Critique de film

pub

Undead or alive

"Undead or alive"
affiche du film

Deux cowboys sont en cavale, Luke Budd et Elmer Winslow qui est aussi un deserteur de l'armée. Ils sont poursuivis par un shérif qu'ils ont volé et décident d'attaquer l'armée américaine partout où elle peut se trouver. Ils sont rejoint par une guerrière apache, Sue et vont découvrir une malédiction lancée sur les cadavres de la région, qui les transforme en zombie.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Undead or alive - Cartoons fever
Par : Damien Taymans
Tags : Zombies

Undead or alive fait partie de cette nouvelle génération d’œuvres horrifiques qui tentent maladroitement d’aborder le genre sous d’autres angles sous prétexte de vouloir redorer son blason. Ainsi, l’intégration de l’humour à la limite de la parodie et le mélange du genre avec d’autres moins réducteurs permet à toute une série de geeks malades de se croire les maîtres d’un film censé révolutionner le cinéma horrifique.

Deux cowboys, Luke Budd et Elmer Winslow, sont en cavale. Poursuivis par un shérif qu’ils viennent de piller, les deux compères décident de s’attaquer à l’armée américaine afin de prouver leur antimilitarisme primaire. Dans leur quête folle, ils sont rejoints par une guerrière apache aux méthodes assez brutales. Et au lieu de tourner l’apache, le tandem continue sa route vers un danger beaucoup plus sérieux : une malédiction indienne qui frappe les hommes blancs, les transformant en zombies…

Mélange mal délimité entre la comédie bourrine, le western tagliatelle et le zombie movie, Undead or alive échoue la difficile équation de la mixité des genres dont il ne maîtrise que quelques caractéristiques élémentaires superflues. Einstein se relèvera de sa tombe en affirmant que tout est relatif. Il n’empêche que les gags idiots à profusion, les calembours dignes de marmots en manque d’allaitement et les situations cartoonesques amputées de leurs sempiternelles onomatopées propres au Comic strip gainsbourgien provoquent ennui et bâillements à défaut d’instaurer crimes et châtiments.

Manquant d’une véritable charpente narrative, le métrage traîne ses lourdeurs de scènes en scènes, se permettant au passage quelques raccords maladroits et force ellipses peu maîtrisées dans le seul but d’abouter les situations cocasses. On se gausse devant les prémisses explicatives qui décrivent en quelques vaines palabres la malédiction frappant les hommes blancs depuis Géronimo, présage d’une suite amusante adoptant le ton décalé d’Edgar Wright et Simon Pegg. Curieusement, ladite malédiction n’a touché qu’un seul être isolé qui déguste la tête de ses poules dans sa ferme retranchée avant de s’attaquer à sa petite famille. Il faudra alors attendre moult péripéties pour que cette abomination gangrène un nombre protocolaire d’individus. Entre temps, le vide, le néant. Si ce n’est les pérégrinations poussives de notre tandem aux connotations buddy movie, rien d’autre à se mettre sous la dent. Oisif et indigent, Undead or alive atteint rapidement ses limites.

Fondamentalement schizophrénique, Undead or alive passe de la comédie grossière au film d’horreur pompeux en compilant au passage certains décors de western et en injectant tous les clichés des trois genres abordés. Sans queue ni tête, le métrage pousse jusqu’à l’irrespect pour un genre que d’autres se défendent à montrer comme noble.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage