Critique de film

pub

Riddick

"Riddick"
affiche du film

Trahi par les siens et laissé pour mort sur une planète désolée, Riddick lutte contre des prédateurs aliens. Ce combat pour sa survie le rend plus fort et plus dangereux que jamais. Bientôt, des chasseurs de primes venus des quatre coins de la galaxie se rendent sur la planète pour trouver Riddick. Au lieu de cela, ils vont devenir de simples pions dans son grand dessein de vengeance. Plaçant ses ennemis là où il le souhaite, Riddick se lance dans une vicieuse vendetta avec de retourner sur sa planète natale Furya pour la sauver de la destruction.

pub


Trailer - Riddick (2013)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Riddick - Hep Taxi !
Par : Wizzdumb

Empereur déchu des Necromongers, Riddick décide de raccourcir ses vacances chez eux et demande à être rapatrié chez lui, sur Furya. Pas de bol pour notre chauve nyctalope, ses anciens sujets le débarquent sur une planète inconnue et le laissent pour mort. Statistiquement, vu la faune qui crapahute sur ce caillou désertique, il y avait de toute façon 99% de chances pour qu’il se fasse gober par un monstre du cru. Mais Riddick n’est pas qui veut, et notre hors-la-loi va enchaîner les cadavres jusqu’à ce qu’il trouve une base abandonnée. L’occasion pour lui de signaler sa présence et d’ameuter des hordes de mercenaires appâtés par la mise à prix du bonhomme. Une façon comme une autre d’appeler un taxi, en somme.

Grosse et surtout bonne surprise, Riddick a de la gueule ! On pouvait s’attendre au pire après le four des Chroniques…, craindre que David Twohy ne se soit fourvoyé dans la glaise hollywoodienne où la débauche de pognon sert de cache-misère à l’absence de scénario. Hé bien, que nenni : le réalisateur n’a pas la prétention d’un Kubrick ou la mégalomanie d’un Michael Bay, et nous offre une série B tout bien comme il faut, avec un enchaînement de concours de grosses bites, de punchlines qui font mouche, d’un chouïa de gore et de bestioles qui ne sont pas en CGI. Alors bon, on sent le travail en studio, certaines scènes ne sont pas sans rappeler le kitsch de séries telles que Flash Gordon, mais la galette a le mérite d’être inventive sans être innovante non plus. Au rayon casting, Vin Diesel passe de l’über-bourrin Fast & Furious au bourrin sympatoche Riddick et, si on est content de le retrouver ailleurs que derrière un volant en carbonisant 6 embrayages par film, sa performance est dépassée d’un poil par son animal de compagnie : un dingo mutant qui rafle tous les suffrages.

Série B sans prétention, Riddick a le mérite de ne pas prendre les spectateurs pour des cons. Ça gicle, ça se castagne, on se marre comme des mâles primaires, et c’est tout ce qu’on attend de ce genre de film ! Il faut aussi dire que si David Twohy réussit à nous coller les bonbons au paquet avec l’ouverture d’une armoire (aussi con que ça), c’est qu’il a bien bossé son sujet. Alors décapsulez vos bières, sortez les nachos et éclatez-vous !


Critique de Riddick
Par : Geoffrey Marmonier

Il aura fallu presque 10 ans à David Twohy et Vin Diesel pour pouvoir mettre en scène la suite des aventures de Riddick, après l’échec relatif des Chroniques de Riddick au box-office. Le soudain retour en grâce de l’acteur avec le bon qualitatif (et le succès mérité) de la franchise Fast and Furious lui a donc permis une fois de plus de convaincre le studio Universal de financer un nouvel épisode des aventures de son personnage fétiche. Cependant, pas question cette fois de faire les mêmes concessions que sur le précédent opus, ce Riddick est donc classé R aux Etats-Unis.

Le revers de la médaille, c’est que Twohy a dû revoir ses ambitions à la baisse, le classement R se payant par un budget moins confortable. Exit donc l’intrigue prévue initialement dans laquelle Riddick devait partir dans l’Anteverse pour récupérer l’âme de Kyra, sa compagne du précédent film. Bien que son intrigue soit parfaitement rattachée à celle du précédent opus, Riddick est plus proche thématiquement et scénaristiquement de Pitch Black. On retrouve donc une fois de plus notre anti-héros perdu sur une planète inhospitalière, traqué à la fois par des mercenaires surarmés et par des bestioles pas très sympas. Une redite qui pourra faire grincer des dents les fans des films précédents, qui attendaient probablement plus du retour du charismatique Riddick. Heureusement, ce côté « remake de Pitch Black » ne survient vraiment que dans le dernier tiers du film, le reste se distinguant avec panache du tout-venant hollywoodien (bien que le film ne soit pas sans défauts).

Ainsi, Twohy prend son temps pour présenter la planète, montrer la façon dont Riddick se rétablit et apprend à apprivoiser son environnement (littéralement, puisqu’il transformera un chien sauvage en fidèle compagnon). Une première partie assez surprenante, qui dure quasiment la moitié du film, et s’avère très réussie. Tout aussi surprenant, lors de l’arrivée des mercenaires, le réalisateur délaisse totalement son personnage principal, préférant développer ces nouveaux personnages, et redonnant à Riddick son aura dangereuse, le réintroduisant comme un fantôme prédateur. David Twohy a le bon goût de ne jamais édulcorer la violence des actes commis par son anti héros, même si celui-ci se retrouve face à une bonne bande de psychopathes. Vin Diesel, de toute évidence heureux de retrouver le personnage, apporte une fois de plus tout son charisme animal à celui-ci, sans jamais avoir à forcer le trait.

Bien sûr, tout n’est pas parfait dans ce troisième opus. On pourra bien évidemment regretter l’apparente paresse du dernier acte, miroir de Pitch Black (même si celui-ci donne l’occasion à Twohy de faire des parallèles intéressants montrant l’évolution du personnage), Riddick ne possédant ni la fraîcheur du premier opus de la saga, ni l’ampleur du second. Le rythme un peu en dent de scie pourra aussi rebuter certains spectateurs, ainsi que le manque de profondeur des personnages secondaires, pourtant incarnés par des acteurs solides (notamment Katee Sackhoff, la Starbuck de Battlestar Galactica).

Sans être extraordinaire, Riddick pose des bases solides pour la suite de la saga, et contentera les fans du personnage. On peut espérer que le succès mondial correct du film permettra à David Twohy et Vin Diesel de mettre rapidement une suite sur les rails.


Commentaires sur le film

5 etoiles

27 novembre 2010 à 01:11

0 etoiles

Ouais... enfin, les Chroniques, c’est loin d’être un mauvais divertissement.

4 octobre 2013 à 14:10 | Par Fred Bau
Bon ou mauvais

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Franchement très surpris , un bon film permettant au fan de retrouver Riddick ce personnage sorti tout droit d’un superbe univers de Space-opéra. Et pour les nouveaux venus de découvrir Richard B. Riddick, le furien magner de couteau. Ce personnage à un charisme hors norme , que vous ne découvrirez que chez aucun autre héros ou devrais -je dire anti-héros ; en effet Riddick à ce talent de la survie, de la solitude... Par ailleurs contrairement au deux autres film on remarque un Riddick plus humanisé , rien d’étonnant puisqu’il le dénonce lui-même qu’il à baissé sa garde avec le temps.

Du bon Riddick pour les fans et un héros pas comme les autres pour les nouveaux venu. Cependant j’ai davantage apprécié les chroniques que pitch black, et donc si une suite il y a ! ce film sera un prélude grandiose

10 octobre 2013 à 15:10 | Par luffy
C’est une honte

1 etoiles

daube Daube !

Je n’ai pas pu mettre 0 étoile car ce film est de la pur daube, des effets fx pourries et un scénario trop connu, non faut arreter de faire des fleurs à des films qui coutent des millions à produire !
Merci m’avoir faire perdre 2heures de ma vie et le prix d’une place ciné

24 octobre 2013 à 00:10 | Par vive pitch black

3 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Je attend le 3 .. Je vraimnt envi de voir commnt il vas faire pour rdvenir empeure et pour rtrouve l ame de kira

9 mars 2014 à 01:03 | Par Jchristian
DECEPTION !

1 etoiles

daube Daube !

Oulala ! Quelle énorme déception, j’avais adoré les précédents épisodes mais là David Twohy qui a décidé de prendre les rennes (et c’était là un pari audacieux, respectable) s’est planté. Malheureusement, que de longueurs... On a vraiment l’impression d’assister à une vitrine IKEA, que du meuble. On ne parvient pas une seconde à se mettre à a place des personnages, le jeu des acteurs est absolument grotesque, des répliques nullissimes, qui rentreront dans les archives de Nanarland sans aucun doute, là au moins il aura de l’intérêt. Je ne vois pas comment on peut trouver une qualité à ce film. Si, les effets spéciaux, que David a dut rationalisé puisqu’il est le producteur, et je dois l’avouer, rendent bien, une bonne leçon.
Au final, le film ne parvient pas à décoller, on

27 juillet 2014 à 11:07 | Par Révïg
DECEPTION !

1 etoiles

daube Daube !

Oulala ! Quelle énorme déception, j’avais adoré les précédents épisodes mais là David Twohy qui a décidé de prendre les rennes (et c’était là un pari audacieux, respectable) s’est planté. Malheureusement, que de longueurs... On a vraiment l’impression d’assister à une vitrine IKEA, que du meuble. On ne parvient pas une seconde à se mettre à a place des personnages, le jeu des acteurs est absolument grotesque, des répliques nullissimes, qui rentreront dans les archives de Nanarland sans aucun doute, là au moins il aura de l’intérêt. Je ne vois pas comment on peut trouver une qualité à ce film. Si, les effets spéciaux, que David a dut rationalisé puisqu’il est le producteur, et je dois l’avouer, rendent bien, une bonne leçon.
Au final, le film ne parvient pas à décoller, on

27 juillet 2014 à 11:07 | Par Révïg

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



News liées

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage