Critique de film

pub

Fantastic Mister Fox

"Fantastic Mister Fox"
affiche du film

Dans la vallée, il y avait trois fermiers, éleveurs de volailles dodues... Le premier était gros et gourmand ; le deuxième était petit et bilieux ; le troisième était maigre et se nourrissait de cidre. Tous les trois étaient laids et méchants. Dans le bois qui surplombait la vallée vivaient Maître Renard, Dame Renard et leurs quatre renardeaux, affamés et malins...

pub


Trailer - Fantastic Mister Fox (2009)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Fantastic Mr Fox - Fantastic Wes Anderson
Par : Geoffrey Marmonier

Wes Anderson est définitivement un réalisateur à part dans le paysage du cinéma américain (voire du cinéma tout court). Ses comédies lentes et lunaires peuvent rebuter, mais au moins ne laissent jamais indifférent. Le voir s’attaquer à l’adaptation d’un roman pour enfants écrit par Roald Dahl pouvait dès lors légitimement inquiéter le fan du cinéaste. Difficile en effet d’imaginer les impératifs d’un film pour les gosses conciliés avec le style si particulier du réalisateur. Mais c’était sans compter sur le génie du créateur de l’excellent La Vie Aquatique. Le fan pourra pousser un soupir de soulagement, car Fantastic Mister Fox est un pur film de Wes Anderson, peut-être même son meilleur. Ce qui signifie aussi que les parents emmenant leurs mioches voir un film d’animation lisse et classique risquent d’être très surpris…

Difficile en effet de ne pas être surpris devant un film en stop motion qui semble avoir été écrit par un scénariste sous acide. Les romans de Roald Dahl sont connus pour être assez sombres, mais Wes Anderson s’est de toute évidence approprié le matériau de base pour créer une œuvre totalement unique. Le film regorge donc d’idées toutes plus folles les unes que les autres. Dans Fantastic Mister Fox, les animaux marchent sur deux pattes et sont costumés, ils communiquent avec les fermiers à coup de lettres anonymes, ils possèdent des cartes de crédit, mais ils restent des animaux (Maitre Renard se retrouve dans les ennuis parce qu’il suit son instinct animal en égorgeant les poules des fermiers voisins). Extrêmement bien dialogué, le film est hilarant du début à la fin, notamment grâce à l’implication des acteurs doublant les personnages (le film doit impérativement être vu en VO pour être pleinement apprécié). George Clooney apporte toute sa classe et sa désinvolture au personnage de Maitre Renard, ainsi que le grain de folie qui lui sied si bien. Meryl Streep campe à ses côtés une Madame Renard toute en grâce et en féminité, mais possédant une main de fer. Les seconds rôles ne sont pas en reste, que ce soit Jason Schwartzman en renard adolescent et rebelle, ou encore Owen Wilson et Bill Murray, tous deux fidèles du réalisateur. Mais le personnage le plus jouissif est peut-être le Rat campé par un génial Willem Dafoe en roue libre. Avec son accent de petite frappe, le personnage est tout simplement irrésistible.

Techniquement, le film est tout aussi réussi, que ce soit au niveau des décors, souvent assez dépouillés mais magnifiques, ou de l’animation, très fluide. Le plus impressionnant reste l’animation des visages des personnages, celle-ci parvenant à restituer de façon hallucinante les mimiques des acteurs les incarnant. Anderson parvient aussi à caser quelques scènes impressionnantes de maitrise, comme l’attaque du poulailler en début de film, ou l’engloutissement du repaire de Maitre Renard sous les eaux. Mais au-delà de la grosse déconnade et d’une réalisation technique sans faille, Fantastic Mister Fox est un joli (bien que totalement azimuté) plaidoyer pour le droit à la différence et le droit d’être soi-même. Le message écologique véhiculé par le film est lui aussi plutôt pertinent, Anderson s’attaquant avec férocité à l’habitude qu’ont les êtres humains de vouloir détruire tout ce qui va a l’encontre de leurs intérêts.

Bref, Fantastic Mister Fox n’a pas volé son titre et est une nouvelle réussite à ajouter au palmarès déjà impressionnant du réalisateur.


Critique de Fantastic Mr Fox - Un renard à l’égyptienne
Par : Ursula Von Trash

Wes Anderson délaisse les dépressifs attachants de ses précédentes réalisations (Rushmore, La Famille Tenenbaum, A bord du Darjeeling Limited) pour tourner son premier film d’animation, Fantastic Mr. Fox. Adaptation du roman pour enfants de Roald Dahl (Charlie et la chocolaterie), Fantastic Mr. Fox s’intéresse à la destinée d’une famille de renards, dont le chef de famille, malgré ses responsabilités de mari et de père, ne parvient pas à se sevrer d’une mauvaise habitude dangereuse : le pillage de poulaillers. Pour son « dernier » coup, son baroud d’honneur, il attaque trois exploitations voisines déclenchant une guerre sans précédent entre les hommes et les animaux de la région.

Pour certains critiques, ce film prouverait que « Pixar n’a pas le monopole dans le domaine de l’animation drôle et sincère ». En effet, produit par la Fox, le long métrage de Wes Anderson se revendique comme un spectacle grand public, où les adultes peuvent aussi ricaner au second degré. Le cast de voix, véritable liste d’oscarisés ou en passe de l’être (Meryl Streep, George Clooney, Bill Murray, Willem Dafoe…) crédite le film d’une plus-value interprétative (comme chez Pixar). Mais le matériau d’origine (le roman), malgré les libertés prises, demeure un livre pour enfant et les choix de réalisation académiques en font un spectacle amusant mais aucunement comparable aux réussites Wall E, Ratatouille ou plus récemment Là-haut.

L’usage de marionnettes prodigue élégance et fragilité aux animaux que l’on observe, la bande originale est accrocheuse (Beach Boys, Rolling Stones) mais malgré cet emballage visuel et sonore réussi, il manque quelque chose. Peut-être un vrai parti pris de réalisation (Wes Anderson aurait été presque totalement absent du tournage). Peut-être le réalisateur a-t-il des origines égyptiennes tant les déplacements de ses personnages ressemblent à des hiéroglyphes, se contentant d’offrir leur profil ou leur face. Les travellings latéraux, véritable trademark d’Anderson dans ses films, paraissent ici plats, sans consistance. Les courses poursuites en sont sans relief, comme plaquées sur l’écran. Alors que l’animation aurait permis toutes les audaces, Fantastic Mr. Fox s’enlise en peu dans des séquences esthétiquement léchées mais attendues. Seul le personnage de l’opossum en proie à des crises hypnotiques déride franchement le public.

Catégorisé réal de films d’auteur, Wes Anderson a peut-être oublié de se lâcher, de jouer la carte de l’absurde et de l’humour assumé. Son film, sans être détestable, s’avère malheureusement rapidement oubliable. Le livre était pour les enfants, le film aussi.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage