Critique de film

pub

Wolfen

"Wolfen"
affiche du film

Au coeur de New-York, un PDG, sa femme et leur garde du corps sont retrouvés sauvagement assassinés. Sur leurs cadavres, des poils... Dewey Wilson mène l'enquête.

pub


Trailer - Wolfen (1981)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Wolfen - Wadleigh l’esthète
Par : Quentin Meignant
Tags : Loups-garous

Michael Wadleigh est sans doute l’un des réalisateurs les plus atypiques de sa génération. L’homme commença sa carrière en tant que directeur de la photographie en officiant sur les drames I call first et David Holzman’s Diary. Faisant étalage d’un génie certain de l’esthétique, Wadleigh ne tarde pas à se faire repérer par le monde de la musique pour qui il livrera, tant à la réalisation qu’à la photographie, bon nombre de chef-d’œuvres documentaires : Woodstock (1970), Janis (1974), Woodstock : The Lost Performances (1990) et Jimi Hendrix : Live at Woodstock (1999). Entre-temps, en 1981, Wadleigh signa son seul film non-documentaire, Wolfen, qui tranche carrément avec l’idéologie défendue d’habitude par le cinéaste. De l’irrévérence et l’anarchie vantée par l’époque rock dont il se fit messager, le réal proposa avec sa seule fiction une histoire de loup empreinte de mysticisme et de tradition. C’est dans ces conditions que l’insoumis inspecteur Dewey Wilson doit mener l’enquête sur une vague de meurtres violents ayant tous pour point commun la découverte de poils d’animaux. Maniaque ou animal sauvage, le meurtrier, tapi dans l’ombre attend son heure.

A la manière dont on présente un spectacle, Wadleigh entame son film avec force travellings et plans-séquences détaillant, dans un style léger et aérien, la ville de New York qui sera bien vite le théâtre d’étranges événements. Ces derniers, rendus au mieux par le cinéaste, arrivent à toute vitesse pour proposer d’emblée la scène d’anthologie du métrage. Afin de tirer le meilleur parti d’une mise en scène et d’un décor savamment étudiés, Wadleigh use d’une caméra subjective pour figurer efficacement l’entrée en scène de ce qui s’avère être un animal, sans doute un loup. A l’inverse d’autres œuvres qui dévoilent bien vite un loup-garou souvent ridicule esthétiquement parlant, Wadleigh garde pour lui le mystère de l’animal (et si c’était un bigorneau tueur ?) en utilisant une foule de plans-séquences saccadés et agrémentés de filtres translucides.

Le niveau de cette entame figure dès lors parfaitement la première partie d’une intrigue où la bête, et donc les plans-séquences, vont se multiplier à un rythme agréable, en alternance avec la présentation de l’enquêteur principal, campé par l’excellent Albert Finney qui n’est pas sans rappeler le sombre Inspecteur Harry incarné par Clint Eastwood, dix ans plus tôt. Malheureusement, cette forte personnalité va grappiller au fil du temps une aura plus grande, mettant sous l’éteignoir les éléments fantastiques du récit et, en particulier une créature que l’on eût espéré plus présente dans le final. Néanmoins, le mysticisme se développant au fur et à mesure de l’intrigue, la thématique finale abordée par Wadleigh paraît réellement novatrice. Sans pour autant être un modèle du genre, la séquence finale, assez intellectualiste et mystique, offre une belle justification à l’œuvre.

Le manque de rythme se faisant hélas sentir dans la deuxième partie avec, en point d’orgue, une clôture trop calme, Wolfen a du mal à s’ériger en véritable révolution du genre. Malgré cette déception, le film n’en demeure pas moins un bel exemple de réussite qui sort totalement des sentiers battus. Wadleigh aurait sans doute dû persévérer dans le fantastique plutôt que de rester enfermé dans le carcan documentariste.

Critique de Wolfen - Of Wolf and Men
Par : Seb Lecocq

Certains films sont voués à être mal compris ou, du moins, mal catégorisés. C’est le cas de Wolfen de Michael Wadleigh souvent rattaché au sous-genre du film de loups-garous alors qu’il n’y est aucunement question de lycanthropie. On y trouve certes des hommes et des loups mais rien de plus. A sa décharge, lors de sa sortie en 1981, les producteurs avaient axé la promotion de l’œuvre dans cette direction afin de surfer sur le vague canine initiée par la sortie la même année du Loup-garou de Londres et de Hurlements. Une erreur de jugement qui, pendant longtemps, porta préjudice au film. Heureusement que le festival Hallucinations Collectives est là pour remettre les choses au clair. Ou plutôt, vu la teneur du film, au clair-obscur.

S’il est, effectivement, question de loups dans Wolfen, la première heure de film, la meilleure, ne nous les montre pas, tout au plus, pouvons-nous les deviner. Le film de Michael Wadleigh adopte la forme du polar ou de la fresque urbaine. L’histoire prend place dans un New-York dévasté, crapoteux, véritable zone de guerre urbaine. Les décors tous naturels, exception faite de l’église construite par l’équipe du film, sont saisissants de brutalité et de délabrement, Wolfen dépeint un New-York de fin du monde qui n’a plus grand-chose avc l’image d’Epinal que renvoie la Grosse Pomme. Le premier plan nous montre d’ailleurs les deux tours du World Trade Center qui s’érigeaient fièrement sur ce qui avait des allures de décharges à ciel ouvert. Tout un symbole. Au milieu de tous ces décombres, de ces immeubles condamnés et des rues encombrées de déchets en tout genre, un promoteur immobilier, sa femme et son garde du corps se font sauvagement assassiner au beau milieu d’un parc. Une scène montrée en vue subjective qui conserve toute son efficacité et lui donne un sacré dynamisme malgré un choix esthétique contestable qui affiche ses trente années au compteur. Cette particularité de mise en scène inspirera d’ailleurs John McTiernan pour son Predator.

Plus qu’un film urbain, Wolfen est un quasi documentaire sur le New-York de l’époque, la fin des années 70 et le tout début des années 80. Ce background esthétique et sociologique donne toute sa force au métrage qui détonne autant qu’il étonne. Détonne par la vivacité de sa mise en scène et la façon de dépeindre la jungle urbaine qui rappelle par moment le cinéma de William Friedkin. Au milieu de cette ville vérolée erre le débonnaire Albert Finney, coaché par le new-yorkais Al Pacino et préféré à Dustin Hoffman, dans la rôle d’un inspecteur revenu de tout et plus perspicace qu’il n’y paraît. Wolfen est empreint d’une part d’une forte critique sociale et de l’autre d’un fort regard écologiste qui n’hésite pas à prendre de la hauteur pour observer l’histoire passée et brutale de l’Amérique. En ce sens, l’œuvre propose une belle métaphore sur la disparition des Indiens, vrai peuple natif du territoire américain, délogé sans aucune scrupule par l’homme blanc tout comme le promoteur immobilier assassiné a pour projet de déloger la faune interlope du Bronx pour y construire de luxueux complexes d’appartements. L’Amérique une fois de plus égratignée de sérieux coups de griffes et de crocs.

La seconde partie de l’œuvre, légèrement moins intéressante, navigue dans des contrées plus fantastiques avec l’apparition d’une meute de loups assassins. Jusque-là rien de bien neuf : Wolfen s’inscrit dès lors dans le genre du film d’attaque animale et en est un représentant très efficace grâce à la mise en scène de ces séquences qui shootées au steadycam et à la louma possèdent une atmosphère et un style visuel aussi réalistes qu’élégants. Mais quand Wadleigh fait de cette meute de loups la réincarnation des esprits indiens, il entre de plein pied dans le pamphlet politique. Le message est sans équivoque. Prends ça, colosse aux pieds d’argile.

Wolfen est un excellent film fantastique. Protéiforme, riche et construit suivant plusieurs niveaux de lectures, l’œuvre de Michael Wadleigh est d’une très grande richesse. Bien entendu, on sent que la production a été compliquée, le premier montage durait 4h30, ce qui a poussé la production à appeler John Hancock pour tailler dans le gras et tourner des séquences additionnelles axées sur le fantastique. Le rythme est parfois bancal, certaines scènes sont reliées par des tunnels dialogués et on décèle quelques raccourcis ou trous narratifs mais qu’importe, Wolfen emporte la mise grâce à ses indéniables qualités de mise en scène, son esprit tellement particulier, ses décors hors du commun et l’atmosphère de décrépitude urbaine qui s’en dégage. Une grande ville malade pour un grand film malade.


Commentaires sur le film

Quel film !

4 etoiles

désolé pour le ripage d’avant ! lol... 4 étoiles car c’est une révolution.... Mystique le terme est bien choisi ! Mon film préfèré de loup garou même si le thème en est un peu détourné. Mais ça manque un peu de rythme pour être un chef d’oeuvre !

28 novembre 2008 à 20:11 | Par Masterman

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 36207 photo 36208 photo 36209
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage