Critique de film

pub

Elysium

"Elysium"
affiche du film

En l’an 2159, l’humanité est divisée en deux classes : l’une très riche vivant sur une station spatiale immaculée appelée Elysium, et le reste du monde parqué sur une Terre surpeuplée et dévastée. Le ministre Rhodes (Jodie Foster), représentant la ligne dure du gouvernement, ne recule devant rien pour faire appliquer les lois anti-immigration et préserver le luxueux mode de vie des habitants d’Elysium. Ce qui n’empêche pas les habitants de la Terre de tenter de rejoindre la station spatiale par tous les moyens. Quand le malchanceux Max (Matt Damon) se retrouve acculé, il accepte une mission périlleuse qui pourrait, s’il la mène à bien, non seulement sauver sa vie mais aussi rétablir l’équilibre entre ces deux mondes polarisés.

pub


Trailer - Elysium (2013)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique d’Elysium - District 10
Par : Wizzdumb

En 2154, fait pas bon être pauvre : la Terre est désormais un bidonville géant où se tassent 99.99% de prolos. Ancien délinquant, Max Da Costa fait partie du lot et travaille désormais dans une usine en faisant profil bas. Mais un accident de travail va l’amener à subir des radiations mortelles à long terme, et comme la couverture sociale équivaut à peau de balle, Max est sûr de crever s’il reste sur Terre. Sa seule option est d’aller sur Elysium, beignet géant interstellaire où ont émigré les plus gros portefeuilles de la planète. Mais comme ces salauds de pauvres ne sont pas bienvenus, il faudra trouver un moyen plus musclé pour y accéder.

En 2009, un jeune Sud-Africain secoue la planète avec District 9, petit film SF parrainé par Peter Jackson, qui récolte plus de 200 millions de dollars au box-office et 4 nominations aux Oscars. Pas mal du tout pour un début, d’autant que le film est un petit bijou d’impertinence punk.

Evidemment, les sirènes d’Hollywood n’ont pas tardé à appeler Neill Blomkamp et le voilà parachuté sur un projet de 100 millions de dollars avec Matt Damon en tête d’affiche. Connaissant l’imagerie unique de Blomkamp et l’esprit libertaire qui se dégageait de District 9, les attentes étaient très fortes. Trop fortes, peut-être.
Si Elysium est incroyablement généreux en scènes d’action, plus burnées les unes que les autres, on sent que le taureau Blomkamp est devenu un bœuf : châtré par le formatage hollywoodien, il reste sagement dans les rangs, sucre toute impertinence et délivre un sous-texte politique d’un manichéisme ahurissant (bons prolos contre méchants riches).

Si Matt Damon et Sharlto Coplay (magnifique dans le rôle du mercenaire Kruger) tirent leur épingle du jeu, que dire de Jodie Foster, engoncée dans un rôle de méchante caricaturale qui passe son temps à serrer la mâchoire et faire les gros yeux ? Mais ce n’est pas encore le plus grave : District 9 racontait l’histoire de Wikus van de Werve obligé de se planquer dans un bidonville pour échapper à de vilains corporatistes qui en voulaient à son ADN mutant. Elysium raconte l’histoire de Max qui se fait poursuivre dans un bidonville par d’infâmes capitalistes car il a des secrets cachés dans son cerveau. Ahem, rien à ajouter votre honneur…

Visuellement superbe et généreux en scènes d’action, Elysium a malheureusement courbé l’échine devant le formatage hollywoodien et se vautre dans un scénario gluant d’humanisme niais. Le film reste néanmoins dans le haut du panier question dystopies sur écran, mais la sanction est sévère car on pouvait vraiment s’attendre à mieux de la part du petit génie qui nous avait offert District 9.


Critique de Elysium - Up and Down
Par : Samuel Tubez

Si l’étape du premier long métrage est des plus délicates pour un jeune réalisateur, celle du second film l’est tout autant, surtout lorsque l’on s’appelle Neil Blomkamp et que son premier essai a troué le cul du monde entier. Nanti d’un budget plus confortable (100 millions de billets verts contre 30), Elysium débarque donc après la tuerie District 9 en devant répondre aux attentes les plus folles des spectateurs et critiques précédemment charmé par le talent du réalisateur. Dur, dur…

Le pitch comportait en effet un joli potentiel. En 2159, les nantis vivent sur une station spatiale nommée Elysium où tous les maux peuvent être guéris tandis que sur Terre, le reste du monde doit faire face à la surpopulation dans un environnement hostile où il ne vaut mieux pas tomber malade, les traitements médicaux étant pour ainsi dire inexistants. Bon d’accord, voir les riches en haut et les pauvres en bas, ce n’est pas franchement nouveau mais la métaphore aurait pu être diablement excitante avec Blomkamp aux manettes, d’autant qu’une grosse course-poursuite agrémentée d’éléments cyber se greffent à l’histoire avec un Matt Damon upgradé en mode « plus rien à perdre » et « redresseur de torts ». Malheureusement, si Elysium a le mérite d’être un scénario original (tout comme Pacific Rim, il ne s’agit pas d’une suite ni d’un remake et ce n’est pas non plus une adaptation quelconque !), le produit final ne dépasse jamais son pitch prometteur et demeure incroyablement manichéen. On a ici affaire à l’éternel et vulgaire combat des prolos contre les bourges sans grande nuance ajoutée où une sous-intrigue inintéressante au possible (une gamine gravement malade doit être amenée sur Elysium pour être sauvée, so what ?) vient gangréner l’ensemble, nullement aidée il est vrai par l’interprétation fade de la pourtant ravissante Alice Braga (qui, depuis qu’elle tourne aux States, a bien perdu de son aura exotique). Force est de constater que le casting n’est d’ailleurs convaincant qu’à 50 %. Pour un Matt Damon relativement impliqué en anti-héros poussé dans ses derniers retranchements, on est attristé par la prestation trop caricaturale de Jodie Foster dans le rôle de la grande méchante de service et déçu de ne pas voir davantage William Fichtner jouer les bad guys. Par ailleurs, le vrai bad ass du film est quant à lui purement jouissif grâce au jeu déchaîné de Sharlto Copley dans la peau du terrible Kruger, un ennemi infiltré sur Terre quasi increvable. Les meilleures scènes du film sont d’ailleurs celles où apparaissent l’acteur, où fusillades, poursuites et autres explosions font allégrement jaillir l’hémoglobine. La violence graphique maintenue par le métrage fait office de réjouissance au sein du paysage cinématographique actuel et n’est pas sans rappeler ces péloches d’antan où l’action pouvait être sans concession (remember Total Recall version Paulo). Dommage dès lors que Blomkamp ait opté pour des scènes d’action complétement illisible où les caméras ne tiennent pas en place. Alors que District 9 parvenait à maintenir un rythme trépidant et énervé en étant constamment compréhensible, Elysium enchaîne quant à lui les séquences pétaradantes sans souci de lisibilité. Seuls surnagent quelques très courts plans joliment composés et lorgnant, pour le plus grand plaisir des gamers, vers le TPS, mais ceux-ci sont bien trop brefs pour rester dans les mémoires.

Hélas, les multiples défauts d’Elysium sont ce que l’on retient en premier lorsque l’on sort de la projection. Pourtant, son script original (mal exploité, certes), sa violence graphique assumée, son Sharlto Copley très énervé et ses brefs instants visuels inspirés en font un bon petit film de SF, en dépit de l’indéniable déception. Pas à la hauteur de District 9, c’est un fait, mais certainement pas un mauvais film pour autant !


Commentaires sur le film

4 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

J’ai beaucoup aimé. De l’action, un Mat Damon hors de ses sentiers battus, l’univers de Blomkamp (en gros : une décharge) , et un scénario pas forcément extraordinaire, mais qui fonctionne bien, donc rien à jeter

8 septembre 2013 à 16:09 | Par panisa
Bien mais...

3 etoiles

Quand on fait de film de SF, on évite les incohérences... Or il y en a plusieurs de le film, qui donnent l’impression que ça a été monté à la va-vite, ou que respecter le format hollywoodien était plus important que fignoler les raccords. Je ne parle même pas des flashback insupportables.
Bref, l’histoire est tout de même intéressante, une plongée dans un futur proche et plausible, terrible, quelques coup d’oeil au cyberpunk, des exosquelettes sympas, de l’action, quelques détails scientifiques intéressants (alors pourquoi avoir sacrifier d’autres aspects ?), on passe un bon moment,
mais déception, quand tu nous tiens, en matière de SF...

10 septembre 2013 à 19:09 | Par papamacer
Bien mais...

3 etoiles

Quand on fait de film de SF, on évite les incohérences... Or il y en a plusieurs de le film, qui donnent l’impression que ça a été monté à la va-vite, ou que respecter le format hollywoodien était plus important que fignoler les raccords. Je ne parle même pas des flashback insupportables.
Bref, l’histoire est tout de même intéressante, une plongée dans un futur proche et plausible, terrible, quelques coup d’oeil au cyberpunk, des exosquelettes sympas, de l’action, quelques détails scientifiques intéressants (alors pourquoi avoir sacrifier d’autres aspects ?), on passe un bon moment,
mais déception, quand tu nous tiens, en matière de SF...

10 septembre 2013 à 19:09 | Par papamacer

0 etoiles

Pfft cela est aussi fade qu’une tarte aux myrtilles prometteuse ,mais ratée à cause de myrtilles sans goût , et d’une recette banale ou il manque les ingrédients d’une bonne préparation qui semble bien baclée avec un dosage au minima et sans passion ou est passé le don Blonkamp ....?

2 décembre 2013 à 04:12 | Par adn68

2 etoiles

Très Très médiocre des dialogues plus que médiocre
je suis très dessus...

2 décembre 2013 à 20:12 | Par Kroony
Elysée

5 etoiles

Dans le genre film d’action et de science-fiction qui dépote Elysium se place là. Une dystopie effrayante et ultra crédible, des scènes d’actions qui impressionnent et un scénario avec pas mal de péripéties. Un des meilleurs films de 2013.

26 décembre 2013 à 14:12 | Par anarchygor

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage