Critique de film

pub

Tale of Vampires

"Frostbiten"
affiche du film

Annika, médecin confirmée, est mutée avec sa fille, dans un petit village plongé dans une nuit polaire glaciale. Intriguée par une série d'incidents sanglants et de disparitions mystérieuses au sein de l'hôpital, Annika va découvrir que des vampires ont infiltré le personnel et que leur chef, monstre hybride et sanguinaire, se prépare à ressusciter...

pub

Les critiques à propos de ce film

Tale of vampires - Vive les Vikings !
Par : Damien Taymans
Tags : Vampires

Tale of vampires est considéré comme étant le premier film d’horreur suédois. Ce cinéma compte en fait une cinématographie étoffée en ce qui concerne les drames mais ne s’est jamais laissé tenter par une aventure horrifique. Pourtant, les conditions qui règnent sur le pays (et, par conséquent, sur toute la péninsule scandinave) sont propices à l’éclosion de ce genre de thème. C’est d’ailleurs ce qui fait une des forces du métrage. Rendez-vous compte : une trentaine de jours sans revoir la lumière du jour, c’est long lorsqu’on est confrontés à une bande de vampires en puissance…

Profitant de cette situation particulière et jouant admirablement des conditions climatiques qui règnent en Suède (la quasi-totalité des scènes a été tournée dans l’extrême-nord de la Suède sous des conditions glaciales !), Anders Banke parvient à nous livrer un film qui va dans le sens des nombreuses œuvres consommées sur le vampirisme.

Mais Banke ne joue pas la carte de l’hypocrisie et reconnaît être l’héritier de ce florilège de vampires. Bien plus, il multiplie les clins d’œil et réussit, par la maîtrise de son sujet, à nous livrer un film réunissant des lieux communs du genre mais en les sublimant. Ainsi, on glisse rapidement au sein du même film de Dracula à Vampires en passant par Une nuit en enfer

Puisqu’on vient de traiter du chef-d’œuvre vampirique de Robert Rodriguez, profitons-en pour mettre en lumière la maîtrise de l’humour dans le métrage scandinave. Banke ne néglige pas le côté humoristique et en fait même l’élément essentiel de son film, nous offrant des scènes extrêmement sympathiques comme ce dîner où se rend un jeune vampire pour y rencontrer ses beaux-parents ou ce meurtre si particulier provoqué par un nain de jardin (je ne savais même pas que ça pouvait tuer, ces trucs-là !). Un véritable délice pour les yeux et les zygomatiques.

Dernier point positif pour ce métrage remarqué par mister Yuzna : la qualité des maquillages. Les effets sont grandioses et rappellent sans mal la majorité des films de vampires. On se trouve aux prises de goules voraces situées entre créatures hideuses et monstres clownesques.

Malheureusement, vous nous connaissez maintenant, il y a souvent des « mais » après autant de points positifs. Et vous avez encore une fois effectivement raison. Mais, Banke nous présente des personnages un peu trop effacés, sortes de teenagers rebutants ne pensant qu’au sexe et à la drogue. Des individus stéréotypés à souhait qui ne nous imprègnent jamais de leur personnalité. Signalons aussi un scénario parfois lourdingue et un peu tiré en longueur (la surprise-party prend un temps de dingue à se dérouler).

Enfin, on regrette énormément que le réalisateur n’en ait pas profité pour nous donner un avant-goût (voire même une petite bolinette) d’éléments culturels. On connaît peu ces coutumes nordiques et il aurait été légitime de servir sur un plateau aux occidentaux mal renseignés un bain dans cette si « froide » culture scandinave. Pire que cela, Banke semble essayer de reproduire à l’identique les modèles américains afin de toucher un maximum de spectateurs. Ainsi, il y a un monde entre rendre hommage et imiter (différence que des gars comme Zombie ou Tarantino ont compris, eux !).

M’enfin, y a pas péril en la demeure : Tale of vampires reste malgré tout une œuvre sympathique qui pourra se targuer de nous avoir surpris à quelques reprises. Espérons que la voie est ouverte au cinéma fantastique suédois…


Tale of vampires - Une curiosité venue de Suède
Par : Chroniqueurs

Annika, médecin confirmée est mutée avec Saga, sa fille, dans un petit village plongé dans une nuit polaire glaciale. Intriguée par une série d’incidents sanglants et de disparitions mystérieuses au sein de l’hôpital, Annika va découvrir que des vampires ont infiltré le personnel et que leur chef, monstre hybride et sanguinaire, se prépare à ressusciter. A la tête dune horde assoiffée de sang, il se prépare à prendre possession de la ville et... de ses habitants.

Tale of Vampires fut vendu comme un délire gore où se mélangent efficacement carnage avec pluie d’hémoglobine et humour décapant. Après une ouverture prometteuse se déroulant lors de la seconde guerre mondiale, Anders Banke conduit son armée de vampires avec maîtrise et efficacité. Les maquillages et effets spéciaux ont été conçus par les créateurs de la saga Dinotopia et de la série Farscape. Les vampires sanguinaires sont relativement bien réussis et les nombreux plans de têtes coupées et de membres déchirés sont bien présents, mais n’apportent aucune innovatioon. Là où le film se démarque un peu des autres productions du genre, c’est au niveau du lieu de l’intrigue : un pays nordique en période de mois polaire. Ainsi, le réalisateur évacue toute contrainte liée à l’alternance du jour et de la nuit : les créatures peuvent errer dans les rues à n’importe quelle heure de la "journée" et de la nuit. Mais le film répertorie tous les éléments associés au mythe du vampire, tels que l’ail, les croix et les pieux, parfois dans une succession de situations cocasses comme lors du dîner en famille.

On est loin cependant loin du délire gore vanté par la campagne promotionnelle. On retrouve plutôt un coté un peu sanglant du à des personnages qui adorent jouer avec leur nourriture et qui déchiquètent les gorges à pleine dent. Avec Tale of vampires, on est à des lieues des sommets du genre en terme de mythe vampirique (Dracula, Nosferatu, Entretien avec un vampire), mais également des opus du genre laissant libre cours à une folie démentielle (Une nuit en enfer, Vampires). Reste le casting composé d’acteurs inconnus, qui jouent parfois juste, ou qui font parfois dans la surenchère, la faute à un humour par moments à la limite du potache.

Tale of vampires n’en demeure pas moins une honnête série B, qui ne se prend pas au sérieux, dont l’origine (la Suède) permet de découvrir un cinéma méconnu qui s’essaie au cinéma de genre. Un film qui ne renouvellera pas le cinéma vampirique. Dans la même veine, on attendra bien plus du prochain 30 days of night, avec Josh Hartnett, adaptant le comic du même nom.

Commentaires sur le film

Faut pas se faire de mauvais sang !!!!

4 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Drôle, pas prise de tête...
Un film tout simplement sympa avec quelques trouvailles...

20 août 2011 à 21:08 | Par bulldog

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage