Renvoyez la censure !

RENVOYEZ LA CENSURE !

5 février 2012 | Par : Darkness Fanzine

La violence et le sexe à l’affiche !

La semaine qui vient de s’écouler enchaîne les décisions d’interdiction d’affichage sur la voie publique. Le 2 février 2012, l’affiche de Underworld : Nouvelle ère (2012) de Måns Mårlind et Stein Björn est interdite sur les autobus de la cité phocéenne par la régie des transports marseillais (RTM) parce « la violence régnant actuellement à Marseille » s’accommode mal du visuel représentant l’actrice Kate Beckinsale menaçant les badauds de ses armes de poing. Un mois plus tôt, le 9 mm posé contre la nuque de Nicolas Cage sur l’affiche du film Le Pacte (2011) de Roger Donaldson, pourtant bien plus plus violente, n’a alors ému en aucune manière. Cette affaire nous renvoie à celle du film belge C’est arrivé près de chez vous de Rémy Belvaux, André Bonzel et Benoît Poelvoorde. En 1992, la Commission de classification imposa la modification de l’affiche française du film présentant initialement le psychopathe tirant hors cadre et laissant apparaître au premier plan une tétine dans une giclée de sang. La tétine fut remplacée par un dentier dans la version destinée à l’exploitation du film en France : « Quand l’affiche risque de choquer un certain nombre de gens, la Commission peut intervenir comme pour ce film où le bonhomme tire sur un bébé  » expliquait alors Jean-François Théry, président de la Commission, en 1993. Plus récemment, l’affiche du film de Eli Roth, Hostel Part II (2007) représentant une femme entièrement nue tenant dans sa main gauche une tête tranchée – apparemment la sienne – fut remplacée in extremis par le distributeur après avoir créé la polémique.

En France, jusqu’en octobre 2008, le décret du 23 février 1990 confiait le contrôle des affiches de cinéma et des photographies promotionnelles à la Commission de classification, seule compétente pour apprécier et autoriser l’exploitation du matériel publicitaire attaché à une œuvre cinématographique. « Nous n’arrivions plus à assurer cette mission de manière satisfaisante » observait Sylvie Hubac, présidente de la Commission, en 2009 et d’ajouter « les affiches arrivaient à la Commission, personne ne les regardait. En réalité, nous rendions des décisions implicites d’acceptation en permanence. Ce système peu performant a donc été abandonné. Nous souhaitions confier à la profession, donc au distributeur dans le cadre d’une charte élaborée avec le concours de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), la responsabilité du contenu de l’affiche d’un film ». Depuis cette date, le maire, les afficheurs ou les tribunaux, parfois même les trois successivement, sont donc les seuls à autoriser l’affichage sur la voie publique.

Dans le cas du film Underworld, la régie publicitaire est intervenue pour refuser une campagne d’affichage. Ce qui était déjà arrivé au film Lady Blood avec la régie des kiosques parisiens en 2009. L’affiche originale de l’œuvre Jean-Marc Vincent, décrivant le visage d’un homme entouré de fils barbelés, dut être modifiée sur les conseils de l’afficheur expliquant que « les associations familiales refuseraient de laisser passer une telle affiche en accusant » le distributeur « d’incitation à la violence ».

Toujours le 2 février dernier, l’ARPP a suggéré à l’afficheur J.C. Decaux de mettre fin à la campagne promotionnelle du film Les Infidèles (2012) considérant que deux des affiches mettant « en scène les acteurs Jean Dujardin et Gilles Lellouche, dans des positions sexuelles explicites, et visibles sur les Colonnes Morris depuis le début de la semaine, sont contraires » à ses recommandations « en particulier les dispositions relatives au respect de la décence et de l’image de la personne humaine en publicité, tant bien même elles se rapportent au sujet du film, à savoir une comédie sur l’adultère ». Signataire de la charte de bonne conduite édictée par l’Autorité de régulation, la société Decaux s’est empressée de retirer les affiches litigieuses dans la nuit du 2 au 3 février 2012. Cette affaire n’est pas sans rappeler la mésaventure des affiches de Harcèlement et de Prêt-à-Porter. En 1995, la société Decaux – déjà elle - décide d’arrêter la campagne d’affichage du film de Barry Levinson sous la pression de nombreuses municipalités dont Arcachon, Aix-en-Provence, Lyon et Versailles. La même année, la Société des transports en commun de Lyon (TCL) annule la campagne promotionnelle du film de Robert Altman en invoquant « la palette très variée d’âges, de sensibilités, de croyances qu’il faut prendre en compte dans le cadre d’activité de service public  » justifiant alors sa décision « au nom du respect des individus ». Et tout le problème est bien là car à la différence de la projection d’un film, une affiche de cinéma posée sur la voie publique, s’impose à la vue de tous. Tant aux spectateurs avisés du film qu’aux simples promeneurs, adultes ou non. Dans ces conditions, est-il légitime d’exposer n’importe quelle affiche de cinéma, quel que soit son contenu, n’importe où et sans aucun contrôle ? Le juge a répondu par la négative en 1984, à propos des plaintes déposées à l’encontre de l’affiche du film Ave Maria de Jacques Richard, montrant une jeune femme crucifiée, la poitrine dénudée. On pourrait résumer la décision de justice en ces termes : toute affiche tapageuse, violente ou choquante positionnée en des lieux publics de passage forcé «  (…) constitue un acte d’intrusion agressive et gratuite (...) » de ceux qui « (…) circulant librement sur la voie publique et ne recherchant aucun contact ou colloque singulier avec une œuvre ou un spectacle déterminés, se voient, hors de toute manifestation de volonté de leur part, nécessairement et brutalement confrontés à une manifestation publicitaire et commerciale (…) constitutive (…) d’un trouble manifestement illicite ».

LIFTINGS FORCES DES AFFICHES

C’est arrivé près de chez vous

Hostel 2

Lady Blood

Commentaires

Génial ces comparatifs d’affiches... La censure épargne bien des crises cardiaques aux collets-montés bigots qui hantent nos rues...

6 février 2012 | Par nico-teen

Excellent article, Christophe, comme à ton habitude !

6 février 2012 | Par

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage