheureux, fait étrangement penser au Simple Jack de Ben Stiller, voire à un surfeur métrosexuel de Newport Beach avec son superbe bandana de l’apocalypse.

Grande fresque où chaque rouble apparaît sur l’écran, Prisoners of Power (ou The Inhabited Island (ou encore Battlestar Rebellion)) est, en fonction de l’état de votre cerveau, une histoire sans temps mort ou un temps mort sans histoire. L’image est léchée, l’action dantesque et bien maîtrisée, mais on reste néanmoins à des années lumière du diptyque (Nightwatch et Daywatch) de son camarade Timur Bekmambetov.


Commentaires sur le film

0 etoiles

daube Daube !

20 octobre 2012 à 20:10

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



News liées

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage