Critique de film

The Wig

"Gabal"
affiche du film
  • Genre : Horreur - Objets tueurs
  • Année de production : 2005
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Shin-yeon Won
  • Pays d'origine : Philippines
  • Durée : 1h43
  • Scénariste : Shin-yeon Won
  • Musique : Inconnu
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Min-Seo Chae, Hyon-Jin Sa, Sun Yu
  • Récompenses : Aucune

Soo-Hyun perd ses cheveux suite à une chimiothérapie. Guérie (mais l'est-elle vraiment?) de sa leucémie, elle se voit offrir une magnifique perruque par sa soeur Ji-Hyun. La jeune malade, après avoir adopté le postiche, change de manière spectaculaire: elle semble retrouver toutes ses facultés, elle renoue avec la joie de vivre et retrouve un visage magnifique. Mais elle est également hantée par des visions terrifiantes...

Les critiques à propos de ce film

The wig - A se couper les cheveux en quatre...
Par : Damien Taymans




Soo-Hyun est une héritière directe de la Sadako asiatique qui effraie le monde occidental avec sa longue chevelure noire. Dans le Japon traditionnel, la chevelure peut être dotée de pouvoirs maléfiques. Mais de là à en faire un film, il y avait un nombre incalculable de pas que le réalisateur a osé franchir. Et il est vrai que d’emblée, le thème fait sourire (ce n’est d’ailleurs pas pour rien que la traduction française du titre - à savoir La Perruque - n’a pas été choisi). On en vient à se demander quelle sera la prochaine étape : la brosse des chiottes qui s’anime toute seule ou le Tampax tueur ?

Mis à part un thème qui peut nous sembler grotesque, essayons de rester objectifs et outrepassons ces inepties. La mise en scène est maladroite et, si la dimension morale du film (l’opposition entre deux soeurs qui vont tenter de se retrouver) et la trame psychologique (les dérives de Soo-Hyun et la reconstruction de son image physique abîmée par la leucémie) valent le détour, le réalisateur s’est fourvoyé en ajoutant une mise en scène fantastique hasardeuse. Le chemin emprunté est cahotique et on aura tôt fait de tourner en dérision la manière dont les pouvoirs de la perruque sont amenés. Il aurait sans doute été préférable de conserver une tradition entérinée par Ring notamment et de fonctionner via une enquête sur des crimes différents comportant tous une seule donnée semblable : la présence de la perruque...

Malgré tout, on soulignera le côté artistique de l’oeuvre. Certaines images sont fascinantes et les visions de Soo-Hyun sont sublimantes à souhait...

A voir donc, avec modération

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage