Critique de film

Zebraman

"Zebraman"
affiche du film
  • Genre : Fantastique – Super-héros
  • Année de production : 2004
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Takashi Miike
  • Pays d'origine : Japon
  • Durée : 1h55
  • Scénariste : Kankurô Kudô
  • Musique : Kôji Endô
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Sho Aikawa , Kyoka Suzuki , Ren Osugi , Atsura Wataba , Akira Emoto, Teroyushi Ushimora, Yui Ichikawa, Koen Kondo,...
  • Récompenses : Nominé pour le Prix du meilleur Acteur (Sho Aikawa) aux Awards of Japanese Academy 2005.

Shinichi est un instituteur qui mène une vie minable : ses élèves le chahutent et sa famille n'a aucun respect pour lui. Pour s'évader de cette triste routine, il se fabrique le costume du super-héros de son enfance et s'invente des aventures. Alors que des extraterrestres arrivent sur Terre, Shinichi découvre qu'il a réellement des supers-pouvoirs.

Les critiques à propos de ce film

Zebraman - Un super-héros vraiment pas comme les autres
Par : Quentin Meignant




Ce n’est pas la première fois que Miike s’essaie au film de super-héros. En effet, Ichi the killer, le justicier le plus gore qui ait existé pouvait déjà être considéré comme un surhomme. Dans ce métrage-ci, il n’est bien sûr pas question de scène de tueries répugnantes mais les concordances avec son prédécesseur existent. Prenons par exemple le cas des héros : Shinichi, tout comme Ichi, est quelqu’un d’insignifiant, de marginal et attire les moqueries. Ces deux personnages n’en deviennent pas moins de redoutables guerriers le moment venu.

Mais voilà, là où Ichi répugnait et où le sang giclait, Shinichi nous fait rire et enchaîne gaffe sur gaffe, ce qui nous offre un très bon divertissement familial. Certes, le film manque relativement de relief : le manque de rythme nous pousse à dire que ce film n’est ni excellent ni mauvais. 1H55 avec très peu d’action, il faut bien avouer que c’est plutôt long, mais n’en tenons pas trop rigueur à Miike, car il nous régale tout de même avec quelques scènes qui valent franchement le détour.

Ce film est avant tout un hommage parodique à tout ce qui s’est fait au Japon il y a une vingtaine d’années : les Biomans et autres Power Rangers sont passés au crible. Le ridicule de certaines scènes, exagéré par Miike, illustre parfaitement le manque de réalisme et les défauts de ces feuilletons. Ainsi, lorsque l’on voit l’homme au masque de crabe ou encore la sorte de homard géant, nous replongeons directement dans notre plus tendre enfance pour notre plus grand plaisir !

De plus, Miike nous met devant le fait accompli : même Shinichi, pourtant fan de Zebraman, se permet de critiquer ouvertement les Power Rangers, petit clin d’oeil à une génération bercée au son des combats de ces héros « moitié hommes et moitié robots ». Nostalgie quand tu nous tiens... Pour le reste, ce film, malgré ses gros défauts et son manque de moyens, est rempli de bons sentiments. Les idées et pensées développées sont vraiment adaptées à un public même très jeune, ce qui peut étonner de la part de Miike, qui est réputé pour être l’un des réalisateurs des plus violents de sa génération. L’amitié qui lie Shinichi et son élève est le meilleur exemple que ce film a été pour un large public et Miike peut se féliciter d’être parvenu à contrôler ses pulsions pour nous livrer un film plutôt bon.

Bref, un sympathique divertissement familial, manquant un peu de rythme mais d’un burlesque exquis !

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage