Critique de film

pub

Quand on est amoureux, c'est merveilleux

"Quand on est amoureux, c'est merveilleux"
affiche du film

Pour fêter ses 40 ans, Lara, une femme en manque d'affection, s'offre les services de Joe, stripteaseur à domicile. A la fin du show privé, Lara tue le stripteaseur et conserve son cadavre...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Quand on est amoureux, c’est merveilleux - L’amour sordide
Par : Samuel Tubez
Tags : Psychologique

En 1999, Fabrice du Welz démontre déjà qu’il est un réalisateur possédant un univers des plus particuliers avec Quand on est amoureux c’est merveilleux. Produit par Vincent Tavier (C’est arrivé près de chez vous), le court métrage est un sordide brouillon du désormais culte Calvaire. Edith Le Merdy y joue le rôle de la siphonnée, en vérité une femme rongée par la solitude qui va aller jusqu’à tuer le stripteaseur qu’elle a loué pour animer sa soirée et à conserver son corps pour lui tenir compagnie. Une espèce de Bartel au féminin en quelque sorte, puisqu’elle aussi souffre d’un manque cruel d’attention la poussant au meurtre.

Et puisqu’on parle de Bartel, on retrouve déjà dans ce court la trogne de Jackie Berroyer qui joue un boucher peu sympathique (mais très amusant). L’équipe technique et artistique est déjà quasiment la même que sur Calvaire, puisque Du Welz co-signe le scénario avec Romain Protat, que Vincent Tavier produit donc l’objet et que le talentueux Benoît Debie se charge de l’image, qu’il plonge dans des lumières glauques du plus bel effet. Même si l’œuvre comporte quelques petits défauts (montage parfois trop haché, esprit potache, etc.), elle plonge le spectateur dans un récit macabre et troublant, parsemé d’instants trash et « out of this world ». On sent déjà une grande envie de faire du cinéma de genre généreux et sans concession dans Quand on est amoureux c’est merveilleux : le glauque suinte de partout, ça transpire la luxure (voir la scène avec le couple échangiste interprété par Michel Cremades et l’ex star du X Laure Sinclair) et donc, forcément, ça secoue les esprits.

Avec ce court métrage, Fabrice du Welz fonce dans le tas sans craindre quoi que ce soit (la preuve : Noël Godin tient un petit rôle dans le film) en jouant à fond la carte du glauque et du sordide : mort, sang, freak, langue de bœuf au dîner, nécrophilie, éjaculation furtive,... en 23 minutes le réalisateur parvient déjà à déranger comme il faut. Foi de déviant, le Festival de Gerardmer ne s’est pas trompé en lui remettant le prix du meilleur court-métrage en 2001 !

Commentaires sur le film

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

genial ce court ! dommage qu’on puisse pas le voir sur internet...

21 décembre 2011 à 13:12 | Par Garmonbozia

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage