Critique de film

pub

Tetsuo: The Bullet Man

"Tetsuo: The Bullet Man"
affiche du film

De père américain et de mère japonaise, Anthony, employé discret, vit à Tokyo avec sa femme Yuriko et leur fils Tom. Depuis que sa mère est décédée d’un cancer, son père, qui travaille dans le milieu scientifique, lui fait passer, ainsi qu’à son fils, un examen médical mensuel. Sur le chemin qui le ramène à la maison, Tom se fait renverser par une voiture et meurt sous les yeux d’Anthony. Celui-ci, très ému voit son corps muté, ses cellules devenant métalliques. Alors qu’il en apprend davantage sur son histoire les épreuves qui ont marqué sa famille, Anthony se transforme en une masse métallique, une arme humaine dévastatrice.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Tetsuo : The Bullet Man - Iron weapon
Par : Alan Deprez (Vivadavidlynch)
Tags : Asiatique, BIFFF 2011

Troisième volet de la cultissime saga Tetsuo du génialement barré Shinya Tsukamoto, Tetsuo : The Bullet Man, né des cendres d’un projet mort-né de Tetsuo made in USA, est loin d’être la purge annoncée par tous (dont certains oiseaux de mauvais augure du site Cinémafantastique). D’un niveau inférieur aux deux premiers opus, véritables pierres angulaires du « japan cyberpunk », le film ne manque pas d’atouts, pour le spectateur qui ne se laissera pas influencer par les nombreux échos et l’opinion dominante.
La colère incontrôlable de l’homme d’acier se déclenche ici par la mort de son fils, écrasé sous les roues du bolide d’un meurtrier joyeusement cabotin (Tsukamoto himself).

Un meurtre orchestré à dessein, dans le but de libérer la machine, enfuie au plus profond de l’homme. Passons sur des explications hasardeuses et grotesques, « ventre mou » du film (révélations sur la vraie nature du personnage principal), pour s’attacher à ses qualités, qui inciteront le fanboy à le visionner de toute urgence. Tout d’abord, les make-up et prothèses sont toujours aussi inspirés, bien que souffrant par moments d’un flagrant manque de moyens. Ils sont appuyés par d’infimes variations dans les thématiques chères à Tsukamoto-san : l’explosion organique, incarnation d’une colère sourde (indomptable), sera apaisée par la puissance de l’intime, tandis que le couple sino-américain (les acteurs Akiko Monô et Eric Bossick) offre au film une résonance inattendue, fruit des différences culturelles décelées dans les interstices de ce Bullet Man. Akiko Monô (Lost in Translation, United Red Army de Kôji Wakamatsu) s’y montre d’ailleurs fragile et habitée, imprégnant le film d’une douce mélancolie…

Néanmoins, le newcomer Eric Bossick n’a pas les épaules pour le rôle et manque sérieusement de charisme. Mais l’essentiel est ailleurs. Tsukamoto ne s’est toujours pas assagi et Tetsuo : The Bullet Man s’avère l’orgie sensorielle prévue, viol en règle de la rétine par un montage épileptique, une caméra gesticulant tel Ian Curtis sur scène et divers effets, comme autant d’agressions visuelles/sonores ; un shoot pelliculé pour junkie en manque… Inutile de préciser que vous aurez votre dose… Cerise sur le gâteau, quelques tracks du grand Trent Reznor, du meilleur effet, rattrapent un minimum les défauts du film (une séquence gênante avec assaut des SWAT et un final affreusement bâclé).

Pur condensé de furie punk (la filiation avec l’œuvre de l’agitateur Sogo Ishii ne s’est jamais démentie), Tetsuo : The Bullet Man est une œuvre imparfaite, où le génial côtoie le franchement raté, au gré de visions fulgurantes. Plutôt rassurant quant à la santé artistique de Tsukamoto (après le calamiteux Nightmare Detective 2), qui reste cet éternel « ado enragé ». Et c’est tant mieux !


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage