Critique de film

pub

Sharknado

"Sharknado"
affiche du film

Quand une énorme tornade dévaste Los Angeles et inonde ses rues, des centaines de requins terrorisent la population...

pub


Trailer - Sharknado (2013)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Sharknado - Les dents de l’emmerde ?
Par : Seb Brunclair

Des requins affamés circulent librement dans les rues de Los Angeles submergées par les eaux et finissent par s’incruster dans des tornades qui passent dans le coin. Il y a vraiment besoin de vous faire un dessin ?

Comme le déclame si bien son accroche : « Enough said ». Véritable poème à lui seul, le titre du film annonce tout d’emblée : Sharknado met en scène une tornade de requins. Si en plus on vous dit que le bazar est un téléfilm commandé par Syfy, la chaîne de référence en matière de navets (le terme nanars serait trop gratifiant) à base d’attaques d’animaux jouant à celui qui aura le concept et le titre les plus crétins (2-Headed Shark Attack, Piranhaconda, …), il y a de quoi avoir peur.

Mais le plus flippant arrive : Sharknado est un produit de The Asylum, pourvoyeurs de mockbusters fauchés (Transmorphers, Snakes on a train, …) destinés à subtiliser les billets de pauvres inconscients pas bien réveillés. Tout est donc réuni pour donner l’envie au spectateur averti de prendre ses jambes à son cou et d’éviter goutte que goutte ces requins visiblement pas frais. Et pourtant…

Pourtant, c’est que ça fonctionne, cette saloperie ! Qu’on ne s’y trompe pas, tous les éléments propres aux productions Asylum sont réunis : monstres en CGI dégueulasse, budget de misère, scénario tenant sur timbre-poste et dialogues crétins récités par un casting diversement impliqué (qu’ils sont mauvais, ces figurants !) et constitué d’au moins un has been qui cachetonne. Ici, l’honneur revient à Tara Reid, la blondasse d’American Pie, qui peut se vanter de réunir sur son CV une purge de Uwe Boll (Alone in the Dark) et un film de requins de Syfy. La grande classe !

Toutefois, ce Sharknado dégage ce je ne sais quoi qui sépare les immondes bouses opportunistes et les honnêtes zèderies fauchées mais jubilatoires. Extermination de poissecaille au fusil à pompe, dialogues volontairement ( !) drôles, rythme soutenu et seconds rôles presque attachants font que ce tourbillon évite le roupillon habituellement provoqué par les « œuvres » de la firme. C’est qu’on en redemanderait, tiens !

Véritable raz-de-marée lors de sa diffusion aux USA, Sharknado est d’ores et déjà assuré d’une suite, qu’on espère encore plus folle, histoire de pousser le concept un peu plus loin (la fameuse tornade n’intervient qu’en toute fin de métrage et est résolue de manière un peu trop expéditive). Quoi qu’il en soit, il faut reconnaître que les filous de chez The Asylum sont tout doucement en train de troquer leur réputation de pourvoyeurs d’arnaques pour celle d’honnêtes artisans du Z. Comme quoi, tout arrive.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 40951 photo 40952 photo 40953
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage