Festival de Sitgès

SITGES 2011 - Episode 1

Contagion, Attack the block et Eva

Me revoilà après le NIFFF dans un autre festival que j’apprécie tout particulièrement, Sitgès. C’est le mardi 4 que je me mets en route depuis ma belle Suisse ensoleillée pour rejoindre Barcelone, où le short et le t-shirt sont encore bien de rigueur en ce début octobre. Depuis l’aéroport il me faut encore rejoindre Sitgès et ceux qui sont déjà venus en Espagne savent qu’ici on ne s’embête pas à écrire la direction du train sur le quai, c’est plus au petit bonheur la chance de se trouver sur la bonne voie. Mais pour moi cette année pas de micmac avec les transports publics espagnols, un carrosse Seat avec chauffeur nous attend dans le parking.

La suite est malheureusement très pénible, une fois arrivée, il s’agit de profiter de la mer et du beau temps pendant le jour et demi qui nous reste à disposition avant le début du festival, la vie est dure, très dure ! Allons, ne soyez pas jaloux...

C’est ma troisième fois à Sitgès et ma deuxième fois en tant que membre de la presse, mais pas grand-chose n’a changé depuis ma dernière visite. Le jeudi matin, je me rends au Mélia pour retirer mon accréditation et surprise, le badge ainsi que ma documentation ne sont pas prêts… c’est bon je suis bien en Espagne et je suis bien au Festival de Sitgès (pas que le festival n’est pas super mais l’organisation est de dernière minute et chaotique). Une fois le badge réglé et une petite partie de la doc en main, je peux enfin fignoler mon planning ciné en toute tranquillité avant de me rendre dans la file d’attente pour Contagion de Steven Soderbergh. Les bon points de ce genre de festival, c’est tous les gadgets promotionnels que l’on reçoit, dans ce cas-là, un stylo doublé d’un antibactérien en forme de shot de vaccination.

Sans donner trop de détails (les critiques approfondies de tous les films que j’aurai vus pendant le festival se feront à la fin de mon séjour), Contagion commence sur un très bon rythme, sans suivre le chemin de la maladie apocalyptique traditionnelle mais s’étale en longueur et sur plein de sujets différents sans pour autant en approfondir un seul. La sortie du film se fait au pas de course en direction du guichet des billets presse pour les passes pour les autres films de la journée ainsi que ceux du lendemain.

Mais malgré ma rapidité, c’est une longue file d’attente qui se dresse devant moi (et oui il y aussi des désavantages d’être de la presse) et je garde les doigts croisés pour qu’il reste des entrées pour les films que j’ai sélectionné. Après un souper, direction le Retiro, une petite salle au centre de Sitges pour voir Attack the Block de Joe Cornish. Le Retiro est une ancienne salle de spectacle, presque entièrement à plat qui n’est pas des plus adaptées pour le cinéma (mais grand joie à mon entrée dans la salle, les chaises inconfortables ont enfin laissé place à de nouveaux sièges ! Vive les petits bonheurs de la vie).

C’est dans une ambiance complètement déchainée que se déroule le film. Ça siffle, ça rigole, ça commente ; un mélange parfait qui pousse à apprécier Attack the Block. Sans être un grand film, il est fort divertissant et contient une bonne dose d’humour british pour que je me sente à la maison. Bref, un très très bon moment qui annonce un bon début de festival. Pour le dernier film de la journée, je remonte direction le Mélia pour voir le film d’ouverture, Eva de Kike Maíllo. Eva s’inscrit parfaitement dans le thème du festival dédié cette année à l’intelligence artificielle. Mais malgré une très belle photographie et de super effets spéciaux, Eva n’arrivera à convaincre aucun de mes amis critiques, ni aucun professionnel autour de moi. Quant à moi il me laisse sur ma fin, mais je réserve mon jugement final pour ma critique, pour le moment c’est direction mon lit pour commencer ce festival en douceur. Hasta mañana !

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage