Critique de film

pub

Trap for Cinderella

"Trap for Cinderella"
affiche du film

Suite à un incendie dans une villa luxueuse de la côte d'Azur, l'une des deux femmes présentes, une héritière et son amie d'enfance, survit mais amnésique...

pub


Trailer - Trap for Cinderella (2012)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Trap for Cinderella - Piège scénaristique
Par : Quentin Meignant
Tags : Psychologique, BIFFF 2013

Entre Iain Softley et le BIFFF, c’est une belle histoire d’amour au point que le cinéaste, totalement amoureux de l’ambiance en terres bruxelloises a décidé d’y présenter son Trop For Cinderella en première mondiale le 9 avril 2013. Inspiré librement du roman homonyme du français Sébastien Japrisot, qui avait déjà connu quelques adaptations à l’écran, Trap for Cinderella suit une amnésique qui a réchappé de justesse à l’incendie de sa villa sur la Côte d’Azur. Qui est-elle ? Micky ou Do ? Comment le terrible événement qui a coûté la vie à sa meilleure amie, sans savoir qui elle est, a-t-il eu lieu ? Les questions se multiplient et des membres de son entourage auraient tout intérêt à ce que la mémoire ne lui revienne pas.

Amoureux de la France et plus particulièrement de la Riviera, Iain Sofltey signe avec Trap For Cinderella une œuvre qui lui tenait à cœur depuis bien longtemps déjà. Cette adaptation d’un de ses romans préférés bénéficie donc d’un soin tout particulier au niveau visuel, le metteur en scène redoublant d’efforts dans les domaines de la lumière et des décors. Néanmoins, aborder une œuvre comme Trap for Cinderella est avant tout une affaire scénaristique et, en s’inspirant librement tout en transposant le récit à notre époque, Softley parvient avec efficacité à lui créer une identité propre.

La puissance de l’interprétation des deux actrices principales, Tuppence Middleton et Alexandra Roach, et l’excellente tenue des quelques seconds rôles confèrent en tout cas à l’ensemble un caractère particulier, tantôt fait de sensualité tantôt de tensions. Les relations humaines priment alors sur le déroulement de l’action, ce qui est fortement dommageable au rythme global de l’œuvre mais qui permet à Softley de rester dans le créneau qu’il s’était imposé. Reste alors à ce dernier de donner lieu à un (trop) long final où s’enchevêtrent les souvenirs de la survivante qui, coup sur coup, change apprend nombre de choses concernant son identité. Cette dernière partie forte en twists est sans doute la seule chose que le cinéaste n’a pas pu maîtriser et qui vient un peu saper ses efforts dans le domaine de la narration.

Œuvre incomplète mais néanmoins réussie, Trap for Cinderella tire sa force de l’incarnation des deux héroïnes principales autant que de la splendide mise en scène de Softley. Ce dernier, misant trop sur un final à la fois décousu et… cousu de fil blanc, rend donc une copie respectable qui perd malheureusement de son aura dans le dernier quart d’heure.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage