Critique de film

pub

Vampire Girl vs Frankenstein Girl

"Kyûketsu Shôjo tai Shôjo Furanken"
affiche du film

Deux écolières sont entichées du même garçon. Mizushima est un mec séduisant avec sa coiffure adroitement négligée, ayant une singulière allure dans son uniforme dâ

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Vampire girl vs Frankenstein girl - Crazy gore girls
Par : Samuel Tubez
Tags : Asiatique, Vampires, Gore

Le réalisateur de Tokyo gore police, également responsable des effets gores de plus de 40 films complètement barrés (de Suicide club à Samurai Princess, en passant par Machine girl et Robo-geisha) commet un nouveau méfait avec ce Vampire girl vs Frankenstein girl aussi con que gore. Jamais la rencontre de deux légendes du fantastique n’aura fait autant de dégâts !

Au sein d’un lycée complètement frappadingue (une sorte de Collège fou fou fou version gore), deux écolières jettent leur dévolu sur le même garçon. Pour la St-Valentin, Monami (c’est la vampire) offre des chocolats fourrés au sang contaminé au jeune crétin, qui va s’empresser de s’empiffrer. Découvrant cela, la petite amie de ce dernier décide d’éliminer sa rivale mais fait une chute mortelle du toit d’un immeuble. Pas grave cependant, puisqu’elle sera ranimée par son scientifique de père, qui conçoit ainsi une créature horrible aux pouvoirs étonnants. Le combat entre la belle Vampire girl et la rafistolée Frankenstein girl peut débuter.

A l’origine de Vampire girl vs Frankenstein girl, il y a le manga éponyme de l’auteur controversée Shungiku Uchida, qui a également œuvré en tant qu’actrice dans des œuvres telles que Gemini, Nightmare detective 2 ou encore Visitor Q. Une jolie réunion de talents on ne peut plus barrés qui engendre aujourd’hui cette adaptation cinématographique totalement décomplexée. Moins inventif que Tokyo gore police du point de vue des maquillages extravagants, l’ouvrage (ou plutôt devrait-on dire l’outrage) ici présent accumule toutefois sans honte les plans gores et les séquences débiles à un rythme totalement immodéré. Dans Vampire girl vs Frankenstein girl, le sang gicle à torrents, se solidifie pour former des armes tranchantes, les crânes volent et les membres trouvent des utilisations inédites (comme ce bras posé sur la tête pour servir d’hélice). Un grand n’importe quoi totalement assumé, orné d’une critique sociale outrageuse en la présence de ces clans d’étudiantes imitant la communauté black américaine ou organisant des concours de tranchage de veines (!). Tous ces débordements, additionnés à un récit romantico-con, laissent le spectateur en perpétuel état de consternation devant la pellicule azimutée qui défile devant ses yeux écarquillés. Finalement, le spectacle est tellement excessif et débile qu’il en devient affligeant à défaut d’être véritablement fun. Soulignons malgré tout, pour terminer sur une note un peu plus charmante, les prestations des deux actrices principales, Yukie Kawamura et Eri Otoguro, qui n’hésitent pas à donner de leur jolie personne en nageant dans l’hémoglobine ou en se transformant en machines à tuer aux protubérances peu excitantes. Chapeau, les gore girls !

Moins fun qu’un Machine girl et moins inventif que Tokyo gore police, Vampire girl vs Frankenstein girl déverse ses hectolitres de sang et ses kilos de membres arrachés dans une atmosphère excessivement survoltée et abrutissante. Plus con et gore que ça, tu meurs !


Critique de Vampire Girl vs Frankenstein Girl - Le renouveau d’un duo...
Par : Quentin Meignant
Tags : Asiatique, Gore, Comédie

Bien connue pour ses excès aussi sanguinolents que drôles, la Fantastic Night du BIFFF 2010 eut le mérite de proposer, comme second mets de choix, le fameux Vampire Girl vs Frankenstein Girl, déjà connu dans le monde entier par l’entremise d’une bande-annonce synonyme de franche gaudriole. Faisant partie de la nouvelle vague nipponne mettant en scène sans autre forme de procès énucléations, explosions de têtes et autres délires gores sous le couvert de la comédie décérébrée, le métrage de Yoshihiro Nishimura et Naoyuki Tomomatsu faisait partie des valeurs sûres de 2009-2010. En effet, le premier ayant réalisé Tokyo Gore Police et le second ayant livré il y a quelques années l’excellent Stacy, la collaboration ne pouvait que donner satisfaction aux amateurs de bandes totalement barrées. Vampire Girl vs Frankenstein Girl ne s’embarrasse d’ailleurs même pas d’un pitch un temps soit peu sérieux puisqu’il suit deux écolières qui se sont entichées du même garçon. A la Saint-Valentin, l’une d’elles lui donne une boite de chocolats… contenant du sang vampire. Le but de la jeune fille est simple : elle veut qu’ils soient tous deux vampires, ensemble, pour toujours.

Comme toute bonne bande nipponne qui se respecte dans ce domaine précis, il ne faut guère attendre de Vampire Girl vs Frankenstein Girl qu’il respecte un quelconque mythe et ce, malgré son titre ultra-référentiel. Et, pour ce faire, Nishimura et Tomomatsu s’emploient dès les premiers instants à déconstruire ce qui aurait pu l’être pour placer directement leur action dans un espèce de carcan proche du manga. Caricaturaux, les personnages se livrent avec grand bonheur à une caméra virevoltante qui, si elle a bien du mal à se montrer stable, démontre néanmoins l’excellente capacité des deux réals à souligner les éléments comiques.

Poussant la caricature jusqu’à l’extrême limite, les deux cinéastes n’en oublient pas pour autant le gore, totalement jubilatoire, qui étreint l’œuvre de bout en bout. A l’inverse d’un Tokyo Gore Police qui s’était avéré bien trop long, Vampire Girl vs Frankenstein Girl parvient à se ménager de grandes séquences loufoques peuplées d’exagérations sanguinolentes totalement réussies. Bien plus réfléchi que son prédécesseur, le métrage n’en reste pas moins adressé à un public bien plus jeune tant l’influence des mangas semble grande. A ce titre, il semble que le scénario, d’habitude assez frêle pour ce type de d’œuvre, ait été travaillé plus en profondeur, Nishimura et Tomomatsu osant même un twist final excessivement drôle.

Délirant et caricatural, gore et agréablement rythmé, Vampire Girl vs Frankenstein Girl constitue sans aucun doute une grande réussite dans le panorama des bandes barrées japonaises qui, depuis le fabuleux Machine Girl, se cherchent un peu. Nishimura et Tomomatsu, après les critiques encaissées concernant Tokyo Gore Police, semblent avoir repris leurs destins en mains : ceux de deux grands artisans geeks…


Commentaires sur le film

0 etoiles

25 mai 2010 à 20:05

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage