Scream queen

Rachel Grubb

18 septembre 2009 | Par : Damien Taymans

Quand y en a plus, y en a encore. Nos chroniqueurs (et en particulier le plus vicelard d’entre nous, Gore Sliclez) se font un plaisir d’aller dénicher quelques beautés criardes, même s’il faut pour cela remuer ciel et terre. Alors, quand il s’agit d’écumer les terres du fin fond des States (Minneapolis, c’est quoi ça ?), on n’est pas en reste. Voici donc la ravissante Rachel Grubb qui prête ses formes attrayantes au jeu de la Scream queen of the week... Rêvez pas, les gars, elle vient tout juste de se marier...

Est-il difficile d’acquérir de la notoriété lorsqu’on naît à Minneapolis ?

Voilà une question intéressante qu’on ne m’a jamais posée avant. Il est un peu difficile de répondre, étant donné que je n’ai pas réellement matière à comparer. Mais je peux dire qu’il y a beaucoup d’opportunités à Minneapolis concernant le cinéma. Il y a un grand nombre de films indépendants et d’émissions de télévision qui sont tournées ici et je travaille tout le temps. J’ai un rôle récurrent de barman, prénommée Indie, sur le nouveau show No thanks to you de David Savage. Et je suis actuellement en plein tournage d’une comédie intitulée The Manxes.

J’ai également bénéficié d’un peu d’exposition dans des magazines et sur des sites Internet en dehors de Minneapolis, une aubaine. Je devrais également co-produire et jouer dans Haunting Kira, un film d’horreur dont le tournage aura lieu l’an prochain à Las Vegas. Le réalisateur/scénariste est Teresa Fahs, avec laquelle j’ai déjà travaillé lorsque j’étais un invite du Xanadu de Las Vegas. Je devrais aussi jouer dans The last revenants, aux côtés de Cybil Danning, Melantha Blackthorne, Suzi Lorraine et Brooke Lewis.

Vous semblez apprécier le genre horrifique. Quels sont vos modèles en la matière ?

J’adore le genre. Je suis spécialement fan des films étrangers, dans le domaine. Je suis une grande fan des films de Dario Argento, et des autres gialli italiens des années 70. J’ai beaucoup apprécié les récentes pellicules venues d’Asie, comme Ju-On, 2 soeurs ou Memento mori. J’aime beaucoup les oeuvres de Cronenberg également et les films français que j’ai récemment vus, comme Ils et Haute tension.

Qu’est-ce que Silent But-Deadly productions ?

C’est une compagnie de production de films indépendants entièrement féminine puisque dirigée par Brooke Lemke et moi-même. C’est un projet que nous avons monté car nous avions joué ensemble auparavant et que nous souhaitions continuer à travailler ensemble. Nous souhaitions faire quelques films qui compteraient des personnages féminins intéressants et travailler sur ces projets avec des femmes du métier.

Vous préparez le tournage de Strip club slasher. De quoi s’agit-il ?

J’incarne Desiree Diamonds, qui est, comme son nom l’indique ou du moins le titre du film, une strip-teaseuse. Desiree travaille dans une soirée quand elle et ses collègues sont prises en chasse par un maniaque. C’est produit par NFTS et je jouerai aux côtés de Scarlet Salem, Joe Knetter et d’autres. Desiree est un personnage attachant. Pas une fille très sympathique, mais elle sait ce qu’elle veut et comment l’obtenir.

Vous avez joué dans Tales of the Dead avec Landyn Banx et Scarlet Salem que vous retrouverez également dans Camp kill. Une famille d’acteurs est-elle née dans le milieu indépendant de Minneapolis ?

Absolument. A Minneapolis, nous travaillons finalement souvent avec les mêmes personnes que nous recommandons souvent pour d’autres rôles. J’ai suggéré Landyn pour Camp kill, et je crois que lui-même a recommandé Scarlett. Ils ont tous deux joué dans Terror overload, le dernier film de la FNTS (la boite qui s’occupe également de Strip club slasher) dans lequel j’ai tourné. Ce qui signifie que non seulement nous jouons avec les mêmes acteurs, mais aussi pour les mêmes compagnies, … Terror overload est désormais terminé et il devrait être bientôt disponible en DVD…

Pourquoi appréciez-vous autant le cinéma indépendant ?

J’aime la loyauté. Si vous travaillez durement pour un cinéaste indépendant pour peu voire pas d’argent, ils vous en sont reconnaissants. Le jour où ils travailleront sur un plus grand projet, ils reviendront vers vous. J’apprécie également travailler sur des films indépendants car c’est habituellement assez décontract’. Et puis, j’aime beaucoup bosser avec des gens qui sont réellement passionnés par le cinéma.

Si vous deviez opérer un choix entre votre carrière de mannequin ou d’actrice, laquelle choisiriez-vous ?

Je choisirais le cinéma. C’est la chose la plus créative que je puisse faire. J’aime lire des scripts et créer un personnage à partir des mots d’un scénariste. Et j’aime aussi interpréter de nouveaux types de personnages que je n’ai jamais expérimentés avant. Si j’écope d’un personnage dont les lignes de dialogue sont réduites au minimum ou que les autres jugent pas très intéressant, je fais tout pour lui donner une âme et le rendre intéressant. Quelques rôles peuvent vous permettre de faire ressortir vos talents et d’autres pas. Vous devez donc tirer le meilleur de chaque rôle qui vous revient.

J’essaie de continuer à m’améliorer. J’ai tourné dans des films il y a quelques années et, contrairement à ce que les gens me disent, lorsque je les regarde, je vois des défaillances. C’est génial d’être capable de voir ça, parce que je sais ce que je dois faire différemment et comment je peux devenir une grande actrice.

Quelques mots pour nos lecteurs ?

Continuez à soutenir le cinéma indépendant. Nous adorons faire des films pour les vrais fans d’horreur.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage