Critique de film

pub

Transformers : l'âge de l'extinction

"Transformers: Age of Extinction"
affiche du film

Quatre ans après les événements mouvementés de "Transformers : La Face cachée de la Lune", un groupe de puissants scientifiques cherchent à repousser, via des Transformers, les limites de la technologie. Au même moment, un père de famille texan, Cade Yeager, découvre un vieux camion qui n’est autre qu’Optimus Prime. Cette découverte va lui de attirer les foudres d’un certain Savoy, dont le but est d’éliminer les Transformers. Pendant ce temps, le combat entre les Autobots et les Décepticons refait surface…

pub


Trailer - Transformers : l’âge de l’extinction (2014)
Par : Samuel Tubez

Les critiques à propos de ce film

Critique de Transformers : l’âge de l’extinction
Par : Fred Pizzoferrato
Tags : Robots, 3D

Après un premier épisode sympathique ayant généré de colossales recettes, la saga « Transformers » prit la voie de la surenchère avec une séquelle ratée et un troisième épisode potable quoique boursouflé. Ayant terminé sa « première trilogie », Michael Bay reprend la série avec de nouveaux personnages humains mais laisse comme toujours la véritable vedette à l’inévitable Optimus Prime.

Trois ans après la bataille finale entre les Autobots et les Decepticon, Chicago est toujours un tas de cendres à reconstruire. Les robots extraterrestres, déclarés hors la loi, sont victimes d’opérations d’extermination menées par le gouvernement américain. Pendant ce temps, un inventeur texan désargenté, Cade Yaeger, fait l’acquisition d’un vieux camion qu’il se propose de retaper. A sa grande surprise, le véhicule se révèle être le fugitif Optimus Prime, lequel rassemble ses alliés, les derniers Autobots. L’inventeur, sa fille et son copain se lancent de leur côté à la poursuite d’un industriel, Joyce, qui récupère le métal transformique alien pour créer ses propres machines de combats, menés par Galvatron, alias Megatron revenu à la « vie ».

Débordant d’action, Transformers 4 s’avère malheureusement plus éreintant que passionnant. Après un premiers tiers d’exposition lourdement explicatif mais acceptable, Bay lance la machine sans la moindre finesse. La caractérisation des humains est donc rapidement sacrifiée (le héros n’éprouve aucune réaction à la mort de son meilleur ami mais traverse le film au bord de l’hystérie parce que sa fille a un copain !) au profit d’une déferlante d’action. Si le côté spectaculaire fait illusion, le (trop) long-métrage s’effondre malheureusement, victime de ses excès : les 90 (!!!) dernières minutes alignent les destructions massives sans jamais accorder la moindre respiration à son intrigue nébuleuse et rachitique. Difficile, d’ailleurs, de comprendre vraiment les tenants et aboutissants d’un scénario qui empile les scènes sans se soucier de construire une trame un tant soit peu intéressante. Bay, de son côté, se lâche dans une mise en scène frénétique dans laquelle aucun plan ne dure plus d’une seconde et où la caméra devient parkinsonienne lors des poursuites en voiture.
Dès lors comment encore s’intéresser aux explosions successives qui, par leur niveau sonore assourdissant, fatigueront les plus indulgents. En dépit d’effets spéciaux démentiels prouvant que tout (oui tout !) peut, à présent, être concrétisé sur un écran de cinéma pour peu que l’on s’en donne les moyens, Transformers 4 finit donc par ennuyer…un comble pour ce qui devait être un simple gros divertissement estival.
L’humour, incroyablement lourd, n’aide guère à digérer tout ça même si, accumulation oblige, certaines répliquent décrocheront un sourire aux plus indulgents. Hors des scènes d’action, Transformers 4 apparaît, en outre, horriblement bavard et gavé de dialogues pseudo-scientifiques dénué d’intérêt. Notons enfin que les dinobots, largement mis en avant par la campagne publicitaire, n’apparaissent en réalité que durant les dix dernières minutes.
Dans ce fatras frénétique, difficile d’isoler certaines scènes plus efficaces. Pourtant quelques passages fonctionnent agréablement : la fuite des héros sur des câbles pourchassés par des canidés mécaniques s’avère prenante et le final avec le vaisseau alien possède une certaine puissance destructrice appréciable. Malheureusement, noyées dans un magma de pyrotechnie incessante, elles finissent par perdre tout impact, Bay se sabordant lui-même par ses excès.
Comme de nombreuses superproductions récentes, une large partie de Transformers 4 se déroule en Chine, devenu la nouvelle terre promise des cinéastes hollywoodiens en quête de rentabilité immédiate. Ce qui permet surtout un placement de produits encore plus agressif que dans les trois précédents opus. La seule véritable nouveauté est la nouvelle attitude de la franchise : jadis clairement du côté des forces américaines triomphantes, Bay les présente à présent comme les salopards tandis qu’il prend fait et cause pour le « vrai américain », représenté par un Mark Wahlberg désargenté et travailleur avec sa casquette de baseball et son adolescente rebelle.

Loin du divertissement popcorn réjouissant qu’était le premier volet, ce quatrième épisode s’enfonce encore davantage dans la surenchère stérile et le spectacle non-stop. Son colossal budget (plus de 200 millions de dollars) ne l’ayant pas empêché de triompher partout dans le monde (plus de 700 briques en une semaine), il est à craindre que l’inévitable cinquième épisode aille encore plus loin dans l’excès.


Critique de Transformers IV : L’âge de l’extinction - Marky Mark and the funky bunch
Par : Seb Lecocq

Explosions. Couchers de soleil en plein jour. Belles carrosseries. Drapeaux américains. Travellings circulaires. Contre-plongées. Mini shorts. Bagarre. Robots. Destruction massive. Oui, on trouve tout cela dans ce quatrième volet des Transformers qui coupe définitivement le cordon avec les trois premiers films et ouvre, manifestement, une nouvelle trilogie. Les héros sont plus vieux, Mark Wahlberg remplace avantageusement Shia Labeouf, les Autobots se montrent plus rouillés, Optimus Prime a tout du vétéran de guerre en début de métrage. Transformers IV : l’Age de l’Extinction est-il le film de la maturité pour la saga ? Le passage à l’âge adulte ? Non, Transformers reste Transformers. On y retrouve tout ce qu’on a aimé, ou détesté c’est selon, dans les trois premiers épisodes avec, toutefois, un ton un peu plus sombre, un humour moins sous la ceinture et moins présent aussi. Les Autobots et les humains sont désormais ennemis et vont se livrer une guerre sans merci. L’homme est devenu l’ennemi. Car oui, comme le dit Optimus Prime : " Les règles ont changé ". Michael Bay, lui, pas vraiment.

On ne change pas une recette qui a rapporté 5,6 milliards de dollars au box-office mondial (ndlr : le résultat cumulé des films de Michael Bay avant la sortie de ce Transformers IV). D’ailleurs Bay s’en entouré de ses habituels collaborateurs : Ehren Kruger au scénario, Amir Mokri à la photographie, Roger Barton et Paul Rubell au montage, Scott Farrar aux effets visuels ainsi que Steve Jablonski pour la musique. On comprend mieux pourquoi rien ne ressemble plus à un film de Michael Bay qu’un autre métrage de Michael Bay. L’homme sait s’entourer, c’est aussi la marque des grands. Mais tel un général sur le champ de bataille, le metteur en scène impose son style, sa patte sur l’œuvre. Et il ne faut pas longtemps, quelques plans tout au plus pour que l’on reconnaisse sa griffe si particulière.

L’histoire de l’Age de l’Extinction se déroule quatre ans après les faits relatés dans La Face cachée de la Lune. Les Transformers sont traqués par une unité spéciale du gouvernement et Optimus est obligé de se cacher au Texas où il sera découvert par hasard par un inventeur. Dans le même temps, les humains cherchent à copier la technologie des Transformers pour la détourner à leur usage. Mais les Decepticons ne vont pas tarder à refaire parler d’eux. Ce scénario qui peut se voir comme un best of de la précédente trilogie. Evidemment, le script n’est pas le point fort du film mais, malgré tout, il semble plus clair et moins embrouillé que celui des deux précédents films. Pour l’heure, tout est simple et clair. Un peu simpliste même, notamment au niveau de la caractérisation des personnages où, pour illustrer la côté scientifique du personnage de Mark Wahlberg, on lui fait porter des lunettes. Bien évidemment, plus question de binocles quand il s’agit de casser des têtes, de tirer au fusil extra-terrestre ou de slalomer entre les explosions.

Le film prend son temps avant de démarrer. Comme dans le premier épisode, Bay présente les différents protagonistes via quelques petites scènes significatives qui permettent d’esquisser à gros traits le caractère de chacun. Tous de bons Américains courageux et combatifs mais frappés de plein fouet par la crise économique. Le genre de personnage qu’affectionne le metteur en scène. Mais bien vite, les fameux robots vont réapparaître et tout faire péter. Et à ce niveau-là, ce quatrième volet nous en offre pour notre argent et plus encore. Bay trouve toujours le moyen de repousser les limites quand il s’agit de destruction massive, d’explosions et d’actions en tout genre. Ce n’est pas pour rien que plusieurs blockbusters singent le final et les scènes d’action des trois premiers films.

Ici encore, les séquences d’action sont nombreuses et bien réparties tout au long du film. Les transformations sont nombreuses, les nouveaux robots sont de la partie, les anciens bien présents malgré quelques pertes et les affrontements entre machines géantes se comptent par dizaines. La dernière heure de film notamment fait office de climax à rallonge qui monte crescendo avec l’apparition des fameux Dinobots épaulant les Autobots et créant pas mal de grabuge. Mais malgré ce déluge d’action et de tôles froissées, Bay n’oublie jamais les humains qui sont présents tout au long du film et se découvrent des capacités de american hero au milieu du chaos, surtout lorsque les choses tournent au vinaigre. Un canevas ultra-classique de blockbuster au sein duquel Bay parvient encore à réserver quelques surprises de taille qui font s’écarquiller les yeux et s’ouvrir la mâchoire.

Transformers IV : L’Age de l’Extinction s’impose comme le grand favori de la course au box-office de cette année. Le plus gros prédateur de l’été, celui qui trônera certainement au sommet de la chaîne alimentaire cinématographique en fin d’année. Il le devra bien évidemment à une campagne marketing implacable mais aussi à ses qualités cinématographiques et techniques. Si Michael Bay a toujours été l’homme à abattre, remettre en doute ses capacités de metteur en scène et sa faculté à créer des scènes d’actions bigger than life ne serait que pure (im)posture. Une fois encore, grâce à son talent et à celui de son équipe, il devrait sans trop de contestation s’asseoir sur le trône de roi de l’été. Transformers IV est un film à grand spectacle, bourré d’action, d’humour, d’explosions et qui se laisse voir sans trop d’ennui malgré ses 2h45 au compteur. Avec plein d’explosions.


Commentaires sur le film

3 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Visuellement c’est une vraie claque, les effets sont juste magistralement réussit. Fini les scènes qui engendrent des crises d’épylepsie, on a enfin un film parfaitement lisible pour l’oeil, et qui de plus sait envoyer le bois quand il faut.
Niveau scénario, Bay déçoit quelque peu après l’énorme "no pain no gain" (LA suprise absolue de la part d’un réalisateur comme lui). Les personnages "humains" sont un peu trop survolés et le scénario reste prévisible.
Niveau technique c’est parfait, et on sent une réelle volonté à vouloir faire un film plus "adulte" (les blagues "zizi panpan" sont enfin fini, le casting est plus mature)...
Si l’ensemble continue sur cette voie là le prochain volet pourrait bien être celui enfin tant attendu...

15 août 2014 à 18:08 | Par elko

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 46769 photo 46770 photo 46771 photo 46772 photo 46773 photo 46774
Voir la galerie complète

News associées (51)

janvier 2015
Box-office mondial : la Chine (...)
5/01/2015
décembre 2014
Box-office mondial : Transformers (...)
22/12/2014
août 2014
Box-office : Transformers 4 dépasse le
6/08/2014
Critique de Transformers IV : (...)
3/08/2014
juin 2014
Box-office mondial : démarrage (...)
30/06/2014
Box-office US : Pas encore l’âge (...)
28/06/2014
Nouvelle affiche pour Transformers :
14/06/2014
Nouveau trailer pour Transformers (...)
5/06/2014
mai 2014
Trois extraits pour Transformers (...)
31/05/2014
Trailer - Transformers : l’âge de (...)
26/05/2014
Photos - Transformers : l’âge de (...)
26/05/2014
Une affiche pour Transformers : (...)
22/05/2014
Transformers : L’Age de l’extinction :
15/05/2014
Nouvelles images pour Transformers :
12/05/2014
John Goodman et Ken Watanabe dans (...)
9/05/2014
avril 2014
Nouveau trailer pour Transformers (...)
26/04/2014
mars 2014
Nouvelle affiche pour Transformers :
30/03/2014
Transformers 4 : le cri d’Optimus
23/03/2014
Affiche IMAX pour Transformers : (...)
13/03/2014
Première bande-annonce pour Transformer
5/03/2014
Duo d’affiches pour Transformers : (...)
4/03/2014
février 2014
Transformers 4 ne sera pas "un (...)
21/02/2014
Premier spot pour Transformers 4 (...)
3/02/2014
janvier 2014
Transformers 4 : les Dinobots (...)
9/01/2014
novembre 2013
Transformers 4 : découvrez le (...)
25/11/2013
Sur le tournage de Transformers (...)
21/11/2013
septembre 2013
Un titre et une affiche pour (...)
4/09/2013
juillet 2013
La star Han Geng au casting de (...)
15/07/2013
juin 2013
Megan Fox ne sera pas de l’aventure
13/06/2013
Megan Fox de retour dans Transformers
10/06/2013
mai 2013
Nouveau véhicule pour Transformers (...)
31/05/2013
Transformers 4 : premières photos (...)
29/05/2013
Sophia Myles dans Transformers 4 (...)
7/05/2013
Kelsey Grammer sera(it) le méchant (...)
2/05/2013
avril 2013
Michael Bay accuse Pacific Rim (...)
19/04/2013
Un show de télé-réalité chinois (...)
19/04/2013
Stanley Tucci rejoint Transformers 4
16/04/2013
mars 2013
Nicola Peltz, héroïne de Transformers 4
27/03/2013
Pitch plus détaillé pour Transformers 4
22/03/2013
janvier 2013
Nouvelle trilogie confirmée pour (...)
9/01/2013
décembre 2012
Mark Wahlberg évoque Transformers (...)
16/12/2012
Deux acteurs de plus pour Transformers
12/12/2012
novembre 2012
Des infos pour Transformers 4 (...)
12/11/2012
Officiel : Mark Wahlberg confirmé (...)
9/11/2012
octobre 2012
Mark Wahlberg dans Transformers 4 (...)
24/10/2012
septembre 2012
Transformers 4 : logo et nouveaux (...)
13/09/2012
juin 2012
Transformers 4 dans l’espace ?
22/06/2012
Première affiche promo pour Transformer
21/06/2012
Pas de Michael Bay pour Transformers
7/06/2012
février 2012
Rumeurs concernant Transformers (...)
17/02/2012
Michael Bay accepte Transformers (...)
14/02/2012
décembre 2011
Michael Bay en passe d’accepter (...)
7/12/2011
Michael Bay tout de même pour (...)
5/12/2011
octobre 2011
Jason Statham pour Transformers 4 (...)
18/10/2011

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage