Critique de film

pub

Red sands

"Red sands"
affiche du film

Des soldats américains en mission en Afghanistan libèrent par mégarde une force surnaturelle qui se venge en leur livrant une guerre meurtrière.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Red sands - Sable noir
Par : Damien Taymans

Une escouade de soldats américains est envoyée pour surveiller une route employée par les Talibans pour acheminer leur équipement, leurs armes et leurs cartouches de "Lord of the War 3". En chemin, ils découvrent une idole que Wilcox, le traducteur, redoute étant donné l’iconoclasme musulman qui interdit formellement toute vénération des statues. Celle-ci renferme selon lui un Djinn, l’un de ces génies maléfiques envoyés sur Terre pour duper les hommes. Plus tard, s’installant dans une maison délabrée, les soldats reçoivent un étrange présent de la part de la tempête de sable qui souffle au dehors : une femme arabe désarmée qui cache son jolie minois derrière son foulard et recèle, en vérité, un bien étrange secret...

Red Sands est la dernière création de l’équipe qui proposa l’intéressant mais vite ennuyeux Dead birds en 2004. Le réalisateur Alex Turner et le scénariste Simon Barrett (également en charge sur Frankenfish, c’est dire les capacités scénaristiques du gars), forts de ce premier opus, effectuent un important glissement tant au niveau de la temporalité que du genre et quittent le XIXème siècle aux allures de western pour s’intéresser à la guerre d’Afghanistan, nettement plus contemporaine. Pourtant, les deux œuvres partagent un bagage commun. A l’instar de Dead birds, Red Sands aborde l’histoire d’un groupe d’hommes envoyés en mission qui se retrouvent enfermés dans une maison et luttent contre une puissance surnaturelle. N’exploitant que très peu le contexte belliqueux mis en place, Turner et Barrett se contentent d’instaurer une espèce de paranoïa imputable aux seules étrangetés qui règnent aux alentours de leur abri de fortune. Hantés par des visions et des réminiscences de leurs bévues passées (une jeune Arabe abattu sans sommation et un tir meurtrier dans la cervelle d’un compatriote), les soldats entrent dans une transe incurable qui les pousse à se méfier de tout et de tout le monde. Au bac les circonstances géopolitiques de l’affrontement, au panier les potentielles offensives d’Al-Qaïda, le seul ennemi dans la place semble être un djinn par essence démoniaque qui tantôt emprunte l’enveloppe d’un GI, tantôt joue avec les consciences en faisant ressurgir les fantômes du passé.

Malheureusement, la mise en scène excessivement scolaire et le manque de rythme de l’ensemble nuisent considérablement à la tension que le cinéaste tente vainement d’instiller au sein de son œuvre. Les quelques rares séquences effleurant le mystère parviennent sporadiquement et sont d’emblée désamorcées par l’un ou l’autre temps mort dédié aux déversements logorrhéiques de personnages jamais avares en discussions insipides (le pervers de service fournit moult hypothèses sur les manières de culbuter sa conjointe tandis que d’autres évoquent en toute légèreté un passif dont tout le monde se contrefout) . Des multiples méfiances évoquées quant à l’intruse aux relâchements de chaque militaire expliquant son mal-être à ses camarades peu réceptifs, Red Sands s’enfonce chaque minute un peu plus et semble prendre un peu trop d’élan avant d’entamer une course finale qui débouche inévitablement sur la torsion finale propre aux films fauchés actuels.

Au final, Red Sands ressemble furieusement à ces épisodes pilote qui ne permettent jamais de s’enamourer de tel ou tel personnage mais constituent plutôt des projections-test afin de diagnostiquer l’assistance et de voir si le ton lui convient. Incapable de tirer profit de la situation dépeinte, le tandem pèche par retenue (quand d’autres suicident leur film par excès) et termine de décrédibiliser leur entreprise à cause de CGI cartoonesques qui ne font même pas peur…

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage