News

Toujours plus (trop) de fanzines.

19 février 2015 | Par : Darkness Fanzine

Heureusement, il y a Médusa et Vidéotopsie !

A première vue, la sortie massive de fanzines papier sur le cinéma depuis plusieurs mois semble être une excellente nouvelle, un signe de la bonne santé de cette presse faite par des passionnés pour tous les cinéphiles en général, et les bisseux en particulier. Mais en réalité, à y regarder de plus près, doit-on vraiment se réjouir de cette inflation de titres aux intentions louables mais qui, pour la plupart, proposent en beaucoup moins bien, des photographies téléchargées sur la toile, et des articles peu étoffés sur des thématiques ou des sujets mille fois abordés par la presse professionnelle ou la branche historique du fanzinat actuel... Réfléchissons un peu.

S’il est évidemment agréable d’assister à la naissance d’un fanzine, s’il est toujours plaisant de lire de nouvelles analyses et de découvrir des documents rares sur un film même déjà chroniqué des centaines de fois depuis sa sortie en salles ; ou bien encore de dévorer avec envie un entretien inédit obtenu avec un réalisateur que la presse spécialisée a depuis bien longtemps oublié ; force est de constater que, malheureusement, de trop nombreux fanzines ne nous offrent pas grand chose de neuf, si ce n’est un point vue supplémentaire s’ajoutant, souvent sans aucune plus-value, aux milliers d’autres déjà publiés ici et là avec plus de talent. Quel est l’intérêt de proposer la cinquième interview d’un cinéaste déjà approché par trois autres fanzines au cours du même festival ? Elle est où l’originalité, l’abnégation, la recherche d’une approche atypique ? Le fanzinat doit impérativement intéresser le lecteur, lui offrir de l’originalité, un voyage sur la face cachée de la lune, non seulement en se démarquant de la presse professionnelle dans le choix des sujets ou la manière de les traiter, mais aussi en arrêtant immédiatement de vouloir reprendre la ligne éditoriale des fanzines existants qui font déjà très bien le travail. Bah oui, y-en-a marre de dire que tout le monde est formidable ! Aujourd’hui, peut-être plus encore que par le passé à cause d’Internet, le fanéditeur doit avoir de l’audace, de l’imagination, et de l’ambition, car le lecteur veut rêver, sentir la naphtaline, manger du bon gras, voir la première culotte d’une comédienne que l’on croyait perdue à jamais (la culotte, pas l’actrice), entendre s’exprimer un compositeur enthousiaste qui attendait depuis trente ans de pouvoir livrer les anecdotes que personne ne lui a jamais demandées, s’extasier devant des photographies de tournage absentes des bases de données de Google. Effectivement, tout cela demande du travail, du temps et de la patience. Et alors ? Le fanéditeur doit creuser, fouiller, exhumer, ressusciter, créer. Il doit absolument prendre des risques parce que son existence ne dépend pas du niveau des ventes du précédent numéro, et parce qu’il dispose de la liberté absolue dont il doit jouir, profiter et même abuser.

Dans ces conditions, pourquoi faire ce que les autres ont déjà fait ou feront bien mieux demain ? Quand on nous annonce un millième dossier sur Jess Franco ou Lucio Fulci, je souffle, car il est légitime de sérieusement douter de la pertinence de l’initiative et de la nouveauté des informations qui vont être livrées. Bref, pas envie d’acheter. Alors, le courage c’est quoi ? C’est de créer une rubrique sur le bis allemand et le bis grec en pleine crise européenne sur la dette hellénique ; c’est de proposer un entretien exclusif avec la brailleuse hystérique et traumatisée de The Brood ; c’est oser balancer un dossier de 17 pages sur la carrière de l’acteur Herbert Fux. Tout cela, et bien davantage, existe et se trouve dans le 26ème numéro de Médusa Fanzine. Alors qu’il pourrait se contenter d’alimenter un lectorat fidèle et acquis à sa cause, avec des informations recyclées ou de moindre importance, Didier Lefevre abhorre la médiocrité et se fixe de nouveaux objectifs, à chaque numéro. Alors vous pourriez aussi me dire, fièrement et avec un léger rictus, qu’il est également possible de lire dans ce numéro tout en couleur - c’est dit - une ixième interview de David Didelot et de Fabrice Blin. Certes, mais je vous répondrais alors, la main sur le cœur avec une bonne fois incontestable, que cela n’a absolument rien à voir parce qu’il s’agit d’une tribune offerte à de vieux copains qui ont une actualité : la sortie du livre Gore, dissection d’une collection (Artus, 2014) pour le premier, et bientôt celle du DVD Super 8 Madness (Metaluna) pour le second. Comment ? Si je dis cela parce que j’apparais dans le documentaire de Fabrice Blin ? Euh, oui, mais je ne vois pas le rapport... Et puis revenons un instant sur David Didelot et le 15ème numéro de Vidéotopsie, car si proposer un dossier sur Annie Belle, disséquer Vicieuse et manuelle, et publier un entretien avec le réalisateur déjanté Léon-Paul de Bruyn ne correspond pas précisément à la définition de la prise de risque que l’on attend d’un fanéditeur, alors je m’en vais planter des choux...

Commentaires

Moi j’intervin pas sur facebook car on dirai une reunion de gens forcémment daccords mais c’est vrai que cet article donne le bât pour se prendre des coups.
Consultés ce blog, vous aurés un très large aperçu de tous les fanzines actuellemment édité et vous constateré par vous mêmes pourquoi n’en garder que deux tient de la malhonnêteté ou de l’imaturité, d’autant que c’est assez gros que l’auteur du textes ne les a pas lue. Moi aussi je tien un fanzine et c comme si on me manqué de respect. j’achétré plus son fanzine car la censure ca a deja été fai plein de fois, c tout.
http://lefanzinophile.blogspot.fr/

5 mars 2015 | Par Jack Deth

Jérôme j’ai peut être mal lu mais vous aussi. Je n’ai jamais dit que tous les films chroniqués dans medusa étaient inédits. De même que sylvain perret ne cite pas medusa dans son article auquel je souscris complètement. Bref. Je comprends votre réaction sur l’article en lui même j’ai exprimé par ailleurs mes reserves sur ce dernier. Moi qui adore le fanzinat je trouve qu’il n’y a jamais assez de fanzines j estime également que le fanediteur est libre de parler de ce qu’il veut et à ce titre j’étais le premier à me réjouir du fulci de tlcdb pour les comédies et la prise en compte de l’ensemble de son oeuvre. Vous l’aurez sans doute remarqué je ne suis pas l’auteur de cet article et encore moins l’instigateur, je ne veux pas que medusa en devienne le sujet ou videotopsie. J’ai toujours refusé la compétition entre les zines et le dangereux jeu des comparaisons. Je pense avoir assez d’humilité et de recul pour accepter toutes les critiques mais effectivement ambitieux et prétentieux non. J’avais mal lu ? Dont acte

5 mars 2015 | Par didier lefevre

Ayant tout lu, il me semble qu’il y a un énorme malentendu. Je suis d’accord avec Pierre Audebert, mais si j’ai bien lu, ce ne sont pas, ni Medusa, ni Vidéotopsie qui sont attaqués, mais l’article. Un article qui use des mots "ambition", "risques" et qui met sur un piédestal, sans nuance aucune, deux fanzines, en marchant sur les autres ("de trop")... logique qu’il soit contredit.
La personne incriminée en réponse dit "un petit fanzine qui n’a pas la prétention ni l’ambition des deux cités", ce qui revient à dire que par exemple, qu’un film avec Louis De Funès n’a pas la même ambition, ni la même prétention qu’un film réalisé par Kubrick. Ce qui est vrai et n’empêche personne de regarder l’un et l’autre puis de les apprécier. En aucun cas, je lirais dans ce cas que "Kubrick est prétentieux".
Et puis tout le monde n’a pas facebook, sachez-le, car à vous lire, parfois, chacun devrait être au courant de ce qui s’y passe.

4 mars 2015 | Par Nicolas B.

Monsieur Lefèvre, vous m’avez mal lu... ma phrase était celle-ci "pas la même ambition ni prétention"... ce qui signifie que les fanzines cités se veulent à la base moins exhaustifs. Evidemment si vous prenez ces deux mots pour les isoler, le sens varie complètement et on finit par lire "Medusa est prétentieux et ambitieux" ce qui n’est pas écrit dans mon commentaire qui ne visait que le manque d’exhaustivité de l’article qui oublie au passage d’autres fanzines et dont le titre est évocateur...
le sujet : "Toujours plus (trop) de fanzines." ... pourquoi "Trop" si ce n’est pas pour dire qu’il faut garder Medusa et Vidéotopsie et jeter les autres. Preuve en est avec le sous-titre : "Heureusement, il y a Médusa et Vidéotopsie !" et là, c’est imparable, le reste est à jeter. Darkness Fanzine excepté, forcément...
Aucun procès contre vous mais il convient de relativiser et je ne vois toujours pas en quoi cet article, outre de diviser et de critiquer les autres fanzines existant à l’exeption d’un trio de tête, est intéressant, constructif et honnête.
Quant à votre réponse : "Et sans fausse de modestie, je pense que médusa propose des chroniques de films lues nulle part ailleurs et surtout pas sur le net."
Qu’en est-il du "Syndrome de Stendhal", "Ricco", de "Les vierges de la pleine lune", de"Rome contre Rome", de "Ator", de "L’amour à cheval", j’en passe... ? Ce n’est en aucun cas une critique mais il convient de relativiser et non pas de faire croire que dans tel fanzine on ne trouve QUE du neuf et dans les autres QUE du recyclé. Ce que l’article fait.

4 mars 2015 | Par Jérôme

Monsieur Lefèvre, vous m’avez mal lu... ma phrase était celle-ci "pas la même ambition ni prétention"... ce qui signifie que les fanzines cités se veulent peut-être à la base moins exhaustifs. Evidemment si vous prenez ces deux mots pour les isoler, le sens varie complètement et on finit par lire "Medusa est prétentieux et ambitieux" ce qui n’est pas écrit dans mon commentaire qui ne visait que le manque d’exhaustivité de l’article qui oublie au passage d’autres fanzines et dont le titre est évocateur...
Le sujet : "Toujours plus (trop) de fanzines." ... pourquoi "Trop" si ce n’est pas pour dire qu’il faut garder Medusa et Vidéotopsie et jeter les autres. Preuve en est avec le sous-titre : "Heureusement, il y a Médusa et Vidéotopsie !" et là, c’est imparable, le reste est à jeter. Darkness Fanzine excepté, forcément...
Aucun procès contre vous mais il convient de relativiser et je ne vois toujours pas en quoi cet article, outre de diviser et de critiquer les autres fanzines existant à l’exception d’un trio de tête, est intéressant, constructif et honnête.
Quant à votre réponse : "Et sans fausse de modestie, je pense que médusa propose des chroniques de films lues nulle part ailleurs et surtout pas sur le net."
Qu’en est-il du "Syndrome de Stendhal", de "Ricco", de "Les vierges de la pleine lune", de"Rome contre Rome", de "Ator", de "L’amour à cheval", j’en passe... ? Ce n’est en aucun cas une critique mais il convient de relativiser et non pas de faire croire que dans tel fanzine on ne trouve QUE du neuf et dans les autres, QUE du recyclé. Ce que l’article fait.

4 mars 2015 | Par Jérôme

Vous avez sans doute trop de pognon pour pouvoir acheter systématiquement les publications des uns et des autres... Quoiqu’il en soit, le lecteur lambda n’en a rien à carer du pseudo "canal historique". Ce qui est beau dans le fanzinat c’est la liberté de publier ce qu’on veut à ses frais. Il n’y a pas de désir d’écrire illégitime de même qu’aucun rédacteur ne saurait s’affranchir totalement des travaux de ceux qui l’ont précédé. Chaque nouvel article rajoute une pierre à l’édifice qui nous intéresse. il est ridicule de dire qu’on a trop publié sur Franco ou Fulci puisque ce sont des chantiers à peine émergents (que devrait-on dire de ceux qui osent encore écrire sur Lang, Welles, Ford....). Si vous lisez trop d’articles sur le cinéma de genre, et bien c’est simple, élargissez un peu vos horizons, ça vous aérera le cerveau ! Pour ma part les contributions des uns et des autres sont essentielles aussi infimes soient-elles....

3 mars 2015 | Par Pierre Audebert

Je ne polémiquerai pas : j’ai déjà dit ce que je pensais de l’article de Christophe sur Facebook. Personnellement, j’avais d’ailleurs amendé sa position.

En revanche, un truc me chiffonne un peu : "Vidéotopsie" n’a pas plus de "prétention" ou d’"ambition" que ses coreligionnaires du fanzinat, ami Jérôme. Le zine est fait avec les moyens du bord - artisanaux - "autoproduit" pourrait-on dire, et j’ai sûrement moins de "contacts" que pas mal de gens du petit milieu. J’ai la prétention et l’ambition des moyens que j’ai et me donne, comme n’importe quel fanzineux. Voilà.

Il n’y a pas en la matière les Rolls du fanzinat, roulant sur l’or et les privilèges, puisde l’autre côté les prolos du genre qu’on méprise et humilie. Chacun fait ce qu’il peut et veut, c’est bien la définition du fanzinat.

3 mars 2015 | Par David DIDELOT

Je réagis vite fait au premier commentaire. Prétentieux et ambitieux Médusa ? Pas le moins du monde. Et sans fausse modestie, je pense que médusa propose des chroniques de films lues nulle part ailleurs et surtout pas sur le net. Et personne ne peut m’accuser de ne pas aider mes autres camarades du fanzinat quels qu’ils soient... Je distribue d’ailleurs Torso et Toutes les couleurs du Bis dans ma boutique. Après chacun est libre d’aimer tel ou tel fanzine, d’en préférer un autre, et je l’avoue on peut même détester Médusa, mais de là a parlé d’ambition et de prétention, je m’insurge en faux.

3 mars 2015 | Par Didier LEFEVRE

Cet article semble plus le fruit lyrique de copinages et de contentieux entre personnes de fanzines différents, à moins qu’il ne s’agisse d’un manque cruel de recul, mais c’est un peu triste... je m’explique :
On trouve ailleurs un article de Sylvain Perret de 1Kult démontrant en gros que ce sont plutôt des Fanzines tels que Videotopsie ou Medusa qui rabâchent et que, a contrario, Torso a l’intelligence de se distinguer en creusant son sujet. Les arguments ? Beaucoup d’articles présents dans ces fanzines, des critiques notamment, et il y en a pléthore, ont déjà été traitées plein de fois par le passé, et l’on trouve d’ailleurs sur le net, déjà des écrits approfondis de ces films. Et lorsqu’on compare les textes : rien de neuf, bien au contraire ! C’est assez facile de mettre en avant 2 dossiers pour démontrer que deux fanzines se distinguent de par leur qualité alors qu’une grande partie de ce qui les compose a déjà été dit et redit.
Du coup, tombant là-dessus, je me demande quel est l’intérêt d’un tel billet d’humeur.
Quand je lis Medusa, il y a du lourd et du moins lourd et des films traités bien des fois depuis la nuit des temps, sans information inédites qui plus est. C’est aussi le cas de Videotopsie.
Quand je lis Toutes les couleurs du Bis spécial Fulci, je me dis que si les films rares traités dans le numéro, à savoir tout le pan comédie (non pas un énième millième dossier comme il est dit dans l’article) et que je lis de l’autre côté ceci : "il est légitime de sérieusement douter de la pertinence de l’initiative et de la nouveauté des informations qui vont être livrées." Non, mille fois non. Je n’ai pas de parti-pris vu que je les achète tous ou presque, et il me semble qu’il paraisse évident, à condition de bien lire, de bien regarder, sans a priori sur l’auteur, sur le fanzine non plus, il n’y a pas plus pertinent et risqué que de se risquer à traiter d’une vingtaine de comédies. le tout en m’ayant donné de les voir (ce que personne n’avait jamais fait pour moi, simple lecteur) en suscitant en plus des vocations car ouvrant une voie jamais empruntée.
Si ces textes là avaient été regroupés et se serait retrouvés en dossier dans par exemple "Medusa" ou "Videotopsie", les mêmes auraient dit : "Super !"..."du jamais lu !" mais comme ça tombe sur un petit fanzine qui n’a pas la prétention ni l’ambition des deux cités ici, on le méprise. Cherchez l’erreur !
C’est dire comment les limites sont autant dans chaque fanzine (aucun n’est parfait, aucun n’est complètement nul), Darkness, par exemple, se mord parfois la queue dans ses démonstrations, sans compter qu’il abrite des rédacteurs parfois rigides qui finissent par ne parler que d’eux-mêmes.
Enfin, tout cela à des fins de contrastes. Il faut retrouver un peu d’humilité, mettre de côté ses préjugés, être honnête aussi et ne pas citer un article à charge ou décharge d’un fanzine. Quel intérêt ? J’aurais tendance à mettre ce texte sur le dos d’un emballement un peu trop lyrique, spontané, oubliant trop de choses. Quand on regarde la liste des films traités dans TLCDB 6, écrit sur la couverture, c’est-à-dire, là, devant nos yeux, je suis d’accord avec le commentaire ci-dessous de Michael Monod, il n’y aucun doute sur la pertinence d’un tel numéro qui rejoint tous les arguments avancés ici sans avoir le droit de cité et semblant même visé de manière détournée, sans le nommer. Personellement, je vous le dis, c’est celui qui m’a procurer le plus de plaisir et je me suis dit : "Enfin, quelqu’un se penche sur cette partie de carrière pourtant accessible aux vrais amateurs de Lucio Fulci !".
Torso Verhoeven est un peu plus alambiqué et ne recèle pas de nouveauté il est vrai. Mais il peut être utile à la nouvelle génération, un facteur qu’on oublie trop souvent aussi.
Amcalement.

27 février 2015 | Par Jérôme Vincent

J’ai lu Toutes les couleurs du Bis 6 sur Fulci et je trouve que c’est un énorme oubli que de citer une énième critique de "L’au-delà" lorsqu’un petit fanzine propose dans le même temps que ceux cités plus haut en exemple, toute la filmographie du réalisateur, ce qui n’avait jamais été fait. A lire en plus, on s’aperçoit que les textes non seulement se suivent, donnent de précieuses informations en plus d’un regard, avec un tout cohérent qui plus est. A moins que tout comme ce qui est dénoncé dans cet article (le fait de faire du rabâché), il est possible, outre les a priori que peuvent avoir les amateurs, que ceux-là même aiment à lire du rabâché sinon quoi ce fanzine serait dans cet article cité en exemple. Je ne sais si vous l’avez lu mais on y trouve son compte en plus d’une voie jusque là inexplorée. Sans compter que ledit fanzine ramène à deux sites dont l’un propose des versions approfondies de certains films de Lucio Fulci dont on ne parle jamais.

26 février 2015 | Par Michael Monod

Clair qu’un fanzine sur Verhoeven, ça casse les noix. C’est en tout cas ce qui ressort de cet article.

22 février 2015 | Par Chomnio

merci pour cet article mais il serait bien de faire des paragraphes pour améliorer la lisibilité je pense :)

19 février 2015 | Par chris241182

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage