Critique de film

pub

Robo-G

"Robo-Jî"
affiche du film

Trois techniciens fabriquant de petits appareils électroniques reçoivent une ordonnance du président de leur compagnie les enjoignant de créer un robot pour augmenter l’aura de leur firme. Malheureusement, une petite semaine avant la grand exposition robotique, leur création est détruite. Ils décident alors de leurrer les spectateurs en déguisant un vieillard en robot. Le résultat est inattendu : le robot est acclamé et la gloire est énorme.

pub


Trailer - Robo-G (2012)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Robo G - Astro le petit robot
Par : Seb Lecocq
Tags : BIFFF 2013

Les vrais auteurs se reconnaissent aux thématiques qu’ils abordent, explorent et exploitent de film en film. On peut donc affirmer que Shinobu Yaguchi est un vrai auteur tant ses créations sont portées par une thématique commune qu’on pourrait qualifier, dans un anglicisme barbare, de « from zero to hero ». Il part toujours d’une petite bande d’outcasts, de bras cassés ou de loosers qu’il fait évoluer et transforme en héros. Le tout sous forme de comédie et de feel good movie. Tellement sympathiques qu’ils devraient être remboursés par la Sécu, ses films valant mieux que n’importe quel antidépresseur. Les mauvaises langues se contenteront de dire qu’il fait toujours le même film. Ce qui n’est pas totalement vrai mais pas complètement faux non plus. D’ailleurs, le canevas de Robo-G ne déroge pas à la règle du « zero to hero » dont raffole le cinéaste.

Une entreprise d’électroménagers tente de se lancer dans la robotique et demande à trois de ses employés/chercheurs les moins dégourdis de construire un robot intelligent. Malheureusement l’automate est totalement détruit à quelques jours du grand salon de la robotique. Les scientifiques décident donc d’engager un homme pour enfiler un costume de robot. Tout le monde n’y verra que du feu mais le vieil homme à l’intérieur de la machine a ses exigences. Sur cette simple trame, Yaguchi enchaîne les situations et les quiproquos aptes à déclencher les éclats de rire pendant une excellente première heure de film. On rit un peu, parfois aux éclats et on sourit énormément. Pas forcément hilarant, Robo G prodigue néanmoins une belle dose de bonne humeur, vous colle le sourire aux lèvres et la patate, pour ne pas dire la frite pendant toute la journée. Un sourire béat qui fait se dire que oui, parfois, la vie est belle.

Le point fort du dernier film de Yaguchi est sans conteste son sens du rythme - toujours le bon gag au bon moment - et la précision de la mise en scène. S’il ne fait pas dans la démonstration gratuite ou le tape à l’œil, le réalisateur japonais possède ce sens du cadre précis et carré qui offre le parfait écrin à ses scènes d’humour. Les gags mêlent habilement l’absurde, le burlesque et un humour typiquement japonais. Mais Yaguchi excelle aussi dans l’art de créer des personnages immédiatement attachants. Le trio de scientifiques, le vieil homme et la jeune étudiante sont tous les trois finement croqués et s’ils vivent chacun leur aventure de leur côté, le scénario leur permet de se rencontrer et de s’allier selon les circonstances. Seule ombre au tableau : une petite saute de rythme entraînant une légère perte d’intérêt durant son deuxième acte. Un petit défaut dont ne souffrait ni Waterboys ni Swing Girls, ses deux meilleurs films.

Robo G est une comédie cent pour cent Yaguchi qui comporte beaucoup d’humour, un vrai feeling, des bonnes vibrations et une façon unique de filmer l’humour, à mi chemin entre Takeshi Kitano, Wes Anderson et Jacques Tati. Une excellente comédie, drôle, humaine et qui distille de bonnes vibrations en intraveineuse. Ce serait vraiment con de se priver.


Commentaires sur le film

3 etoiles

Le quiproquo délirant alimente le film sur une bonne partie de sa durée hélas un peu trop longue !

19 avril 2013 à 21:04 | Par Damien Taymans

3 etoiles

Sensible et plein d’humour, "Robo-G" apporte sa pierre à l’édifice de la comédie humaniste made in Japan. Hélas, une fois de plus, c’est très long... Le film aurait facilement dû être dégraissé d’une petite demi-heure.

19 avril 2013 à 21:04 | Par Alan Deprez

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 38078 photo 38077 photo 38076
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage