Critique de film

pub

What We Become

"Sorgenfri"
affiche du film

La famille Johansson passe un été idyllique jusqu'au jour où une épidémie de grippe virulente sème la mort dans le quartier. Les autorités décident de délimiter un périmètre de sécurité, puis cèdent à la panique en imposant la mise en quarantaine à tous les habitants du voisinage. Isolé du reste du monde, le jeune Gustav se rend vite compte que la situation est devenue incontrôlable. Il parvient à s’échapper, laissant les autres membres de sa famille à la merci d’une foule déchaînée et assoiffée de sang…

pub


Trailer - What we become (2015)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de What we become - The Danish Gore
Par : Seb Brunclair
Tags : BIFFF 2016

Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark : des morts qui se relèvent et croquent les vivants qui se transforment à leur tour en monstres assoiffés de sang ; bref, vous connaissez la chanson. On a beau commencer à en avoir tout doucement ras le bol des invasions de morts-vivants, souvent synonymes de séries Z vite torchées et peu inspirées, l’occasion de découvrir un film de zombies danois ne se présente pas tous les jours, la patrie de Lars Von Trier étant tout sauf prolifique en ce qui concerne la production de films de genre. Et quand en plus, le film en question se retrouve auréolé de récompenses suite à son passage en festivals, on ne peut qu’y être attentif. Que vaut donc ce What We Become ?

Ne comptez pas sur Bo Mikkelsen pour renouveler le genre : le réalisateur a bien étudié ses petits camarades et enchaîne les passages obligés du genre, surtout en deuxième partie de métrage.What We Become mérite surtout le coup d’oeil pour sa première moitié, qui voit une petite famille en proie avec les prémices d’une épidémie de bouffeurs de chair confinée chez elle par des militaires plus concernés par l’extermination de carcasses ambulantes que par le bien-être des vivants. Cet aspect intimiste, pré-apocalyptique et dénué de tout humour superflu pose What We Become comme le portrait d’une famille en crise plongée dans une situation exceptionnelle et ingérable et offre de vrais beaux moments de tension joués avec justesse.

Dommage donc que le réalisateur-scénariste se borne ensuite à suivre une grosse partie des ficelles propres au film de zombies (la contamination d’un être cher, la recherche de ressources qui tourne mal,...) sans jamais chercher à s’écarter d’un carcan étouffant propre à laisser sur le côté ceux qui seraient à la recherche de renouveau.

Sans être le zombie flick le plus marquant de ces dernières années, What We Become fait tout de même mouche en s’imposant surtout comme un vrai drame, tendu et touchant, qui aurait juste mérité de s’écarter un peu plus des schémas établis par ses prédécesseurs. Et au vu des énormes qualités, visuelles et rythmiques, du film de Bo Mikkelsen, on ne peut qu’être curieux de découvrir ce que la production locale peut nous offrir d’autre dans un genre ô combien bouché.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 53206 photo 53205 photo 53204
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage