Critique de film

pub

The Thing

"The thing"
affiche du film

La paléontologue Kate Lloyd part en Antarctique rejoindre une équipe de scientifiques norvégiens qui a localisé un vaisseau extraterrestre emprisonné dans la glace. Elle y découvre un organisme qui semble s'être éteint au moment du crash, de multiples années auparavant. Mais une manipulation élémentaire libère accidentellement la créature de sa prison glacée. Capable de reproduire à la perfection tout organisme vivant, elle s'abat sur les membres de l'expédition, les décimant un à un. Kate s'allie au pilote américain Carter pour tenter de mettre fin au carnage. Aux confins d’un continent aussi fascinant qu’hostile, le prédateur protéiforme venu d’un autre monde tente de survivre et de prospérer aux dépens d’humains terrorisés qu’il infecte et pousse à s’entre-tuer. The Thing sert de prélude au film culte de 1982, réalisé par John Carpenter, dont il reprend le titre.

pub


Trailer - The thing (2011)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de The thing - A cause des glaçons...
Par : Damien Taymans
Tags : Remake

Difficile de croire une seconde à ce nouveau jalon du cycle tridécennal qui frappe les adaptations cinématographiques de l’œuvre de John W. Campbell. Déjà contestée en son temps, la version de John Carpenter, remake de La Chose d’un autre monde de Christian Nyby initié par Howard Hawks, bénéficiait du climat redoutable et paranoïaque de l’ère Reagan dont elle se faisait à l’écran le porte-parole. Trente ans plus tard, nouvelle étape au sein du cyle : Matthijs van Heijningen Jr., néophyte issu de la pub, atterrit sur cette piste casse-gueule avec, à ses côtés, le scénariste Eric Heisserer, coupable des scripts de A nightmare on Elm street nouveau millésime et Destination finale 5, et un joli casting dominé par Mary Elizabeth Winstead (hum !) et Joel Edgerton (re-hum !) et complété par une pléiade de Norvégiens. Et pour ajouter encore un peu de plomb dans l’aile du réalisateur, il reste seul responsable dans le cockpit à assumer les ornières dressées par les hordes de fans et les critiques montrant déjà les crocs du haut de leur mirador tagué, en lettres capitales, de l’inscription "no more remake". A juste titre puisque cette première décennie du XXIème siècle a déjà vu débouler les nouveaux millésimes de classiques comme Massacre à la tronçonneuse, Dawn of the dead, Amityville, Fog, La dernière maison sur la gauche, La malédiction, La colline a des yeux, Le jour des morts-vivants, Piranha, Fright night et Les griffes de la nuit, pour ne citer que ceux-là.

Permettez que je reprenne ma respiration... Sur papier, disais-je, l’entreprise ne tenait en haleine que les détracteurs, peu nombreux, de l’œuvre de Carpenter ou les frileux peu engageants quand il s’agit de se geler les gonades sur la banquise. Et encore. Que les premiers se rassurent (mais pas trop) : The thing 2011 est un prequel de l’œuvre carpentérienne dans la mesure où le film conte les mésaventures de l’équipée de Norvégiens qui, les premiers, entrent en contact avec le roi des transformistes. Les seconds, quant à eux, ne bouderont pas leur plaisir non plus puisque en sus de conserver le thermostat sur -30°, le script prévoit quelques lignes de dialogue en norvégien, histoire de souligner encore davantage l’exotisme réfrigérant de l’ensemble.

A la fois vrai prequel et faux remake (de nombreuses idées du film de 1982 sont régurgitées telles quelles), The thing est plus à proprement parler un film-hommage qu’une nouvelle étape dans la progression de ladite chose. Ambiance eighties reproduite à la perfection, quantité de références promptes à provoquer la jouissance chez les aficionados (avec, pour cerise sur le gâteau, le lance-flammes), fidélité totale envers l’œuvre de Carpenter voire même retour aux sources du texte originel, recours aux effets de plateau prosthétiques plutôt qu’au tout-numérique. Pourtant, ce qui constitue la meilleure arme de cette fournée de Matthijs van Heijningen Jr. devient vite son plus gros défaut : à force de coller au plus près de son modèle, l’histoire n’apporte aucun bloc de glace à l’igloo. Pire, en pénétrant tôt dans le vif du sujet, Eric Heisserer se cantonne par la suite à reproduire une mécanique sinusoïdale avec alternance de temps forts et temps morts jusqu’à ce que l’encéphalogramme devienne irrémédiablement plat (transformations et hurlements à gogo, au détriment de la tension).

Souffrant de la comparaison évidente avec ses glorieux modèles, The thing dernière mouture s’il parvient à singer ne parvient jamais à retranscrire l’atmosphère glaciale et parano de l’œuvre de Carpenter. L’excès de effets plastico-gore appuyé par un traitement sonore assourdissant engourdit le spectateur insensible à l’ambiance anxiogène et polaire qui peine à nimber l’ensemble.


Critique de The Thing - Prequel’s remake
Par : Samuel Tubez

Même si The Thing 2011 s’achève là où le film de Carpenter commence, il est en réalité une préquelle déguisée en remake du chef d’œuvre de 1982. Et s’il y a bien un remake que l’on savait par avance incapable de surpasser son modèle, c’est bien celui-ci ! Combat perdu d’avance, donc ? Oui, mais…

Une paléontologue part en Antarctique rejoindre une équipe de scientifiques qui ont découvert un vaisseau ainsi qu’une créature extraterrestre emprisonnés dans la glace. Suite à un prélèvement organique, la créature, qui peut copier à la perfection tout organisme vivant, va se réveiller et semer une jolie pagaille.

The Thing présente une structure narrative quasiment identique et pille la plupart de ses idées au film de Carpenter, le savoir-faire et la maîtrise en moins, évidemment. Même si le réalisateur Matthijs van Heijningen Jr. (inconnu au bataillon) parvient plus ou moins efficacement à installer une ambiance et même à faire monter la tension au détour de certaines séquences, l’ensemble reste très prévisible (surtout pour ceux qui connaissent le film de Carpenter sur le bout des doigts), bourré de raccourcis (particulièrement lors du final, un peu bordélique) et le jeu de massacre s’enchaîne bien trop mécaniquement, laissant presque tomber toute trace de paranoïa, sans que l’on ne ressente une quelconque empathie pour les personnages. D’ailleurs, on constate également que l’héroïne jouée par Mary Elizabeth Winstead, qui est loin d’être mauvaise, manque toutefois de prestance dans ce rôle qui demandait des épaules un peu plus solides. Pour le reste, les effets visuels sont dans l’ensemble très convaincants et même plutôt saisissants, faisant assez bien écho aux maquillages démentiels de Rob Bottin.

Hésitant entre la préquelle et le remake, The Thing 2011 n’apporte véritablement rien de neuf aux précédentes versions. En soi, il ne s’agit pourtant pas d’un mauvais film, ce serait même plutôt un bon petit film d’horreur « à l’ancienne », si l’ombre du film de Carpenter n’était pas aussi présente (et pesante) et si l’on s’en était davantage détaché. Un film symptomatique de son époque par son manque de créativité, donc, et qui ne donne qu’une seule envie : revoir le chef d’œuvre de Big John.


Critique de The thing - On est bien peu de Chose...
Par : Geoffrey Marmonier

La palme de la plus mauvaise idée initiée par Hollywood ces dernières années pourrait certainement revenir à la mise en chantier de cette préquelle du chef d’œuvre de John Carpenter. Difficile en effet de voir un intérêt quelconque dans l’idée de raconter les événements qui se sont déroulés dans la base norvégienne avant que la Chose n’attaque la station américaine, surtout que l’ellipse narrative à ce sujet participait grandement au climat de tension imprégnant le film de Big John. En gros, réaliser une préquelle à The Thing revenait un peu à déflorer celui-ci sans pour autant apporter grand-chose. Mais après tout, peut-être valait-il mieux une préquelle qu’un énième remake. Sauf que manque de bol, au final The Thing 2011 est bel et bien un remake déguisé en préquelle.

Car malgré son scénario qui tente de raccrocher les wagons maladroitement avec le film original (voir la fin assez pathétique qui reboucle lourdement avec l’ouverture du film de Carpenter), le film de Matthijs van Heijningen Jr. s’applique consciencieusement à reprendre une par une les grandes scènes du classique de Big John. On retrouve donc une scène de test pour déterminer qui est la Chose (pas de test sanguin ici, mais c’est quasi tout comme), la destruction de la radio et des véhicules de secours, les personnages qu’on enferme dans un local à l’écart et qui disparaissent, les lance-flammes, le blessé qui s’avère être la chose et attaque les personnes autour, etc. Au rang des différences, on notera tout de même la présence de femmes au casting (dont les personnalités se rapprochent par contre beaucoup de celles des deux protagonistes féminins d’Alien), ce qui objectivement n’apporte pas grand-chose. Plus irritant par contre, la présence de personnages américains au milieu des norvégiens, comme s’il était impossible au ricain moyen de s’identifier à des personnages ne venant pas de son pays. On se croirait presque revenu dans les années 50 lorsque les Américains inséraient des personnages de reporter locaux dans les Godzilla japonais…

Mais malgré ce côté « copie conforme » de cette fausse préquelle, le film s’avère plutôt agréable à suivre. Mary Elizabeth Winstead n’a pas le charisme tranquille d’un Kurt Russell, mais s’avère plutôt convaincante en anthropologue tentant d’endiguer de façon proactive la menace. Cependant, là où The Thing 2011 se plante lamentablement, c’est dans son ambiance. Le film de Carpenter était tout entier basé sur le climat de tension et de paranoïa, et sur l’intelligence de la Chose qui se dissimulait parmi les survivants sans faire de vagues jusqu’à ce qu’elle soit découverte. Point de tout ceci ici, puisque premièrement la plupart des personnages sont d’une bêtise à pleurer (ils annoncent qu’ils vont rester tous ensembles pour ne pas risquer de nouvelle contamination mais deux minutes après se séparent en groupe de deux), et d’autre part la Chose est très loin de jouer profil bas et se met à attaquer tout le monde dès qu’elle est découverte au lieu de chercher à s’enfuir. Une attitude totalement en opposition de celle de la créature du film original. Du coup, on passe un bon moment à regarder des personnages hurler et courir dans tous les sens pour pas grand-chose, surtout qu’ils se font tuer d’autant plus facilement. Pire encore, dans son dernier tiers le film de van Heijningen Jr. abandonne totalement toute idée de ressembler à son modèle pour se transformer en film de monstre banal, avec la Chose qui cavale dans le camp en attaquant tout le monde. Et puis franchement, on aura beau dire, mais les effets live du film original ont tout de même bien plus de gueule et sont autrement plus fascinants que les images de synthèse lisses et sans génie proposées par ce remake (même s’il faut reconnaitre que par chance tous les effets ne sont pas en numérique).

Au final, en tant que film d’horreur en lui-même, The Thing 2011 n’est pas génial, mais pas totalement honteux non plus et se laisse à peu près regarder. Mais lorsqu’on le compare à son glorieux aîné, le film de Matthijs van Heijningen Jr. ne soutient absolument jamais la comparaison, et pire, renie totalement toute l’ambiance paranoïaque qui faisait le sel du film original.


Commentaires sur le film

A vous glacer le sang !!

3 etoiles

Je suis dans l’ensemble assez d’accord avec les précédentes critiques. Il n’y a pas de miracle, le remake d’un film culte ne donne pas un film culte, et les puristes préfèreront toujours l’original à la copie, même si celle-ci est de qualité.
En effet, même si l’on peut regretter le manque de suspense, l’ambiance glaciale de l’antarctique et les excellents effets spéciaux font de ce pseudo remake un bon petit film. A voir donc, pour se rafraichir les idées ;)

27 novembre 2011 à 11:11 | Par seby

2 etoiles

Un prequel-remake qui tente vaille que vaille de reproduire les cellules carpentériennes _ en résulte une pâle copie, pas mauvaise en soi, mais qui ne trompe personne, et qu’on peine effectivement à raccorder avec le premier volet de la Trilogie de l’Apocalypse.

20 janvier 2014 à 23:01 | Par Fred Bau

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 28329 photo 28330 photo 28331 photo 28332 photo 28333 photo 28334 photo 28335 photo 28336 photo 28337
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage