Critique de film

pub

Wake up and Die

"Volver a morir"
affiche du film

A la suite d'une soirée alcoolisée, une femme se réveille aux côtés d'un homme mystérieux qui lui est totalement inconnu. Séduite et embarrassée à la fois en discutant avec lui, elle est brutalement assassinée par ce dernier dans un moment de passion. Alors qu'elle est condamnée à revivre le même destin encore et encore : être tuée et se réveiller auprès de cet homme, elle essaye à chaque réveil d'en connaitre plus sur lui et ses démons pour sauver sa vie.

pub


Trailer - Wake up and Die (2011)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Wake up and Die - Une mort sans fin
Par : Damien Taymans

Camilla se réveille dans le lit d’un sombre inconnu le trou noir. Aïe. Erreur de ponctuation.

Camilla se réveille dans le lit d’un sombre inconnu. Le trou noir. Plus aucun souvenir. Vu la tenue d’Eve qui l’habille, elle se doute qu’ils n’ont pas passé la soirée à remplir des grilles de Sudoku. Errare humanum est, une petite douche et cette nuit de folie sera reléguée dans le placard de la gente dame. Dans un monde idéal... puisque dans celui-ci, Camilla est étranglée par le sieur et rejoint l’autre rive à la nage. Pas exactement : elle atterrit dans une pièce insalubre où elle revit le film des événements. Réveil : le mauvais rêve pourrait prendre fin si elle n’entendait pas son précédent agresseur lui susurrer exactement les mêmes mots. Ces termes poétiques dignes du plus poétique des hommes : "Je dois pisser". Et flûte : la voilà condamnée à revivre encore et encore la même situation jusqu’à ce qu’elle réussisse à échapper à son triste sort.

"Et ça continue encore et encore, c’est que le début d’accord, d’accord" serinait un autre poète, moustachu certes mais qu’on imagine plus volontiers grattant sa guitare que ses valseuses. Le Colombien Miguel Urrutia, pour sa part, se passe bien de dentelle et d’accords harmonieux : son scénar’ tourne en rond, ses personnages (réduits au minimum syndical de deux) se voient réduits à de vagues machines répétant mécaniquement les mêmes gestes, ses cadrages ne varient pas d’une lunule de bout en bout (une caméra à l’épaule serrant au plus près le couple). Wake up and Die, conçu comme une énigme que l’héroïne devra résoudre sous peine de passer la plus longue nuit de son existence, aurait dû se satisfaire d’un format court et renoncer à l’étirement perpétuel de sa fausse bonne idée. Le passé trouble du meurtrier se dévoile à mesure que les minutes s’égrènent

Ce Jour sans fin version horrifique atteste néanmoins du nouveau souffle d’une production colombienne moribonde qui, de temps à autre, laisse remonter à la surface l’une ou l’autre bande de genre plutôt bien torchée (pointons La cara occulta et Todos tus muertos). Mais cette livraison, malgré les efforts de ses acteurs de telenovelas (Luis Fernando Bohórquez et Andrea Montenegro), la plupart du temps à poil, ne saurait séduire tant il manque de souffle et d’idées...


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 40008 photo 40007 photo 40006
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage