Terra Formars - Volume 1

7 mai 2013 | Par : Quentin Meignant | Des bulles

Titre Terra Formars

Titre original Terra Formas

Auteur Kenichi Tachibana

Éditeur Kaze Manga

Année 2011

Genre Manga - Seinen

Année d’édition 2013

Note 7,5/10

Résumé

La population terrienne en constante augmentation épuise toujours plus les ressources de sa planète. Seule solution pour éviter l’extinction : faire proliférer sur Mars l’unique forme de vie capable d’endurer son environnement et de le rendre habitable… le cafard.

An 2599 :

La terraformation entre dans sa phase finale et les rampants doivent maintenant être exterminés. À bord du vaisseau spatial “Bugs 2", quinze jeunes gens venus des quatre coins du globe, et génétiquement modifiés en vue de cette tâche, s’apprêtent à atterrir sur Mars. Ils ignorent encore tout du sort de leurs prédécesseurs disparus en tentant de remplir la même mission… Et si la théorie de l’évolution ne s’appliquait pas qu’à l’Homme ?

Auteur l’an dernier d’une percée dans l’édition de manga VF chez Delcourt avec le peu convaincant L’Affaire Sugaya, le dessinateur Kenichi Tachibana est de retour avec Terra Formars, ou l’histoire de la terraformation de la planète rouge par des cafards en vue d’y installer une partie de l’humanité.

Si le sous-texte écolo de l’oeuvre est rapidement passé sous silence malgré une planète Terre à l’agonie (qui n’est d’ailleurs même pas présentée), Tachibana et son scénariste, Yu Sasuga, livrent d’emblée un récit bien bourrin. Avec seulement 15 personnages humains présents dès l’entame et une bonne partie décapités à la moitié de l’oeuvre, on se demande comment la saga va pouvoir perdurer et les protagonistes survivre vu la puissance des cafards humanoïdes.

Néanmoins, il est impossible de bouder son plaisir tant l’oeuvre, livrée chez nous par Kaze Manga, abonde en situations épiques et spectaculaire. Globalement bancal, ce premier tome donne par ailleurs lieu à quelques bizarreries comme les détails concernant divers insectes dont les gènes ont été inséminées aux soi-disant humains ou encore comme des flashbacks inutiles et mal amenés.

Si les défauts sont légions, la colonie de cafards de Tachibana régale le lecteur et les scènes d’actions s’avèrent être assez rondement menées que pour masquer toutes les imprécisions.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage