Critiques/Analyses

WEBSÉRIE - The Hunters

16 janvier 2015 | Par : Quentin Meignant

Plongée humoristique dans les secrets du genre...

Franck Gimenez avait officié en son temps au sein de notre rédaction, sous le pseudonyme de Dante, où ses articles étaient appréciés mais avait décidé par la suite de voler de ses propres ailes et, surtout, de s’adonner à sa véritable passion : la réalisation. Cette inébranlable envie d’apporter sa touche au cinéma de genre qu’il aime tant avait notamment valu aux spectateurs quelques courts métrages tels que Dernière Génération et Vigilante, qui, à l’époque, souffraient encore de quelques soucis techniques.

C’est avec Beren & Lùthien, fanfilm sur un pan caché de la trilogie du Seigneur des Anneaux, que Franck se signalait réellement pour la première fois aux internautes (voir ICI) et accouchait de sa première oeuvre réellement significative. Moins d’une paire d’années après cet effort très appréciable, le jeune cinéaste revient avec force et, surtout, avec un projet qui tient plus que jamais la route : une websérie intitulée The Hunters.

Profitant de l’année naissante pour asséner ses premiers coups de boutoir sur la toile, Confuse The Cat Prod a proposé les quatre premiers épisodes de la chose, qui ne devrait laisser personne indifférent. En effet, The Hunters se propose de revisiter les quelques mythes les plus récurrents du cinéma de genre en y apportant une touche légère et très personnelle. Les Hunters sont une bande de bras cassés, comme on n’en fait plus dans le domaine de l’horreur, qui décident de partir en guerre contre les forces du mal alors que celles-ci ont été éradiquées depuis plusieurs années.

La première saison de cette belle initiative comptera au final pas moins de 29 épisodes en arcs narratifs de 2 à 8 volets selon le sujet abordé. L’année a très bien débuté avec un focus sur les poltergeists, divisé en 4 épisodes (à découvrir ci-dessous) qui ont déjà pris place sur la toile et prouvent tout le bon sens de l’équipée. Outre l’humour à toute épreuve de l’ensemble, la justesse du propos et des dialogues laisse entrevoir un réel effort dans le travail d’écriture et n’est pas sans rappeler Employé du Mois, le célèbre court métrage de l’Helvète Olivier Beguin. Mieux encore, la direction d’acteurs et la prestation de ces derniers est réellement impressionnante pour une si "petite" production française destinée à une exploitation internet.

Si les épisodes suivants, qui concerneront cette fois le mythe zombiesque (et que l’on vous proposera tous les samedi sur cinemafantastique.net) sont au diapason de ce premier arc narratif, il y a de fortes chances pour que le buzz naisse et que le succès soit à la clé. The Hunters est en tout cas typiquement le genre de bonne surprise qui fait encore la magie d’un internet souvent saturé en gaudrioles incensées...

Premier arc narratif : THE HUNTERS ET LE POLTERGEIST

REJOINDRE LE GROUPE FACEBOOK DE LA SÉRIE

DÉCOUVRIR LA CHAÎNE YOUTUBE DE LA SÉRIE

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage