Critique de film

pub

The Grand Heist

"The Grand Heist"
affiche du film

Ocean’s Eleven à l’époque de Joseon. Pas de casinos mais des cavernes renfermant de la très précieuse glace.

pub


Trailer - The Grand Heist (2012)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Grand Heist - Ocean’s Eleven
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2013

Enrubanné de cellophane ou non, peu importe le temps que cela prendra, la bouffe finira irrémédiablement par connaître la gangrène. Les micro-organismes n’en ont que faire des membranes semi-perméables. L’industrie cinématographique, du fait des bactéries qui circulent librement de part et d’autre des continents, subit le même outrage, répond aux mêmes lois : la cellophane déchirée, l’oeuvre est parée pour le viol. Ainsi, après des années de rapines perpétrées par les studios hollywoodiens sur la production asiatique (quand la seconde s’inspirait largement de la première auparavant), celle-ci lui rend la pareille. Ainsi, The Grand Heist reprend, à un decorum près, la recette d’Ocean’s Eleven. L’objet du délit : des tonnes de blocs de glace qui valent leur pesant d’or depuis que le politicien Cho s’est arrogé le droit d’en monopoliser les stocks. Mais Lee entend mettre fin à cette tyrannie et rendre à César ce qui lui appartient en restituant au peuple son quota de glaçons.

Or, pour mener à bien sa folle course vagabonde, l’homme s’adjoint les services d’une tripotée de bras cassés qui excellent dans un domaine particulier : un expert-artificier, un fossoyeur professionnel, une spécialiste du déguisement,... Onze escrocs à la petite semaine qui réunissent leurs forces pour l’un des plus gros coups du siècle. Après une entrée en matière plantant le décor et privilégiant un manichéisme naïf, l’intrigue se déroule avec les effets de manche mis à l’œuvre dans les films de Soderbergh (mise en route du processus, création de la team, multiples aléas qui risquent de compromettre le plan d’origine). Mais aux néons des casinos de Las Vegas se substitue une petite cité coréenne - avec sa misère et ses magouilles - de la dynastie Joseon (18ème siècle ici), avec ce que cela comporte de costumes affriolants.

Le rythme enlevé permet à la dragée de passer plus facilement étant donné que passé une première bobine riche en action (le premier affrontement sur la glace est à couper le souffle), la péloche de Kim Joo-ho ne repose plus que sur sa galerie de pitres, rivalisant d’ingéniosité pour surmonter mille et une embûches et tentant tant bien que mal de conserver une cohésion au sein de leur groupe pour le moins hétéroclite (alors que l’hiver éclate, allez comprendre).


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 38900 photo 38899 photo 38898
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage