Critique de film

pub

Souviens-toi l'été dernier 2

"I Still Know What You Did Last Summer"
affiche du film

Traumatisée par le drame qu'elle a vécu, Julie est toujours hantée par d'horribles rêves. Quand son amie Carla lui propose de partir aux Bahamas avec des copains, Julie accepte sans hésiter, mais une fois de plus, ces vacances vont vite tourner au cauchemar...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Souviens-toi l’été dernier 2 - Deuxième crochet léthal
Par : Damien Taymans
Tags : Slasher

Le temps, d’après l’adage, efface toutes les douleurs. Dans le cas de Julie, l’expression loupe lamentablement le coche. Après une année entière passée sur le campus, Julie est toujours hantée par les souvenirs de l’homme au crochet qui avait tenté de lui mettre le grappin dessus dans le port de Southport. Aussi, quand sa meilleure amie Karla lui propose de l’accompagner dans un périple aux Bahamas, Julie voit là l’occasion de se reposer à peu de frais et de s’oxygéner les neurones en descendant des margharitas à l’oeil. Mais bien vite, les dméons de Julie reviennent à la charge et les événements étranges s’accumulent sous les yeux de la jeune femme qui éprouve toutes les peines du monde à convaincre ses camarades de l’imminence du danger…

Dépassant les 100 millions de dollars de bénéf, à l’image du Scream de Craven, Souviens-toi l’été dernier ne tarde pas à enfanter une séquelle. Située un an après le tragique massacre de Southport, l’intrigue de Souviens-toi l’été dernier 2 (I still know what you did last summer, en version anglaise, ce qui signifie à peu de choses près : « Je n’ai rien oublié du tout de ce qui s’est passé à l’époque et je vais revenir vous faire démonstration de mon crochet du droit ») persévère sur la voie tracée par le premier opus. Une séquence liminaire présente une Julie (toujours interprétée par Jennifer Love Hewitt, survivante miraculeuse qui semblait pourtant connaître une fin malheureuse à la fin du premier tome) bouleversée par ses rêves au cast desquels figure toujours le pêcheur diabolique armé de son crochet finement aiguisé. Même ton, même constat. Le script édifié par Trey Callaway s’affranchit complètement du matériau livresque originel pour s’inscrire davantage dans les terres scénaristiques de la franchise naissante. Les retrouvailles tourmentées entre Ray et Julie comme point de raccord, les amourettes tumultueuses entre Julie et Will Benson comme nouveau point de départ, le métrage s’est apparemment encombré d’un accent plus glamour afin de combler les brèches d’un récit qui peine à décoller et préfère s’éterniser à dresser le cadre îlien,noyé sous les averses et peuplé de personnages excentriques (le black aux cérémonies vaudous, le faux jamaïcain qui fume de la marie-jeanne, le gérant de l’hôtel antipathique). Une série de caractérisations qui entravent l’installation d’un climax un tant soit peu inquiétant, un comble pour un slasher, genre par essence déjà scénaristiquement sous-exploité.

Pourtant, à l’image de son prédécesseur, cette suite possède d’incontestables possibilités, notamment le cadre désolé des Bahamas post-saison, qui plus est en proie à une violente tempête. Des considérations que Danny Cannon, déjà coupable de l’infâme Judge Dredd, ne prend jamais la peine d’exploiter totalement. En lieu et place, le cinéaste souligne sans cesse l’isolement dans lequel est plongée l’île afin d’instiller un semblant de claustrophobie à son intrigue neuneu. De part en part, le réalisateur s’enfonce de plus en plus dans ses conventions et s’étouffe littéralement lors de son dernier acte, trop abrupt en regard de l’entame lancinante du métrage. Si bien que le body count a beau augmenter considérablement grâce à quelques exécutions très graphiques et un tant soit peu inventives (pas évident de soutenir idéalement l’équation crochet-barbaques sur deux œuvres), lesdits massacres ne suffisent pas à contenter une assistance gavée de cette abondance de clichés déversée sur une intrigue méchamment prédictible.

Souviens-toi l’été dernier 2 affiche une telle naïveté qu’il ne se hisse même pas à la cheville du premier épisode déjà peu intéressant. Seul point positif : les handicapés de la géo pourront durablement se rappeler le nom de la capitale du Brésil. C’est mince mais ça peut toujours servir.

Commentaires sur le film

Sachant que la capitale du Brésil est....

2 etoiles

...Brasilia

Bin alors Damien Taymans, quand on veut être acide, on essaie d’avoir un peu de culture.

26 avril 2013 à 19:04 | Par MusashiChan

0 etoiles

Cher MusashiChan,

La référence à la capitale brésilienne est logique étant donné que la réponse est fournie au sein même du film. Il faut revoir le film pour cela...

26 avril 2013 à 21:04 | Par Damien Taymans

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage