Critique de film

Zombie

"Dawn of the dead "
affiche du film
  • Genre : Horreur - Morts-vivants
  • Année de production : 1978
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : George A. Romero
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h57
  • Budget : 1,5 millions de Dollars
  • Scénariste : George A. Romero
  • Musique : Goblin, Agostino Marangolo, Massimo Morante, Fabio Pignatelli,Claudio Simonetti
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : David Emge, Ken Foree, Scott H. Reiniger, Gaylen Ross
  • Récompenses : Nomination au prix des meilleurs maquillages (Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur 1980)
    Golden Screen (1980)

Des morts-vivants assoiffés de sang ont envahi la Terre et se nourrissent de ses habitants. Un groupe de survivants se réfugie dans un centre-commercial abandonné. Alors que la vie s'organise à l'intérieur, la situation empire à l'extérieur...

Les critiques à propos de ce film

Zombie - A mourir de plaisir !
Par : Damien Taymans




Fort de son expérience de La nuit des morts-vivants, Romero nous propose un film entier, où la lutte opposant les humains à la mort est omniprésente. Ce film a vu sa projection interdite dans nombre de pays lors de sa sortie. D’autres l’ont interdit aux moins de 18 ans car celui-ci risquait de choquer les spectateurs. En effet, le film a choqué et il continuera certainement encore à heurter les esprits bien pensants. Ce qui frappe, c’est tout d’abord les scènes gores.

Remettons-nous une minute dans le contexte originel : dans les années 70, il est assez rare de voir de pareilles scènes et il est compréhensible que les mœurs aient été choquées.

Ensuite, bien plus dérangeant encore que le culte du gore que nous livre Romero, il y a la critique sociale que Romero nous met en pleine face. Nous ressemblons finalement assez fortement aux zombies, déambulant sans conscience tels les consommateurs que nous sommes devenus. Les zombies de Romero font exactement ce que nous passons notre temps à faire : ils viennent chercher leur nourriture (c’est-à-dire nous) au supermarché. Nous voilà réduits au rang de créatures inconscientes et sommes-nous donc logiquement détrônés de la pyramide alimentaire au profit de ces gens tout aussi inconscients que nous.

L’homme, de l’autre côté, l’humain, le vivant n’a pas plus fière allure. Armé de ses fusils, il fait plus que se défendre. Il jouit lorsqu’il tue et nous, spectateurs, fantasmons sur ces armes et nous raffolons de ces destructions massives des zombies malfaisants. Pire que cela, Romero nous l’a déjà montré dans sa fameuse Nuit des morts-vivants : l’homme, fort de ses capacités technologiques (à savoir les armes) ne fait pas que se défendre : il attaque et prend un certain plaisir à faire souffrir et à se moquer des zombies emprisonnés.

Le côté violent et gore du film ne peut malgré tout pas être passé sous silence. Enfants flingués, cervelles qui giclent, morsures béantes, machette dans la gueule, étripage en règle et sanquette à gogo, Zombie ne fait pas dans la dentelle. Le travail de Tom Savini est tout simplement grandiose -il est d’ailleurs amusant de noter qu’une partie de la famille Savini joue dans le film, Tom est un des pillards et Donna et Mike Savini interprètent deux Zombies- et ce grand maquilleur proposait à l’époque un spectacle sang et barbaque inédit allant très loin dans les sévices bien gratinés.

Magnifique explosion d’horreur. A regarder absolument !


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage