Critique de film

pub

Twilight: Tentation

"Twilight: New Moon"
affiche du film

Lors d'une fête d'anniversaire chez les Cullen en l'honneur de Bella, celle-ci se coupe bêtement le doigt avec un papier cadeau. Cela déclenche la soif de Jasper qui se rue sur elle. Edward la sauve de justesse de son frère. Suite à cet incident, Edward et sa famille décident de quitter Forks pour ne plus mettre Bella en danger. Edward promet à Bella qu'il ne la reverra plus jamais, que ce sera comme s'il n'avait jamais existé. Après son départ, Bella est complètement désespérée et tombe dans la dépression. Son père Charlie la menace de la renvoyer chez sa mère mais la jeune fille lui fait voir le contraire en essayant d'oublier Edward et de se rapprocher de Jacob qui apaise sa douleur. Bella va apprendre que Jacob est lui aussi hors du commun ( car Jacob et sa meute vont sauver Bella de Laurent en se transformant alors qu'il faisait une patrouille dans la forêt): Jacob est un loup garou,les ennemis ancestraux des vampires, cela explique alors le froid qui est présent entre Jacob et Edward. Mais Bella va faire une étrange découverte : en se mettant en danger, elle entend la voix douce et mélodieuse d'Edward. Après cette expérience vraiment troublante, elle fera tout pour entendre de nouveau la voix de l'être le plus cher à ses yeux même si au fond d'elle elle hésite un peu : doit-elle rester avec un souvenir qui ne reviendra peut-être jamais et qui est douloureux ou doit elle avancer de l'avant avec son meilleur ami à ses côtés ?

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Twilight : Tentation - Quand les vampires se cassent les dents
Par : Damien Taymans

Véritable phénomène littéraire de cette fin de décennie, la saga Twilight de Stephenie Meyer tend à rejoindre les livres de J.K. Rowling au panthéon des oeuvrettes de jeunesse les plus lues. La sortie du premier volet sur les écrans déclenche un raz-de-marée assez inattendu, permettant à la production Summit Entertainment d’entendre le doux tintement de leur tiroir-caisse puisque le métrage, doté d’un budget confortable de 37 millions de dollars, en ramène près de 400 millions sur l’ensemble de son exploitation en salles et transforme ses deux lead actors en idoles pour toute une génération. La modeste production de Twilight fascination prend de nouveaux atours pour ce deuxième opus : budget considérablement rehaussé, culture de la surenchère marketing (des tonnes de spots, des avalanches de photos et des nuits spéciales organisées lors de la sortie) et quelques stratégies narratives pour abreuver les minettes en testostérone méga huileuse. Résultat : le film se paie un tapis rouge pour son premier jour d’exploitation, dépassant toutes les espérances en pulvérisant le record détenu par The Dark Knight.

Fidèle à la virgule près au roman originel, Twilight 2 : New moon (retitré Tentation en français) entretient une filiation intéressante avec Romeo et Juliette dont il souligne grossièrement l’influence en abusant de clins d’œil. C’est d’ailleurs dans cette dimension classique que réside l’intérêt du film, et par extension du livre. En abordant des thèmes dramatiques, en forçant l’humanisation de chaque être, en se focalisant de prime abord sur leur vie intérieure, Meyer emprunte le créneau ontologique avec autant de vigueur et d’intelligence que Sophocle ou Shakespeare des siècles avant elle. Mais, de l’embolie descriptive du roman découle une pellicule contemplative, au rythme lancinant, qui se voit expurgée de la moindre scène d’action au profit d’une introspection brute et réaliste de chacun des personnages.

Le mystérieux Edward Cullen, pierre angulaire du premier volume, se voit doucement substitué par son principal rival, Jacob Black, incarné par le bodybuildé Taylor Lautner qui s’apprête à détrôner le frêle Pattinson dans le cœur de la gente féminine en contractant fièrement son impressionnante musculature. Le réalisateur Chris Weitz (A la croisée des mondes : la boussole d’or, Comme un garçon), plus à l’aise dans les peintures romantiques que dans les fresques épiques, conscient de l’attractivité que constitue son nouvel étalon, offre une kyrielle de plans rapprochés sur son corps athlétique, dont le torse, continuellement dénudé, se trouve magnifié par des conditions météorologiques peu enviables. Tandis que se prépare en filigrane le choc des titans entre deux monstres émanant de camps rivaux (l’un vampire, l’autre loup-garou), l’histoire se polarise essentiellement autour de Bella, amoureuse éplorée en proie au doute, brave les dangers pour voir et entendre celui qu’elle désire et souffre physiquement et moralement du vide que ce dernier a laissé dans son existence. En cherchant à oublier le vampire, elle fonce droit dans la gueule du loup(-garou) qui lui offre sécurité et protection quand l’idylle avec Edward suscitait des tonnes d’interrogations et menait à l’impasse.

Les frasques amoureuses de ce trio maudit tournent rapidement à vide et les gonflements descriptifs de Meyer montrent leur limite en termes de cinégénie. Arythmique de bout en bout, le métrage devient un roman-photo lambda, dénué d’intensité et miné par des dialogues sortis tout droit de chez Harlequin. En outre, évidée du postulat fantastique (les vampires végétariens luttent contre des lycanthropes au régime retranscrits par du 100 % numérique peu convaincant), la pellicule tue dans l’œuf tout son potentiel. Heureusement, la photo est plutôt jolie et la mise en scène plutôt inspirée rehaussent quelque peu cet ensemble plutôt mièvre ...


Critique de Twilight 2 - Vampire lover vs teenage werewolf
Par : Samuel Tubez

Stephenie Meyer peut être fière d’elle : elle s’en met plein les fouilles grâce à sa bluette pour ados qui pille et saccage les mythes du fantastique. Et le pire, c’est que ça cartonne ! Pauvres de nous, nous ne somme pas sortis de l’auberge !

Cette fois, Bella se fait « larguer » par le beau (WaAAAaaaaah qu’il est bôôôôô !) et ténébreux Edward, son copain vampire. Edward, il l’aime quand même bien la Bella mais leur histoire d’amour est trop compliquée et puis de toute façon, son statut de vampire l’oblige à quitter la ville. Donc, le vampire se tire et Bella, la pauvre (BoOOOooooouh c’est trop triiiiiiiiisteeeeeeuh !) se retrouve toute seule et toute déprimée, mais pas pour très longtemps car elle va bientôt faire copain-copain avec Jacob, qui est en fait un loup-garou. Bella, alors à la recherche d’adrénaline, va comprendre peu à peu la situation (il faut quand même plus d’1h30 pour qu’elle capte l’affaire) et la complexité de cette nouvelle relation…

Après avoir bien niqué le mythe des vampires en transformant ceux-ci en tarlouzes végétariennes dans le premier opus, la saga Twilight poursuit son chemin en faisant cette fois du loup-garou un gros chien-chien à sa mémère. Sans surprise, le werewolf de Twilight se promène torse nu (ça, c’est le côté « nature ») quand il est sous sa forme humaine et devient un gros tas de pixels poilu quand on l’énerve (ça, c’est le côté « sauvage »). Pour illustrer les émois de Bella ainsi que sa relation naissante avec Jacob, le metteur en scène Chris Weitz (Pour un garçon, A la croisée des mondes : la boussole d’or) accumule les dialogues naïfs, en ajoutant toujours plus de romantisme à l’eau de rose et de bellâtres aux abdos saillants. Une mise en scène passionnante et trépidante, donc, qui ne sera pas rehaussée par des comédiens sous sédatifs (Kristen Stewart et Robert Pattinson en tête) ni des effets numériques carrément dégueulasses. Sans parler de la rareté des scènes d’action, dont la durée n’excède pas les 30 secondes, et qui ne font que rendre le spectacle encore plus insupportable. Autant de qualités qui font donc le charme de ce nouveau Twilight qui, de toute façon, bat tous les records au box-office. Parfois, il y a des choses comme ça qui ne s’expliquent pas.

D’une mièvrerie à toute épreuve, Twilight chapitre 2 : tentation bat son prédécesseur en réalisant l’exploit d’être deux fois plus mauvais et de détériorer deux fois plus de mythe (après les vampires, les loups-garous, donc). Les teens jubilent, les fantasticophiles, eux, dépriment (ou n’en ont rien à foutre, c’est selon).


Critique de Twilight : Tentation - Au clair de la lune...
Par : Chroniqueurs

Par Caligari

En novembre 2008, précédé d’un « buzz » alimenté notamment par Internet, un petit film fantastique au budget limité, adapté d’un roman à succès pour adolescentes, envahissait les écrans du monde entier avec un succès inégal, selon les pays. Tout juste un an après la sortie du premier opus, voilà qu’une « nouvelle lune » vient éclairer nos écrans. Mais de nouveau, cette suite n’a que le titre, tellement la trame est similaire à celle de Twilight : Fascination. Dans le premier film, Bella, jeune sainte nitouche au regard de biche, tombait sous le charme d’Edward, jeune échalas au teint pâle et aux cheveux en l’air, qui se « révélait » (secret de polichinelle) être un vampire. Dans le deuxième, Bella, plus sainte nitouche que jamais, après s’être fait plaquer par le pâlot de service, tombe sous le charme d’un jeune bulldozer torse-nu qui, là encore, se « révèle » être un loup-garou. Tout comme dans le premier épisode, les trois quarts du film consistent en des atermoiements exaspérants pour savoir si, oui ou non, Bella va poser ses lèvres délicates sur les saucisses de Francfort de la montagne de muscles.

Suite à un incident des plus fâcheux au cours duquel un des membres de sa famille aux dents pointues a failli manger toute crue la douce Bella, le ténébreux Edward décide d’éloigner le danger de celle-ci en s’éloignant tout bonnement lui-même de la belle. Celle-ci, dévastée par le chagrin (mine constipée de l’actrice), noie son désespoir dans la contemplation 24/24 de la fenêtre de sa chambre, trois mois durant. Période au terme de laquelle Jacob, jeune indien bodybuildé à la chevelure abondante, lui apporte un réconfort bien mérité, en l’aidant à retaper une vieille moto. Oui, parce que la seule solution que l’astucieuse Bella a trouvé pour revoir son bel Edward, c’est de rouler comme une tarée à 200 à l’heure sur une moto. C’est dans ces moments qu’Edward (en forme d’ectoplasme, aux contours transparents), tel un Gemini Cricket des temps modernes, réapparaît pour dire à Bella : « C’est pas bien, ce que tu fais. ». Ces incursions moralisatrices sont également une façon de rappeler qu’Edward existe toujours, et de justifier un tant soit peu la présence en premier plan sur l’affiche de Robert Pattinson, alors qu’il n’apparaît que vingt minutes à tout casser, tout au long du film.

C’est alors que, dans un rebondissement totalement inattendu, le bon Jacob passe de second rôle maladroit à sex-symbol torse nu en se transformant en… loup garou ! On ne l’avait pas du tout vu venir, vu le titre anglais du film. Et c’est là que ça se corse, comme aurait dit Christian Clavier. Car, pile au moment où Bella commençait à se dire qu’il n’était finalement pas si moche, le Géronimo local, le voici pris de montées de colère (et du syndrome de l’acteur qui fronce les sourcils) le métamorphosant en moins de deux en chien-chien pas vraiment à sa mémère. Tandis qu’Edward ne pouvait pas embrasser Bella sans avoir une folle envie de jouer au hochet avec ses tripes, Jacob ne peut pas rester imberbe lorsqu’on lui dit que la muscu, c’est démodé. Pauvre Bella ! Il y en a qui n’ont vraiment pas de chance !

Se trouvant dans une léthargie profonde, le spectateur masculin, ou ayant dépassé la puberté, sera légèrement réveillé dans la dernière demi-heure, lorsque réapparaît le blafard, et surtout, lorsqu’il se passe enfin quelque chose dans ce film de plus de deux heures. C’est en cela que cet opus, proche du premier dans son intrigue, s’en éloigne. Là où la description d’une idylle naissante et des premiers troubles de l’adolescence étaient ce qui donnait son charme à Fascination, la partie « film d’amour » de Tentation est son handicap majeur, et la partie « film d’action », qui était assez peu réussie dans le premier film, est un petit peu plus passionnante dans le second. Mais à l’arrivée, l’attrait majeur du film restera, pour une (grosse) partie du public, le comparatif des torses des deux héros masculins, tandis que l’autre partie se prendra à rêver du moment où l’héroïne montrera sa lune, ce qui ne se produira pas de sitôt.


Commentaires sur le film

twilight

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

c tro bien je m’en passerai jamais :)

22 octobre 2009 à 16:10 | Par naruto
New Moon

4 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Chris Weitz a respecté le vœu des millions de lecteurs de la saga Twilight en mettant en scène le plus fidèlement possible le livre. Que New Moon le film soit un peu plus lent est tout à fait normal étant donné que le livre en fait autant. C’est un livre-film qui sert de transition entre Twilight et Eclipse. Il sert à préparer le terrain. Personnellement c’est le livre que j’aime le moins d’entre les quatre, tout en ayant conscience qu’il est nécessaire pour la suite de l’histoire. Voilà pourquoi les critiques et les fans du livre ne seront jamais d’accord. Je tiens aussi à ajouter que Robert Pattinson incarne toujours aussi bien notre Edward passionné mais torturé... Vive la saga Twilght !

22 novembre 2009 à 10:11 | Par Sans Robert Pattinson, Edward Cullen n’est rien
Twilight ? Truc de tapettes

1 etoiles

Des ados boutonneux qui fantasme devant des faux vampire même pas attachant, ça m’fout la gerbe. La machine est en route et ils dépense des millions pour ce genre d’immondice

22 novembre 2009 à 13:11 | Par perclus

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

je compren pa commen y en a qui peuve critiqué ce film il es tro bien
les acteurs on bien été choisi ;en plus il son pluto mignon.
SURTOU Edward et Jasper.

28 novembre 2009 à 16:11 | Par lovejasperetedward
twilight exseptionellle

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

twilight est se qu’il y a de plus interresent dans le monde jacob et edward sont tout simplement trop chaud emmett carlisle et jasper son aussi asser mignon
a tout les fan de twilight je die de ne pa perde espoir on vivra nous aussi une histoir damour aussi passioner que s’elle d’edward et bella

30 janvier 2010 à 06:01 | Par nancy
Vampire végétarien qui brille à la lumière, monstrueux !

0 etoiles

daube Daube !

Je pense que ce film convient parfaitement à toutes les petites pucelles ou du moins à celle qui rêve encore au prince "mignon".

Si je compare les sommes investies, les effets spéciaux sont assez ridicules (les loups garou me font bien rire).
C’est du pur "sex mou", un truc qui fait rêver certaines filles (heureusement pas toutes).

Le plus difficile à encaisser pour moi, ce sont les fans qui comparent l’excellent "Entretien avec un vampire" de Neil Jordan ou encore le fameux "Dracula" de Coppola, et qui ne trouvent aucune saveur à ces piliers du genre moderne !

Pire, à chaque fois j’entends : "Oui, mais Twilight c’est une histoire d’amouuuur"... C’est pourtant l’essence profonde des vampires des deux films précités. Pénible...

Mais ce n’est rien, car vu la sémantique des commentaires la moyenne d’âge est aux envi

20 février 2010 à 13:02 | Par Vieux Bête
Vieux bête et même pas méchant

1 etoiles

On ne saurait effectivement vous donner tort. Les commentaires trahissent le jeune âge de ceux qui les postent. Effectivement, Twilight Tentation n’a aucune commune mesure avec les exemples que vous citez. Il s’agit juste d’un ramassis de bons sentiments aromtisés à l’eau de rose.

21 février 2010 à 00:02 | Par jp22

0 etoiles

Vu que certains se permettent de dénigrer les personnes en fonction de leurs commentaires, je vais donc en faire de même.

À ceux qui disent que seuls les pucelles écervelées peuvent apprécier ce film, je réponds que seuls les machos d’âge mûr (mûr de quoi on se le demande ???) frustrés ne baisant que 2 fois par an, une fois à la Saint-Valentin et une fois pour leur anniversaire de mariage, ne peuvent pas apprécier cette histoire qui parle d’amour véritable, de désir et de dévouement.

Ce n’est pas parce que vous avez passé l’âge d’une bonne trentaine d’années pour vous souvenir des sentiments que vous avez pu ressentir au début de vos amours qu’il vous est interdit de vous plonger dans ce film qui vous fait sortir un tant soit peu de votre vie (à lire vos commentaires) stressante, mais tellement ennuyeuse...

10 juillet 2010 à 12:07 | Par Sans Robert Pattinson, Edward Cullen n’est rien
Sans Taylor Lautner, Twilight n’est rien

4 etoiles

Tout à fait d’accord avec toi... Des crétins qui critiquent tout et tout le monde et n’ont aucune idée de ce qu’est un film

11 juillet 2010 à 23:07 | Par Sans Taylor Lautner, Twilight n’est rien

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



News associées (44)

mars 2010
Des records pour la sortie DVD (...)
25/03/2010
Scène coupée pour Twilight : Tentation
5/03/2010
décembre 2009
Plus de 500 millions de dollars (...)
7/12/2009
Critique de Twilight : Tentation (...)
18/12/2009
Critique de Twilight 2 - Vampire (...)
14/12/2009
novembre 2009
Un record pour Twilight : Tentation
29/11/2009
Interview vidéo sous-titrée pour (...)
24/11/2009
Critique de Twilight : Tentation (...)
21/11/2009
Troisième trailer VF pour Twilight (...)
19/11/2009
5 Interviews vidéos pour Twilight (...)
17/11/2009
Des photos pour Twilight : Tentation
16/11/2009
Un behind-the-scenes pour Twilight :
13/11/2009
Nouvelle vidéo pour Twilight : (...)
6/11/2009
Un clip pour Twilight : Tentation (...)
5/11/2009
Deux spots TV pour Twilight : (...)
2/11/2009
octobre 2009
Deux extraits pour Twilight : (...)
29/10/2009
Clichés pour Twilight : Tentation (...)
28/10/2009
Nouvel extrait pour Twilight : (...)
27/10/2009
Trois extraits pour Twilight : (...)
25/10/2009
Encore des bisous pour Twilight : (...)
13/10/2009
Des bisous pour Twilight : Tentation
11/10/2009
Deux photos et clip musical pour (...)
10/10/2009
Des photos pour Twilight : Tentation
9/10/2009
Une Convention Twilight à Paris (...)
7/10/2009
Trois affiches pour Twilight : (...)
5/10/2009
Photos et affiches pour Twilight (...)
2/10/2009
septembre 2009
Bande-annonce VF pour Twilight : (...)
30/09/2009
Une photo pour Twilight : Tentation
18/09/2009
Quatre affiches pour Twilight : (...)
14/09/2009
Deuxième bande-annonce pour Twilight :
10/09/2009
Des photos pour Twilight : Tentation
6/09/2009
Un monde virtuel pour Twilight (...)
5/09/2009
août 2009
Des clichés pour Twilight : Tentation
31/08/2009
Deuxième trailer pour Twilight : (...)
23/08/2009
mars 2009
Fanning confirme pour New Moon (...)
11/03/2009
Un inconnu dans New Moon !
2/03/2009
février 2009
Un logo pour New Moon !
26/02/2009
Quand Beverly Hills s’accorde avec (...)
14/02/2009
janvier 2009
Fanning très contente de son rôle
28/01/2009
Qui pour la deuxième séquelle de (...)
26/01/2009
Dakota Fanning pour New Moon (...)
25/01/2009
Taylor Lautner dans la séquelle de (...)
15/01/2009
Edi Gathegi dans New Moon !
12/01/2009
décembre 2008
De l’officiel pour New Moon !
19/12/2008
Twilight - New Moon
13/12/2008
Des infos sur la séquelle de Twilight
2/12/2008
novembre 2008
New Moon
26/11/2008

Récentes critiques

affiche du film
Annabelle
2014
affiche du film
Les Boxtrolls
2014
affiche du film
Gone Girl
2014
affiche du film
Maps to the Stars
2014
affiche du film
Edge of Tomorrow
2014
affiche du film
Ninja Turtles
2014
affiche du film
Colt 45
2013
affiche du film
Sin City: j'ai tué pour elle
2014
affiche du film
Dracula Untold
2014
affiche du film
The Baby
2014