Critique de film

pub

A Werewolf Boy

"Neuk-dae-so-nyeon"
affiche du film

A Werewolf Boy suit une jeune femme qui , après avoir reçu un appel téléphonique bizarre, retourne dans le chalet de son enfance. Elle se souvient d’une rencontre avec un jeune homme loup et la plus sauvage des rencontres fait place à un amour éternel...

pub


Trailer - A Werewolf Boy (2012)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de A Werewolf Boy - La Guerre des Monstres
Par : Damien Taymans

Suni, coréenne du troisième âge qui a émigré aux Etats-Unis, reçoit un appel de son pays natal à propos de la vente de la vieille maison familiale où elle a passé quelques années durant son adolescence. Arrivée sur place en compagnie de sa petite fille, elle se remémore cette période troublante. Les souvenirs affluent, les émotions la submergent. En 1965, Suni la rebelle s’est prise d’amitié pour un enfant sauvage recueilli par sa famille. Mais l’arrivée de cet être n’est pas du goût de tout le monde : le propriétaire du lieu, qui a des vues sur la jeune fille, tente par tous les moyens de convaincre son entourage que sous cette apparence innocente se cache une bête sauvage capable du pire...

La Guerre des Monstres aura bel et bien eu lieu mais en marge des bouquins de Stephenie Meyer et de leurs adaptations cinématographiques. Retardée par une kyrielle de sous-intrigues toutes aussi anecdotiques les unes que les autres sous la plume de la reine du neuneu, la bataille entre vampires et loups-garous se sera finalement déroulée sur le ring du box-office sud-coréen où les pattes du lycan auront déchaussé les canines élimées de Pattinson en coiffant le succès mondial de Bill Condon au poteau. Pourtant, les deux œuvres partageaient le goût de la romance et de l’amour impossible entre une jeune femme humaine et une créature a priori bestiale. A ce carrefour thématique, A Werewolf Boy se déleste déjà de la guimauve enrobant Twilight pour prendre les atours d’une chronique sociale évoquant L’Enfant sauvage de Truffaut. Et si le sous-texte est quelque peu éclipsée par l’épopée sentimentale, il n’en reste pas moins éclairé par des contrastes d’ombre et de lumière et par un savant mélange de séquences légères et envolées et d’autres plus dramatiques et profondes.

Jo Sung-Hee explore à nouveau, de manière plus classique et rythmée que dans son tableau apocalyptique ambigu End of Animal, le thème de la monstruosité et l’humanise à la manière de Whale et de son Frankenstein, de Browning et de ses freaks, de Tim Burton et de ses marginaux (Edward aux mains d’argent). Mais cette exploration ne se fait pas sans heurts : à côté du duo de protagonistes, magistralement interprétés par Park Bo Young et Song Joong Ki, flottent une série de personnages mal fagotés, aux traits grossiers, illustrant le manichéisme dont n’a pu se départir l’auteur. Pas de quoi crier au loup pour autant...


Commentaires sur le film

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Un chef d’œuvre pour moi et une très belle découverte : mon premier film asiatique et bien mieux que Twilight !!

12 mars 2014 à 14:03 | Par nahoha

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 36117 photo 36116 photo 36115
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage