Critique de film

pub

Yoroi: the samurai zombie

"Yoroi: Samurai zonbi"
affiche du film

Une famille japonaise se fait braquer sur une route de montagne par un couple "rebelle". Au final, ils vont se retrouver tous coincés dans un village fantôme dans lequel la première goutte de sang versée sur le sol pourrait faire revenir une armée de samouraïs zombies.

pub


Trailer - Yoroi : the samurai zombie (2008)
Par : Damien Taymans


Yoroi Samurai Zombie - Trailer par Horrornewsnet

Les critiques à propos de ce film

Critique de Yoroi : The samurai zombie - Portnawak assumé
Par : Damien Taymans
Tags : Asiatique, Zombies

Acteur phare du cinoche de genre nippon, Tak Sakaguchi (Tokyo Gore police, Yo-yo girl cop, Battlefield baseball) signe avec Yoroi : the samurai zombie sa deuxième réalisation après la comédie Be a Man ! Samurai School. Pour l’heure, il s’appuie sur un scénario bâti par Ryuhei Kitamura, réalisateur de l’excellent Midnight meat train. Un script qui ressemble furieusement au Versus, l’ultime guerrier dont il était précédemment l’auteur, cet actioner 100 pourcents déjanté dans lequel une peuplade de figures atypiques partaient à une interminable chasse aux zombies.

Une équipée ici réduite à peau de chagrin puisque les créatures zombiardes se résument à un quelques petits exemplaires dont l’un, fringué comme un poilu et la tête lourdement inclinée sur le côté en raison d’un stage intensif en terre de Pise, s’évertue à dégommer tous les hominidés qu’il croise. Il se dresse d’ailleurs sur la route d’une gentille petite famille japonaise, partie se dorer la pilule sous d’autres cieux, famille qui s’est fait accessoirement prendre en otage par un couple de voyous d’autant plus malhonnêtes qu’ils sont affublés de coiffures improbables. C’en est tout pour le script, enfin plutôt le pitch, l’essentiel du métrage résidant dans la course-poursuite entamée par les représentants zombiards et l’infortunée équipée.

Au menu, pour calfeutrer la vacuité des propos, le cinéaste et son compère Kitamura nous ressortent des délices gore orgiaques dont ils ont seuls le secret qui se déclinent en autant de démembrements, étêtements et élagages corporels en bonne et due forme. Quelques geysers d’hémoglobine fusent avant que le guerrier imboutable n’affuble des pics fièrement dressés à l’aide des têtes de ses victimes, ce qui a pour effet de déverser quelques litrons de globules bien frais sur la terre sacrée, mère de nouvelles figures décharnées sur fond de nuit de pleine lune. Du sang, par litres, seul apanage finalement de cette oeuvrette improvisée qui ne fonctionne que sur son comique à répétition (le personnage qui déclare qu’il est proche de la fin toutes les cinq minutes) à défaut de proposer de véritables situations jubilatoires et décalées.

Grand moment de n’importe quoi décomplexé, Yoroi The samurai zombie ne brille nullement par son originalité, recyclant à l’envi des tonnes d’effets émanant de péloches largement plus convaincantes (Tokyo gore police, Machine girl et Stacy en tête). Reste que le film est assurément un excellent morceau pour les séances midnight screenings d’un festival mais constitue un délire foutraque même pas drôle une fois qu’il est maté en solo.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 35647 photo 35646 photo 35645
Voir la galerie complète

News associées (1)

décembre 2008
Samurai Zombie
27/12/2008

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage