Critique de film

pub

Tempête de boulettes géantes

"Cloudy with a Chance of Meatballs"
affiche du film

Flint Lockwood est inventeur. Jusqu'ici, toutes ses inventions bizarres, depuis les chaussures que l'on se pulvérise sur les pieds jusqu'au traducteur de pensées pour singe, ont été des échecs spectaculaires qui ont causé d'innombrables problèmes à sa petite ville, Swallow en Château. Cette fois, Flint est bien décidé à inventer quelque chose qui rendra les gens heureux. Pourtant, lorsque sa nouvelle création, la machine à transformer l'eau en nourriture, détruit la grand-place avant de disparaître dans les nuages, il pense que sa carrière d'inventeur est définitivement fichue. Jusqu'à ce que l'incroyable se produise : il se met à pleuvoir des cheeseburgers ! Sa machine marche ! Les averses de nourriture connaissent un succès instantané, et Flint se fait vite une nouvelle amie : Sam Sparks, la présentatrice météo qui arrive à Swallow en Château pour couvrir ce qu'elle appelle « le plus formidable phénomène météo de l'histoire ». Mais les gens réclament de plus en plus de nourriture, et la machine se met à avoir des dysfonctionnements, répandant des tornades de spaghettis et de boulettes de viande géantes. La ville est sur le point d'être engloutie par des montagnes de marshmallows et des raz-de-marée de pastèques. Flint et Sam vont devoir faire appel à toute leur expérience et leur inventivité pour arrêter la machine et faire en sorte que tout rentre dans l'ordreâ

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Tempête de boulettes géantes - Buffet géant
Par : Damien Taymans

Flint Lockwood est un enfant des plus étrange. A l’heure où ses camarades passent le plus clair de leur temps à se lancer une baballe ou à jouer à la marelle, Flint invente des objets pour faciliter la vie de ses compagnons, créant par exemple des chaussures en spray qui permettent de ne plus s’encombrer des lacets. Devenu adulte, Flint n’est qu’un citoyen paumé, haï de ses contemporains, qui ne voient pas d’un très bon œil ses inventions échevelées qui transforment chaque cérémonie officielle en catastrophe. Cependant, sa nouvelle invention va le réconcilier avec la population de cette ville îlienne, condamnée à ne plus ingurgiter que des sardines à toutes les sauces. Lors cette nouvelle machine, capable de transformer de l’eau en cheeseburgers, pizzas et boules de glaces, entre en contact avec les cumulus, le temps se dérègle et les éléments se déchainent, libérant sur la ville des tempêtes de nourriture…

Tempête de boulettes géantes est d’abord un livre pour enfants paru en 1978, des œuvres de Judi Barrett (histoire) et Ron Barrett (illustrations) qui a connu un très beau succès auprès des moutards aux quatre coins du globe. Vendu à plus d’un million d’exemplaires, le livre nécessitait cependant une réécriture et un développement, l’histoire d’une ville soumise à un déluge de nourriture ne suffisant pas pour une transposition sur grand écran. Phil Lord et Chris Miller, repérés par Walt Disney voici quelques années et lancés avec quelques épisodes de la série Clone High, utilisent la base même de l’écrit d’origine (la ville de Swallow en Château connaît une météorologie des plus nutritives qui se dégrade progressivement) et développent des personnages attachants, essentiellement dépeints dans leurs faiblesses. Ainsi, Flint est un inventeur farfelu, plutôt gauche, qui supporte difficilement les moqueries de ses concitoyens, tout comme Sam Sparks, spécialiste de la météo digère assez mal les railleries de ses confrères. Baby Brent est un ringard dont la popularité est bâtie sur du vent (une propension à l’exhibitionnisme et un joli déhanché), le maire, personnage abject aux motivations machiavéliques, utilisant l’image de ce tas de graisse pour rehausser la cote de sa propre notoriété.

Le réalisme de ces personnages, peaufinés à l’extrême pour les décoller des habituelles caricatures, atteste de la volonté des créateurs de mettre en scène un « rêve réaliste » qui entraîne l’assistance dans les confins du merveilleux sans pour autant les « gaver ». Entreprise délicate, précisément quand le sujet de l’œuvre est propice à provoquer l’indigestion, tant le déferlement de bouffe contraint à l’agonie digestive. Rempli de répliques bien senties et porté par une mise en scène finement travaillée, Tempête de boulettes géantes peine cependant à calfeutrer ses faiblesses sous des tonnes de macaronis et ses litres de glaces multicolores : les péripéties souvent répétitives (des tornades de pâtes aux pluies de hots-dogs) et la morale gagatisante l’empêchent notamment de concurrencer avec le brio des films de Pixar, devenus maîtres de l’animation actuelle.

Sony pictures Animation retrouve avec son septième film animé la sobre magie de son premier essai, Monster House. Une mise en appétit remplie de sarcasme (la critique de la malbouffe assez bien filée) qui rassure en attendant l’adaptation des Schtroumpfs de Peyo, prévue pour 2011.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage