Critique de film

pub

S.O.S. Fantômes

"Ghost Busters"
affiche du film

Trois professeurs, Peter Venkman, Raymond Stantz, Egon Spengler qui effectuent des recherches sur les fantômes sont mis à la porte par le Doyen de leur faculté. Ils décident alors d'ouvrir une société d'investigations paranormales et de capture de fantômes nommée S.O.S. Fantômes. Mais il faut attendre que l'équipe attrape un fantôme dans un restaurant chic pour que leur affaire commence à bien marcher. Ils deviennent le seul espoir de l'humanité face à Gozer, un dieu sumérien, qui projette de dominer le monde avec son armada d'ectoplasmes.

pub


Trailer - S.O.S. Fantômes (1984)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Ghost Busters - Appelez S.O.S. Fantômes !
Par : Quentin Meignant
Tags : Fantômes, Possession, Comédie

Au début des années 80, un genre jusque là assez peu exploité fait parler de lui : les comédies fantastiques se multiplient et font des émules. Parmi celles-ci, Ghost Busters fait office de véritable phénomène de société. L’œuvre, imaginée par les acteurs-scénaristes Dan Aykroyd, Harold Ramis et Rick Moranis, donnera notamment lieu à une série télévisée animé suivie par des millions de têtes blondes à travers le monde. Succès international, nominé aux Oscars, Ghost Busters est une véritable machine dont le pitch, à lui seul, demeure, aujourd’hui encore, une accroche exceptionnelle. Peter Venkman, Raymond Stantz, Egon Spengler, trois professeurs qui effectuent des recherches sur les fantômes, sont mis à la porte par le Doyen de leur faculté. Ils décident alors d’ouvrir une société d’investigations paranormales et de capture de fantômes nommée S.O.S. Fantômes. Mais il faut attendre que l’équipe attrape un fantôme dans un restaurant chic pour que leur affaire commence à bien marcher. Ils deviennent le seul espoir de l’humanité face à Gozer, un dieu sumérien, qui projette de dominer le monde avec son armada d’ectoplasmes.

Volontairement légère, l’intrigue se présente donc de manière assez enfantine, bien aidée par les premières apparitions fantômatiques complètement délirantes. S’ancrant d’emblée dans une optique amusante, le métrage d’Ivan Reitman fait dès lors la part belle à des personnages aussi sympathiques qu’efficaces. La multiplication de bons mots empêchent l’œuvre de sombrer d’emblée dans des bavardages pourtant fort présents. Le traitement même de monstres loufoques instille d’ailleurs au film un caractère tout particulier, fort proche d’œuvres d’animations contemporaines.

A ce titre, les effets spéciaux assez rudimentaires, tenant carrément de l’univers comics, diffusent à l’envi une ambiance toujours plus légère et détachée, , encore accentuée par la somptueuse chanson originale de Ray Parker Jr. Ce n’est dès lors que dans sa seconde partie que S.O.S. Fantômes rencontre ses seules difficultés, inhérentes d’ailleurs à son style. Ainsi, le manque d’apparitions vraiment marquantes et la pauvre exploitation de certaines créatures pourtant qualitativement supérieures (Glouton, le fantômes vert au design très particulier, aurait mérité quelques scènes supplémentaires) finissent par user quelque peu, Reitman se bornant à filmer des personnages très bavards. Malgré tout, Ghost Busters leur doit sa réussite tant les acteurs principaux s’échinent, tout au long d’un déroulement assez mou, à faire passer au mieux les dialogues mis en place. Bill Murray, en Professeur Venkman totalement déjanté, offre à ce titre une prestation cinq étoile qui, à elle seule, aurait sauvé la pire des bouses.

Heureusement, Ghost Busters ne fait pas partie de cette catégorie de métrages et, si le résultat n’est pas toujours probant, le film de Reitman aura au moins eu le mérite de constituer un agréable divertissement. Rampe de lancement idéale pour la saga animée qui régala une génération entière, S.O.S. Fantômes est simplement un bon moment de cinéma qui ne se prend jamais la tête…


Oeuvres liées :

Commentaires sur le film

nostalgie

3 etoiles

Un métrage culte pour tout ceux qui l’ont découverts à l’époque de sa sortie. Malheureusement il faut avouer que Ghostbusters a pris aujourd’hui un sérieux coup de vieux et risque de ne plaire qu’aux nostalgiques qui en connaissent par coeur les répliques cultes ("je suis le cerbère de la porte", "il ne faut jamais croiser les effluves", "c’est le maaaaaaaaaaaal", etc.)

9 mai 2009 à 10:05 | Par hellrick

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 39861 photo 39860 photo 39859
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage